Un manuscrit tamoul unique : la légende de la variole de la vache

Emmanuel Francis , chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS, UMR 8564, EHESS & CNRS), est parvenu à exhumer l’original en tamoul du traité manuscrit sur la légende de la variole de la vache de Francis Whyte Ellis, conservé à la BULAC, et dont seule la traduction anglaise avait jusqu’ici été retrouvée. Il nous présente ici le manuscrit redécouvert et retrace les circonstances pour le moins originales de sa rédaction.

On peut consulter à la Réserve de la BULAC des manuscrits indiens qui proviennent des fonds patrimoniaux de l’ancienne Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO). Leurs notices, disponibles sur le catalogue en ligne de la BULAC (consulter la liste publique Manuscrits indiens – BIULO), sont issues de la description due à Jérôme Petit (2007), qui a redonné visibilité à ce fonds quelque peu oublié (voir notamment le billet qu’il a rédigé sur le sujet).

Si ce fonds de manuscrits indiens – principalement en tamoul, mais aussi en malayalam, telugu, hindi, sanskrit, latin, anglais, italien, portugais et français – est modeste en nombre (37), il recèle néanmoins quelques perles. On y trouve par exemple plusieurs copies de manuscrits de la BnF, de la main de Julien Vinson (1843-1926), professeur à l’École des langues orientales de 1886 à 19211.

Une autre de ces perles est le manuscrit catalogué sous la cote BIULO MS.IND.42. Il s’agit d’un manuscrit sur papier du début du XVIIIe siècle (il présente la date « 1799 » en filigrane) portant au crayon des numéros de pages, ajoutés peut-être postérieurement.

Le manuscrit est relié sous la forme d’un livre avec une couverture en cuir (ill.1).

Couverture du manuscrit "BIULO MS.IND.4" (photo : E. Francis)

ill. 1: Couverture du manuscrit « BIULO MS.IND.4 » (photo : E. Francis)

Ce manuscrit fit partie de la collection de « The Honble Frederic North » comme l’indique un ex-libris. Frederick ou Frederic North (1766-1827), comte de Guilford, fut le premier gouverneur britannique de Ceylan (1798-1805). Sa collection de manuscrits, dispersée à sa mort, est aujourd’hui en grande partie conservée à la British Library (The Guilford Project). On n’a pas retrouvé dans les registres d’inventaire de la BIULO d’informations permettant de préciser les circonstances et la date d’acquisition du manuscrit « BIULO MS.IND.4 ».

En page 5 (ill. 2) figure un titre, en caractères tamouls : āṟāmāvaraviḷakkam. Des pages 7 à 24 suit le texte tamoul de cette œuvre.

ill.2: titre tamoul sur la page 5 du manuscrit "BIULO MS.IND.4" (photo: E. Francis)

ill.2: Titre tamoul sur la page 5 du manuscrit « BIULO MS.IND.4 » (photo: E. Francis)

En page 25 (ill.3), on trouve à nouveau un titre, en caractères latins cette fois : A Translation of the ÁràmàvaraViˋlaccam. Il précède la traduction anglaise du texte tamoul, des pages 27 à 48.

ill. 3: titre anglais sur la page 25 du manuscrit "BIULO MS.IND.4" (photo: E. Francis)

ill. 3: Titre anglais sur la page 25 du manuscrit « BIULO MS.IND.4 » (photo: E. Francis)

L’āṟāmāvaraviḷakkam, « Lumière sur le sixième grand bienfait », fut composé en tamoul par Francis Whyte Ellis (1777-1819)3. Grâce aux travaux de Thomas Trautmann (2006), Ellis est aujourd’hui reconnu pour avoir établi l’existence de la famille des langues dravidiennes (majoritairement parlées de nos jours dans le sud de l’Inde).

Le sixième grand bienfait dont traite notre texte est le vaccin contre la variole de l’homme, mis au point par Edward Jenner à la fin du XVIIIe siècle à partir de la vaccine ou variole de la vache, présente sous la forme de pustules sur les pis d’une vache infectée. Suite à cette découverte sensationnelle, des campagnes de vaccination furent organisées un peu partout dans le monde. Mais il s’avéra que les populations locales, méfiantes, se montraient parfois réticentes à se laisser injecter la vaccine. Ellis qui était en poste au College du Fort St. George à Madras (aujourd’hui Chennai) composa ce texte pour convaincre les populations tamoules hindoues. Sous la forme d’une légende, Ellis présente astucieusement la vaccine comme le sixième don de la vache, l’ajoutant donc à la liste traditionnelle des cinq produits de la vache (pañca-gavya, à savoir le lait, le beurre, le yaourt, l’urine et la bouse) qui sont considérés par les hindous comme des bienfaits et ont notamment des utilisations rituelles4. Il semble cependant que ce texte n’ait jamais été imprimé ni diffusé.

On connaissait grâce à Trautmann (2006, p. 231-241) la traduction anglaise de cette légende, dont deux versions manuscrites sont conservées dans des archives. Trautmann n’avait néanmoins pas retrouvé de copie du texte tamoul original.

Le manuscrit « BIULO MS.IND.4 » vient combler cette fâcheuse lacune. Il s’agit en effet de l’unique copie à ce jour connue de la version originale en tamoul de ce que Trautmann a appelé « la légende de la variole de la vache ». Qui plus est, si la traduction anglaise est identique aux deux versions connues, l’original tamoul contient à la fin, en page 24 (ill.4), une strophe qui n’apparaît ni dans la traduction anglaise qui suit, ni dans ses deux autres copies connues. Il s’agit du colophon qui mentionne qu’Ellis est l’auteur du texte.

ill. 4: colophon, page 24 du manuscrit "BIULO MS.IND. 4" (photo: E. Francis)

ill. 4: Colophon, page 24 du manuscrit « BIULO MS.IND. 4 » (photo: E. Francis)

Pour plus de détails, voir les billets Tamil Original of Ellis’ Legend of the Cowpox Found (version anglaise) ou Découverte de l’original tamoul de la légende de la variole de la vache de Francis Whyte Ellis (version française).

Bibliographie

Petit, Jérôme (2007). « État du fonds de manuscrits indiens à la Bibliothèque interuniversitaire des Langues Orientales ». Bulletin d’études indiennes 24-25 (2006-2007), p. 191-206.

Trautmann, Thomas R. (2006). Languages and Nations: The Dravidian Proof in Colonial Madras. Berkeley [etc.] : University of California Press.

  1. Voir Petit (2007, p. 192-195). []
  2. Voir la notice en ligne []
  3. Voir Trautmann (2006, p. 232). []
  4. Voir Trautmann (2006, p. 114-115). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 avril 2014

    […] nous avoir présenté l’une des perles du fonds de manuscrits indiens de la BULAC, Emmanuel Francis (CEIAS, UMR 8564, EHESS & CNRS) nous propose aujourd’hui d’interroger les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *