Exister dans l’espace littéraire mondial. Prix Nobel et stratégies éditoriales au Mali et en Corée du Sud.

C’est à Frédéric Barbe, géographe, et Mohomodou Houssouba, linguiste, tous deux également écrivains, que revenait mardi 4 février la tâche de prolonger le dialogue entre littérature et géographie engagé lors du précédent mardi de la BULAC. Défi relevé grâce à la confrontation étonnante du Mali et de la Corée du Sud, qui nous permet d’explorer un peu plus l’espace littéraire mondial.

Qui parle et d’où parlent-ils ? À leurs yeux, il va de soi de répondre à ces questions. Mohomodou Houssouba ouvre en déclinant ses langues : le songhay, sa langue maternelle qu’il a dû abandonner pour la langue tamacheq à l’âge de 4 ans mais qu’il a transmise à son fils, l’anglais des États-Unis où il a étudié la linguistique structurelle puis appliquée, l’allemand et le français de Suisse où désormais il vit et enseigne. Frédéric Barbe se présente à son tour en insistant sur sa pratique d’activiste de la lecture-écriture et défend l’idée d’une recherche-action, qui associe une pratique sociale à une pratique de recherche. Son travail1 vise à se saisir d’objets nouveaux pour la géographie grâce à des notions dépaysantes telles que littératie2, défini comme un ensemble d’usages, d’acteurs, de productions et de politiques de lecture-écriture, et pensé comme un concept critique de la « croyance littéraire » en un monde de la littérature distinct et régi par d’autres lois que le reste du monde social, ou bibliothèque mondiale, soit le système spatialisé complexe de tous les textes disponibles dans le monde.

Le prix Nobel, instance de légitimation littéraire mondiale, n’est que le point de départ d’une réflexion qui associe deux réalités nationales pour le moins différentes, même dans leur caractère post-colonial. En Corée du Sud, tant les nationalistes que l’État exportateur attendent un prix Nobel pour assurer une reconnaissance internationale à une littérature nationale en plein essor. Le Mali, lui, possède son propre système de prix : à côté de prix en langue française existe depuis 2012 à Bamako un prix littéraire en langue songhay.

Au fil de la discussion se tisse la question de la langue à l’heure du numérique et de la globalisation : ni Frédéric Barbe qui choisit la Corée du Sud en formulant l’hypothèse zéro de la conquête du numérique dans un pays de vieille tradition écrite, ni Mohomodou Houssouba qui a proposé des adaptations en songhay des navigateurs internet Opéra puis Mozilla Firefox3 dans le sillage du rapport de l’UNESCO, Comment assurer la présence d’une langue dans le cyberespace, ne peut éviter le sujet. Surgissent alors des ambivalences passionnantes : la résistance de l’écrit face au numérique, voire grâce au numérique, comme ces SMS échangés en langue vernaculaire du Mali…sur des téléphones sud-coréens !

Après un point historique utile de Mohomodou Hossouba sur la politique nationale à l’égard du songhay, Frédéric Barbe conclut en se risquant, non sans précaution, à la proposition d’un centre national du livre (CNL) malien pour régler la concurrence déloyale de la grande édition française et permettre l’émergence d’une littérature en langue vernaculaire.

Retrouvez les échanges de Frédéric Barbe et Mohomodou Houssouba sur le site de la BULAC où vous pouvez écouter la conférence, ICI.

  1. Notamment sa thèse, disponible sur TEL, Géographie de la bibliothèque mondiale, les échelles de la littératie, 2012. []
  2. Pour une présentation récente de la littératie et des enjeux que pose l’adaptation du concept au français, voir Fraenkel Béatrice et Mbodj Aïssatou, Les New Literacy studies, jalons historiques et perspectives actuelles, Langage et société, 2010/3 n° 133, p. 7-24. []
  3. Cf. songhay.org. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. guerrero dit :

    je souhaite savoir,si fréderic barbe a vécu au maroc dans les années 50/60,merci d avance

    • Joëlle Garcia dit :

      Bonjour,
      Vous trouverez toutes les informations sur le parcours de Frédéric Barbe, ainsi que des coordonnées professionnelles, en cliquant sur cette page de l’Université de Nantes qui lui est consacrée.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *