Traduire l’hébreu : retour sur le documentaire de Nurith Aviv

Mercredi 12 mars, dans le cadre de ses rencontres « Regards à géométrie variable sur le monde », la BULAC projetait le film Traduire. Sa réalisatrice Nurith Aviv s’est entretenue avec Jean-Yves Masson, professeur de littérature comparée à l’Université Paris-Sorbonne. Une rencontre sous le signe de la passion pour la langue et pour ses textes.

Traduire s’ouvre sur une lecture de l’histoire de la bible des Septante. Ptolémée II, souhaitant traduire la Torah en grec, réunit 72 anciens. Ceux-ci travailleront pendant 72 jours, dans 72 maisons différentes. La démarche de Nurith Aviv est tout aussi rigoureuse. Elle a choisi dix traducteurs, chacun traduisant un auteur différent. Tous traduisent de l’hébreu vers leur langue maternelle. Ils sont interrogés dans 10 villes différentes, chez eux ou à leur table de travail. Ils parlent dans leur langue maternelle. Leur interlocuteur est hors champ, silencieux. Chaque entretien dure sept minutes. Le film dure donc 70 minutes, nouvelle allusion à la Septante.

Bien entendu, l’histoire des Septante se termine miraculeusement : sans communiquer entre eux, les 72 savants aboutissent à la même traduction. Au contraire, chez les interlocuteurs de Nurith Aviv, c’est la diversité des expériences qui frappe.

Diversité dans la difficulté de la traduction, d’abord. Pour l’italienne Anna-Linda Callow, traductrice du prix Nobel Samuel Joseph Agnon, cette difficulté confine à l’intraductibilité. La nature de l’hébreu permet à Agnon une ironie constante, fondée sur des allusions à la tradition. Une citation implicite peut retourner le sens d’une phrase, sans que le lecteur italien ne comprenne l’ironie. Pour Chana Bloch, qui traduit la poétesse Dahlia Ravikovitch en anglais, la traduction est un travail de négociation entre l’hébreu et l’anglais. Chez Anne Birkenhauer, traductrice de David Grossman, l’expérience est plus apaisée : une fois qu’elle a trouvé le ton – lorsque chaque personnage parle en allemand dans le même registre qu’en hébreu – il lui semble qu’elle n’a plus qu’à lire le texte hébreu et à l’écrire ensuite en allemand.

Diversité dans le rapport émotionnel au texte, ensuite. Ala Hlehel traduit Hanoch Levin en arabe : il qualifie de « meurtre de la langue du père » la violence qu’il fait subir au classicisme de l’arabe pour traduire les phrases brèves, orales, du théâtre de Levin. L’ambivalence s’accroît encore d’une dimension politique. Le théâtre de Levin décrit des situations qui parlent aux Arabes, mais il est aussi écrit dans la « langue de l’occupant ». Manuel Forcano, lui, décrit comme un pur bonheur sa rencontre avec les textes du poète Yehuda Amichaï. Il tombe amoureux des images totalement concrètes par lesquelles il s’exprime. On l’entend lire, en voix off : « La main de Dieu est dans le monde / Comme la main de ma mère / Dans les entrailles du coq / Égorgé pour shabbat / Que voit Dieu par la fenêtre / Lorsque ses mains fouillent le monde ? / Que voit ma mère ? »

Cependant, le dialogue entre Nurith Aviv et Jean-Yves Masson, lui-même traducteur et écrivain, met en lumière la profonde unité des démarches. 

Unité dans le travail d’écriture, tout d’abord. Les traducteurs interrogés sont également écrivains, souvent poètes. La traduction ne se réduit pas à une technique, elle est une écriture à part entière. Cette dimension est souvent oubliée. Jean-Yves Masson voit un symbole dans une image récurrente du film : chaque traducteur est d’abord perdu dans l’obscurité du contre-jour, avant de surgir progressivement de l’ombre. Les traducteurs ne sont-ils pas aussi des hommes de l’ombre, souvent oubliés par les lecteurs et par la critique ? Nurith Aviv indique que les traducteurs qui ont vu le film ont eu cette même interprétation. Le travail de traduction, par ailleurs, transforme à son tour l’écriture du traducteur. Ala Hlehel, dans la continuité de son travail sur Levin, décide d’écrire un roman arabe en langue parlée. Quant à Manuel Forcano, sa poésie est tellement inspirée par sa traduction que la critique l’appelle « fils d’Amichaï ».

Unité des parcours de vie, ensuite. Être traducteur ne se réduit pas à un cursus. C’est le résultat d’une rencontre — avec un texte, un auteur, une langue. C’est pour comprendre les passages non traduits d’un roman d’Israel Joshua Singer, le frère d’Isaac Bashevis, qu’Anna-Linda Callow s’inscrit à son premier cours d’hébreu. C’est une fascination pour la langue parlée et ses sonorités qui pousse Rosie Pinhas-Delpuech à apprendre l’hébreu. Après une enfance polyglotte à Istanbul, entre français et turc, elle découvre l’hébreu « comme dans un rêve ». C’est une langue dont elle ne comprend rien, dont les racines sont étrangères aux langues qu’elle parle, mais qui lui semble immédiatement familière.

Nurith Aviv le résume elle-même : ce sont des « coups de foudre. (…) J’ai raconté une histoire de passions ».

Les traducteurs

1. Sandrick Le Maguer (Brest) traduit le Midrach, exégèse juive de la Bible, en français

2 Angel Saenz-Badillos (Boston) traduit les poètes andalous du Moyen-Âge en espagnol

3. Yitskhok Niborski (Malakoff) écrit un dictionnaire des mots yiddish d’origine hébraïque

4. Anna-Linda Callow (Milan) traduit Samuel Joseph Agnon en italien

5. Sivan Beskin (Tel-Aviv) traduit Leah Goldberg en lituanien

6. Manuel Forcano (Barcelone) traduit Yehuda Amichaï en catalan

7. Chana Bloch (Berkeley) traduit Dahlia Ravikovitch en anglais

8. Anne Birkenhauer (Jerusalem) traduit David Grossman en allemand

9. Rosie Pinhas-Delpuech (Paris) traduit Ronit Matalon en français

10. Ala Hlehel (Acre) traduit Hanoch Levin en arabe

Retrouvez ces traducteurs dans les collections de la BULAC.

Pour voir le film

Traduire est le dernier volet d’une trilogie sur les langues, publiée sous forme de coffret DVD aux Éditions MontparnasseBientôt consultable à la BULAC, le coffret pourra être visionné sur place ou emprunté par les lecteurs de la bibliothèque.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *