Pour une école « différente » de la traduction littéraire

Le 4 mars dernier, deux spécialistes sont intervenus à la BULAC pour aborder la question de la traduction de la littérature mondiale : sous l’angle de l’histoire soviétique, pour Annie Épelboin, enseignant-chercheur en littérature russe et traductrice (Paris 8), et sous ses aspects les plus actuels pour Olivier Mannoni, traducteur et directeur de l’École de traduction littéraire (ETL) du Centre national du livre (CNL).

Le Carreau de la BULAC propose de revenir avec Olivier Mannoni et Monika Prochniewicz, traductrice et stagiaire de cette école,  sur les pratiques pédagogiques de l’ETL évoquées lors de la conférence.

Créer une littérature mondiale traduite qui soit aussi fidèle que possible à l’esprit de la version originale quelle que soit la langue de traduction. C’est l’objectif que se sont fixés ceux qui, comme Olivier Mannoni, fondateur et directeur de la jeune École de traduction littéraire du Centre national du livre (CNL), œuvrent pour une excellence de la traduction littéraire.

Selon Olivier Mannoni, cette démarche exige de la part de celui qui traduit, un respect sans faille du travail de l’auteur, de sa volonté et de ses intentions.  » La préoccupation majeure des traducteurs littéraires ne doit plus être le thème et la version ni la question du contresens. On n’en est plus là aujourd’hui ! L’enjeu de la traduction est celui de la transmission d’une culture, de tout ce qui n’est pas dit mais qui est bien véhiculé entre les lignes d’un texte.« 

Cet éminent traducteur de l’allemand vers le français, et ex-président de l’Association des traducteurs littéraires de France (de 2007 à 2012), sait être éloquent lorsqu’il aborde l’art et la manière de transmettre la quintessence d’un texte ou la pédagogie prodiguée dans cet établissement d’un genre nouveau. Dans cette école ouverte sous sa direction et à l’initiative du CNL en avril 2012 à Paris, les élèves sont tous des traducteurs confirmés et les enseignants des traducteurs chevronnés, dont certains ont quarante ans de pratique professionnelle derrière eux.

Compléter, au cours de la vie professionnelle du traducteur, l’enseignement initial du professeur de langue par celui de traducteurs professionnels est un des axes pédagogiques majeurs de ce projet d' »école différente » de la traduction. « L’idée était d’aboutir à la création d’un enseignement multilingue à l’attention de traducteurs déjà engagés dans ce métier afin de leur transmettre toutes les dimensions artisanales de la traduction« , précise Olivier Mannoni. Et les résultats sont, d’après lui, « spectaculaires« , cette démarche permettant d’aller vers une traduction plus qualitative et de fait vers une forme d’éthique plus universelle de la traduction.

Une pierre dans le jardin de ceux qui estiment que pour bien traduire seul compte l’enseignement de la langue. Olivier Mannoni rejoint par cette approche novatrice la cohorte grandissante de ceux qui s’emploient avec succès à faire bouger les lignes de la traduction littéraire depuis ces deux dernières décennies. On peut notamment citer, dans cet esprit, les ateliers organisés par les Assises de la Traduction littéraire en Arles (ATLAS) au Collège international des traducteurs littéraires (CITL) et surtout le stage Goldschmidt (allemand), lancé au début des années 2000 par le Bureau international de l’édition française (BIEF), l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) et la Foire de Francfort, ainsi que les ateliers de la Fabrique des Traducteurs à Arles. Citons par ailleurs, André Markowicz, qui compte désormais parmi les figures de la traduction en France et dont la démarche participe des mêmes préoccupations. Ce dernier avait fait couler beaucoup d’encre, au début des années 1990, en proposant ses premières (re)traductions de l’œuvre de Dostoïevski (chez Actes Sud). Passé le choc de la découverte de ce « nouveau » Dostoïevski en français, la fidélité à l’esprit de la version originale a fini par convaincre et le travail de Markowicz par être reconnu.

Monika Prochniewicz [1], élève de l’école et traductrice du polonais vers le français, recommande vivement à ses confrères ces séances de travail en commun animées par des traducteurs passionnés par leur pratique et par la littérature : « Nous avons la chance de travailler avec de nombreux  traducteurs qui non seulement connaissent leur métier, mais qui mènent également une réflexion autour de la traduction en tant que pratique indépendante, pour la sortir de sa condition ancillaire, comme l’avait préconisé le théoricien français de la traduction Antoine Berman. Cette démarche est portée notamment par l’aspect multilingue de l’école. Nous sommes tous confrontés aux mêmes problèmes au-delà de nos langues respectives de travail et il est très précieux de pouvoir partager cette expérience. »

Ces professionnels ont la conscience aigüe que les enjeux de la traduction sont de taille car celle-ci n’est jamais neutre. Ils savent combien les convoitises qu’elle génère sont proportionnelles au marché considérable qu’elle suscite. Olivier Mannoni rappelait lors de la conférence qu’en 2013 les 66 000 livres publiés en France représentaient la somme d’1 milliard 200 millions d’euros, et que 17,3 % de cette production étaient des traductions et 40 % des romans [2]. Mais si l’aspect économique est crucial, citons également la chercheuse Gisèle Sapiro qui a pu mettre au jour dans ses divers travaux un autre enjeu majeur de la traduction  qui est celui de la préservation de la diversité culturelle et intellectuelle : « La diversité des langues assure le maintien d’une diversité de traditions intellectuelles, dont la circulation est assurée par la traduction, » (cf conférence inaugurale du cycle « Littératures en mouvement » à la BULAC, sept. 2013).

Olivier Mannoni s’est également exprimé dans ce sens lors son intervention en faisant notamment remarquer que les maisons d’édition françaises employaient de moins en moins de professionnels parlant plusieurs langues, la langue privilégiée étant désormais l’anglais. Il observait in fine que « si la formation à la traduction des langues rares disparai[ssait], elle entraîner[ait] la disparition de ces langues. »

Écouter la conférence du 4 mars 2013 : « Traduire la littérature mondiale« 

[1] Monika Prochniewicz a participé à la session expérimentale de l’École d’avril à juin 2012 et suit actuellement la session débutée en janvier 2013 qui se terminera en décembre 2014. Elle a traduit avec Sarah Cillaire : Aleksander Wat, « MOI d’un côté et MOI de l’autre côté de mon bichon poêle en fonte », dans Lucifer au chômage, Éditions l’Âge d’Homme, 2013 ; Michal Walczak, Pauvre de Moi, la Chienne et Son Nouveau Mec, Éditions l’Espace d’un Instant, 2011 ; Bozena Keff, De la Mère et de la Patrie, bourse Antoine Vitez 2012 ; Artur Palyga, Transitions, bourse Antoine Vitez 2011.

[2]  Documents annuels du CNL, ici pour 2012.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 6 mai 2014

    […] D’autre part, le Carreau de la Bulac (Carnet de recherche de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations) a ouvert ses pages à Olivier Mannoni et Monika Prochniewicz afin de revenir sur le sujet de l’ETL-CNL. Pour lire l’entretien, cliquer ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *