La Grande muraille des contes : une collecte géante de littérature populaire en Chine à la fin du XXe siècle

Sur invitation de la BULAC, Vincent Durand-Dastès, enseignant-chercheur à l’INALCO, membre de l’équipe ASIEs, nous livre, dans un article passionnant et foisonnant, les clés d’une imposante collection sur les contes et légendes populaires de Chine, dont notre bibliothèque commença l’acquisition à la fin des années 1990. Conçu pour le Carreau, l’article final, dont la longueur ne permettait pas d’être publié sous forme de billet, est consultable en intégralité sur l’archive ouverte HAL. L’auteur en propose, dans ce billet, un aperçu; de quoi, nous l’espérons, allécher les spécialistes comme les curieux.

Pour qui comme moi n’est pas anthropologue ni même folkloriste de terrain, l’accès à la littérature orale chinoise passe essentiellement par les versions transcrites des contes, chansons ou dictons populaires. J’ai ainsi de longue date pris l’habitude, au cours de mes voyages en Chine, d’acheter assez systématiquement les petits recueils de contes que l’on trouve souvent vendus dans les temples ou aux abords des « montagnes célèbres » (mingshan 名山) qui constellent le territoire chinois. Ce « butinage », qui reste intéressant, a des limites évidentes. Or, la fin des années 1990 et le début des années 2000 ont vu la publication d’une anthologie systématique de littérature populaire chinoise qui visait à offrir à ses lecteurs une très vaste sélection de matériaux recueillis à travers tout le territoire de la République populaire de Chine auprès d’artistes professionnels ou amateurs. Nous proposons, dans l’article joint à ce billet, de présenter cette collection aux lecteurs de la BULAC, en nous concentrant essentiellement sur son volet contes et légendes.

Le rapport entre les communistes chinois et la culture populaire a été de longue date placé sous le double signe de la valorisation et du contrôle. Les praticiens des arts populaires, conteurs, comédiens, danseurs et bateleurs furent légitimés dès les années 1950 par la création d’associations professionnelles, d’écoles ou de troupes reconnues par les différents échelons de l’appareil étatique, de publications spécialisées, ainsi que de divers prix et récompenses. Dans un même temps, si l’artiste populaire se voyait reconnu en tant qu’individu, son répertoire devait être soigneusement contrôlé par les organes de propagande de l’appareil d’État : les pièces du théâtre chanté et les danses traditionnelles, représentées devant les temples ou au cours des processions accompagnant les anniversaires des dieux, étaient au cœur d’une vie religieuse de la société urbaine ou rurale à laquelle les nouvelles autorités entendaient mettre fin; les contes et légendes déclinaient la mythologie de divinités et d’esprits que les campagnes « anti-superstition » prétendaient renvoyer dans les limbes d’un passé révolu ; enfin, les plaisanteries risquées ou l’humour scatologique n’auraient plus droit de cité dans le monde « civilisé » (wenming 文明) d’une nouvelle société socialiste caractérisée de fait par sa sourcilleuse pruderie.

Aussi, lorsque les folkloristes du nouveau régime furent envoyés collecter les matériaux de la culture populaire, le maître-mot de leur pratique fut longtemps le terme de zhengli 整理: façonner, arranger, mettre en ordre. La part « féodale », « superstitieuse » ou « obscène » du répertoire pouvait – devait, même – être collectée, mais ne devrait en aucun cas quitter la zone grise des publications « à diffusion interne » (neibu 内部) : seules pouvaient être proposées au public des œuvres exemplaires où l’héroïsme serait invariablement du côté du paysan pauvre et la vilenie de celui du propriétaire foncier, forcément oppresseur. Même si le travail des « arrangeurs » et re-façonneurs de thèmes anciens fut souvent accompli avec talent, il n’en reste pas moins que les publications issues de la culture populaire chinoise qui parurent depuis les premières années du régime communiste jusqu’au coup d’arrêt de la Révolution culturelle furent marquées par un souci didactique prononcé. Ces publications escamotaient des pans entiers de cette culture tout en réécrivant considérablement les pièces retenues pour être proposées au public.

La collection que nous entendons présenter dans cet article, le «Compendium des contes populaires chinois» (Zhongguo minjian gushi jicheng 中国民间故事集成) fut publiée entre 1992 et 2009, à la suite d’une collecte d’ampleur nationale organisée à partir du début des années 1980. Désormais presque entièrement disponible à la BULAC, ainsi que neufs autres collections sur les arts et littératures populaires publiées conjointement, elle se distingue par son ampleur inégalée : sur le million huit cent mille contes recueillis à l’occasion de cette collecte, elle en retient près de vingt mille. Mais cette collection est aussi, tout comme les publications d’avant la Révolution culturelle, le fruit d’une vaste entreprise étatique menée sous la houlette du Parti communiste chinois. Pilotée souvent par les mêmes cadres qui avaient mené le travail de collecte du folklore pendant les premières décennies du régime, elle a hérité de cette période bien des atavismes, et si ses présupposés idéologiques ont considérablement évolué, ils n’en ont pas moins pesé sur la forme finale. Pourtant, par son gigantisme et son désir d’exhaustivité, par le souci, au sortir de la période de la Révolution culturelle, d’en finir avec un moment totalitaire de l’histoire culturelle du pays, cette collection se démarque nettement de ses devancières. Sans qu’on doive se leurrer sur ses défauts, elle nous apporte un témoignage extrêmement précieux sur la culture populaire chinoise à la veille des grands bouleversements sociaux enclenchés dans les années 1990 par la poursuite et l’accélération des réformes économiques.

Plan de l’article

I – Un projet cyclopéen

Les  « Trois compendiums de littérature populaire » et le corpus des « Dix compendiums »

La chronologie du projet des « Trois compendiums »

Objectifs et méthodes du « Compendium des contes populaires »

II –  Une organisation à plusieurs niveaux

Les fruits premiers de la collecte : les « recueils de sources » locaux

Les ouvrages publiés : volumes provinciaux et publications locales

Présentation et agencement des volumes provinciaux

III –  Apports et limites d’une somme narrative

Usages de la collection

Textes écrits et voix des conteurs

De la perte de couleur locale au « chauvinisme Han », ou de l’art de dissoudre les Ouïgours

Conclusion : le compendium des contes populaires, trente ans après la collecte

 

La version intégrale de l’article, est accessible directement depuis l’archive ouverte HALICI. Le «Compendium des contes populaires chinois»  est disponible à la BULAC, dans sa presque intégralité, en salle de lecture du rez de jardin, ainsi que sept des neufs collections sur les arts et littératures populaires publiées conjointement : «Compendium des chansons populaires chinoises» (Zhongguo minjian gequ jicheng 中国民间歌曲集成), «Compendium de la musique des conteurs et chanteurs de ballades chinoises» (Zhongguo quyi yinyue jicheng 中国曲艺音乐集成), «Compendium de la musique du théâtre chanté chinois» (Zhongguo xiqu yinyue jicheng 中国戏曲音乐集成), «Encyclopédie des conteurs et chanteurs de ballades» (Zhongguo quyi zhi 中国曲艺志), «Encyclopédie du théâtre chanté» (Zhongguo xiqu zhi 中国戏曲志), «Compendium des danses populaires des nationalités chinoises» (Zhongguo minzu minjian wudao jicheng 中国民族民间舞蹈集成) et «Compendium de la musique instrumentale populaire chinoise» (Zhongguo minzu minjian qiyuequ jicheng 中国民族民间器乐曲集成). Vous en retrouverez les références et les cotes ICI.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 9 octobre 2014

    […] Lire la suite sur Le Carreau de la BULAC […]

  2. 12 janvier 2015

    […] Lire la présentation détaillée de l'article sur le Carreau de la BULAC. […]

  3. 18 juillet 2015

    […] Lire la présentation détaillée de l’article sur le Carreau de la BULAC. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *