Des documents en Open Access sur les plate-formes en ligne des éditeurs commerciaux… Kesako ?

[Boîte à outils]

Lors de l’Open Access Week, le Carreau de la BULAC vous avait proposé différentes solutions pour chercher (et trouver !) des documents (articles, e-books, thèses…) en Open Access. A cette occasion, nous avions mentionné rapidement certains éditeurs commerciaux proposant quelques titres en Open Access. Aujourd’hui, nous souhaitons revenir plus en détail sur ces « loopholes » (littéralement « failles »), pour vous permettre de dénicher tout le contenu qui vous est accessible en ligne, y compris lorsque votre bibliothèque n’est pas abonnée aux ressources proposées par un éditeur.

Springer propose par exemple une plate-forme spécifique, SpringerOpen, qui indique les revues et articles publiés en OpenAccess Notez par exemple qu’il est possible de consulter librement les revues suivantes :

Cette plate-forme vous permet également d’accéder aux différents articles accessibles sans restriction, qui peuvent être issus de journaux n’étant pas entièrement consultables en libre accès (on parle dans ce cas de modèle hybride). Enfin, n’hésitez pas à vous rendre sur l’onglet ebooks de SpringerOpen afin de consulter les ouvrages électroniques en libre accès.

Chez Brill, vous trouverez les revues suivantes entièrement en Open Access :

Outre ces quelques titres, chaque mois, Brill propose un accès libre aux 15 articles les plus téléchargés dans le mois pour différents domaines d’étude. Du début du mois de novembre jusqu’au 31 janvier 2015, par exemple, pour les études concernant le Moyen-Orient, consultez gratuitement en ligne les articles suivants :

ll vous suffit de vous abonner aux e-newsletters correspondantes à votre domaine de recherche pour recevoir régulièrement la liste des 15 articles librement téléchargeables. Par ailleurs, lors de vos recherches dans l’ensemble des ressources en ligne publiées par Brill, soyez attentifs à ce symbole : Brill OA il signale les articles, e-books ou revues accessibles librement. 

Chez Oxford University Press, repérez les logo « Oxford Open » oxford open, qui vous permettront de repérer le contenu accessible, même si la BULAC n’y est pas abonnée !

 

Project Muse OASur les plate-formes regroupant des journaux et/ou e-books de plusieurs éditeurs, telles que JSTOR ou Project Muse, n’hésitez pas à restreindre l’accès au contenu auquel vous avez accès Jstor capture d'écranuniquement (voir copies d’écran ci-contre), ce qui vous permettra de consulter les titres auxquels votre bibliothèque est abonnée ainsi que les titres en OpenAccess.

 

 

 Enfin, quelques sites bien utiles pour dénicher les ressources publiées en libre accès par des éditeurs scientifiques :

N’oublions pas néanmoins, que ces quelques titres publiés en Open Access par les éditeurs sont généralement édités au moyen du système auteur-payeur : si l’auteur de l’ouvrage ou de l’article finance la publication, l’éditeur accepte de laisser l’ouvrage, la revue ou l’article en libre accès. Ce système, qui fonctionne essentiellement grâce aux bourses délivrées par les universités, laboratoires de recherche ou bibliothèques, s’est principalement développé dans les pays anglo-saxons.

Ce système ne constitue pas une solution de développement de l’Open Access à long terme, car il continue à reposer sur un financement individuel ou institutionnel. Il est donc important de rappeler ici que les politiques de soutien, d’incitation et de financement publiques sont les plus à même de permettre le développement des archives ouvertes ou des revues en libre accès de façon pérenne. Nous vous encourageons donc à consulter des plate-formes telles que Persée ou encore OpenEdition. et surtout, en tant que chercheur, à mettre à disposition en libre accès vos recherches pour favoriser la circulation de l’information scientifique ! 

 persee

Pour finir, mettons à l’honneur nos voisins allemands, très avancés dans le domaine de l’OpenAccess et de la mutualisation des ressources électroniques,  en revenant rapidement sur la récente initiative Language Science Press. Ce projet, fondé en août 2012 a pour but de proposer une nouvelle solution d’édition dans le domaine des langues et de la linguistique, où la version électronique en libre accès de l’ouvrage constitue l’entité primaire. Des copies papiers peuvent être commandées, de façon payantes, par un service d’impression à la demande. Lancé par Martin Haspelmath (Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology) et Stefan Müller (Freie Universität Berlin), ce projet a obtenu un financement de la part de la Deutsche Forschung Gemeinschaft, et propose d’ores et déjà plusieurs titres dans son tout jeune catalogue. Quelques exemples, déjà en ligne ou à venir très prochainement : language science press

Bonne lecture !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *