La BULAC célèbre l’Open Access Week ! #OAWeek

[Open Access Week]

L’Open Access (libre accès), c’est la mise à disposition gratuite en ligne des résultats de la recherche (articles, compte-rendus, thèses…), en opposition aux principes qui régissent les pratiques des grands éditeurs de revues en ligne : payantes, sur abonnement ou achat, souvent par les bibliothèques.

Mais l’Open Access ne se limite pas à la question de la gratuité. En publiant en Open Access, on accorde aussi une licence spécifique1 qui autorise le lecteur à :

  • accéder gratuitement et librement au document sur Internet
  • le lire, le télécharger, l’imprimer
  • le diffuser
  • effectuer des recherches à l’intérieur de ces articles, faire des liens entre eux, les indexer
  • le visualiser publiquement (l’utiliser dans le cadre d’une présentation ou d’un power point par exemple)

Le tout à condition, bien sûr, de citer l’auteur et de respecter les principes de propriété intellectuelle : l’Open Access n’est pas du plagiat !

keep calm and oa

Par ailleurs, pour publier en Open Access, il faut publier son article dans une revue qui respecte les principes de l’Open Access ou déposer son document dans au moins un réservoir en ligne2 subventionné par

  • l’Etat,
  • un établissement d’Enseignement supérieur,
  • une société savante
  • ou un autre organisme reconnu comme oeuvrant pour le libre accès

Ces réservoirs (que l’on appelle archives ouvertes) répondent eux-mêmes à un certain nombre de critères et respectent le principe de la diffusion sans restriction, l’interopérabilité et l’archivage à long terme.

L’Open Access regroupe donc un ensemble de pratiques qui permettent de faciliter les échanges et la rapidité de la mise à disposition du travail des chercheurs.

La naissance des réflexions sur l’Open Access est concomitante des débuts de la diffusion en ligne d’articles de recherche, dès les années 90. Mais la première vraie définition de l’Open Access date de 2001, et son développement intervient au milieu des années 2000, lorsque le monopole des éditeurs sur les revues en ligne commence à apparaître de plus en plus clairement.

L’augmentation exponentielle du coût des ressources en ligne3 et la nécessité de fluidifier les échanges entre chercheurs et la diffusion des données de la recherche encourage aujourd’hui les autorités universitaires et politiques à soutenir activement le développement de l’Open Access4.

Aujourd’hui débute l’Open Access Week (du 13 au 26 octobre en France, du 20 au 26 à l’international). Qu’est-ce que c’est? L’occasion de présenter les grands principes de l’Open Access, de familiariser les chercheurs avec l’utilisation des archives ouvertes et des revues en libre accès, et de rappeler l’importance du libre accès dans le monde scientifique aujourd’hui.

Depuis la première journée du libre accès en 2007 aux Etats-Unis, jusqu’à l’édition de 2014, les semaines du libre accès regroupent des ateliers, formations et conférences dans le monde entier.

Pour célébrer à sa façon l’Open Access Week, la BULAC vous propose de découvrir chaque jour un nouvel aspect de l’Open Access sur le Carreau de la BULAC, du 13 au 26 octobre.

Des questions ? Des hésitations ? Si vous n’êtes pas encore absolument convaincus, le site I love Open Access devrait achever de le faire… ! Et pour savoir comment déposer sa thèse et ses articles en Open Access, rendez-vous sur le Carreau de la BULAC le 17 octobre…! 

i love OA

#OAWfr14 #OAWeek

  1. Cette licence est assujettie au régime de propriété intellectuelle libre (Creative Commons) []
  2. Le principal réservoir français Open Access est Hyper Article en ligne (HAL) []
  3. L’Open Access est défini pour la première fois lors d’un colloque en 2001, à Budapest. Une déclaration issue de ce colloque, formule pour la première fois les grands principes de l’Open Access en 2002 []
  4. Ces augmentations de prix obligent aujourd’hui certaines bibliothèques à désabonner une grande partie de leurs ressources []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15 octobre 2014

    […] Qui n’a pas déjà fait la désagréable expérience de rechercher un article sur le web et de s’apercevoir que cet article n’est accessible qu’aux lecteurs des bibliothèques abonnées…et que,  évidemment, sa bibliothèque préférée n’en fait pas partie! Malheureusement, avec la multiplication des bases de données et les prix souvent décourageants des ressources électroniques, en regard des contraintes budgétaires de l’administration, les bibliothèques se retrouvent à faire des choix draconiens, voire à se désabonner de ressources trop coûteuses…Heureusement, le libre accès est là pour tenter, peu à peu, d’inverser la tendance (voir le billet publié sur ce sujet le 13 octobre dernier). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *