Trouver une thèse en libre accès? Mais bien sûr! #OAWeek

[Open Access Week]

De plus en plus d’universités encouragent le dépôt électronique et la diffusion en ligne, en texte intégral, des thèses de doctorat. Une véritable aubaine pour les chercheurs, jeunes et moins jeunes, pour qui ces travaux constituent une ressource incontournable, auparavant difficilement accessible.

Commençons par la France…

En France, par exemple, les universités sont officiellement invitées depuis 2006 à passer au dépôt électronique des thèses et à les diffuser en texte intégral. Bien sûr, la diffusion en texte intégral dépend de l’accord de l’auteur, qui peut s’y opposer, par exemple s’il est en négociations avec un éditeur commercial auquel il souhaite réserver la primeur de ses recherches. Pour trouver des thèses françaises en ligne, deux principaux outils s’offrent à vous : theses.fr et TEL.

couleur

Theses.fr permet à la fois d’identifier les thèses en cours de préparation (pratique pour s’assurer que personne d’autre ne travaille déjà sur votre sujet!) et les thèses soutenues. Si la thèse soutenue qui vous intéresse est accessible en ligne, theses.fr vous l’indique (cf. capture d’écran, encadré rouge : cliquer sur l’image pour l’agrandir). Dans la majorité des cas, vous serez alors redirigés vers TEL ou le portail de l’université.

Capture 1

Nous en parlions dans un autre billet, TEL est l’archive ouverte nationale consacrée aux thèses. Toutefois, toutes les universités ne recourent pas encore au dépôt électronique des thèses. Les jeunes docteurs sont néanmoins invités, s’ils le souhaitent, à déposer d’eux-mêmes une version électronique de leur thèse sur TEL. Il peut s’agir de la version qui a servi à la soutenance, ou bien une version corrigée, allégée, complétée, etc. N’hésitez donc pas à chercher dans les deux moteurs de recherche!

Astuce : TEL vous permet de limiter votre recherche à une discipline – pour les sciences humaines et sociales, c’est ici   ou à une collection – portail institutionnel ou thématique (cf. capture d’écran, encadré bleu). Les facilités de veille sont les mêmes que pour HAL, rendez-vous sur le billet de mercredi dernier pour les retrouver.

Capture 2

Enfin, pour ceux qui travaillent sur les aires culturelles, sachez que l’Inalco, dont la BULAC est dépositaire des thèses, est passé courant 2013 au dépôt électronique : les thèses de l’Inalco sont donc désormais accessibles en ligne depuis TEL et theses.fr (si l’auteur a donné son accord, bien sûr)!

Détour par l’Europe…

dart-logo-transparent

Dart-Europe, est LE portail européen des thèses électroniques en libre accès (566 universités, 28 pays). Il permet, depuis une porte d’entrée unique, d’effectuer une recherche parmi les divers portails de thèses électroniques mis en place dans les différents pays d’Europe, y compris TEL et theses.fr (pour la liste complète des universités, bibliothèques et consortiums participants, cliquez ici).

Lorsque vous faites une recherche, vous pouvez ensuite en affiner les résultats en précisant les mots clés utilisés ou en filtrant par pays, année de soutenance, auteur, collection (portail de thèses), université et langue (cf. capture d’écran, encadré rouge).

Capture 3

Et le reste du monde?

Il est impossible de lister ici tous les portails de thèses en libre accès existants à travers le monde. Heureusement, un moteur de recherche tout récent, OATD : Open Access Thesis Dissertation, vous aidera à identifier les thèses accessibles en libre accès un peu partout…

2000px-Open_Access_logo_PLoS_white.svg

Lancé en 2013, OATD est LE moteur de recherche international dédié aux thèses électroniques diffusées en libre accès. Son objectif, à terme, est d’indexer tous les répertoires de thèses électroniques existants. Dans la mesure du possible, ces thèses sont accessibles en texte intégral. Mais comme les docteurs peuvent toujours s’opposer à la diffusion en texte intégral de leur thèse, vous ne trouverez, parfois, que des références bibliographiques. Dans ce cas, faites appel au PEB (Prêt entre bibliothèques) pour la faire venir dans votre bibliothèque!

Très complet concernant le continent américain, OATD poursuit ses efforts en faveur d’une couverture internationale : il inclut la plupart des répertoires de thèses électroniques européens et de plus en plus de répertoires des autres continents, notamment le répertoire national australien et plusieurs répertoires africains, chinois, indiens, japonais, etc., à partir du moment où ceux-ci utilisent le protocole informatique OAI-PMH, propre à l’échange de données entre répertoires d’archives ouvertes. Pour consulter la liste complète des répertoires indexés par OATD, c’est ici. La recherche avancée est bien pratique (cliquez sur Advanced search options, sous le formulaire de recherche de la page d’accueil), vous permettant notamment de filtrer par langue, pays et date (cf. capture d’écran, encadré rouge). Vous pouvez même cocher la case Only ETDs with Creative Commons licenses si vous ne souhaitez accéder qu’à des documents dont vous connaîtrez précisément les règles de réutilisation (vous n’est pas trop sûr de ce que sont les creative commons? Consultez le site qui leur est consacré et, en particulier, sa rubrique FAQ, très bien faite).

Capture 5

Autres outils…

N’oubliez pas les moteurs de recherche à couverture typologique plus large, comme FreeFullPdf (indexe les documents .pdf accessibles gratuitement en texte intégral, dont les thèses) ou BASE, l’un des plus gros moteurs de recherche spécialisés dans tous les types de documents diffusés en libre accès (incluant images, vidéos, sons, cartes, données brutes, cf. billet d’hier)…Pour limiter votre recherche aux thèses dans BASE, utilisez la recherche avancée; dans l’encadré Types de documents, désélectionnez Tous types de documents puis sélectionnez Thèses : vous n’avez plus qu’à saisir vos mots-clés et à lancer la recherche (cf. capture d’écran, encadré rouge)!

Capture 4

 

DissReviewsHeader1

Pour finir, nous vous rappelons l’existence de l’excellent Dissertation reviews. Certes il ne vous donnera pas accès au texte intégral de thèses, mais offre un service tout aussi précieux, en recensant régulièrement les thèses qui viennent d’être soutenues, avec résumé de l’argumentaire de la thèse et présentation des sources utilisées. Son petit plus pour les chercheurs de la BULAC? Le fait qu’il soit dédié aux thèses en sciences humaines et sociales, avec un intérêt particulier pour les aires culturelles…Vous y trouverez également toutes sortes d’astuces et de retour d’expérience sur les centres d’archives et bibliothèques à travers le monde. Un outil désormais incontournable!

#OAWeek  #OAWfr14

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *