Les manuscrits arabes de la BULAC

Francis Richard est directeur scientifique de la BULAC et membre de l’UMR 7528 (Mondes iranien et indien). Au terme de longues années d’étude sur les manuscrits arabes conservés dans la Réserve de la BULAC, il nous livre ici un premier aperçu de cette collection encore mal connue, et du travail de longue haleine qu’il reste encore à accomplir…

La collection de manuscrits arabes venant de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO) et qui se trouve à présent à la Réserve de la BULAC est toujours, malgré son importance, restée mal connue.

Aux origines de la collection…

Le fonds le plus ancien, intimement lié à l’histoire de l’École des Jeunes de Langues, fut constitué à partir des années 1750. Y figurent des volumes manuscrits qui se trouvaient dans la « classe des Orientaux » du Collège Louis le Grand, la salle où étaient formés les futurs drogmans. Il s’agit essentiellement, outre quelques manuscrits originaux, de travaux d’élèves ou d’enseignants, de dictionnaires et de grammaires souvent méconnus et largement inexploités, source inestimable pour l’histoire du drogmanat et de l’enseignement de l’arabe classique et dialectal. Ce fonds renferme également quelques volumes en provenance de l’École d’Istanbul, rapatriés à Paris avant 1830.

L’École spéciale des langues orientales vivantes, créée en 1795, développa son propre fonds documentaire grâce aux efforts de son secrétaire Jean-Jacques-Emmanuel Sédillot (1777-1832) tandis que l’École des jeunes de langues, alors hébergée par le collège de France, bénéficia des acquisitions systématiques de Joseph-Marie Jouannin (1783-1844). Ces fonds furent réunis lorsque les deux établissements fusionnèrent et que la nouvelle École, placée sous la férule éclairée de Charles Schefer (1830-1898), diplomate et bibliophile, s’installa rue de Lille. C’est sous ces auspices que la bibliothèque prit une réelle importance et une place unique en France pour les études arabes et islamiques. Dès lors, la collection de manuscrits s’enrichit tant grâce aux dons d’anciens élèves ou professeurs que par des achats réguliers jusqu’à la Première Guerre mondiale. L’essentiel des acquisitions porta sur des documents originaires du Maghreb. Le plus important des achats fut, en 1885, celui de la bibliothèque d’un érudit tunisien, ancien répétiteur de l’École, Sulaïman Al-Haraïri. Il est probable que ce fût par cet intermédiaire que beaucoup de documents provenant de la bibliothèque du Shaykh Muhammad Ameziane ibn al-Haddad, et de son fils Si Aziz, de Grande Kabylie, arrivèrent sur les étagères de la rue de Lille. À côté d’une certaine quantité de volumes venant d’Afrique du Nord ou des boutiques de libraires parisiens, on y trouve des milliers de feuillets, éparpillés, souvent froissés, et apparemment délaissés depuis 1885. Haraïri semble avoir eu la chance de recueillir les restes de plusieurs belles bibliothèques de savants locaux, et lui-même avait copié ou fait réalisé des copies de textes de grammaire, de droit ou de sciences. Pour des raisons inconnues bien des reliures ont disparu et l’eau et le feu ont laissé des traces sur beaucoup de ces feuillets…

L’infortune des catalogues

À leur arrivée, les manuscrits reçurent généralement un numéro, mais il fallut attendre le travail de l’érudit stambouliote Abraham Danon (1857-1925) pour qu’un véritable catalogue fût dressé, alors que Lambrecht, secrétaire de l’école, avait dès 1897 fit paraître un catalogue, fort utile, des imprimés arabes de la bibliothèque.

Le catalogue de Danon, resté inédit, suivait un classement par matières. Il s’inspirait des grands catalogues érudits des bibliothèques européennes (Londres, Leyde, Vienne ou la Bibliothèque nationale). Demeuré manuscrit, il n’était accessible qu’à un nombre infime de lecteurs, tandis que les manuscrits eux-mêmes demeuraient difficiles d’accès. Le système des cotes des manuscrits de la rue de Lille, complexe, avec des sous-cotes, ce qui était inévitable vu le nombre considérable de pièces et de fragments, surtout en arabe, rendait difficile l’identification des pièces. Abdelghani Ahmad-Bioud (1913- 1989) entreprit, pour tenter de pallier cet inconvénient, de réaliser un index, resté sur fiches, des manuscrits jusqu’à la cote 816 (= ms.ara.816), une des dernières utilisées par Danon et ses continuateurs.

De son côté Georges Vajda (1908- 1981), grand érudit qui travailla à la refonte du catalogue des manuscrits arabes de la Bibliothèque nationale, laissa également des notices dactylographiées ou manuscrites qui concernent les manuscrits 1 à 651 et complètent le travail de Danon. Mais ce travail resta malheureusement sans suite.

Les manuscrits restaient difficiles d’accès rue de Lille. Certains manuscrits répertoriés par Danon demeuraient (et parfois demeurent encore, comme on le verra) impossibles à retrouver, le volume ayant disparu ou son numéro n’étant plus lisible … Le déménagement des collections et l’ouverture de la BULAC en décembre 2011 ont permis d’améliorer considérablement cette situation. Les manuscrits sont désormais conservés dans des magasins spéciaux appropriés et sont consultables par les lecteurs dans des conditions normales dans la salle de lecture de la Réserve.

Un fonds à tirer de l’oubli

Pour marquer l’importance que nous attachons à ce fonds historique, qui est au cœur de l’histoire de l’enseignement de l’arabe à Paris, un choix de 27 manuscrits arabes scientifiques de la collection a fait l’objet, grâce au mécénat, d’une numérisation intégrale et est accessible sur le site de la BULAC.

Dans une étude réalisée en 2005, avant le transfert à la BULAC, nos collègues Nathalie Rodriguez et Marie-Geneviève Guesdon avaient pu réaliser un bilan très documenté concernant ce fonds de manuscrits arabes. Elles soulignaient qu’outre les volumes décrits par Danon, il existait une masse considérable de cahiers, de feuillets ou de documents rassemblés dans des boîtes, dont l’état laissait souvent à désirer et dont toute l’identification restait à faire.

L’ouverture de la BULAC nous a placé devant un défi. Il nous fallait absolument rendre au fonds manuscrits de l’École la place qui leur revient et les tirer de l’oubli. Pour cela nous nous sommes fixé pour objectif à moyen terme de publier un catalogue de cette collection en la faisant figurer dans le catalogue « Calames », catalogue collectif des manuscrits des bibliothèques universitaires françaises. Pour ce faire il fallait d’abord réaliser un état des lieux : dresser la liste des manuscrits présents dans nos collections, d’après les données de Danon et des autres catalogues (ce qui nous a permis déjà de retrouver nombre de volumes prétendument manquants), était la première des priorités.

Nous avons ensuite entrepris le classement et la cotation de tous les fragments, cahiers et feuillets conservés dans les boîtes. De façon pragmatique nous avons choisi d’attribuer des cotes « MS.ARA.817 » et suivantes aux unités que nous avons tenté de reconstituer. De fait il s’est avéré que très souvent ces feuillets dispersés et mélangés venaient de mêmes manuscrits et qu’on pouvait reconstituer un grand nombre d’entre eux. Il s’agit pour l’immense majorité de volumes copiés au Maghreb entre le XVIIème et le milieu du XIXème siècle.

La méthode suivie est assez simple, les feuillets ont été regroupés en tenant compte de deux facteurs : le nombre de lignes d’écriture et la dimension de la feuille. En constituant des ensembles, il a été ensuite possible de faire des rapprochements et des regroupements. Malgré nos connaissances trop sommaires de l’arabe, nous avons cependant essayé de déterminer sinon l’auteur et le titre du moins le sujet approximatif. Chaque volume ou partie de volume ainsi reconstitué a été folioté et a reçu une cote. Parfois nous nous sommes ensuite aperçu que des parties de volumes pouvaient être rapprochées et regroupées. Ce type de rapprochements devra certainement se poursuivre au fil des recherches ultérieures.

Pour l’heure nous avons atteint la cote « ms.ara.1622 », et il restera sans doute encore plus d’une centaine de cotes à attribuer. Les lettres et documents seront regroupés à la fin. Certains feuillets isolés poseront encore problème, mais nous espérons que ce petit travail préliminaire permettra de rendre possible un catalogage, au moins sommaire, de l’ensemble de la collection dans « Calames » et, but ultime, de la rendre accessible aux lecteurs et chercheurs.

Nous donnons donc en complément un aperçu de l’état actuel du travail, avec un tableau, provisoire, de l’état de la collection de manuscrits arabes cotés. Sommaire pour les premiers numéros (pour lesquels il existe le travail de Danon), il est plus précis pour les cotes suivantes même si l’identification des textes reste très souvent encore à faire. Dans certains cas le titre des œuvres a pu être indiqué, sous la forme où il apparaît. Ailleurs on s’est borné à donner une simple indication sur le sujet des textes et, éventuellement sur la manière dont ils sont divisés. Notre but est de donner d’ores et déjà un instrument de travail, fort rudimentaire mais perfectible, pour nos lecteurs que nous voudrions inciter à s’intéresser à cette collection injustement délaissée jusqu’ici.

Ce tableau est appelé à évoluer et à prendre une forme plus aboutie, par suite de la correction des erreurs et des identifications qui seront faites.

Actuellement, pour consulter le fonds de manuscrits arabes, on peut se référer au catalogue de Danon ou aux notices de Vajda, consultables sur demande dans la salle de la Réserve. On peut également se référer au document de travail présenté dans ce carnet.

Les manuscrits eux-mêmes (sauf si leur état rend toute consultation impossible) peuvent être consultés du lundi au samedi de 14 à 18h30 dans la salle de la Réserve, dans les mêmes conditions que les autres documents rares et précieux. Les prises de vue (sans flash) par les lecteurs sont autorisées et il est possible de commander des reproductions numériques.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 9 août 2016

    […] spécialiste reconnu des manuscrits du Moyen-Orient, a présenté en 2013 sur ce carnet le fonds de manuscrits arabes d’une part et de manuscrits turcs et persans d’autre part. Il évoquait le travail […]

  2. 10 septembre 2017

    […] en toutes langues), photographiques, audiovisuels ou électroniques. La BULAC, possède la seconde collection de manuscrits arabes par son importance après celle de la Bibliothèque nationale de France. Elle comprend en effet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *