Littérature coloniale et Révolte des Cipayes

Anne Morel a réalisé son mémoire de master 1 à l’université Paris Sorbonne sur la société coloniale à Pondichéry au XVIIIe siècle, avant d’entreprendre un master Métiers du livre à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. A l’occasion de son stage d’étude à la Bulac, où lui fut confiée mission de dresser un état des collections de littérature coloniale sur l’Inde, Anne Morel s’est penchée sur la place de la Révolte des Cipayes dans la fiction anglaise. 

Emportée par les décolonisations, la littérature coloniale est rapidement tombée dans l’oubli. Pourtant, elle a donné lieu à une production pléthorique et a joui d’un large succès populaire au sein de toutes les puissances coloniales occidentales à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. En Angleterre en particulier, la colonisation de l’Inde a donné naissance à un genre à part entière, la littérature anglo-indienne. Elle consiste principalement en romans et en nouvelles qui s’apparentent beaucoup à la littérature britannique de l’époque victorienne, mais qui se focalisent sur la communauté des Anglais installés en Inde. La charge idéologique de leurs fictions ne devait pas permettre aux auteurs de survivre à la décolonisation, à l’exception de quelques-uns, comme Kipling ou Forster, dont les qualités littéraires dépassent le seul contexte de leur écriture.

Malgré l’importance de la production littéraire anglo-indienne – on compte plusieurs centaines d’ouvrages – le schéma de ces fictions varie peu. La plupart d’entre elles sont des romans d’aventures pour jeunes garçons dont l’action se situe au Nord de l’Inde, à proximité des montagnes et de la frontière qu’il faut défendre : cadre propice à toutes sortes de rebondissements et d’actes courageux dans lequel s’illustre le personnage principal, type idéal du héros viril victorien. Le cadre indien est également exploité par les nombreuses romancières anglo-indiennes (Alice Perrin, Flora Annie Steel, Ethel Savi, Annie Pennell, Eleanor Pegg, Rumer et Jon Godden…) pour mettre en scène des romances sur fonds d’aventures exotiques. Surtout, un thème se dégage nettement par sa récurrence dans la littérature coloniale : c’est celui de la Révolte des Cipayes.

C’est au cours d’un stage de trois mois à la Bulac, pendant lequel j’ai été amenée à travailler sur la littérature coloniale de l’Inde dans son ensemble que j’ai été frappée par l’omniprésence de ce thème et la manière dont cet événement cristallise les topoi de la littérature coloniale. Chargée de faire un état des collections de littérature coloniale sur l’Inde, j’ai notamment mis au point un corpus de titres écrits par les Anglais sur l’Inde. Or, il en ressort que plus de soixante ouvrages sur le sujet sont parus à l’époque coloniale. Ils sont malheureusement extrêmement difficiles à trouver dans les bibliothèques françaises, mais un certain nombre d’entre eux a toutefois été numérisé.

La mutinerie de 1857, dite aussi « Révolte des Cipayes », « Première guerre d’indépendance indienne » ou encore « Grande Rébellion », au cours de laquelle des garnisons de soldats hindous et musulmans engagés au service de l’East India Company dans l’armée indienne – bientôt suivies par une partie de la population civile – se soulèvent, est un événement qui a marqué une rupture profonde dans l’histoire de l’Inde britannique. Avant tout, elle a changé de manière significative la perception qu’avaient les Anglais de leur empire colonial, et la production littéraire s’en est nettement fait l’écho.

Déclenchée selon la rumeur par l’utilisation de graisse de porc ou de bœuf comme lubrifiant des nouvelles cartouches de l’armée britannique – qui devaient être déchirées avec les dents, obligeant ainsi les soldats à violer l’interdit de leurs religions respectives quant à la consommation de ces viandes – cette révolte tire ses origines d’une multitude de causes plus profondes, d’ordre à la fois économique, politique et géopolitique, mais en particulier du mécontentement croissant d’une partie de la population indienne face au mode de gouvernance britannique. Rapidement, la mutinerie qui avait commencé à Meerut le 10 mai 1857 gagne les garnisons du Nord et du Centre de l’Inde. En juin, à Kanpur, près de 900 Britanniques sont massacrés, dont une part importante de civils. Animés par le désir de venger ce massacre et d’écarter toute menace contre la domination britannique en Inde, les Anglais orchestrent une répression implacable contre les insurgés. La rébellion est écrasée à Gwâlior le 20 juin 1858, quatorze mois après son commencement. La même année, l’East India Company perd ses prérogatives administratives en Inde et la colonie passe sous la mainmise directe de la Couronne. La rébellion est restée circonscrite au Nord et au Centre du sous-continent. Mais l’événement a eu un effet traumatisant pour l’opinion publique britannique, qui a largement approuvé les moyens mis en œuvre par le gouvernement pour réprimer la rébellion.

Loin de voir dans la Révolte un signe de leur affaiblissement, les Anglais ont au contraire senti leur légitimité en Inde renforcée par cet évènement. La supériorité militaire et raciale des Britanniques semble attestée par l’efficacité de la répression. Le « fardeau de l’homme blanc », devoir de civiliser les pays conquis, véritable leitmotiv de l’expansionnisme britannique, leur paraît prendre tout son sens à l’occasion de la Révolte : plus que jamais, les Indiens ont besoin d’être guidés, disciplinés. La mutinerie est donc le thème idéal pour glorifier la colonisation, d’autant plus qu’il se prête particulièrement bien à la mise en scène de l’empire : les exploits militaires sont élevés au rang d’actes héroïques, tandis que la guerre offre la possibilité de multiples péripéties et d’histoires d’amour contrariées.

Entré dans la mythologie britannique, le thème de la révolte continue à être exploité dans la littérature de fiction et le roman historique. Depuis l’indépendance, une quinzaine d’œuvres de fiction sur le sujet ont ainsi été publiées en Angleterre. Mais la mutinerie a aussi inspiré des auteurs indiens de langue anglaise, comme Malgonkar Manohar auteur de The devil’s wind, Nana Sahib’s Story (Viking, New York, 1972), qui se sont emparés du sujet pour offrir un contrepoint à la vision anglaise.

Sources

Bibliographie non exhaustive des récits et romans en langue anglaise sur la rébellion

(NB : les liens vers les versions numérisées par les Bodleian Libraries ne renvoient pas vers un site mais déclenchent automatiquement le téléchargement d’un fichier .pdf)

  • Williamson, John Vaughan, Fallen Heroes of the Indian War : A Poem, London, Lindsey, 1858

  • Money, Edward, The Wife and the Ward ; or, a Life’s Error, London, Routledge, Warnes & Routledge, 1859 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University; également accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Prichard, Thomas, The mutinies in Rajpootana : being a personal narrative of the mutiny at Nusserabad, London, Parker, 1860 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University; consultable à la BULAC)

  • Lawrence, George Alfred, Maurice Dering ; Or, The Quadrilateral : A Novel, London, Tinsley Brothers, 1864 (numérisé par la Russian State Library et les Bodleian Libraries of Oxford University; également accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Treveylan, Sir George Otto, Cawnpore, London/New York, Macmillan, 1864 (éd. 1866 accessible en ligne sur Hathithrust Digital Library)

  • Anonyme, Childhood in India or English Children in the East, London, Jackson, Walford & Hodder, circa 1865 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University)

  • Malet, Hugh Poyntz, Lost links in the Indian Mutiny, London, T. Cauley Newby, 1867 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University)

  • Grant, James, First love and last love : A tale of the Indian mutiny, London/New York, G. Routledge & Sons, 1868 (éd. 1869 accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Allard, Hafiz, Nirgis : A Tale of the Indian Mutiny and Bismillahor Happy Days in Cashmere, London, W.H. Allen, 1869

  • Kingsley, Henry, Stretton : A novel, London, Tinsley, 1869 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University et accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Newall, J.T., The Gage of Honour : A Tale of the Great Mutiny, London, Tisley, 1869 (accessible en ligne sur Internet Archive : vol.1, vol.2, vol.3)

  • Taylor, Philip Meadows, Seeta, London, Henry S. King, 1872 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University; également accessible en ligne sur Hathithrust Digital Library)

  • Grant, James, Fairer than a Fairy : A Novel, 3 vol., London, Tinsley, 1874 (éd. accessible en ligne sur Internet archive : vol.1, vol.2, vol.3 ; éd. 1875 en 1 vol. également en ligne sur Internet Archive)

  • Chesney, George Tomkyns, The Dilemma, London, Blackwood and sons, 1876 (éd. 1876 accessible en ligne : vol. 1, vol.2,  vol. 3 / éd. de 1908 accessible en ligne en 1 vol. sur Internet Archive)

  • Kingston, W.H.G., The Young Rajah, London, Thomas Nelson & Sons, 1876 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University)

  • Marryat, Augusta, Lost in the Jungle : A story of the Indian Mutiny, London, Griffith & Farran, 1877 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University)

  • Sterndale, Robert Armitage, The Afghan Knife: A Novel, London, Sampson Low, 1879 (éd. 1879 numérisée par les Bodleian Libraries of Oxford University et accessible en ligne sur Internet Archive : vol.1, vol.2, vol.3)

  • Fenn, George Manville, Begumbagh : A tale of the Indian Mutiny and Others Stories, London, W&R Chambers, 1879 (éd. 1879 numérisée par les Bodleian Libraries of Oxford Unviersity; éd. 1893 accessible en ligne sur Internet Archive; ed. numérique en 2007 par le Projet Gutenberg)

  • Henty, George Alfred, In times of peril. A tale of India, London, Griffith & Farran, 1881 (éd. 1900 accessible en ligne sur Internet Archive; éd. numérique en 2004 par le Projet Gutenberg)

  • Sturges, Mary and Octavius, In the Company’s service : A Reminiscence, London, W.H. Allen & Co, 1883

  • Dutt, S.C., Shunkur, A tale of the Indian Mutiny of 1857, in Bengaliana : A Dish of Rice and Curry, and other Indigestible Ingredients, Calcutta, Thacker, Spink, 1885 (consultable à la bibliothèque de l’EFEO, dans The Times of Yore or Tales from Indian History, 1885)

  • Phipps, Katherine C.M., Douglas Archdale : a Tale of Lucknow, London Literary Society, 1885 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University)

  • Forrest, Dudley Hadress. (pseud. de Robert Edward Treston Thomas), The touchstone of Peril. A tale of the Indian Mutiny, London, Fisher Unwin, 1886

  • Gillean (pseud. de John Norman Hector Maclean), The Rane : A Legend of the Indian Mutiny, London, Gustavus, Cohen & Co, 1887 (numérisé par les Bodleian Libraries of Oxford University)

  • Field, Louise Frances, Bryda, a Story of the Indian Mutiny, London, Wells Gardner Darton & Co, 1888

  • Doyle, Arthur Conan, The sign of four, Harmondsworth, London, 1890 (éd. 1926 numérisée par les Bodleian Libraries of Oxford University ; éd. numérique en 2007 par le Projet Gutenberg)

  • Forrest, R.E. (pseud. de Dudley Hardress Thomas), Eight Days : A Tale of the Indian Mutiny, London, Smith, Elder, 1891 (accessible en ligne sur Internet Archive, s.d.)

  • Gray, Maxwell (pseud. De Mary Gleed Tuttiett), In the heart of the Storm : A tale of Modern Chivalry, London, Kegan Paul, 1891

  • Greenhow, Henry Martineau, The Bow of Fate, London, W.H. Allen, 1893 (accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Henty, George Alfred, Rujub the juggler, London, Chatto & Windus, 1893 (éd. circa 1910 accessible en ligne sur Internet Archive; éd. numérique en 2005 par le Projet Gutenberg). Egalement publié sous le titre In the Days of the mutiny, a military novel

  • Nisbet, Hume, The Queen’s desire : A romance of the Indian Mutiny, London, F.W. White & Co., 1893

  • Preston Muddock, Joyce Emmerson, (pseud. de James Edward Preston Muddock), The Star of fortune. A story of the Indian Mutiny, London, Chapman & Hall, 1894 (éd. 1895 accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Langton, Jarvis, A Foster Son, A Tale of the Indian Mutiny, London, Simpkins, Marshall & Co, 1895

  • Stables, Gordon, On to the Rescue : A tale of the Indian mutiny, London, Shaw, 1895 (accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Dick, Donovan, (pseud. de James Edward Preston Muddock),  The Great White Hand : or, the Tiger of Cawnpore; A Story of the Indian Mutiny, London, Hutchinson & Co, 1896 (accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Fanthorne, J.F., Miriam : A story of the Indian Mutiny of 1857, Benares, Chandaprabha Press, 1896

  • Greenhow, Henry Martineau, Brenda’s Experiment, London, Jarrold & Sons, 1896

  • Irwin, Henry Crossley, A man of honour, London, Adam & Charles Black, 1896

  • Merriman, Henry Seton, (pseud. de Hugh Stowell Scott), Flotsam : the study of a life, London, Longmans & Co, 1896 (éd. 1909 numérisée par University of Alberta Libraries)

  • Steel, Flora Annie, On The Face of the Waters, New York, Macmillan, 1896 (numérisé par la Russian State Library; également empruntable à la BULAC, rassemblé avec d’autres oeuvres dans une édition de 2005 : A Raj Collection)

  • Taylor, Lucy, Sahib and Sepoy : or, Saving an Empire, London, Shaw, 1897

  • Fenn, Clive Robert, For the Old Flag : A Tale of the Mutiny, London, Sampson Low, 1899

  • Harcourt, A. F. Pollock, Jenetha’s Venture : A Tale of the Siege of Delhi, London, Cassel & Co, 1899

  • Raines, G.P, Terrible Times : A tale of the Sepoy Revolt, London, Routledge & Sons, 1899

  • White, Michael, Lachmi Bai, Rani of Jhansi. The Jeanne d’Arc of India, New York, Taylor & Co, 1901 (accessible en ligne sur Hathithrust Digital Library)

  • Gibbon, Frederick P., The disputed V.C. A Tale of the Indian Mutiny, London, Blackie & Sons, 1903 (éd. 1904 accessible en ligne sur Internet Archive; éd. numérique en 2012 par le Projet Gutenberg)

  • Harcourt, Frederick Pollock, The Peril of the Sword, London, Skeffington, 1903.

  • Hayman, John (éd. par R.E. Forrest), The sword of Azrael, a Chronicle of the Great Mutiny, London, Methuen, 1903

  • Irwin, Henry Crossley, With Sword and Pen : A Story of India in the Fifties, London, T. Fisher Unwin, 1904.

  • Brereton, Frederick Sadleir, A Hero of Lucknow : A tale of the Indian Mutiny, London, Blackie & Son, 1905

  • Tracy, Louis, The Red Year : A Story of The Indian Mutiny, London, F.V. White & Co, 1907 (éd. numérique en 2011 par le Projet Gutenberg)

  • Grier, Sydney Carlyon (pseud. de Hilda Caroline Gregg), The Path to Honour, Edinburgh & London: William Blackwood & Sons, 1909 (accessible en ligne sur Internet Archive ; ed. numérique en 2008 par le Projet Gutenberg)

  • Grier, Sidney Carlyon (pseud. de Hilda Caroline Gregg), The Keepers of the Gate, Edinburgh/London, William Blackwood & Sons, 1911

  • Pearce, Charles E., Love besieged : A romance of the residency in Lucknow, London, Stanley Paul & Co, 1909 (éd. Canadienne de 1911 sous le titre Love besieged. A romance of the Defence of Lucknow accessible en ligne sur Internet Archive; éd. New Delhi 2003 empruntable à la BULAC)

  • Strang, Herbert, Barclay of the Guides : A story of the Indian Mutiny, London, Henry Frowde, 1909 (éd. numérique en 2010 par le Projet Gutenberg)

  • Pearce, Charles E., Red Revenge : A Romance of Cawnpore, London, Stanley Paul & Co, 1911 (éd. 1912 accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Pearce, Charles E, A Star of the East : A Romance of Delhi, London, Stanley Paul & Co, 1912 (accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Wentworth, Patricia, The Devil’s Wind, London/Melbourne, Andrew Melrose, 1912 (accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Lynn, Escott, A Hero of the Mutiny, London/Edinburgh, W&R Chambers, 1913

  • Mundy, Talbot, Rung Ho !, London, Cassell & Co, 1914 (accessible en ligne sur Internet Archive; éd. numérique en 2004 par le Projet Gutenberg)

  • Lancaster, Percival, Chaloner of the Bengal Cavalry : A tale of the Indian Mutiny, London, Blackie & Son, 1915 (accessible en ligne sur Internet Archive)

  • Wood, J. Claverdon, When Nicholson kept the border, London, Boy’s Own Paper, 1922

  • Reid, C. Lestock, Masque of Mutiny, London, C&J Temple, 1947

  • Masters, John, Nightrunners of Bengal, New York, Viking Press, 1955 (éd. 2010 consultable à la bibliothèque du bibliothèque du CEIAS)

  • Kaye, Mary Margareth, Shadow of the moon, New York, St Martin’s Press, 1956 (trad. par Henriette Rain, 1984, empruntable à la BULAC; consultable à la bibliothèque du CEIAS : vol. 1, vol. 2)

  • Stuart, Alex (pseud. de Violet Vivian Mann), The Star of Oudh, London, Mills and Boon, 1960

  • Collier, Richard, The Sound of Fury : an account of the Indian mutiny, London, Collins, 1963 (empruntable à la BULAC)

  • Clive, William, Dando on Delhi Ridge, New York, Putnam, 1971

  • Leasor, James, Follow the Drum, London, Heinneman, 1972

  • Manohar, Malgonkar, The devil’s wind, Nana Sahib’s Story, New York, Viking, 1972 (consultable à la bibliothèque du CEIAS)

  • Partington, Norman, Flow Red the Ganges, London, Collins, 1972

  • Farrell, J.G., The Siege of Krishnapur, New York, Harcourt Brace, 1973 (trad. française : Le siège de Krishnapur, trad. de l’anglais par Jean-Baptiste de Seyne, Fayard, 1990, empruntable à la BULAC)

  • Stuart, V.A. (pseud. de Violet Vivian Mann), Massacre at Cawnpore, New York, Pinnacle Books Limited, 1973

  • Stuart, V.A. (pseud. de Violet Vivian Mann), The Sepoy Mutiny, London, Robert Hale Limited, 1974

  • Stuart, Alex (pseud. de Violet Vivian Mann), The cannons of Lucknow, Robert Hale Limited, 1974

  • Stuart, Alex (pseud. de Violet Vivian Mann), The Heroic Garrison, London, Robert Hale Limited, 1975

  • Fraser, George MacDonald, Flashman in the Great Game : A Novel, London, Barrie & Jenkins, 1975

  • Fitzgerald, Valerie, Zemindar, London, Bodley Head, 1981

  • Winkler, Ken, The Furies Arise : A novel of the Indian Mutiny, Berkeley, C.A. Dawnfire Books, 1984

  • Sutcliffe, Katherine, Notorious, New York, Jove Books, 2000

  • Kilworth, Garry, Brothers of the Blade (Fancy Jack Crossman 6), London, Constable & Robinson, 2004

  • McNeill, Elisabeth, The Lady of Cawnpore, Sutton, Severn House Publishers, 2004

  • Rathbone, Julian, The Mutiny, London, Little Brown, 2007

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *