Rapport sur la pratique de l’arménien occidental en France

[Veille]

Avec un peu de retard, nous relayons l’annonce de mise en ligne du rapport sur la pratique de l’arménien occidental en France. Ce rapport est le fruit d’une enquête menée courant 2014 dans le cadre d’une recherche conduite à l’Inalco par le SeDyL et soutenue par l’Observatoire des Pratiques Linguistiques de la Délégation Générale à la Langue Française du Ministère de la culture ainsi que par la Fondation Calouste Gulbenkian.

Comme le rappelle le rapport dans son introduction, l’arménien est une langue indo-européenne, classée comme un rameau isolé de la famille, influencée au cours des siècles par ses contacts avec le grec, l’iranien et le russe. Nées et développées au carrefour de l’Orient (empires perse, puis russe et soviétique) et de l’Occident (empires romain d’Orient, puis ottoman), la langue et la culture arménienne se sont alimentées de cette rencontre entre Europe et Asie. Au cours des siècles, l’arménien a beaucoup évolué, présentant très tôt des variantes dialectales traditionnellement divisées entre dialectes orientaux et occidentaux. A l’heure de la standardisation de la langue moderne, au XIXe, on voit apparaître deux standards : l’arménien occidental, ancré en Turquie, et l’arménien oriental, ancré au Caucase. Au XXe, l’arménien oriental devient la langue d’Etat avec la constitution de la République d’Arménie en 1918, alors que l’arménien occidental, après avoir été une langue de minorité en Turquie, devient une langue de diaspora, suite à la dispersion des réfugiés arméniens de l’empire ottoman.

Bien que restée vernaculaire dans les communautés arméniennes du Proche-Orient (Liban, Syrie…), son usage a beaucoup reculé en Turquie et elle est devenue une langue minoritaire dans les pays occidentaux de la diaspora arménienne. L’arménien occidental se retrouve en situation de “langue dominée”, ce qui justifie pleinement sa reconnaissance comme “langue en danger” par l’UNESCO en 2010. Comme l’écrit Anaïd Donabédian : “Aujourd’hui, il n’existe pas de locuteur d’arménien [occidental] monolingue, et pour la très grande majorité d’entre eux, la compétence relative entre les différentes langues n’est pas en faveur de l’arménien”.1

Pratiqué en France dans les familles issues de différentes vagues d’immigration arménienne, l’arménien occidental est reconnu comme “langue de France”. Quoique considérée comme une langue en déclin, la compétence linguistique diminuant de génération en génération, on observe une importante revitalisation, portée par les acteurs communautaires : “la création de nouvelles écoles bilingues, l’augmentation globale du nombre des élèves inscrits dans ces écoles, le succès des cours hebdomadaires, la variété des initiatives culturelles et des ateliers pédagogiques destinés à transmettre la langue à différents types de publics, le rôle joué dans cette revitalisation par les familles venues du Proche-Orient, mais aussi du contact avec l’arménien oriental.”2

L’enquête menée par le laboratoire du SeDyL est née du besoin de rassembler les données permettant de mesurer l’ampleur de ces phénomènes et de cerner les types de publics qu’ils concernent. Il s’est agi de la première enquête extensive conduite sur la pratique de l’arménien occidental en France, s’appuyant sur un échantillon d’individus représentatifs de tous les niveaux de maîtrise et pratique de cette langue. Elle a mobilisé 1268 répondants, témoignant de l’intérêt des membres de la communauté arménienne pour cet enjeu.

Le rapport qui en est issu offre une lecture passionnante. Il commence par une contextualisation de la pratique de l’arménien occidental en France, avant de présenter en détail l’enquête quantitative et l’enquête qualitative menée en parallèle à partir d’observation et d’entretiens conduits en milieu scolaire et périscolaire3 . Pour chacune, il détaille la méthodologie employée, le contenu des questionnaires, les échantillons interrogés et bien sûr les résultats. Il se conclut sur une analyse synthétique et quelques pistes de réflexion, insistant sur le besoin d’études complémentaires, notamment à partir de corpus oraux, et annonçant de futures publications à partir des résultats de l’enquête menée en 2014 ((A suivre sur le site du SeDyL)). On consultera, enfin, avec profit la bibliographie, portant des références aussi bien sur l’arménien occidental que sur les questions de bilinguisme, multilinguisme et diglossie.

 Ecole tebrotzassere

Image : Ecole Tebrotzassère, l’une des cinq écoles franco-arméniennes d’Ile de France

 

  1. Voir : Anaïd Donabédian,  « L’aménien occidental », in Georges Kremnitz, Histoire sociale des langues de France, Presses universitaires de Rennes, pp.609-612. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00978131 []
  2. Voir : Présentation du rapport. En ligne :  https://sites.google.com/site/enquetearmoccidental/communique-de-presse []
  3. L’enquête qualitative a notamment débouché sur la constitution d’un corpus oral de 680 minutes []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *