Le Grand Ricci Online : origines et mode d’emploi

La BULAC s’est abonnée il y a peu au Grand Ricci Online, version en ligne du grand dictionnaire bilingue du chinois vers le français du même nom. L’occasion pour nous de revenir brièvement sur cette belle histoire éditoriale, avant de vous donner quelques astuces pour utiliser au mieux cette nouvelle ressource qui ravira les sinisants et sinologues. En effet, le Grand Ricci (Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise) 利氏漢法辭典, du nom du missionnaire italien Matteo Ricci (1552-1610) est le plus complet des dictionnaires de chinois bilingues. Publié en 2001 en 7 tomes et 1 volume d’annexes, il prend la forme d’un dictionnaire encyclopédique recensant 13 390 sinogrammes et environ 300 000 entrées de termes ou d’expressions concernant toutes les branches du savoir (sciences, technologies avancées, médecine, droit, philosophie, etc.) et couvrant aussi bien le chinois d’aujourd’hui que la culture chinoise classique et moderne. La version en ligne, éditée fin 2013, en facilite l’utilisation, permettant une recherche rapide à travers l’ensemble du dictionnaire.

Le Grand Ricci : une longue histoire

Initiative jésuite, le Grand Ricci est le fruit de plus de 50 années de labeur, dans le sillage des travaux lexicographiques entrepris dès le XVIIe siècle par les membres de la compagnie de Jésus, inspirés par leur passion pour la Chine, sa langue et sa culture. Il symbolise, d’une certaine manière, le sommet de leurs travaux dans ce domaine. Mais c’est avant tout un outil linguistique incontournable pour tout sinologue. Le projet trouve ses origines dans les années 40 : tandis que les pères André Deltour et Henri Pattyn songent à la compilation d’un dictionnaire analogique, le jésuite hongrois Eugène Zsamar envisage la rédaction d’une base de données lexicographiques à caractère encyclopédique entre le chinois et cinq langues : le hongrois, l’anglais, le français, l’espagnol et le latin. Comme l’explique la préface de l’édition 2001, suite à l’expulsion des congrégations religieuses de Chine en 1949, les pères André Deltour et Eugène Zsamar se rencontrent à Macao « accompagnés d’un stock de deux cents dictionnaires et lexiques, qu’ils ont sauvé de la tourmente ».1

Le fichier primitif sera fondé sur le Guoyu Cidian 國語辭典 , le Cihai 辭海 et le Ciyuan, ensemble enrichi par les apports des dictionnaires de Matthews, Wilhelm et Rüdenberg, et d’autres dictionnaires anglais-chinois. Cinq équipes linguistiques se mettent au travail, à Macao d’abord, puis à partir de septembre 1952, à Taichung, au centre de Taiwan. Une vingtaine de jésuites, assistés par une équipe de collaborateurs chinois, se rassemblent autour de grandes tables tournantes sur lesquelles ont été fixés des pupitres à huit faces et deux étages montés sur roulements à billes, pupitres sur lesquels sont disposés les ouvrages de référence. Ce sont près de deux millions de coupures de dictionnaires collées sur fiches cartonnées et classées selon la romanisation Wade-Giles qu’ils rassemblent ainsi, un matériel encore conservé à l’Institut Ricci de Taipei.

Source : Comité de coordination et de décision du grand dictionnaire Ricci, « Préface du Grand Ricci », in Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise, 2001. Disponible en ligne : http://www.grandricci.org/histoire_preface.pdf

Dès le milieu des année 1950, la matériau de base du futur dictionnaire est rassemblé. Ce sont les mises à jour, révisions et ajouts successifs qui prendront l’essentiel du demi siècle qui le séparera de sa publication. Face à l’ampleur du tapuscrit et des révisions nécessaires, il est décidé au courant des années 1960 de procéder par étapes : « publier tout d’abord un « petit dictionnaire » de 5 000 à 6 000 caractères et d’environ 50 000 expressions; sortir ensuite un dictionnaire intermédiaire; et enfin couronner le tout du Grand Dictionnaire Ricci , dont on reporterait la publication sine die, pour en assurer une qualité maximale »2. C’est ainsi que fut d’abord publié, en 1976,  le Dictionnaire français de la langue chinoise3. Au fil des ans, les jésuites s’associent des sinologues français de plus en plus nombreux, chargés de réviser le matériel réuni, faisant du dictionnaire un projet fédérateur de la sinologie française, expliquant certainement que seule la partie française du dictionnaire aboutira. Par ailleurs, le soutien de personnalités extérieures permet de mobiliser des financements supplémentaires et d’organiser la recherche de fonds autour d’une structure, l’Association Ricci du Grand Dictionnaire Français de la Langue Chinoise, fondée à Paris en janvier 1987. La fin des années 80 et les progrès de la micro-informatique permettent d’informatiser le travail et de faire avancer de manière décisive le projet, aboutissant en 1999 à la seconde étape du processus, avec la publication du Dictionnaire Ricci des caractères chinois, qui réunit dans un ensemble indépendant l’étude des 13 390 caractères singuliers4.

Pour plus de 2 000 caractères, l’étude commence aux origines de l’écriture, c’est-à-dire les inscriptions dites oraculaires sur écailles de tortue et omoplates de bœuf et les formes gravées sur bronzes. Elle se poursuit par la présentation des sens que le caractère revêt successivement dans les Livres Classiques; une sélection d’ouvrages a été opérée, commençant avec leLivre des Documents (Shu Jing) 書 經 et le Livre des Odes (Shih Jing) 詩經 et s’achevant avec le Shuo Wen Jie Zi 說文解字. 

Source : Comité de coordination et de décision du grand dictionnaire Ricci, « Préface du Grand Ricci », in Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise, 2001. Disponible en ligne : http://www.grandricci.org/histoire_preface.pdf

Publié deux ans plus tard, le Grand Ricci associe à ces 13 390 caractères près de 300 000 expressions touchant à plus de 200 branches du savoir, couvrant aussi bien la culture chinoise que la traduction en chinois des arts et sciences occidentaux. Aux sept tomes, chacun comptant plus de 1000 pages, s’ajoute un volume d’annexes très riches incluant :

  • des index et tables pour se repérer dans l’ouvrage, des concordances entre les différents systèmes de transcription (Wade-Giles, EFEO, pinyin, zhuyinfuhao), des tableaux d’entrée par type d’approche des caractères (radicaux, nombre de traits, caractères difficiles à trouver, etc.)
  • des tables chronologiques pour l’histoire chinoise accompagnées de cartes géographiques et historiques
  • des dossiers sur les fondamentaux de la pensée, de la culture et des sciences chinoises. Ces dossiers ont par ailleurs fait l’objet d’une publication à part : Aperçus de civilisation chinoise : les dossiers du Grand Ricci, 2003, 1 vol. (626 p.), dont deux exemplaires sont disponibles et empruntables au rez-de-chaussée de la BULAC sous la cote : 43CN 958.01 APE.

Les 8 volumes du Grand Ricci sont également consultables sur place, au rez-de-chaussée et au rez-de-jardin de la BULAC, sous les cotes :  43CN 441.CHI 01 RIC 1 à 8.

Après l’édition en 2010 d’une version numérique sous forme de DVD  (commercialisation arrêtée en 2013), il existe depuis fin 2013 une version en ligne, éditée par Brill,  à laquelle la BULAC s’est abonnée fin 2014 : le Grand Ricci Online. Tout lecteur de la BULAC peut y accéder sur place, en salle de lecture, ou à distance. Dans ce dernier cas, il suffit de se connecter au Portail de la documentation en ligne, et de saisir dans le formulaire de recherche « Grand Ricci », ou bien de sélectionner l’onglet Asie, de cliquer sur le nom de la ressource, puis d’entrer ses identifiants et mots de passe BULAC.

Cette version en ligne à l’avantage de permettre une recherche rapide, par caractères chinois, pinyin, radical et nombre de traits additionnels, nombre total de traits, ou parmi un index de caractères particulièrement difficiles à trouver. Par ailleurs, tandis que la version imprimée classe les caractères selon la romanisation Wade-Giles, la version en ligne recourt à la translittération pinyin, plus communément utilisée de nos jours.

Modalités de recherche

Vous pouvez chercher de différentes manières, par caractère isolé ou par mot/expression contenant plus d’un caractère.

Recherche d’un caractère isolé 

  • Par caractère chinois

Il suffit de saisir un caractère dans le formulaire de recherche de la page d’accueil. Vous pouvez aussi bien le saisir sous forme simplifiée ou traditionnelle; toutefois les résultats n’afficheront que des caractères traditionnels. Par exemple, si vous recherchez la forme simplifiée  , le résultat affichera 磯 (cf. fig.1). Si l’on clique sur un résultat, il comprend 2 onglets : 1 onglet Définition (différents sens du caractère), 1 onglet Expressions (termes ou expressions comportant ce caractère) (cf. fig.2).

Capture d’écran 2015-02-11 à 19.35.21

fig. 1

Capture d’écran 2015-02-11 à 19.37.41

fig. 2

Si vous saisissez un caractère sous sa forme simplifiée, vous n’obtiendrez que les caractères correspondant à sa forme traditionnelle, tandis que si vous le saisissez sous sa forme traditionnelle, les résultats afficheront également toutes les entrées dont l’onglet Expressions contient au moins une expression incluant ce caractère. Par exemple : affichera comme résultat les deux formes traditionnelles correspondantes : et (cf. fig 3). Tandis que affichera un nombre de résultats beaucoup plus important, comportant toutes les entrées comprenant des expressions incluant ce caractère (cf. fig 4). Par exemple, si l’on prend le deuxième caractère de la liste de résultats précédente, , et qu’on en consulte l’onglet Expressions : on trouvera l’expression (cf. fig 5).

Capture d’écran 2015-02-11 à 19.42.23

fig.3

Capture d’écran 2015-02-11 à 19.45.56

fig. 4

Capture d’écran 2015-02-11 à 19.49.39

fig. 5

  • Par la translittération pinyin  

Vous pouvez saisir la forme translittérée pinyin d’un caractère avec ou sans les tons. Les résultats afficheront toutes les entrées qui incluent cette syllabe dans l’onglet Expressions. Ce type de recherche est peu effectif, car aboutit à un trop grand nombre de résultats. Le nombre de résultats sera réduit si l’on saisit les tons.

  • Par radical (Kangxi ou simpifié) et nombre de traits additionnels

Pour vous aider, vous pouvez cliquer sur Radical et une fenêtre pop-up vous affichera la liste des radicaux (cf. fig 6). Choisissez celui qui convient, puis saisissez le nombre de trait additionnels dans la case Added strokes (cf. fig. 7). Les résultats afficheront l’ensemble des caractères correspondant à cette recherche.

Capture d’écran 2015-02-11 à 19.37.41

fig. 6

Capture d’écran 2015-02-11 à 19.57.33

fig. 7

  • Par le nombre total de traits de la forme traditionnelle.

Il suffit de saisir le chiffre correspondant dans la case Total Strokes. Vous pourrez ensuite filtrer par radical (cf. fig. 8).

Capture d’écran 2015-02-11 à 20.01.44

fig. 8

Pour chercher un caractère dont le radical est difficile à déterminer, allez sur la page d’accueil du Grand Ricci Online, dans l’onglet Grand Ricci Online (en bas de la page), puis cliquez sur le lien Difficult character (cf. fig 9). Un document pdf s’ouvrira, avec la liste des caractères difficiles à trouver, arrangés par ordre de traits puis par radical. Il suffit de copier le caractère dont vous cherchez la définition puis de le coller dans le formulaire de recherche.

Capture d’écran 2015-02-11 à 20.04.59

fig. 9

Recherche d’un mot ou d’une expression contenant plus d’un caractère 

Pour rechercher un mot ou une expression, il faut utiliser la recherche avancée, en cliquant sur Advanced (cf. fig. 10, encadré rouge).

Capture d’écran 2015-02-11 à 20.38.30

fig. 10

  • Par caractères chinois

Seule la forme traditionnelle peut être utilisée pour chercher un mot ou une expression de plusieurs caractères. Chercher sous forme simplifiée ne donnera aucun résultat. Il ne faut pas mettre d’espace entre les caractères. Saisissez les caractères recherchés dans la case compound or expression, et pour préciser votre recherche, sélectionnez soit (cf. fig. 11, encadré rouge):

  • Contains : les résultats afficheront les expressions contenant l’un et/ou l’autre de ces caractères. Par exemple : 猝發 affichera entre autres : 猝發, 猝發, , , 發發, etc.
  • In order : les résultats afficheront les expressions contenant les deux caractères dans l’ordre de leur saisie. Par exemple : 猝發, 猝發, 中子猝發
  • Exact : les résultats afficheront l’expression exacte. Pour notre exemple, uniquement 猝發

Capture d’écran 2015-02-11 à 20.45.18

fig. 11

  • Par la translittération pinyin

Utilisez la case pinyin et mettez un espace entre chaque syllabe, sinon la recherche ne fonctionnera pas. Par exemple, ne pas rechercher chuci mais chu ci. Les résultats afficheront toutes les expressions contenant les caractères équivalents, dans n’importe quel ordre. Une recherche chu ci vous renverra aussi bien 擉刺 chù cì que 楚茨 chǔ cí, 此處 cǐ chù ou 實偪處此 shí bī chù cǐ. Saisir les tons affinera votre recherche.Si vous voulez rechercher l’expression correspondant à la séquence précise de syllabes, saisissez l’expression dans la case pinyin et utilisez des guillemets (cf. fig. 12, encadré rouge).

Capture d’écran 2015-02-11 à 20.52.27

fig. 12

Quelques astuces

Si vous n’êtes pas certain de la forme pinyin d’un caractère, vous pouvez utiliser “?” pour une lettre, ou “*” pour plusieurs lettres. Par exemple : ma? vous renverra aux caractères correspondant aux formes pinyin ma, mai, man, mao ; ma* renverra également à mang. Ces opérateurs ne peuvent être utilisés en début du mot.

Les opérateurs booléens NOT, AND, OR peuvent être utilisés (seulement en majuscules). Par exemple gao NOT xing affichera toutes les expressions incluant gao mais pas xing (cf. fig. 13). gao AND xing affichera uniquement les expressions incluant les deux termes.

Capture d’écran 2015-02-11 à 21.05.15

fig. 13

Sur la page d’accueil de la ressource, sous l’onglet Appendices, vous trouverez un certain nombre de ressources, dont des dossiers, les tables de romanisation (pinyin, EFEO, Wade-Giles, zhuyinfuhao), les radicaux de Kangxi, les radicaux simplifiés, les principales graphies équivalentes de caractères et la liste des abréviations et sigles utilisés dans le dictionnaire (cf. fig. 14).

Capture d’écran 2015-02-11 à 21.42.42

fig. 14

Prêts?

  1. Source : Comité de coordination et de décision du grand dictionnaire Ricci, « Préface du Grand Ricci », in Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise, 2001. Disponible en ligne : http://www.grandricci.org/histoire_preface.pdf []
  2. Ibid. []
  3. Deux exemplaires sont consultables sur place au rez-de-chaussée de la BULAC, cote 43CN 441.CHI 01 HAN []
  4. Disponible au rez-de-chaussée de la BULAC, cotes 43CN 441.CHI 01 1 à 3 []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 12 février 2015

    […] Lire la suite […]

  2. 9 mars 2015

    […] savoir sur cette ressource, n’hésitez pas à consulter le billet publié à cet effet sur le Carreau de la BULAC, lequel propose un bref rappel de l’histoire éditoriale du Grand Ricci, suivi d’un […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *