L’ainu, une langue isolat d’Asie orientale

La langue ainu ainugo アイヌ語 (japonais), アイヌ イタク aynu itak (ainu) se rattache au groupe des langues paléo-asiatiques ou paléo-sibériennes. Parlées par des petites minorités ethniques de la Sibérie orientale et de l’île de Hokkaidô au Japon, certaines sont en voie d’extinction, d’autres sont mortes. Ces langues sans écritures propres ne se rattachent pas à des familles linguistiques précises et n’ont aucune parenté nette entre elles1.

L’ainu est une de ces langues2. Autrefois, le peuple ainu3 habitait une zone qui comprenait l’embouchure du fleuve Amur, le sud de la péninsule du Kamtchatka, l’archipel des Kouriles, le sud de l’île de Sakhaline (en japonais Karafuto 樺太), l’île de Hokkaidô et la partie est de l’île de Honshû. Les Japonais refoulèrent les Ainu vers le Hokkaidô au cours de leur expansion vers le nord de l’archipel, ne laissant subsister que quelques toponymes comme Noshiro au nord du département d’Akita. En outre, la colonisation japonaise du Hokkaidô provoqua trois révoltes des Ainu en 1456, 1669-1672 et 17894.

Historical_expanse_of_Ainu

Etendue historique de la langue Ainu / Source : Vovin, Alexander, 萬葉集と風土記に見られる不思議な言葉と上代日本列島に於けるアイヌ語の分布 (Strange words in the Man’yoshū and the Fudoki and the distribution of the Ainu language in the Japanese islands in prehistory), 国際日本文化研究センター, mars 2009

Les guerres et les troubles du XXe siècle ont considérablement réduit leur zone de peuplement. Aujourd’hui, les Ainu sont principalement présents dans l’île de Hokkaidô, une faible minorité résidant encore au Kamtchatka et à Sakhaline5. Très largement métissés, ils étaient 24 000 en 1993 et 50 000 personnes affirment être d’ascendance ainu. Le nombre de locuteurs en 1996 était d’une quinzaine, tous très âgés. En revanche, un sursaut a eu lieu ces dernières années avec l’enseignement de la langue6. En 1997, le lancement du Ainu Times, périodique trimestriel atteste de ce renouveau. Cette revue est rédigé en katakana, un des deux syllabaires japonais utilisé pour la transcription des mots étrangers et en alphabet latin. Kayano Shigeru 萱野茂 (1926-2006) est un des artisans de ce renouveau. Auteur de plus de trente ouvrages sur son peuple et sa langue7, Kayano siégea à la Chambre haute du parlement de 1994 à 1998 où il obtint le vote d’une loi de la promotion de la culture ainu. A ce jour, il fut le seul Ainu à siéger au parlement.

Leur physique (forte pilosité, peau blanche, traits non mongoloïdes) et certaines coutumes (tatouage des lèvres des femmes) alimentent les controverses sur leurs origines. Comme les Nivkhes8, mais avec des rites différents, les Ainus pratiquèrent le culte sacrificiel de l’ours, ancêtre totémique. Certaines études récentes indiqueraient que les Ainu partageraient d’étroits éléments de patrimoine génétique avec la population d’Okinawa. Les deux groupes seraient issus de la première population connue du Japon à l’époque Jômon (8000 av. J .-C.-100 av. J .)9.

M.I.24_3

Femme ainu. Source : David MacRitchie, The Aïnos, 1892 (cote : BIULO M.I.24)

M.I.24_2

Homme ainu. Source : David MacRitchie, The Aïnos, 1892 (cote : BIULO M.I.24)

 

L’origine de la langue ainu fait l’objet de nombreuses études10. Les dernières la rattachent soit aux langues austronésiennes soit au coréen et au japonais, à partir de considérations phonologiques et morphologiques. Des recherches plus anciennes l’apparentent au samoyède, langue ouralienne du nord-ouest de la Sibérie, voire au basque….

En outre, en 1980, une thèse de 3° cycle relative à la langue ainu «La spécificité de la langue ainu » a été soutenue par Bogdan Arapu à l’Université Paris 3 sous la direction de Maurice Coyaud11.

Les Ainu, peuple sans écriture, ont laissé des sagas, les yukar ユーカラ, source d’informations de premier plan sur leurs mythes et croyances.

Les dialectes de Sakhaline et des Kouriles sont aujourd’hui quasiment éteints, seuls subsistent les divers dialectes du Hokkaidô. Des enregistrements de textes récités par une femme âgée originaire de Sakhaline et effectués par la linguiste Murasaki Kyôko 村崎恭子 (1937-….) ont permis de préserver les traces de ce dialecte.

L’ainu commença à être transcrit en katakana à partir du 18° siècle avec les débuts de la colonisation japonaise, puis en alphabet latin romajî suite à l’ouverture du Japon comme l’atteste la publication sous cette forme des évangiles de Marc, Luc et Jean (1891). En raison du mode de subsistance de ces populations, le lexique est riche sur les termes relatifs à la chasse et à la pêche.

OO.XI.21_page de titre

Batchelor, John, Chikoro utarapa ne Yesu Kiristo ashiri ekambakye-i Markos, Roukos, newa Yoanne orowa no asange ashkanne Pirika Shongo, 1891 (Evangiles de Marc, Luc et Jean, en ainu). (Cote : BIULO OO.XI.21)

OO.XI.21_evangile de jean

Batchelor, John, Chikoro utarapa ne Yesu Kiristo ashiri ekambakye-i Markos, Roukos, newa Yoanne orowa no asange ashkanne Pirika Shongo, 1891. Première page de l’évangile de Jean. (Cote : BIULO OO.XI.21)

 

Le système consonantique est pauvre et les cinq voyelles sont analogues aux voyelles japonaises : a, i, u, e et o. En ainu, comme en japonais, le déterminant précède le déterminé et l’ordre des mots est SOV. Les noms n’ont ni genre ni nombre, mais peuvent être pluralisés comme en japonais. L’emploi d’affixes est une des caractéristiques de cette langue. Les nombres vont de un à dix. A partir de six, ils ont une structure soustractive.

La BULAC possède de nombreux documents relatifs à la langue ainu. Parmi ces ouvrages, il faut mentionner les premières études rédigées par des Occidentaux comme Léon de Rosny (1837-1914), pionnier des études japonaises en France, August Pfizmaier12, Basil Hall Chamberlain13, Bronislaw Pilsudski14 et John Batchelor (1854-1944)15, le traducteur des trois évangiles cités ci-dessus. La BULAC possède aussi des livres d’éminents spécialistes japonais comme Kindaiichi Kyôsuke16, Chiri Mashiho17 et Torii Ryûzô18.

La BULAC se situe au premier rang en France par l’étendue de son fonds sur la langue ainu qu’elle continue d’enrichir. Elle ne néglige pas pour autant les études historiques, ethnologiques et sociologiques, y compris les ouvrages les plus récents de sociologie19.

Tout lecteur cherchant à aller plus loin, trouvera des références précises dans le billet Corpus sur la langue ainu : bibliographie illustrée.

  1. Beffa Marie-Lise, Even Marie-Dominique, « Les langues paléo-asiatiques », in Dictionnaire des langues, Quadrige / PUF, 2011, p. 919-920. []
  2. Coyaud Maurice, « L’ainu », in Dictionnaire des langues, Quadrige / PUF, 2011, p. 922-926. []
  3. A l’instar de nombreuses langues, Ainu signifie « les hommes » et ne se réfère ni à un lieu ni à un peuple. []
  4. Brett L. Walker, The Conquest of Ainu Lands: Ecology and Culture in Japanese Expansion 1590-1800. University of California Press, 2001. []
  5. Selon le recensement russe de 2010, 109 individus sont recensés comme Ainu dont 94 au Kamtchatka, 4 dans la province maritime Примо́рский край de Sibérie orientale (capitale Vladivostok), 3 à Sakhaline. En fait, la population serait plus élevée, plusieurs centaines d’Ainu de Sakhaline refusant de se définir comme tels. []
  6. Fred E. Anderson, Masami Iwasaki-Goodman, « Language and Culture Revitalisation in a Hokkaido Ainu Community », in Mary Goebel Noguchi, Sandra Fotos (ed.), Studies in Japanese Bilingualism, Multilingual Matters, 2001, p. 45-67. []
  7. Deux de ses livres ont été traduits en anglais. []
  8. Les Nivkhes, appelés aussi Gyliaks, peuple «paléo-asiatique », parlent une langue isolat sans écriture propre. Ils vivent à l’estuaire du fleuve Amour et à Sakhaline. Un recensement russe de 1989 fixe leur nombre à près de 4700 personnes, dont environ 1100 parlent l’un des trois dialectes nivkhes (un sur le fleuve Amour, deux autres au nord et au sud de Sakhaline). Les Nivkhes et les Ainus de Sakhaline furent donc en contact plus ou moins pacifiques (Brett L. Walker, p. 133). []
  9. Asahi Shinbun, 01/11/12, éd. Anglaise. []
  10. Les études en langues occidentales de 1797 à 1926 ont été regroupées dans un ouvrage en dix volumes publiés en 1996. Le titre est «Early European Writings on the Ainu Language». Celles publiées de 1917 à 1970 ont été regroupées dans un ouvrage en cinq volumes publiés en 1998 et réédité en 2001. Le titre est «Origins of the Ainu Language». L’éditeur de ces deux séries est Curzon Press avec une introduction de Kirsten Refsing de l’Université de Hong-Kong. []
  11. La BULAC ne possède pas d’exemplaire de cette thèse. []
  12. August Pfizmaier (1808-1887). Ce sinologue et japonologue autrichien a laissé une œuvre abondante. []
  13. Basil Hall Chamberlain (1850-1935) séjourna au Japon de 1873 à 1911. Il enseigna à l’Ecole navale impériale et à l’Université impériale. Il rédigea de nombreux manuels et traduisit le Kojiki, la plus ancienne chronique du Japon (ca 712). []
  14. Bronislaw Pilsudski (1866-1918) mena des études ethnologiques parmi les Ainu de Sakhaline où il arriva en 1887 à la suite de sa relégation pour activité politique. Il ouvrit une école pour les enfants ainu et se maria avec une Ainu. La guerre russo-japonaise et l’occupation de Sakhaline par les troupes japonaises le contraignirent à quitter l’île. Après un séjour au Japon, il revint en Pologne russe. En 1917, il part pour Paris où il se noie dans la Seine en mai 1918. Il était le frère de Jozef Pilsudski (1867-1935), militaire et principal homme politique de la Pologne indépendante. []
  15. John Batchelor (1854-1944), missionnaire britannique arriva au Hokkaidô en 1877. Il vécut parmi les Ainu jusqu’au début de la 2° Guerre mondiale et dut alors revenir en Grande-Bretagne. []
  16. Kindaichi Kyôsuke 金田一京助 (1882-1971). Philologue et éminent spécialiste de la langue et de la culture ainu. Il est le père du linguiste Kindaichi Haruhiko 金田一春彦 (1913-2004). []
  17. Chiri Mashiho 知里真志保 (1909-1961). Professeur à l’Université du Hokkaidô 北海道大学, linguiste et disciple de Kindaichi Kyôsuke. []
  18. Torii Ryûzô 鳥居龍蔵 (1870-1953). Ethnologue et anthropologue, spécialiste de la préhistoire de l’Asie du Nord-Est. []
  19. Mark K. Watson : Japan’s Ainu minority in Tokyo : diasporic indigeneity and urban politics, Routledge, 2014. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gaëlle dit :

    Félicitations pour cet article très instructif, clair et qui met en valeur un fonds intéressant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *