Publier en Open Access ? Oui, mais pas à n’importe quel prix ! #OAWeek

« Publier en open access » : vous avez sans doute vu fleurir le débat dans les journaux, entendu des collègues en discuter au sein de votre UFR ou à la bibliothèque. La BULAC (vous le savez désormais !) soutient la publication en libre accès et vous encourage à choisir cette solution.

Et nous ne sommes pas les seuls, puisque de plus en plus de recommandations publiques et de rapports encouragent les chercheurs à publier en libre accès, avec le moins d’embargo possible sur la diffusion du texte de leurs articles (nous en débattions hier au sujet d’Horizon 2020).

Cependant, attention, quelques écueils peuvent se glisser sur le parcours du libre accès et il est bon d’en être informé afin de faire son choix en connaissance de cause.

Dans un premier temps, les éditeurs commerciaux n’hésitent pas à faire valoir (non sans mauvaise foi…) leur position à ce sujet, comme ici ou encore .

Dans un second temps, comme nous vous en parlions en 2014, les éditeurs commerciaux n’ont pas tardé à investir le domaine de l’open access, notamment à travers les revues dites « hybrides, en se permettant quelques distorsions sur les principes fondamentaux du libre accès.

L’Open Access, à proprement parler, repose sur deux solutions :

  • green open access (voie verte) : dépôt dans un archive ouverte (type HAL)
  • gold open access (voie dorée) : publication dans une revue en libre accès

Qu’est-ce donc qu’une revue hybride et quel est le lien avec l’open access ? Il s’agit d’une revue payante (l’accès aux articles en ligne se fait sur abonnement, plus ou moins coûteux), dont certains articles sont publiés en open access. Les articles publiés en open access le sont car l’auteur le décide. Dans l’immense majorité des cas, si l’auteur souhaite publier son article en libre accès, il doit s’acquitter du paiement d’une somme (relativement) conséquente, que l’on appelle APC (article processing charge).

Entendons-nous, il est rare que l’auteur lui-même paie ces frais. Bien souvent, son laboratoire, son UFR ou une bourse de publication s’en charge pour lui.

Ces frais de publication sont très variés. Par exemple, sur cette liste, publiée par Sherpa-Romeo (que nous vous avions présenté ici), on peut constater que les APC s’échelonnent d’une centaine d’euros à 4550 euros par article.

L’article ainsi publié se trouve accessible librement en ligne, même lorsque le reste des articles sont, eux, accessibles uniquement sur abonnement. Cette solution offre aux éditeurs un moyen simple de bénéficier doublement du principe de l’open access :

  • l’auteur paie pour publier en libre accès;
  • le lecteur (bien souvent sa bibliothèque, et donc les fonds publics en France) paie également, car la majorité des articles de chaque numéro reste accessible uniquement via un abonnement. Par ailleurs, dans la majorité des cas, le coût de l’abonnement aux revues hybrides ne diminue pas en fonction du nombre d’articles qu’elles publient en libre accès.

Pour résumer, alors que le principe de l’open access est de rendre librement accessibles les articles académiques, certains éditeurs commerciaux parviennent, par l’intermédiaire des revues hybrides, à faire payer deux fois la diffusion et la consultation des publications de recherche ! Cette interview de Peter Suber, parue le 30 septembre 2015 dans Library Journal, vous propose une vision plus complète sur le fonctionnement des revues hybrides.

Attention, ces revues hybrides ne doivent pas être confondues avec les revues entièrement en open access publiées par les éditeurs commerciaux. Nous vous donnions quelques exemples intéressant les études aréales dans cet article. Souvent également financées par le paiement d’APC, ces revues sont en revanche entièrement accessibles en libre accès, et évitent donc de payer l’abonnement pour les consulter.

Faut-il donc renoncer à publier dans une revue hybride ? Dans tous les cas, mieux vaut être informé des conditions dans lesquelles vous diffusez les résultats de vos recherches… Et, si vous choisissez de le faire, n’oubliez pas de vérifier que votre contrat vous donne la possibilité de déposer en parallèle votre article dans HAL ou dans l’archive ouverte de votre université !

Un dernier conseil, avant d’accepter de payer des APC pour publier vos articles en open access : méfiez-vous des éditeurs prédateurs! Il est courant, dès sa thèse achevée, de recevoir un ou plusieurs e-mails d’éditeurs proposant de publier des articles (voire une monographie académique) tirés du texte soutenu. Attention, ces éditeurs ne publient pas de revues évaluées par des pairs, mais se contentent de mettre en ligne des contenus, pas nécessairement académiques, qui ne sont ni relus, ni édités. La publication d’un article dans ces pseudo-revues ne mettra pas en valeur vos recherches et ne sera pas prise en compte dans l’évaluation de votre travail.

Comment savoir si l’éditeur qui vous approche fait partie de ces éditeurs prédateurs ? Voici quelques indices (liste non exhaustive…) :

  • Vous recevez plusieurs mails par jour ou par semaine d’un même éditeur. Ces mails peuvent contenir des erreurs grammaticales ou des fautes d’orthographe.
  • Les délais de publication annoncés sont très courts.
  • L’éditeur ne vous annonce pas clairement de l’existence de frais de publication et ceux-ci sont moins élevés que dans la plupart des autres revues hybrides.

Avant toute chose, renseignez-vous sur la revue et l’éditeur (site web, facteur d’impact, présence d’un comité éditorial…). Attention, n’hésitez pas à vérifier ensuite que les chercheurs mentionnés dans le « comité éditorial » en font bien partie…  Une liste, maintenue à jour par Jeffrey Beall, bibliothécaire de l’Université du Colorado, vous donnera une idée des éditeurs auxquels il ne faut pas répondre.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander conseil à vos enseignants, collègues, ou à un bibliothécaire, afin de savoir si l’éditeur qui vous contacte propose des publications académiques reconnues.

Pour plus d’informations sur les éditeurs prédateurs, consultez cet article, publié sur le site de l’INRS ou encore ce document, mis en ligne sur le site du CIRAD.

Enfin, malgré ces quelques précautions à prendre, n’oubliez pas que l’immense majorité des revues publiées en libre accès ne sont pas dans ce cas, et que plusieurs d’entre elles, notamment en SHS sont publiées dans vos universités : pas de risques dans ce cas !


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15 octobre 2015

    […] Mion-Mouton publie sur le carnet de recherches Bulac un billet intitulé “Publier en Open Access ? Oui, mais pas à n’importe quel prix […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *