Enquête auprès des chercheurs : un premier retour…

Depuis hier soir, l’enquête lancée auprès des enseignants et chercheurs est close. Vous êtes très exactement 323 à avoir répondu, soit bien plus que ce à quoi nous nous attendions, merci à vous! Qui dit que les enquêtes auprès des enseignants-chercheurs font généralement choux blanc? Profitons-en pour remercier les différents réseaux qui s’en sont fait l’efficace relais, en particulier l’INSHS et les GIS Asies, Études africaines et Moyen-orient et mondes musulmans. Une présentation détaillée et une analyse fine des résultats seront rendues publiques avant la fin 2015. Mais d’ici là, voici déjà quelques remarques d’ensemble…

Pour rappel, cette enquête avait pour objet d’en savoir un peu plus sur les profils documentaires et informationnels des chercheurs et enseignants-chercheurs dont les études portent sur les « aires culturelles ». L’objectif à terme étant, bien sûr, d’adapter nos services au plus près de vos pratiques et besoins. Vous avez été une majorité d’enseignants-chercheurs (56%) à répondre, venant d’institutions très diverses, parmi lesquelles se détachent – sans trop de surprise – l’Inalco (27%), le CNRS (21%), l’EHESS (15%), l’EPHE et Paris-Diderot (8%). Les disciplines qui reviennent le plus souvent sont l’histoire – bien en tête – suivie, dans l’ordre, par la littérature, l’anthropologie , la linguistique, les sciences religieuses, l’histoire de l’art et l’archéologie. Quant aux aires étudiées, le monde arabe et musulman domine (Afrique du nord, Moyen-orient et Proche-orient), épaulé par l’Asie, où l’Extrême-Orient pèse de tout son poids. L’Europe arrive en troisième position, suivie par l’Afrique subsaharienne, le continent américain et l’Océanie Pacifique.

Il est loin le cliché des sciences humaines et sociales repliées sur l’imprimé! : en effet, la majorité d’entre vous utilise indifféremment documentation imprimée et électronique. Pour la première, nous sommes rassurés de voir que les bibliothèques servent encore – contrairement aux rumeurs – à quelque chose, puisqu’elles arrivent en tête des moyens que vous avez d’accéder aux ressources imprimées, même si vous semblez préférer travailler de chez vous (seule la moitié des répondants déclarent travailler très régulièrement en bibliothèque), et qu’une écrasante majorité se constitue parallèlement sa bibliothèque personnelle. Vous êtes loin d’être mono-maniaques, car il ressort de vos réponses que vous aimez à fréquenter au moins deux bibliothèques, voire plus. Parmi celles-ci, on retrouve la BULAC (66%), mais aussi – bien sûr – la BnF et les bibliothèques de la Sorbonne, de l’ÉFEO, de l’EHESS, des MSH, du Quai Branly, de Sciences Po et du Collège de France. Pour la seconde, nous sommes désolés de voir que seuls 32, 51% d’entre vous utilisent les ressources en ligne de la BULAC, encore inconnues de 31% des répondants (elles sont ici!!). Mais ce n’est pas étonnant, car vous semblez sous-utiliser les moyens de communication que la bibliothèque déploie pour en parler : si 27% d’entre vous utilisent notre carnet hypothèses, 26% n’en ont jamais entendu parler (quoi!!??), et vous êtes moins de 6% à consulter nos comptes facebook et twitter, un moyen pourtant efficace de se tenir régulièrement au courant des nouvelles ressources… Parmi celles que vous utilisez le plus, JSTOR et les ressources électroniques de Brill arrivent – sans surprise – en tête, suivies par les bases Oxford University Press Journals, OpenEditionBooks,  le CNKI, Japan Knowledge et le CINII.

Pour vos recherches sur le web, le géant google a votre préférence, suivi par google scholar, bien qu’un petit nombre déclare ne pas connaître ce moteur de recherche spécialisé dans la littérature académique. Plus étonnant, et bien que vous apparteniez tous au champ des SHS, vous êtes 48% à ne pas connaître Isidore, le moteur de recherche français spécialisé dans les ressources SHS en libre accès! Moins suprenant, les moteurs internationaux spécialisés dans la littérature en libre accès (archives ouvertes, revues Open Access) semblent encore mal connus, et vous êtes une écrasante majorité à ignorer l’existence d’ OpenDoar et DOAJ : heureusement, l’Open Access week approche à grand pas, ce qui nous donnera l’occasion d’en reparler plus en détail…

Côté outils numériques, vous êtes encore timides : alors que la veille informationnelle de tout un chacun souffre du contexte ambiant d’infobésité, vous êtes encore très peu à profiter des astuces des flux rss et des systèmes d’alerte…Mais vous êtes loin d’être déconnectés : les réseaux sociaux ne vous sont pas inconnus, même si les réseaux professionnels – c’était attendu – ont votre préférence avec, en tête, Academia. Si contrairement à twitter (seuls 17% d’entre vous déclarent avoir un compte), facebook est davatange utilisé (45%), son usage reste majoritairement privé, et rares parmi vous ceux qui profitent de leur utilité comme outils de veille (facebook : 17% / twitter : 7,50%), encore moins comme outil de valorisation de vos recherches (facebook : 6,50% / twitter : 3,70%). Celle-ci passe davantage par votre page personnelle sur le site de votre unité de recherche (45,50%) votre compte Academia (40,50%) et le blogging scientifique (27%, les carnets de la plate-forme Hypothèses en tête).

Vos modes de production scientifique préférés – ce n’est pas un secret – sont les revues académiques (86,38% des répondants), les communications au cours de congrès ou colloques (83,23%) et les monographies académiques (71,83%) ; mais vous n’oubliez pas pour autant que le savoir doit être mis à disposition de tous, puisque plus de 28% d’entre vous aiment à publier des monographies de vulgarisation.

Pour finir, la question à la mode en cette veille d’Open Access week : êtes-vous « Libre accès »? Il semble qu’il faille encore faire un effort, puisque seuls 34,06% d’entre vous déposent sur une plate-forme d’archives ouvertes, bien que vous soyez plus nombreux (42,41%) à publier dans des revues en libre accès. Mais ce constat, loin de décourager les bibliothécaires pro Open Access que nous sommes, représente un passionnant défi, et l’Open Access week nous offre une magnifique opportunité de tenter, comme l’année passée, de vous convaincre des bienfaits du libre accès à l’information scientifique et technique… Respecterons-nous le rythme d’un billet par jour comme en 2014? Restez connectés au Carreau pour le savoir!

En attendant, et pour vous mettre en bouche, cette vidéo, déjà diffusée sur ce blog par le passé, mais qui a le mérite d’être claire et convaincante…

 

Citer ce billet : Soline Lau-Suchet, "Enquête auprès des chercheurs : un premier retour…," dans Le Carreau de la BULAC, 9 octobre 2015, http://bulac.hypotheses.org/3347. Consulté le 23 septembre 2017

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 14 mars 2016

    […] pour les sites commerciaux. Academia.edu est donc tout sauf une archive ouverte. L’enquête réalisée par la BULAC à l’automne 2015 a montré à quel point la confusion est grande : un tiers des répondants déclarant déposer dans […]

  2. 31 août 2016

    […] différences disciplinaires déjà soulignées dans l’étude Couperin de 2014. Du côté de la BULAC, plus marquée SHS, on ne s’étonnera pas de la domination d’Academia (40 % des répondants). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *