L’accès ouvert aux publications scientifiques en Fédération de Russie (1/2) : les archives ouvertes

Affiche soviétique (v. 1922) " New York Public Library Digital Collections. Accessed October 20, 2015. http://digitalcollections.nypl.org/items/510d47da-4027-a3d9-e040-e00a18064a99

Un précurseur de la voie verte dissémine ses publications ? Affiche soviétique (v. 1922) – détail.

Nous poursuivons cette deuxième semaine de billets consacrés à l’Open Access en donnant un coup d’éclairage sur la situation de l’accès libre aux publications scientifiques à l’étranger. Aujourd’hui, notre attention se porte sur la Russie, où nous commencerons par présenter les pratiques d’auto-archivage de publications scientifiques, avant de nous intéresser aux portails de revues en ligne.

Les archives ouvertes, ou “voie verte”, qui organisent la mise à libre disposition par les chercheurs eux-mêmes de leurs articles scientifiques sur une plate-forme permettant l’accès pérenne et la citation, semblent peu soutenues par la puissance publique – par contraste avec la politique d’incitation de la Communauté européenne. Pour autant, en matière d’auto-archivage des publications scientifiques, le paysage russe est tout sauf une plaine désolée!

L’absence d’une politique formalisée d’auto-archivage à l’échelle nationale

Les archives ouvertes russes recensées sur l’annuaire européen OpenAire (9 dépôts), le Registry of Open Access Repositories (54 dépôts) et le Directory of Open Access Repositories (24 dépôts) présentent une image extrêmement émiettée : les archives d’institutions recensées ne dépassent pas la cinquantaine, concernent le plus souvent des établissement marginaux,  des facultés ou des instituts plutôt qu’un établissement dans son ensemble et ne rassemblent qu’un petit nombre de documents. Aucune infrastructure nationale, directement soutenue par les instances fédérales de la recherche, sur le modèle de HAL pour la France par exemple, n’existe et on ne trouve nulle trace de soutien à l’Initiative de Budapest ou à la Déclaration de Berlin sur le site du Ministère de l’enseignement supérieur, des principales universités ou des bibliothèques universitaires et nationales. L’archive ouverte de l’université de Saint-Pétersbourg, par exemple, seul établissement de premier plan représenté, ne comporte qu’un millier de références.
D’après le répertoire international des politiques institutionnelles de libre accès à la recherche ROARMAP, seulement trois instituts de recherche de l’Académie des Sciences et une université, celle de Belgorod, ville frontalière de l’Ukraine à proximité de Kharkiv, ont une politique de mandat imposant à leurs chercheurs le dépôt systématique dans une archive ouverte. Dans cette dernière université, la mesure remonte à 2013 et l’établissement propose déjà une plate-forme ouverte relativement riche car l’ensemble des ouvrages publiés par les presses universitaires ont été parallèlement déposés en ligne. En 2008, pourtant, 9 autres établissements, russes, biélorusses et ukrainiens, s’étaient engagés parallèlement à soutenir l’accès ouvert en signant la « déclaration de Belgorod sur l’accès ouvert« , s’inscrivant dans un projet de coopération universitaire transfrontalier entre les trois États.

Les soutiens institutionnels au développement des archives ouvertes sont donc très marginaux. Pour autant, le développement des archives ouvertes connaît un développement certain, grâce à une initiative collective de chercheurs.

Une initiative pluridisciplinaire d’envergure : Socionet / Соционет

Les archives ouvertes institutionnelles ne sont pas, de fait, la seule voie de développement de l’auto-archivage : la communauté internationale des astrophysiciens avait ouvert la voie en créant le portail disciplinaire Arxiv.org au début des années 1990. À compter de 1997, les économistes suivirent leur voie en créant le réseau Research Papers in Economics (RePEc) pour faciliter la dissémination des travaux scientifiques dans leur discipline à l’échelle internationale. En Russie, à l’initiative d’un groupe de chercheurs de l’Académie des sciences, l’archive disciplinaire Socionet fut mise en place en 2000 avec le soutien financier de la Fondation Ford pour servir de relais au réseau RePEc. Si les publications économiques dominent très largement, l’archive couvre désormais un large spectre de disciplines dans le domaine des sciences sociales et humaines et donne accès à presque deux millions de références – mais dont une partie, seulement, sont des ressources en plein texte.

Au-delà du Socionetsimple accès aux documents, Socionet.ru ambitionne d’être une véritable plate-forme de communication scientifique aux fonctionnalités très diversifiées : les utilisateurs enregistrés peuvent commenter les articles, suggérer des liens avec d’autres publications ou échanger avec l’auteur. Toutefois, l’ergonomie et le graphisme de ce portail restent très marqués par l’informatique des années 1990 et on peut penser que le manque de fluidité du site freine le développement de ces fonctions sociales.

Le cas des thèses : une réalisation aussi remarquable que discrète

Открытая Электронная Библиотека ДиссертацийS’il existe un contraste important entre le soutien institutionnel et les initiatives collectives dans le domaine des archives ouvertes, un cas remarquable doit être traité à part: celui des thèses. Les thèses soutenues en Russie soviétique depuis 1946 puis en Fédération de Russie ont en effet été numérisées en texte intégral au cours des quinze dernières années, soit plus de 800 000 mémoires de recherche. Ce programme de numérisation avait été initié dans le cadre d’un vaste programme de mise en ligne des fonds des bibliothèques de Russie, la « Bibliothèque électronique russe ouverte » (OREL –  Открытая Русская Электронная Библиотека)- une réforme du Code civil de 2008, toutefois, a coupé court au projet en limitant la possibilité de diffusion en ligne des œuvres protégées par le droit d’auteur. Les textes numérisés sont donc accessibles uniquement depuis les salles de lectures d’un réseau de bibliothèques partenaires.

Le Code civil de 2008, dans son article 1282-3, laisse toutefois la possibilité aux auteurs de renoncer  formellement à la protection de la propriété intellectuelle pour permettre une libre diffusion de leur œuvre. Cette disposition a permis à la Bibliothèque d’État de Russie, maître d’œuvre du projet, d’en appeler directement aux docteurs pour constituer une « Bibliothèque électronique ouverte des thèses« , donnant l’accès libre en ligne à celles pour lesquelles elle a obtenu l’accord formel des auteurs, lors de la soutenance ou rétrospectivement. Le site n’indique pas le nombre de thèses accessibles en texte intégral et l’outil de recherche ne permet pas de filtrer les résultats par type de contenu ; toutefois, une exploration rapide de la base révèle qu’un nombre important de travaux sont accessibles à tous, signalés par le logo  TEL Attention : ces résultats ne sont pas particulièrement mis en avant et la version en accès libre double une version du fichier en accès restreint –  il ne faut donc pas hésiter à feuilleter les pages de résultats pour trouver une thèse en accès libre!

Le paysage universitaire russe présente donc une politique bien moins affirmée que dans l’Union européenne en matière d’accès ouvert. Pour autant, on y trouve des ressources remarquables mais peu valorisées. Ces contrastes s’observent également dans le domaine des revues en ligne en accès libre.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *