L’accès ouvert aux publications scientifiques en Fédération de Russie (2/2) : les portails de revues en ligne

Une vision prophétique de la voie dorée? Affiche soviétique (1921).

Une vision prophétique de la voie dorée? Affiche soviétique (1921).

Nous avons décrit la situation contrastée des pratiques d’auto-archivage dans le monde scientifique russe. La diffusion de revues en ligne en accès-libre,, dès leur publication, autrement dit la « voie dorée » de l’accès ouvert aux publications scientifiques, est-elle plus manifeste ?

Le développement des revues scientifiques russes en ligne

La consultation du répertoire des revues en accès ouvert DOAJ peut laisser penser que non : seulement 144 revues publiées en Fédération de Russie sont recensées, équitablement réparties entre sciences et techniques et SHS – mais la dynamique semble exponentielle car la moitié d’entre elles ont été inscrites au cours des deux dernières années. Il s’agit là toutefois d’une image trompeuse. Car le paysage des revues scientifiques en accès ouvert est beaucoup plus diversifié.

À la chute de l’Union soviétique, les revues scientifiques russes étaient nombreuses mais très peu diffusées, souffrant de tirages limités et d’une faible visibilité internationale. Depuis une quinzaine d’années, une politique volontariste est menée par le ministère de l’Éducation et des sciences. Depuis 2004, une liste officielle des revues scientifiques reconnues pour l’évaluation des publications des chercheurs est établie annuellement par une « Haute commission d’évaluation » ; une initiative à rapprocher des listes de revues validées élaborées en son temps par l’AERES en France ou l’ERIH au niveau européen pour les SHS. Parmi les critères d’appréciation, figure la diffusion en ligne des sommaires et du texte intégral des articles de revues 12 mois maximum après leur publication initiale – sans que cette diffusion soit obligatoirement en accès ouvert. Cette politique a sans aucun doute contribué à engager les revues académiques dans la voie de la transition numérique, sans compter le développement de revues diffusées uniquement sous forme électronique.

Quels sont les modes de diffusion des revues scientifiques en accès ouvert ? Trois portails, aux profils très différenciés, méritent d’être présentés tant pour la richesse de leur ressources que pour les modalités très différentes de mise en œuvre qu’ils illustrent.

elibrary.ru : 2800 revues en accès-ouvert…. derrière un mot de passe

elibraryÉgalement connue sous le nom  « Bibliothèque électronique scientifique« , développée et soutenue par la puissance publique même si elle a la forme juridique d’une société privée, elibrary.ru est une infrastructure proposée aux bibliothèques et institutions scientifiques russes pour organiser et structurer l’accès à la documentation électronique.

À l’origine, en 1999, cette plate-forme avait été créée pour faciliter l’accès aux revues scientifiques internationales en créant des miroirs russes aux plate-formes des éditeurs à l’heure de l’internet à bas-débit. En 2005, l’amélioration des infrastructures de communications et les modifications des pratiques de diffusion des éditeurs ont rendu obsolète cette infrastructure qui est désormais utilisée pour assurer la diffusion des revues scientifiques russes. Cette plate-forme est donc organisée autour d’une infrastructure d’authentification (contrôle de l’adresse IP et systèmes de comptes personnels et individuels) destinée à permettre aux bibliothèques de fournir leurs abonnements en ligne à leurs lecteurs. Parallèlement, la base de données que constitue le texte intégral des revues ainsi diffusées sert d’index national pour calculer les taux de citations de travaux de chercheurs russes – les revues russophones étant mal représentées dans les index internationaux. En s’enregistrant dans la base, les chercheurs russes peuvent ainsi contrôler et corriger leur identifiant et suivre leur taux de citation.

Cette volonté de fédérer les publications scientifiques russes en ligne rassemble de nombreux titres en accès-ouvert qui sont distinctement signalés comme tels et les recherches sur le portail permettent de filtrer les résultats selon ce critère. Au troisième trimestre 2015, 2800 titres en accès ouverts sont recensés ; ils étaient seulement 1650 en 2012. Les recherches peuvent également se faire en texte intégral, mais le moteur connaît des problèmes de performance qui peuvent rendre les requêtes fastidieuses.

Une solution parfaite? Sauf que l’utilisation du site reste fortement limitée par sa conception initiale : un service destiné aux bibliothèques russes pour l’accès à des ressources commerciales. L’accès au texte intégral des revues exige donc la création d’un compte à la suite d’un processus d’inscription assez intrusif, exigeant de détailler son état civil complet, son affiliation institutionnelle, son adresse professionnelle…. Bref, un questionnaire digne d’un formulaire d’inscription à une bibliothèque! Là où les choses se corsent encore, c’est que l’enregistrement étant commun avec l’index national, la dénomination des institutions fait l’objet d’une liste de valeurs contrôlées…. qui ne comprend bien sûr que des établissements russes. L’inscription reste possible en nommant une université étrangère, mais le processus est fort déroutant. S’y ajoutent une ergonomie peu aisée, une charte graphique aussi laide que déplacée… bref, des ingrédients qui mettent à l’épreuve la motivation du chercheur!

Une ambiance fort différente imprègne le deuxième portail de revues.

Cyberleninka : ambiance geek et  869 publications scientifiques

CyberleninkaLe nom de cette plate-forme est un clin d’œil pour initiés : Leninka est le surnom affectueux de la Bibliothèque d’État de Russie (baptisée Lénine à  l’époque soviétique) dont les chaises ont été usées par des générations de chercheurs, tandis que le préfixe « Cyber », avec son vocable désuet, est un choix délibérément ironique, souligné par une charte graphique qui joue avec les références à la science-fiction soviétique des années 1920. Leur logo en témoigne, qui présente un Lénine mécanique aux yeux bioniques!

Il s’agit dune jeune pousse de l’économie numérique russe, lancée en 2012 par de jeunes ingénieurs, sans soutien financier public à ce jour et administrée par sept personnes. 869 revues sont actuellement proposées et 70% des textes sont sous licence Creative Commons – mais seulement 409 sont publiées en russe tout en faisant partie de la liste validée par la « Haute commission d’évaluation ». Il ne s’agit donc pas d’une plate-forme d’auto-archivage proposée aux chercheurs, mais bien d’une solution de diffusion qui collecte les revues auprès des maisons d’édition pour leur proposer une diffusion adaptée au modèle de l’accès-ouvert.

C’est-à-dire? En soignant la navigation de l’utilisateur tout d’abord : graphisme soigné, nous l’avons indiqué, navigation fluide,  recherche simple et intuitive (accros aux options de recherche avancée, passez votre chemin!), intégration des réseaux sociaux, statistiques d’usage,  commentaires, sélections personnelles partagées, outils d’export et de consultation sur les appareils mobiles, etc. Des fonctionnalités qu’on retrouve partiellement dans les archives ouvertes comme socionet.ru mais qui sont ici mises en œuvre de façon beaucoup plus aboutie.

Mais surtout, la plate-forme n’est pas conçue comme un carcan : la base de données est librement interrogeable par de outils tiers grâce à des interfaces de programmation (API) et les publications signalées sont disséminées dans les principaux outils de recherche ouverts à tous – les moteurs de recherche académiques Google Scholar et  BASE ; les répertoires de ressources en accès ouvert ROAR et  OpenAire ainsi que l’archive russe Socionet, ou les bases de connaissances des fournisseurs de documentation électronique des bibliothèques (OCLC, Ebsco). Nous avons testé de façon aléatoire le signalement de plusieurs ressources et confirmons leur très bonne visibilité.

La communication est également soignée : la structure anime le site open-science.ru, principale ressource russophone sur les principes de la sciences ouverte… qui ne se prive bien sûr pas de faire la promotion de Cyberleninka. Il a donc fallu un quarteron de jeunes ingénieurs dynamiques pour que la sphère russe découvre les avantages de la communication scientifique largement ouverte sur le web? Pas exactement.

Журнальный зал (Salle des périodiques) : la vieille intelligentsia, pionnière du numérique avec 26 titres

Zurnal'nyj zalLe doyen des portails russes de revues en accès ouvert s’est créé en marge du monde universitaire. En 1995-1996, un groupe d’éditeurs s’est constitué pour lancer un  “projet littéraire web non commercial” en assurant la diffusion en ligne de revues intellectuelles, ce que les Russes appellent les толстыe журналы (littéralement « revues épaisses »), des périodiques mêlant création littéraire, essais esthétiques, sciences humaines et critique sociale – un objet typique du développement de l’intelligentsia russe depuis le XIXe siècle. Il rassemble des revues soviétiques qui avaient accompagnées activement le dégel et le Perestroïka, comme Знамя (L’Étendard), Новый мир (Le nouveau monde), Звезда (L’Étoile) et Октябрь (Octobre) et des titres nés après 1991, comme НЛО (NLO – Le nouveau panorama littéraire) . L’orientation est beaucoup plus littéraire qu’universitaire, même si certains titres, comme НЛО et Неприкосновенный запас (Réserve stratégique) font largement intervenir les spécialistes des sciences humaines dans le débat public.

L’accueil de nouvelles revues est sévèrement limité par le principe de la cooptation et moins d’une trentaine de titres vivants sont aujourd’hui diffusés, aux côtés des archives d’une douzaine d’autres qui ont cessé de paraître. La majorité des revues diffusent en accès libre l’intégralité de leurs numéros, dès parution – certains, très minoritaires, se contentent d’un simple digest de leur édition papier. Il ne s’agit toutefois pas d’une simple version numérique de l’édition papier, mais de véritables versions enrichies proposant des dossiers en lignes, des médias, etc. Les textes sont mis en ligne avec soin, mais aucun format téléchargeable n’est proposé. Alors que la question de la compatibilité du modèle économique de certaines revues scientifiques avec la réduction des embargos d’auto-archivage fait polémique en France aujourd’hui, il faut noter l’originalité du modèle économique choisi depuis près de vingt ans pour ces revues : celui d’une mise en ligne intégrale et libre s’accompagnant de la poursuite d’une commercialisation de leur diffusion sous forme imprimée.

Conclusion

En dépit d’un discours politique très en retrait sur la question de l’accès ouvert aux publications scientifiques, le paysage académique russe révèle une grande diversité qui repose pour l’essentiel sur des initiatives organisées en marge des institutions de recherche, parfois très anciennes à l’échelle de l’histoire de l’édition numérique. Ce phénomène contribue à pallier le manque de visibilité de l’édition scientifique russe, marquée par de faibles tirages et une faible inscription dans les circuits de diffusion du marché du livre international. Il souligne également la forte diversité du champ éditorial russe où, à côté d’une édition académique assez traditionnelle et très encadrée par les institutions de recherche, émergent des titres à cheval entre la recherche et le débat de société, qui viennent élargir la sphère d’audience de la recherche en sciences humaines.

Cet éclatement peut faire craindre un manque de visibilité et d’accès à ces ressources. L’ingénierie documentaire élaborée de portails comme Socionet ou Cyberleninka assure toutefois un bon signalement de ces publications dans les moteurs de recherche spécialisés et les répertoires internationaux – recherche qu’il ne faut jamais manquer de prolonger avec le moteur de recherche russophone yandex.

Pour illustrer ce propos, on peut citer en conclusion l’exemple de la revue de sociologie Laboratorium. Un choix qui n’est pas totalement fait par hasard car il s’agit d’une initiative à laquelle plusieurs spécialistes de la Russie travaillant en France sont associés : la revue, créée en 2009, est affiliée au  Centre de sociologie indépendante, une ONG qui rassemble des sociologues et des politistes qui ne trouvent pas la place dans l’université russe et fait entendre des analyses dissidentes. Bien que le centre de recherche soit en délicatesse avec les autorités compte tenu de ses financements étrangers, la revue bénéficie ainsi d’une large audience avec une diffusion en accès libre sur un site web soigné, développé avec l’outil éditorial libre Open Journal System, un référencement sur le portail Cyberleninka, la bibliothèque numérique elibrary.ru et des articles largement signalés dans Google Scholar – tout en étant diffusée sous forme imprimée.

La diffusion en accès ouvert contribue ainsi à enrichir, diversifier et rendre plus visibles à travers le monde les publications scientifiques éditées en Fédération de Russie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *