« Open access » et ressources en libre accès sur le continent africain #OAweek

[Rédigé en collaboration avec Marine Defosse et Fanny Mion-Mouton]

Après la Fédération de Russie, le billet d’aujourd’hui s’intéresse au continent africain. Il propose, en première partie, un rapide bilan de l’état de l’« open access » en Afrique, avant de présenter une sélection de ressources en libre accès qui pourront se révéler utiles aux Africanistes.

L’« open access » en Afrique

Le libre accès aux résultats de la recherche scientifique est un enjeu majeur pour l’Afrique. La plupart des bibliothèques africaines, en particulier subsahariennes, n’ont pas les moyens de souscrire aux prix effarants des bases de données commerciales, ni ne sont en mesure de mettre à disposition de leurs chercheurs une documentation à jour. En effet, si le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) constate que le continent africain est sensibilisé au mouvement de l’« open access », il souligne que cet intérêt se limite encore largement à la possibilité d’accéder gratuitement aux recherches produites à l’étranger. Il existe pourtant quelques initiatives africaines, mais CODESRIA les qualifie de « fragmentées et désorganisées »1 . Rares en effet sont les établissements africains à avoir défini une politique claire en matière de libre accès à l’information scientifique. Le répertoire des politiques d’« open access » ROARMAP ne recense que 19 politiques formulées sur le continent africain : 2 en Afrique du Nord (Algérie), 2 en Afrique de l’Ouest (Ghana et Nigeria), 7 en Afrique de l’Est (Kenya et Zimbabwe) et 8 en Afrique du Sud, qui héberge la première université africaine (Université de Pretoria) à avoir opté pour une politique de mandat2.

En matière d’archives ouvertes (voie verte), le moteur de recherche OpenDOAR signale toutefois 132 entrepôts africains, dont 120 archives institutionnelles3. Concernant les revues en libre accès (voie dorée), le moteur de recherche DOAJ en recense 696. Mais l’essentiel se concentre en Égypte (544 revues), suivie de loin par l’Afrique du Sud (75), le Nigeria (36), le Maroc (9), le Kenya (7), l’ Algérie (6) et l’Éthiopie (5). Les champs des sciences, des technologies et de la médecine (STM) dominent très largement, mais les sciences humaines et sociales ne sont pas complètement absentes (38 revues en Afrique du Sud, 14 en Égypte, 8 au Nigéria, 3 au Kenya). Le site African Journal Online (AJOL), qui s’est donné pour mission de valoriser les recherches menées en Afrique, recense également près de 200 revues publiées  en libre accès.

Des initiatives à l’échelle régionale se mettent progressivement en place. En Afrique subsaharienne, l’Université Stellenbosch (Afrique du Sud) propose des formations et une assistance technique à la création d’entrepôts d’archives ouvertes dans la région. On note déjà quelques entrepôts régionaux, tels que SABER, le répertoire scientifique du Mozambique, ou SEALS, archive commune aux universités du Cap oriental (Afrique du Sud). Pour la voie dorée, c’est l’Académie sud-africaine des sciences (ASSaf) qui se charge de former des éditeurs de revues en libre accès, avec le soutien de l’UNESCO.  Un premier résultat de son activité est visible sur la plate-forme sciELO South Africa. Plusieurs consortia de bibliothèques se sont formés pour développer en commun des infrastructures de diffusion de la production académique, le plus souvent avec le soutien d’organisations internationales, telles que EIFL (Electronic Information for Libraries)  ou Inasp . Une autre organisation, the « Irish-African Parnership for Reasearch Capacity Buidling » réunit des universités d’Irlande, de Malawi, du Mozambique, de Tanzanie et du Ouganda, afin de développer un entrepôt de diffusion commun. En 2009, l’association SARUA (Southern African Regional Universities Association), qui regroupe 63 universités d’Afrique subsaharienne, a publié un rapport insistant sur l’importance stratégique du développement d’un l’accès libre à la connaissance scientifique dans la région. Elle y insiste en particulier sur l’urgence de diffuser largement les résultats de la recherche produits en Afrique du Sud, pour les faire connaître à l’échelle mondiale, mais surtout pour favoriser l’émergence de programmes de recherche commun à l’échelle régionale. De fait, le rapport déplore que les recherches conduites au sein d’une institution sont généralement très mal connues et difficilement accessibles par les autres établissements de la région.

Sur le Global Open Access Portal (GOAP) , l’Unesco, après avoir salué les premiers efforts africains, souligne 4 défis à relever pour garantir un accès large et gratuit à l’information scientifique et technique en Afrique :

  • accroître la pénétration d’Internet sur le Continent, qui reste aujourd’hui la région la moins connectée du monde (27% d’accès),
  • introduire des stratégies et des politiques en faveur de l’« open access » aux niveaux des gouvernements et des institutions,
  • convertir progressivement l’ensemble des revues sur abonnement en revues diffusées en libre accès,
  • développer des entrepôts d’archives ouvertes, garantir leur maintenance sur le long terme et encourager chercheurs et étudiants à déposer leurs publications.

Pour une information détaillée sur la situation de l’« open access » dans les différents États du continent africain, n’hésitez pas à consulter les fiches par pays proposées par GOAP.

L’ « open access » au service des études africaines

Venons aux ressources diffusées en « open access » SUR l’Afrique. Développé par le Centre d’études africaines de Leyde, le portail  Connecting Africa  donne accès à plus de 50 000 publications sur l’Afrique. Ces publications sont issues de 93 entrepôts d’archives du monde entier, dont une vingtaine développés en Afrique4. Un second portail, Africa Portal,  met gratuitement à disposition de tous les études politiques sur les grands enjeux africains conduites par différentes institutions.

Côté revues, DOAJ répertorie une quinzaine de revues en libre accès portant sur l’Afrique, dont 7 sur l’histoire de l’Afrique , 6 en sciences sociales et 5 en linguistique et littérature. Nous n’en citerons que quelques-unes : « Ufahamu, A journal of African Studies » (Université de Californie), « African Studies Quarterly » (Université de Floride), le « Swahili Forum » (Leipzig), le « Liberator » (Afrique du Sud) ou encore « Mandekan », le bulletin semestriel d’études linguistiques Mandé édité par le Llacan. Le portail African Journals Online, cité plus haut, recense 56 revues spécialisées en études africaines, dont 13 sont diffusées en libre accès. La plate-forme SciELO South Africa donne également accès à 28 revues électroniques africaines. La plate-forme canadienne Erudit.org offre aussi un certain nombre de ressources concernant l’Afrique, parmi lesquelles il faut noter la revue  « Études littéraires africaines », éditée par l’Association pour l’étude des littératures africaines (APELA), et qui propose des dossiers thématiques centrés sur une œuvre, un auteur ou une problématique. Revues.org héberge pour sa part 19 revues sur l’Afrique, dont 3 titres essentiels des études africaines en France : « Afriques », « Cahiers d’études africaines » et le « Journal des africanistes ». Enfin, sur le même principe que Persée, la plate-forme African Journal Archive  numérise rétrospectivement tous les numéros d’un certain nombre de revues africaines5, diffusés ensuite en texte intégral.

Pour les ebooks, on pourra suivre les publications du CEDEJ (Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales), spécialisé sur l’Égypte et le Soudan, de l’ IRMC (Institut de recherche sur le Maghreb contemporain) et de l’ IFRA (Institut français de recherche en Afrique, Nigéria), désormais éditées en ligne sur la plate-forme OpenEdition Books. Par ailleurs, une recherche par mot clés sur DOAB (Directory of Open Access Books) permet d’accéder à 15 titres de monographies sur l’Afrique, consultables en ligne en libre accès.

Bibliothèques et archives numériques

En dehors des initiatives relevant « stricto sensu » de l’« open access », il existe une multitude de ressources accessibles en ligne sur l’Afrique. Il est impossible de les relever toutes, mais nous vous proposons une sélection, que nous espérons la plus pertinente possible.

Commençons par la bibliothèque numérique African Language Materials Archive (Alma), plate-forme consacrée aux littératures en langues africaines. Ce projet collaboratif, développé par des universités américaines et soutenu par l’UNESCO, proposait à l’origine de la documentation dans les langues d’Afrique de l’Ouest francophone : wolof, pulaar, mandingue, bambara et dioula (Sénégal, Guinée, Mali). La plate-forme en ligne s’est développée pour regrouper désormais :

Dans le domaine des bibliothèques numériques, mentionnons également le portail African Online Digital Library (AODL), issu de la coopération entre le projet MATRIX, le centre d’études africaines de la l’Université de l’État du Michigan, des universités et des organisations de protection de l’héritage culturel africain. Constitué de différentes thématiques sur l’Afrique subsaharienne, ce portail regroupe plusieurs collections numériques dont :

  • African e-journal project, un corpus de revues scientifiques publiées en Afrique ou sur l’Afrique, avec un répertoire des revues permettant d’accéder à la table des matières, au résumé et un accès au texte intégral aux articles contenus dans les anciens numéros de plusieurs de ces revues.
  • African oral narratives, qui regroupe des enregistrements audios portant sur diverses thématiques.

Les lecteurs s’intéressant à Madagascar pourront consulter une collection numérisée d’archives historiques et scientifiques de Madagascar, mise en ligne sur la bibliothèque numérique patrimoniale E-Corpus.  

La bibliothèque numérique Gallica propose un dossier “Voyages en Afrique”, composé de quatre parcours thématiques :

  • L’Afrique vue de France,
  • L’Europe découvre l’Afrique,
  • L’Afrique des cultures,
  • Histoire coloniale : la France en Afrique.

Vous trouverez également sur ce dossier des bibliographies, des cartes comportant des index de noms de lieux, de peuples, de royaumes, ou de territoires coloniaux, des chronologies, des revues, etc. Attention, cette plate-forme étant encore rattachée à l’ancienne version de Gallica, les hyperliens vers les titres mentionnés dans les dossiers ne sont plus actifs. N’hésitez pas à rechercher les documents concernés sur la nouvelle plate-forme Gallica, en attendant de retrouver l’ensemble des dossiers (avec des liens actifs !) à cette adresse.

Enfin, car il nous est impossible de lister ici l’ensemble des initiatives en libre accès concernant l’Afrique, rendez-vous sur le guide de ressources en ligne sur l’Afrique (Africa – South of the Sahara) élaboré et mis à jour par l’Université de Stanford. Sur ce guide, la recherche peut être effectuée par sujet ou par pays. Extrêmement complet, ce répertoire regroupe des blogs, sites institutionnels, sites d’organismes de recherche, etc., comprenant la plupart du temps des ressources en libre accès (corpus numérisés, revues en libre accès…).

Bonne fouille!

  1. Voir : http://www.codesria.org/spip.php?article2402&lang=en [consulté le 22/10/2015] []
  2. L’entrepôt institutionnel de l’Université est disponible à cette adresse : http://repository.up.ac.za/ [consulté le 22/10/2015] []
  3. Pour rechercher ces entrepôts, il suffit de se rendre sur le moteur de recherche OpenDOAR, et de sélectionner « Afrique » dans le filtre « Country » []
  4. La liste des entrepôts participants est disponible en ligne : http://www.connecting-africa.net/query_4.php [consulté le 22/10/2015] []
  5. La liste des titres est disponible ici : http://www.ajarchive.org/titlelist [consulté le 22/10/2015] []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *