Les enjeux de la science ouverte : retour sur les 6e journées « open access » (1/4) #OAweek

Les 12, 13 et 14 octobre dernier, le consortium Couperin1 organisait la sixième édition des « Journées open access »2.

Intitulées « La science ouverte en marche », ces journées visaient à dresser un bilan des avancées du libre accès à l’information scientifique en France, à la veille de la future Loi sur le numérique, mais surtout à proposer de nouvelles pistes en faveur du développement de la science ouverte3. Particulièrement stimulantes, elles ont rassemblé plus de 30 intervenants issus des différents métiers impliqués dans l’avènement de la science ouverte : chercheurs, bibliothécaires, informaticiens, politiques… Elles ont permis de découvrir de nouvelles initiatives, d’interroger les positionnements des institutions et des politiques, de confronter les différents modèles de « l’open access »,  et d’évaluer l’impact des transformations en cours sur les méthodes de travail et d’évaluation des chercheurs.

En raison de la richesse de ces journées, nous vous proposons de décliner notre retour personnel en quatre billets, qui épouseront « grosso modo »  les grandes thématiques abordées ».

Les enjeux de la science ouverte

La première journée (12 octobre) a esquissé un premier état des lieux des politiques européennes.4. Les interventions ont fait émerger plusieurs enjeux.

José Cotta (Commission européenne) a rappelé le rôle fondamental que l’Union européenne entend faire jouer à la science ouverte dans la mise en place d’un marché numérique européen (« Digital Single Market ») fondé sur la connaissance. L’enjeu est multiple : garantir l’efficacité et la transparence des recherches conduites dans l’espace européen, décloisonner les pratiques,  élargir l’ impact des recherches sur les politiques gouvernementales (« Evidence based policy making »), impliquer davantage le citoyen, et bien sûr, favoriser l’innovation. C’est l’objet du programme H2020 que d’œuvrer dans ce sens, en plaçant les défis sociétaux au cœur des projets de recherche sélectionnés, en garantissant la diffusion en libre accès des résultats des recherches financées par le programme5 , d’une part, en étudiant les modalités d’ouverture des données de la recherche, d’autre part6.

Si les États membres de l’UE ont tous pris conscience des enjeux de l’« open access », les stratégies nationales tâtonnent. L’engagement du Royaume-Uni en faveur du libre accès remonte à la publication du rapport Finch en 2012, mais trois ans après, l’équilibre entre les principes du libre accès et les intérêts économiques n’a toujours pas été trouvé. Les politiques en matière d’édition scientifique restent complexes et peu lisibles et près de 60% des publications restent payantes malgré l’obligation de diffuser les résultats des recherches financées sur fonds publics dans des revues en libre accès. C’est d’ailleurs le modèle hybride qui semble dominer, alors même qu’il ne peut être considéré comme relevant véritablement du libre accès.

De son côté, l’Allemagne peine à mettre en place une stratégie nationale, car les politiques universitaires relèvent des Länder, et non de l’État fédéral. Seuls deux d’entre eux ont mis en place une politique incitant les universités à imposer la diffusion en libre accès, en s’appuyant sur le droit d’exploitation secondaire inséré dans la législation allemande. Celui-ci vise à conférer aux chercheurs le droit de diffuser leurs articles en libre accès, un an après leur publication par un éditeur commercial, mais il fait débat, même chez les promoteurs du libre accès. On note cependant de belles réalisations, dont le portail allemand dédié à l’open access  et le moteur de recherche spécialisé BASE Belefeld que nous mentionnons l’année passée dans ce billet.

En France, la présentation du projet de Loi sur le numérique par Axelle Maire n’est pas la révolution qu’on aurait pu attendre : le raccourcissement des embargos ne semble pas à l’ordre du jour, non plus que l’obligation au dépôt, et la position française reste timide sur la question du « text and data mining ».

Les présentations de cette première journée ont mis en avant plusieurs freins locaux : cloisonnement du monde de la recherche; absence d’un front uni face aux diktats des éditeurs commerciaux; défaut de positionnement des établissements de recherche; hésitations entre politiques de mandat et politiques d’incitation; manque de politiques claires au niveau des gouvernements; lois sur la propriété intellectuelle inadaptées à la révolution scientifique en cours, etc. Elles ont également insisté sur l’enjeu des moyens. Moyens techniques, pour développer des infrastructures numériques de dépôt et de diffusion interopérables et construites à partir de standards communs. Moyens administratifs et financiers, pour soutenir et financer ces infrastructures, développer l’édition électronique, financer la voie dorée et définir des plans de gestion des données produites au sein d’un programme de recherche. Moyen juridiques, enfin, pour ancrer le partage, la réutilisation et l’exploitation des résultats et des données dans le respect du droit d’auteur, en favorisant notamment l’usage des licences libres.

Pour répondre à ces enjeux, un maître mot : coopérer. Coopérer pour informer et sensibiliser; coopérer pour partager les coûts et l’expertise; coopérer pour garantir une science interdisciplinaire, ouverte et innovante.

À très bientôt pour parler des nouveaux modes d’éditions et d’évaluation…

  1. Consortium unifié des établissements universitaires et de recherche pour l’accès aux publications numériques []
  2. Le programme est disponible en ligne ainsi que la plupart des supports de présentation. []
  3. Voir à ce propos le billet Open Science : où en est-on?, publié par Noëmie Rosemberg en ouverture des semaines du Libre accès. []
  4. Certaines présentations sont disponibles en ligne. Cristoph Bruch : The challenges of Open Access in Germany; Ron Dekher : The challenges of Open Access in the Netherlands; Neil Jacobs : The challenges of Open Access in the UK; Sami Kassab : Perceptions de l’Open Access par les marchés financiers; Sibolt Noorda : Open Access, how to finally get it right []
  5. Voir le billet publié sur ce sujet le 13 octobre dernier : Horizon 2020 : un tremplin vers l’« l’open access »? []
  6. Voir le billet publié le 15 octobre dernier : « Open Research Data » : chercheurs, que faites-vous de vos données? []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *