À la recherche des manuscrits naxi : Exposition du 26 octobre au 17 novembre

Jusqu’au 17 novembre, la BULAC vous invite à (re)découvrir la culture traditionnelle naxi à travers son patrimoine écrit.

L’idée de l’exposition « À la recherche des manuscrits naxi » est née d’une collaboration entre la BULAC et l’Association chinoise des arts et de la culture dongba1 (ADCA). L’expression « culture dongba » désigne l’ensemble des croyances, savoirs, rituels, arts et coutumes qui structurent la société traditionnelle naxi. Elle fait référence aux Dongba 东巴 (« dto-mba » signifie « sage » en naxi), figure centrale de la religion naxi2 et gardiens du patrimoine textuel, rituel et pictural, qui fait aujourd’hui la célébrité de ce peuple3.

Aux origines d’un projet

La BULAC conserve 22 manuscrits naxi issus des collections de l’ancienne bibliothèque de l’École des langues orientales vivantes, ancêtre de l’Institut national des langues et civilisations orientales. Jusqu’à récemment, ces petits cahiers rectangulaires de fabrique artisanale et couverts de mystérieux caractères dormaient paisiblement sur les étagères des magasins de la Réserve. Nous ne disposions que d’informations éparses sur leur provenance, et leur contenu nous restait résolument hermétique. Nous savions simplement qu’ils relevaient de deux systèmes d’écriture distincts, les scripts « geba 哥巴 » et « dongba », développés au fil des siècles par les Dongba.

Le « geba » est un système d’écriture syllabique composé de plusieurs centaines de caractères doublement influencés par les syllabaires yi et les caractères chinois. Son usage est purement phonétique et sert à annoter les textes pictographiques et, plus souvent, à transcrire des formules magiques dont le sens a été perdu. Il est mal connu et peu de textes sont parvenus jusqu’à nous4.

BULAC ms.chi.naxi 2, fol. 3v. Caractères geba annotés en chinois

BULAC ms.chi.naxi 2, fol. 3v. Caractères geba annotés en chinois

Bien plus répandu et désormais célébre, le script « dongba » 东巴象形文字 repose sur la combinaison de pictogrammes et de phonogrammes. Ce n’est pas à proprement parler une écriture, permettant de transcrire des phrases construites, mais une sorte de code, employé pour noter les éléments clés des rituels et mythes naxi. Certes, ceux-ci étaient soigneusement mémorisés par les Dongba au cours de longues années d’apprentissage, mais le recours aux textes pictographiques se justifie par le nombre de cérémonies rituelles (plus de 130) et de sous-rites (plus d’un millier) qui composent l’appareil rituel naxi. Ils servaient donc d’aide-mémoire, afin de garantir la précision du rituel et l’exactitude des incantations.

BULAC ms.chi.naxi 6, fol. 4r. Pictogrammes dongba

BULAC ms.chi.naxi 6, fol. 4r. Pictogrammes dongba

Malheureusement pour nous, sans le savoir transmis de maître à disciple au sein des lignées Dongba, il est presque impossible de déchiffrer ces textes. Aussi lorsqu’en avril 2013 l’ADCA contacta la BULAC pour obtenir leur reproduction en vue de les traduire, il n’y eut pas à hésiter. Mme Zhang Xu 张旭, présidente de l’ADCA, nous apprit qu’en dépit des aléas de l’histoire et de la modernisation fulgurante de la Chine, quelques communautés naxi avaient conservé leurs traditions ancestrales, et qu’il demeurait une poignée de prêtres, fort âgés, capables d’interpréter ces manuscrits. Il fallait donc au plus vite les numériser, afin qu’ils puissent les transcrire avant de quitter cette terre. Aujourd’hui plus de 20 000 exemplaires sont conservés à travers le monde, mais il s’agit pour beaucoup de doublons. Le canon littéraire dongba se compose en effet de 1000 à 2000 textes qui, si l’on parvient à les réunir, constituent une véritable encyclopédie pour l’étude de la culture traditionnelle naxi.

Cette collaboration fut l’occasion, pour les Dongba, de retrouver des textes aujourd’hui disparus de Chine, tout en nous permettant d’en apprendre davantage sur le contenu de ces manuscrits. C’est à ce voyage aller-retour que vous invite la BULAC, à travers un parcours photographique (galerie du Pôle des langues et civilisations) prolongée par l’exposition de manuscrits (salle de lecture du rez-de-jardin).

Les Naxi : quelques repères

Aujourd’hui composée d’un peu plus de 300 000 individus, l’ethnie naxi se place au 27e rang des 56 nationalités chinoises en terme de population5. La majorité des Naxi réside au nord-ouest du Yunnan, dans la ville-préfecture de Lijiang et la préfecture autonome tibétaine de Diqing. On trouve également quelques communautés éparses dans les préfectures autonomes bai et pumi de Lanping (Yunnan), lisu de Niujiang (Yunnan), ainsi que sur la frontière du Sichuan (disctrict autonome tibétain de Muli) et du Tibet (district de Markam, préfecture de Qamdo).

Répartition de l'ethnie naxi. Source : Library of Congress http://international.loc.gov/intldl/naxihtml/naxihome.html

Répartition de l’ethnie naxi. Source : Library of Congress http://international.loc.gov/intldl/naxihtml/naxihome.html

Le terme « naxi » recouvre officiellement plusieurs groupes ethniques (Naxi, Naheng, Naru, Mosuo…) linguistiquement proches6. Autrefois ces populations étaient désignées par les termes Mósuō 摩娑, Móshā 摩沙, Móxiē 麼些, Móxiē 磨些 ou encore Mòxiē 末些. L’appellation « naxi » s’est fixée en 1954, lorsque la République populaire de Chine dressa la première liste des ethnies nationales officielles, et décida de rassembler ces différents groupes sous ce terme. Ce choix s’explique par le poids économique, politique et numérique du plus influent de ces groupes, qui se désignaient par ce nom : les Naxi de Lijiang.

Scène tirée du Nan man zhi 南蠻志, représentant une scène de lutte entre deux Naxi, que leurs épouses tentent de calmer

Scène tirée du Nan man zhi 南蠻志, représentant une scène de lutte entre deux Naxi, que leurs épouses tentent de calmer.

Les Naxi descendraient des Qiang 羌 (à distinguer de l’actuelle ethnie Qiang), antique confédération de tribus nomades répartie au nord-ouest de la Chine. Ils s’en seraient séparés entre la dynastie des Han (206 av. J.-C. à 220 ap. J.-C.) et l’époque des Six Dynasties (222-589), pour se sédentariser plus au Sud. Ils se mêlèrent aux populations locales, et intégrèrent au fil des siècle des individus d’origines tibétaine, bai, mongol et han. Au cours du VIIIe s., ils furent rattachés aux royaumes locaux de Nanzhao (737-902) puis de Dali (937-1253), d’influence bouddhiste. Après la conquête du royaume de Dali par Kubilai Khan, futur fondateur de la dynastie mongole des Yuan (1279-1368), la région fut progressivement intégrée à l’Empire chinois. Cependant, jusqu’au début du XVIIIe s., les Naxi jouirent d’une certaine autonomie et furent administrés par des chefferies locales héréditaires, que les dynasties Yuan et Ming (1368-1644) laissèrent en place en échange de leur loyauté, de leurs armées et de tributs. Mais à partir de 1723, la dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) décida d’administrer directement la région et de l’acculturer au confucianisme. Les Naxi furent diversement touchés, car si Lijiang et sa plaine, directement administrées par les fonctionnaires Han, furent davantage exposée aux influences extérieures, les communautés des régions montagneuses, plus isolées, furent préservées.

Pictogrammes désignant les ethnies voisines des Naxi : Pumi, Yi, Lisu, Bai et tibétains. Source : Pedro Ceinos Arcones (2012)

Pictogrammes désignant les ethnies voisines des Naxi : Pumi, Yi, Lisu, Bai et tibétains. Source : Pedro Ceinos Arcones (2012) D.R.

La situation géographique des Naxi, à la croisée du Tibet, du Sud-Est asiatique et de l’Empire chinois, les plaça au confluent d’influences diverses, qui expliquent le caractère composite de la culture dongba, fondée sur un animisme chamanique proche du bön pré-bouddhique, auquel s’est ajoutée par la suite l’influence des concepts bouddhistes et, plus marginalement, taoïstes et confucéens. La religion dongba repose sur la croyance que chaque élément de la nature (phénomènes, éléments, montagnes, cours d’eau, forêts, minéraux, végétaux, animaux, etc.) est habité par un esprit, formant un panthéon de plusieurs milliers d’entités réparties entre divinités, esprits et démons. C’est l’objet des rituels conduits par les Dongba que de réguler les relations des hommes avec ces esprits, afin d’éviter leur courroux, invoquer leur aide ou exorciser les démons. Ces rituels prennent leur source dans les mythes et légendes dongba, ce dont témoignent les textes pictographiques survivants. Une grande partie d’entre eux s’ouvre en effet sur le rappel de traditions originelles initiées par les héros légendaires du peuple naxi, qui fondent la légitimité du rituel ensuite décrit.

Divinités naxi : Iku Ake, le dieu suprême; Ssu, esprits de la nature; Sanduo, le héros protecteur de Lijiang, Ssu, divinité de la vie; Dongba Shiluo, héros légendaire, fondateur des Dongba. Source : Pedro Ceinos Arcones (2012)

Divinités naxi : Iku Ake, le dieu suprême; Ssu, esprits de la nature; Sanduo, le héros protecteur de Lijiang, Ssu, divinité de la vie; Dongba Shiluo, héros légendaire, fondateur des Dongba. Source : Pedro Ceinos Arcones (2012) D.R.

Un patrimoine menacé

Après 1949, le gouvernement chinois s’attacha à combattre les croyances populaires, à réformer les traditions et à répandre l’idéologie dominante. Pendant la Révolution culturelle (1966-1976), les rituels furent interdits et les manuscrits brûlés. Mais après 1978, l’atmosphère s’adoucit, et les Dongba purent progressivement reprendre leurs activités. Toutefois un grand nombre de cérémonies avaient été oubliées, car entre-temps la plupart des maîtres dongba, seuls à maîtriser le script pictographique et la conduite des rituels, étaient décédés. Aujourd’hui, les Naxi élevés durant la Révolution culturelle ont délaissé leurs racines, tandis que les générations des années 1980 et 1990 ont grandi dans un contexte marqué par le développement économique du pays et sa transition vers la modernité, surtout depuis que Lijiang, à la fin des années 1990, est devenue une destination touristique privilégiée.

Sur place, on prit peu à peu conscience de la disparition imminente de la culture dongba. Des chercheurs chinois commencèrent de s’intéresser à la culture naxi, et plus particulièrement à son patrimoine écrit. En 1981, l’Académie des sciences sociales du Yunnan établit l’Institut de recherche de la culture dongba et invita les quelques Dongbas restants de la plaine de Lijiang à y enseigner le script pictographique et y traduire les manuscrits subsistants. Au milieu des années 1990, la plupart étaient décédés, sans que de nouvelles générations de dongba eurent été formées. Le « métier » de Dongba, qui exige de longues et fastidieuses années d’apprentissage, avait perdu son attractivité dans une société désormais tournée vers la modernité. La tradition s’est toutefois maintenue dans les régions montagneuses, et les Dongba Xi Shanghong 习尚洪 et He Zhiben 和志本, dont l’exposition présente des photographies, en sont deux infatigables représentants, aujourd’hui âgés de 72 et 88 ans.

Chamanes dongba déchiffrant dans leur village un manuscrit naxi conservé en France, août 2014, droits réservés, photographie de Zhang Xu.

Les Dongba Xi Shanghong et He Zhiben chantent un manuscrit, juillet 2013 (Yunnan). © Zhang Xu D.R.

Un certain nombre de mesures de préservation de la culture dongba, sur lesquelles nous reviendrons dans un prochain billet, furent peu à peu mises en place, aux niveaux international (Unesco), national, et local. De puis 2013, l’ADCA est membre actif d’un projet financé par l’État, visant à reconstituer le canon littéraire éclaté à travers les bibliothèques du monde7 . C’est la mission de l’ADCA que de localiser les collections étrangères et d’en obtenir des reproductions. Celles-ci sont envoyées au Yunnan, pour être interprétées par les Dongba Xi Shanghong et He Zhiben. La récitation des classiques retrouvés est filmée et enregistrée, afin de pouvoir constituer, à terme, un archive audio-visuelle. Les traductions sont ensuite minutieusement étudiées par des spécialistes de la culture naxi. À terme, ces reproductions, accompagnées de leur traductions, devraient être mises en ligne sur une plate-forme dédiée au patrimoine écrit naxi.

À l’occasion de ce projet, les manuscrits de la BULAC, de l’École française d’Extrême-Orient (49 manuscrits), de la Bibliothèque nationale de France (4 manuscrits, consultables sur Gallica ) et de la bibliothèque du Musée Guimet (3 manuscrits) ont été reproduits, et partiellement traduits. Ces traductions nous permettent tout à la fois de découvrir le contenu de textes jusqu’alors impénétrables, et surtout d’en apprendre davantage sur la culture traditionnelle naxi. L’exposition réalisée par la BULAC, qui donnera lieu le jeudi 5 novembre à une conférence, vous propose de découvrir ces manuscrits ainsi que les efforts entrepris pour préserver, mais surtout maintenir vivantes, les traditions rituelles dongba.

Gardiens_tradition_3

Xi Shanghong, accomplissant la danse de Dongba Shiluo, au cours d’un rituel funéraire, 2009 (Yunnan). © Zhang Xu D.R.

Le parcours photographique, exposé dans la galerie de l’auditorium, propose au regard du visiteur une série de reproductions commentées de manuscrits de la BULAC et de l’École française d’Extrême-Orient, suivie de clichés pris au Yunnan, permettant de découvrir un échantillon de pratiques rituelles et artisanales encore en cours de nos jours. L’exposition en salle de lecture (rez-de-jardin de la BULAC) présente 6 textes manuscrits, dont le travail effectué par l’ADCA nous a permis de décrire le contenu.

Et pour vous donner l’eau à la bouche, voici un premier extrait de manuscrit :

Pictos3

Tu ti p’u [Abattre les obstacles dressés par les démons] BULAC ms.chi.naxi 12, fol. 3v. Origine : Baidi 白地村 (Yunnan)

On y voit une armée affronter une série de démons armés de flèches empoisonnées. À chaque rencontre, l’armée appelle à son secours le dieu de la guerre et 360 esprits guerriers, par des offrandes de viande, d’alcool, de riz et d’encens. Une fois repus, ces derniers brisent les flèches, les armures et les défenses des ennemis, permettant à l’armée de poursuivre son chemin.

[Image à la une : photographie de manuscrit. © Zhang Xu (D.R.), Yunnan, 1990]

  1. Beijing Dongba wenhua yishu fazhan cujin hui 北京东巴文化艺术发展促进会. []
  2. En français ou en anglais, les Dongba sont souvent qualifiés de « prêtres », « chamanes » ou « prêtres chamanes ». Mais il ne s’agit pas à proprement parler de prêtres, car la religion dongba n’a pas d’église formelle, composée de prêtres, de moines ou de temples. Ce ne sont pas non plus véritablement des chamanes, mais davantage des « spécialistes des rituels ». À l’origine, il existait deux sortes de spécialistes religieux : les chamanes, nommés « llubhu », et les Dongba.  Les « llubhu » étaient chargés d’entrer en transe afin de communiquer avec les esprits de la nature et des ancêtres. Une fois la volonté des esprits connus, le Dongba était chargé de conduire les rituels attendus, à l’aide de ses livres. Le rôle des « llubhu » a toujours été moins important que celui des Dongba, et ils semblent avoir aujourd’hui disparu, certains Dongba jouant parfois le double rôle de chamane et de spécialiste rituel. []
  3. Sur les notions de « culture naxi » et de « culture dongba », voir l’intéressante introduction d’Emmanuelle Laurent dans son mémoire « La culture naxi entre tradition et modernité », soutenu en septembre 2015, pp. 11-16 []
  4. La BULAC en possède quatre exemplaires : MS.CHI.NAXI.1, MS.CHI.NAXI.2, MS.CHI.NAXI.5 et MS.CHI.NAXI.22. Le MS.CHI.NAXI.5 est en réalité un texte d’enseignement de l’écriture, listant les correspondances entre caractères « geba » et pictogrammes « dongba ». []
  5. La liste des nationalités chinoises est disponible sur ce site.  []
  6. La nomenclature des langues naxi, aujourd’hui désignées sous la terminaison « langues naïques » a fait débat. Si l’on s’accorde sur leur rattachement aux langues tibéto-birmanes, diverses hypothèses ont été émises sur le sous-groupe dont elles relèvent : langues lolo-birmanes pour certains, qianguiques pour d’autres. La classification de G. Jacques et A. Michaud (2011) les rattachent au groupe des langues na-qianguiques et regroupe, sous la terminaison « langues naïques », l’ensemble des langues et dialectes autrefois divisés en dialectes occidentaux et dialectes orientaux de la langue naxi. Voir à ce sujet le pre-print de la notice rédigée par Alexis Michaud, He Limin et Zhong Yaoping pour l’encyclopédie des langues chinoises récemment éditée par Brill : « Encyclopedia of Chinese Languages and Linguistics » (2015). En ligne : http://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00793649v1 [consulté le 27/10/2015]  []
  7.  世界记忆遗产”东巴经典传承体系数字化国际共享平台建设研究 (National Social Science Foundation Key Project Approval No.: 12&ZD234.) []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *