Un double hommage des lettres arabes à la Ville de Paris et à ses habitants

[L’été dernier, la BULAC a accueilli une importante exposition sur la typographie arabe, faisant une large place à l’histoire et à la création typographique contemporaine. Parmi les œuvres commandées par les commissaires de l’exposition, Fanny Gillet, Alain Messaoudi et Perin Emel Yavuz, figurait un hommage du graphiste Naji El Mir à Paris et à ses liens avec les Lumières arabes, avec la mise en caractères contemporains d’un récit de voyage parisien qui tient une place majeure dans l’histoire intellectuelle du monde arabe – L’Or de Paris.

Après les attentats commis à Paris et Saint-Denis le 13 novembre dernier, il est utile de rappeler l’existence de ce texte et exprimer ainsi le rôle que peut jouer la BULAC pour faire reculer l’ignorance mutuelle et la haine de tous bords. Alain Messaoudi a très spontanément accepté de mettre brièvement le texte en perspective et Naji El Mir nous a chaleureusement autorisé à utiliser son illustration – qu’ils en soient tous deux remerciés.]

 Naji El Mir, Takhlîs al-ibrîz fî talkhîs Bârîs [L'Or de Paris] de Rifâ‘a al-Tahtâwî, 2015. Affiche, 84 x 120 cm.

Naji El Mir, Takhlîs al-ibrîz fî talkhîs Bârîs [L’Or de Paris] de Rifâ‘a al-Tahtâwî, 2015. Affiche, 84 x 120 cm. (c) Naji El Mir.

Près de deux siècles après sa publication en 1834 au Caire, on peut relire la relation du voyage à Paris du chaykh Rifâ‘a al-Tahtâwî. Le jeune professeur à la mosquée-université al-Azar y avait accompagné, pour leur servir d’imâm, les étudiants qui y avaient été envoyés en 1826 par l’État égyptien pour se former aux sciences modernes. L’Or de Paris ou, traduit plus littéralement, Le raffinement de l’or dans l’abrégé de Paris (ce qui ne rend pas l’assonance du titre original : Takhlîs al-ibrîz fî talkhîs Bârîs | تلخيص الابريز في تلخيص باريز) inscrit la capitale française « dans l’espace culturel arabo-musulman, en tant que prototype de la civilisation occidentale », selon la formule d’Anouar Louca, traducteur du texte en français1. Sans se départir d’une grille de lecture qui fait référence aux principes de l’islam, Al-Tahtâwî, extrait l’or de ce qu’il a pu voir à Paris : il loue un régime politique constitutionnel qui procure sécurité et prospérité, admire un développement des sciences et des techniques qui fait défaut aux pays musulmans, constate que la vertu des femmes ne tient pas au port du voile… Mais il écarte ce qui lui paraît devoir l’être : la course au profit, l’ivresse qui déshumanise…

Rifâ‘a al-Tahtâwî, traité en pair par les savants parisiens, observe avec intérêt la société de Paris. Une reconnaissance de commune humanité, en vue d’un amendement qui passe par la compréhension de l’autre…

Alain Messaoudi.


Pour aller plus loin :

Prolonger la lecture en ligne2:

 

  1. Rifa’ a at-Tahtâwî, L’Or de Paris: relation de voyage, 1826-1831. Traduit, présenté et annoté par Anouar Loca. Paris, Sindbad, 1988 et 2012. []
  2. Références signalées par Colette Zytnicki sur son fil twitter le 16 novembre 2015 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *