Réseaux sociaux pour chercheurs, la visibilité à quel prix ?

Par Martin Grandjean [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Par Martin Grandjean [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Il y a presque deux ans, Christophe Benech, archéologue et chargé de recherche à la MOM, consacrait un billet aux réseaux sociaux académiques, jugeant leur utilisation aussi aisée qu’inquiétante.

« Il est extrêmement facile de s’inscrire sur Academia ou ResearchGate. Pressés d’accéder aux PDF d’articles qu’une recherche sur Google a fait miroiter, on procède en quelques clics à l’inscription qui donne alors accès à une incroyable base de donnée constituée par les documents scientifiques déposés par les inscrits sur leur profil. Mais, lors de cette inscription simple et rapide, qui prête vraiment attention aux conditions générales d’utilisation que l’on s’empresse d’approuver en cochant la case requise ? »1

Chercheurs, documentalistes et bibliothécaires avaient à l’époque profité du retentissement de cet article pour diffuser des recommandations sur les publications de la recherche. Rendre visible le produit de sa recherche est un enjeu crucial, personne ne le nie, à condition que la pérennité des articles soit assurée. Or, certains réseaux sociaux académiques sont loin de proposer des conditions d’utilisation satisfaisantes.

Academia.edu revendique aujourd’hui plus de 20 millions de membres enregistrés. Pour beaucoup, il s’agit d’un site institutionnel, alors que l’entreprise a acquis son nom de domaine lorsque les adresses en .edu étaient disponibles pour les sites commerciaux. Academia.edu est donc tout sauf une archive ouverte. L’enquête réalisée par la BULAC à l’automne 2015 a montré à quel point la confusion est grande : un tiers des répondants déclarant déposer dans une archive ouverte ont mentionné Academia.edu. Les articles qui y sont téléchargés sont certes accessibles, mais ils sont loin d’être protégés par le droit d’auteur, comme ils le seraient sur une plate-forme institutionnelle. Un rapide coup d’œil à ses conditions d’utilisation suffit à éclairer l’utilisateur :

« By making any Member Content available through the Site or Services, you hereby grant to Academia.edu a worldwide, non-exclusive, transferable, sublicenseable, perpetual, royalty-free license to reproduce, modify for formatting purposes, prepare derivative works based upon, publicly display, publicly perform, distribute, and otherwise use your Member Content in connection with operating and providing the Services and Content to you and to other Members. »2

Les documentalistes du CNRS recommandent régulièrement aux chercheurs de déposer avant toute chose leurs articles dans une archive ouverte institutionnelle, pour assurer la protection et la pérennité de leur production scientifique. De même, ils sont invités à ne pas télécharger de texte intégral sur Academia.edu, mais plutôt de faire un lien vers l’archive ouverte où ils sont déposés. Voilà peut-être un point de vue frileux, pourrait-on se dire.

Et pourtant, fin janvier, Scott Johnson, un professeur de littérature de l’université de l’Oklahoma exprimait sur twitter sa surprise à la lecture d’un mail d’Academia.edu. Ce message lui demandait s’il accepterait de payer pour que ses articles soient recommandés par le comité de rédaction du site. Les chercheurs ont vivement réagi contre cette possibilité par un appel énergique, #DeleteAcademiaEdu. Depuis, l’entreprise a fait machine arrière, précisant que la question posée à Monsieur Johnson était une simple idée, testée par un de leurs collaborateurs, mais que sa mise en pratique n’était pas à l’étude. Au vu des conditions d’utilisation, pourtant, rien ne l’interdirait.

Pour les établissements d’enseignement supérieur, le recours massif aux réseaux sociaux académiques est loin d’être anodin. Le produit de la recherche publique se trouve en effet capté par des plates-formes contre lesquelles ils n’ont aucune prise. Dans le même temps, il faut reconnaître que ces réseaux offrent aux chercheurs une visibilité rapide, que nombre d’établissements n’assurent pas encore. Sur le blog 2e labo, Antoine Blanchard et Elifsu Sabuncu ont relevé que les pages des universités de Strasbourg et d’Harvard consacrées au prix Nobel Martin Karplus, qui enseigne dans les deux établissements, n’avaient vraiment rien à voir pour la valorisation des travaux du chercheur.3

Les réponses à une enquête réalisée par le consortium Couperin ont fait apparaître que plus de 40% des répondants étaient inscrits sur un réseau social académique. Dans ce contexte où beaucoup finissent par s’inscrire aussi pour être vu de leurs collègues, il faut se demander à quel prix la visibilité sur la toile doit se monnayer. Certains chercheurs ont fait le choix radical de supprimer leur compte au profit exclusif des archives ouvertes et de leur page personnelle institutionnelle4. D’autres tentent d’explorer une voie médiane, signalant leurs articles sur les réseaux sociaux académiques, sans pour autant les y déposer. Certains, enfin, s’astreignent à ne mettre en ligne que des articles préalablement déposés dans une archive ouverte institutionnelle.

Il est nécessaire de garder à l’esprit, par ailleurs, que la visibilité sur les réseaux sociaux académiques ne garantit nullement l’autorité. Neil Hall, chercheur à l’université de Liverpool, a créé une petite tempête, en imaginant le K-Index, de l’initiale d’une héroïne de la télé-réalité nord-américaine. Le K-index mesure l’écart entre la popularité d’un chercheur sur les réseaux sociaux et son autorité dans sa discipline. Les écarts ont parfois été grands et ils ont bien montré que l’inscription sur un réseau social relève de la logique de communication, bien davantage que de la rigueur scientifique5.

Certains établissements ont saisi l’enjeu de la visibilité pour les chercheurs. En 2013, l’université d’Angers a instauré l’obligation de dépôt pour les chercheurs. Depuis, une archive ouverte institutionnelle a été créée et chaque chercheur dispose de sa page de profil, avec l’ensemble de ses publications signalées6. L’établissement garantit aussi bien la protection des articles déposés que leur valorisation, il accompagne les chercheurs à toutes les étapes du processus et il est en mesure de les conseiller. D’autres universités européennes, comme celle de Liège, se sont engagées dans des processus similaires. Il serait intéressant de mesurer l’impact sur l’utilisation des réseaux sociaux académiques d’une valorisation institutionnelle réussie, par le biais de pages personnelles.

Dans l’enquête conduite par Couperin, les chercheurs interrogés dessinaient des pistes pour créer une plate-forme de réseau social institutionnelle. Un outil comme Vivo, par exemple, pourrait répondre à ce manque pointé par les chercheurs. Plate-forme open source que les universités peuvent installer, Vivo permet aux chercheurs de “réseauter” et d’augmenter leur visibilité. Plusieurs plates-formes peuvent être connectées entre elles, de façon à créer des réseaux entre institutions. Une alternative aux réseaux sociaux académiques, pour peu que les universités s’en emparent.

Pour en savoir plus sur ces questions, l’URFIST de Paris, dont les formations sont accessibles à tous les doctorants et aux chercheurs, organise régulièrement une session sur les enjeux des réseaux sociaux académiques.

  1. Christophe BENECH, « Protection et propriété des données sur Academia.edu et ResearchGate », ArchéOrient – Le Blog, http://archeorient.hypotheses.org/2554, consulté le 8 mars 2016 []
  2. Terms of use Internet, Academia.edu, http:// www.academia.edu/terms/, consulté le 8 mars 2016 []
  3. Antoine BLANCHARD et Elifsu SABUNCU, « Pour une meilleure visibilité de la recherche française 3/3 : annuaires de chercheurs et valorisation de l’expertise des laboratoires », 2e labo, http://www.deuxieme-labo.fr/article/pour-une-meilleure-visibilite-de-la-recherche-francaise-33-annuaires-de-chercheurs-et-valorisation-de-lexpertise-des-laboratoires/, consulté le 8 mars 2016 []
  4. Françoise GOUZI, « Pourquoi j’ai quitté Academia ! », Archives ouvertes, https://openarchiv.hypotheses.org/3299, consulté le 8 mars 2016 []
  5. Neil HALL, The Kardashian index: a measure of discrepant social media profile for scientists, Genome Biology, 2014, 15:424, http://genomebiology.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13059-014-0424-0, consulté le 8 mars 2016 []
  6. Un exemple de page personnelle sur Okina : http://okina.univ-angers.fr/m.montout, consulté le 8 mars 2016 []

Vous aimerez peut être aussi...

6 Réponses

  1. A. Magron dit :

    Pour compléter votre billet, vous devriez citer l’archive ouverte HAL, choisie par plus d’une centaine d’établissements de recherche, universités et grandes écoles françaises. Toutes ces institutions sont conscientes elles aussi de l’enjeu de la visibilité pour les chercheurs. Les fonctionnalités de HAL y contribuent, non seulement pas la diffusion, mais avec des services spécifiques comme le CV (http://blog.ccsd.cnrs.fr/2015/04/votre-cv-dans-hal/).

  2. RM dit :

    Comme d’habitude quand il s’agit de ce sujet, j’ai du mal à comprendre certaines prises de position :
    * »ils sont loin d’être protégés par le droit d’auteur, comme ils le seraient sur une plate-forme institutionnelle » : cela ne signifie rien. Toute création originale est protégée par le droit d’auteur et cela ne dépend pas du lieu de publication ou de republication
    *Citation des CGU : oui, cela dit qu’ils sont le droit de mettre en ligne ce qu’on soumet. Le « transferable » peut assurément être discuté mais cela me semble le seul vrai point contestable.
    Par comparaison, les CGU de Hal sont extrêmement floues « Le déposant accepte les conditions de HAL : Il autorise HAL à mettre en ligne et à distribuer le document déposé » et on y apprend que Hal peut modifier les métadonnées de leur propre chef (« reclasser »).
    * »Le produit de la recherche publique se trouve en effet capté par des plates-formes contre lesquelles ils n’ont aucune prise » => c’est un contrat, libre à chacun de décider si ça l’intéresse ou pas. Academia propose un service gratuit de mise en relation et de mise en valeur qui n’est pour l’instant rendu par personne d’autre contre le droit de rendre leur site attractif par le contenu (non exclusif) qu’on y poste. C’est par exemple très différent du problème de l’édition scientifique – alors que les documentalistes semblent faire un lien entre les deux.
    * »Il est nécessaire de garder à l’esprit, par ailleurs, que la visibilité sur les réseaux sociaux académiques ne garantit nullement l’autorité » o_Ô Evidemment… Qui pourrait penser le contraire ? Pas un chercheur, en tout cas
    * »Il serait intéressant de mesurer l’impact sur l’utilisation des réseaux sociaux académiques d’une valorisation institutionnelle réussie, par le biais de pages personnelles. » Certes. Mais Academia n’est pas seulement un lieu de publication, c’est aussi un réseau social international. Les institutions publiques ne proposent pas ce type d’outil et, si elles le proposaient, ce serait certainement à l’échelle française donc sans intérêt…
    *Sauf erreur de ma part, Vivo fonctionne au sein d’une institution – ce n’est pas un réseau social global

    Ce qui me dérange avec ce type de prise de décision, c’est qu’on essaie visiblement de faire peur aux gens pour les dissuader d’utiliser des outils qui sont efficaces et apportent des avantages que personne d’autre ne fournit.
    Si on peut faire mieux dans le milieu académique, en respectant des standards ouverts etc. c’est formidable et Academia mourra de lui-même. Si on y renonce, je ne vois pas vraiment le problème qu’une entreprise remplisse le champ que les institutions lui abandonnent afin de rendre un service utile et gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *