Le fonds Basset-Deny dans les collections de la BULAC

La BULAC et l’EHESS ont reçu respectivement en 2015 une partie de la bibliothèque et des archives privées de Jean Deny (1879-1963) et de René Basset (1855-1924), personnages clés des études arabes, berbères et turques en France. Ce don, issu des ouvrages conservés dans la maison familiale de Gérardmer, vient compléter les legs précédents d’André Basset (1895-1956) et Jean Deny déjà présents dans les collections de la bibliothèque

Une saga familiale de l’orientalisme français

Les familles Basset et Deny se lient en 1916 par le mariage de Suzanne, fille de l’éminent arabisant et premier doyen de la faculté des lettres d’Alger René Basset (1855-1924), avec le turcologue Jean Deny. Les fils de René, Henri (1892-1926) et surtout André (1895-1956), s’illustrent par leur contribution à la connaissance du berbère et de l’arabe. Alors que Jean Deny est chargé de l’administration de l’École nationale des langues orientales vivantes de 1938 à 1949, André y occupe de 1941 à 1956 la chaire d’études berbères laissée vacante par la mort de son ancien professeur, Edmond Destaing. Toute la famille se retrouve lors des vacances dans le chalet familial des Glycines, à Gérardmer (Vosges) – les deux familles ont pour autre point commun des origines lorraines, bien que Jean Deny ait grandi en Ukraine. Il faut également mentionner qu’André épouse une fille du sociologue Célestin Bouglé, et que la veuve d’Henri, qui meurt prématurément à l’âge de 34 ans, épouse en secondes noces l’islamologue Evariste Lévi-Provençal (1894-1956). On mesure ainsi aisément à quel point les Basset-Deny occupent une place centrale dans les réseaux universitaires et orientalistes.

Dédicace de Jean Cantineau "à [s]on savant collègue A. Basset"

Dédicace de Jean Cantineau « à [s]on savant collègue A. Basset », figurant sur un tiré à part de 1939. Les dédicaces, abondantes sur ce type d’imprimé, constituent à elles seules une source d’information sur le réseau intellectuel et amical de la famille.

Les Basset et Jean Deny sont, par goût aussi bien que par nécessité, des intellectuels de terrain. René et André Basset fondent leur méthode sur les enquêtes et les sondages, allant à la rencontre des locuteurs pour mieux critiquer et compléter les travaux existants1. Jean Deny est d’abord employé par le ministère des Affaires étrangères et profite de ses nominations successives au Moyen-Orient pour approfondir sa connaissance du turc, au point que sa réputation l’amène à succéder à son maître Barbier de Meynard comme professeur à l’École des langues orientales dès 1908. S’il y fait toute sa carrière, il effectue régulièrement des voyages en Turquie et n’hésite pas, entre 1926 et 1930, à rejoindre le Caire pour inventorier les archives turques du Cabinet royal d’Égypte.

Le fonds Basset

Après la mort d’André en 1956, sa veuve fait don de sa bibliothèque, archives scientifiques comprises, au département d’études berbères de l’INALCO. En 1980, ce premier don de la bibliothèque André Basset est transférée à la BIULO (Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales), rue de Lille. Aujourd’hui propriété de la BULAC, le fonds Basset comprend plus de 1500 monographies, près de 3000 périodiques et tirés à part, ainsi qu’une cinquantaine de cartons d’archives (correspondance, notes de cours, manuscrits divers…) issus de la documentation rassemblée par René, Henri et André Basset. L’ensemble de ces monographies ont fait l’objet d’un catalogage (racine de cote BIULO BAS) ; longtemps conditionnées à part, elles sont désormais progressivement mises à la disposition des lecteurs après étiquetage et éventuelles réparations.

Les fichiers linguistiques constitués par André Basse, sur la base de dépouillements de dictionnaires et de relevés de terrain, connus sous le nom de « fichiers berbères » et poursuivis un temps par Lionel Galand, professeur à l’INALCO, forment un ensemble à part entière ; ils sont  complétés dans les années 1970-1980 par deux dons successifs de fichiers du même type (les fichiers Fines et Aspinion). Enfin, un fonds Charles de Foucauld a été isolé du fonds Basset, rassemblant les épreuves et la correspondance relative aux travaux de lexicographie berbère de l’ermite de Tamanrasset, rassemblé par René Basset après la mort de leur auteur.

L'ex-libris d'André Basset.

L’ex-libris d’André Basset.

Le fonds Deny

La bibliothèque et les papiers de Jean Deny ont, quant à eux, connu un destin quelque peu différent. Une partie de ses livres sont vendus en 1965 par sa veuve à l’Institut d’études turques de la Faculté des Lettres qui rejoindra l’université Sorbonne-Nouvelle Paris-3 à sa création en 1971  ; l’IET enrichira cette base par d’autres acquisitions jusqu’au début des années 1980, tout en conservant le nom de « bibliothèque Jean-Deny ». Lors de la fusion de l’IET avec l’une des composantes de l’EHESS (1990), il est décidé de transférer cette bibliothèque à la BIULO, ce qui se fera en deux temps. Le fonds en langue turque moderne est aujourd’hui intégré aux collections de la BULAC sous la cote TURCO, tandis que le fonds turc ottoman, a rejoint les fonds de la BULAC en mai 2016 après quelques années de transit par la Bibliothèque d’études arabes et islamiques du Collège de France. À côté de cette première bibliothèque Jean Deny, les livres appartenant à ce dernier et qui se trouvaient encore aux Glycines ont également été récupérés par la BULAC en 2015, tandis que ses archives ont été déposées à l’EHESS, au sein du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques.

Conclusion

Par sa diversité et par l’ampleur de la période qu’il couvre, le fonds Basset-Deny est donc un outil précieux pour les linguistes aussi bien que pour les historiens de l’enseignement et des réseaux orientalistes dans la France de la fin du XIXe siècle et du premier XXe siècle. De nombreux documents restent à ce jour inédits et/ou mal connus, et mériteraient sans doute d’être étudiés pour leur valeur intrinsèque ou en tant que sources historiques. Un travail de recherche autour des familles Basset et Deny a d’ailleurs été récemment entrepris par Alain Messaoudi (université de Nantes), Emmanuel Szurek (Cetobac-EHESS) et Augustin Jomier (Inalco) et fait l’objet d’un séminaire de recherche inauguré cette année ; c’est aussi grâce à eux que la bibliothèque familiale qui se trouvait encore à Gérardmer a pu intégrer les collections de la BULAC. En l’état actuel des choses, seuls les ouvrages cotés en TURCO, les archives de Charles de Foucauld et les monographies Basset sont communicables (ces dernières sur demande expresse uniquement, mais le chantier de mise à disposition est en cours). Le traitement des autres archives,  des ouvrages turc-ottomans de la bibliothèque Jean-Deny, des fichiers linguistiques et des périodiques et tirés à part reste à faire pour rendre la totalité du fonds communicable. En complément de cet article, une note détaillée sur le fonds est proposée aux chercheurs intéressés. Les questions complémentaires peuvent être adressées à enseignement-recherche[a]bulac.fr.

Schéma synthétique de la composition du fonds Deny-Basset


1Voir par exemple OULD-BRAHAM, Ouahmi, « Sur une polémique entre deux berbérisants. Saïd Cid Kaoui et René Basset (1907-1909). », dans Études et documents berbères, no. 10, 1993, p. 5-30.


Sur les familles Basset et Deny et leur contribution aux études berbères et turques, on se reportera, en sus de l’ouvrage cité dans la note ci-dessus et entre autres, aux titres suivants :

BASSET, Guy, « Autour de la famille Deny-Basset », dans ISIKSEL, Günes et SZUREK, Emmanuel (dir.), Turcs et Français. Une histoire culturelle, 1860-1960, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 317-325.

BAZIN, Louis, « Jean Deny (1879-1963), rénovateur de la linguistique turque », Istanbul et les langues orientales, éd. Frédéric HITZEL, Paris, 1997, p. 411-416.

MESSAOUDI, Alain, Les arabisants et la France coloniale : savants, conseillers, médiateurs, 1780-1930, Lyon : ENS, 2015.

SZUREK, Emmanuel, « Les langues orientales, Jean Deny, les Turks et la Turquie nouvelle: une histoire croisée de la turcologie française (XIXe-XXe siècle), dans ISIKSEL, Günes et SZUREK, Emmanuel (dir.), Turcs et Français. Une histoire culturelle, 1860-1960, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 327-352.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *