La littérature congolaise à l’honneur

Ce sont les hasards du calendrier de ce printemps 2016 qui ont permis de mettre à l’honneur la littérature congolaise à Paris. Alors que l’auteur renommé Alain Mabanckou, investissait la chaire de Création artistique au Collège de France et donnait sa leçon inaugurale le 17 mars dernier (il est possible d’écouter ou re-écouter son allocution intitulée « Lettres noires : des ténèbres à la lumière »), l’édition 2016 du Salon du livre, Livre Paris accueillait deux villes emblématiques de la République du Congo : Brazzaville et Pointe Noire.

Le Congo se démarque par sa singularité au sein de l’espace littéraire d’Afrique francophone. En effet, pays de taille modeste, il constitue pourtant l’un des « viviers » les plus importants d’écrivains africains d’expression française. Son grand nombre d’auteurs, leur effervescence créatrice exprimée au travers des différents genres du champ de l’écriture moderne, roman, poésie, théâtre, nouvelle, témoignent de l’existence d’une véritable littérature nationale. Sylvain Bemba, écrivain émérite, parlait quant à lui de Congolie, sorte de sphère de création dans laquelle se seraient regroupés les membres de « la phratrie des écrivains congolais ». C’est ainsi que plusieurs de ces auteurs, salués par la critique et les prix tel le Grand prix littéraire d’Afrique noire ont hissé cette littérature congolaise au rang international.

Face à ce foisonnement et au vaste corpus d’œuvres, trois recueils permettent d’aborder cette création littéraire de façon chronologique.

Homme politique et de culture, Jean-Baptiste Tati-Loutard écrit la première Anthologie de la littérature congolaise d’expression française en 1976. Entré dans le monde des Lettres en 1968 avec ses Poèmes de la mer, il est aussi l’auteur d’ouvrages sur la littérature africaine. Il dresse ici le tableau de la littérature congolaise à travers ses pionniers. Il ouvre son anthologie avec Jean Malonga, considéré comme le père de ce mouvement, auteur du premier roman congolais Cœur d’Aryenne. Cette anthologie englobe vingt années de création, de la première génération d’écrivains des années 1950, tels Tchicaya U Tam’si, Patrice Lhoni, Guy Menga, Jean-Pierre Makouta-Mboukou, Sylvain Bemba jusqu’aux nouveaux auteurs émergents d’après les indépendances, Henri Lopes, Jean-Baptiste Tati-Loutard, Maxime N’Debeka et Emmanuel Dongala.

Malgré la parution en 1995 de l’ouvrage Littératures francophones de l’Afrique centrale : anthologie, qui vient partiellement compléter le précédent florilège, il faut attendre près de 40 ans l’édition d’une Nouvelle anthologie de la littérature congolaise, de nouveau dirigée par Jean-Baptiste Tati-Loutard, rejoint par Philippe Makita. Elle regroupe des textes publiés de 1977 à 2003 et retrace les différentes étapes de l’histoire moderne de cette littérature de 1953 à 2003, à travers une analyse des quatre genres (roman, poésie, nouvelle et théâtre), placée en fin de volume. À côté des figures mythiques et des écrivains qui ont fait leur entrée dans les années 1970, présents dans la première anthologie, le livre fait la part belle à une nouvelle génération d’auteurs : tel Sony Labou Tansi, écrivain majeur, mais qui ne publie son premier roman La vie et demie qu’en 1979 ; mais aussi les écrivains de la diaspora comme Daniel Biyaoula, Alain Mabanckou, Caya Makhélé ; ou encore les écritures féminines avec Marie-Léontine Tsibinda. Cette sélection de textes montre combien le champ littéraire congolais est étendu et fait apparaître un nombre impressionnant de « nouveaux » auteurs attestant et confirmant la vitalité de cette littérature.
Un ultime volume, l’Anthologie des 60 ans de la littérature congolaise (1953-2013) d’Aimé Eyengué regroupe les textes inédits d’auteurs plus confidentiels ou plus récemment découverts.

Face à un corpus d’œuvres conséquent, le Dictionnaire des œuvres littéraires congolaises de Noël Kodia-Ramata, publié en 2010, constitue un guide essentiel. Il couvre la production de romans et recueils de nouvelles de 1954 à 2005, la prose romanesque constituant pour l’auteur l’un des traits originaux de la littérature congolaise. Agrémenté d’une présentation historique, politique, sociale et culturelle du Congo, ainsi que de repères chronologiques indispensables, le dictionnaire analyse tant les romans phares et les récits les plus connus que les écrits de la nouvelle génération. Ce travail minutieux est augmenté de bio-bibliographies des auteurs et de morceaux choisis des dix premiers grands romanciers et nouvellistes congolais.

Enfin, il faut citer le Panorama critique de la littérature congolaise contemporaine de Roger Chemain et Arlette Chemain-Degrange. Bien que paru en 1979 et se limitant donc aux premières décennies, cet ouvrage constitue un travail précurseur : il mettait déjà en exergue les ressorts créatifs de la littérature congolaise, les conditions de son développement, ses traits majeurs (tantôt littérature engagée et militante, tantôt littérature de la passion sociale). Les deux universitaires revenaient également sur l’importance de la revue Liaison (1950-1960) : dans le Congo colonial, cet organe officiel des centres culturels de l’Afrique Équatoriale Française (AEF) n’en fut pas moins une tribune pour les jeunes intellectuels de cette génération et permit la parution des premiers textes de Jean Malonga, Patrice Lhoni, Sylvain Bemba et Guy Menga. D’autres revues, tels le Journal de l’Association des étudiants congolais (AEC) et Le petit journal de Brazzaville offrirent également un espace d’expression littéraire. Dans ce contexte historique, Brazzaville, capitale de l’Afrique Équatoriale Française, fut un pôle d’attraction littéraire. Même après les indépendances, la ville continua d’être source d’effervescence artistique : le théâtre moderne, apparu dans les années 1950 dans les quartiers populaires, connut son âge d’or (1979-1990), suite à la naissante de nombreuses troupes, le Théâtre national congolais en 1965, puis le Rocado Zulu Théâtre de Sony Labou Tansi et le Théâtre de l’Éclair d’Emmanuel Dongala.

Dans ce riche tableau, Alain Mabanckou constitue aujourd’hui l’un des auteurs majeurs de la littérature congolaise contemporaine. Il s’agit du premier écrivain à occuper la chaire internationale de Création artistique au Collège de France, où il va promouvoir les lettres africaines francophones, domaine qu’il connaît bien, puisqu’il enseigne la littérature francophone à l’Université de Californie (UCLA) depuis 2006. Considéré comme l’un des écrivains les plus brillants de sa génération, il bénéficie d’une reconnaissance précoce avec son premier roman, Bleu-blanc-rouge, récompensé par le Grand prix littéraire d’Afrique noire à peine un an après sa parution dans la maison d’édition emblématique Présence africaine. Dans ses premiers écrits romanesques, la critique lui reconnaît un ton truculent et cocasse, faisant transparaître une écriture nouvelle. Exilé très tôt en France, il n’en revient pas moins sans cesse sur sa terre natale à travers son écriture. Qu’il s’agisse de Verre cassé et des bars de Brazzaville, de Black bazar et des sapeurs congolais du quartier parisien de Château-Rouge, ou encore de la trilogie consacrée à sa ville d’origine Pointe-Noire, avec Demain j’aurai vingt ans, Lumières de Pointe-Noire et Petit piment, Alain Mabanckou se fait l’écho de cette longue tradition littéraire congolaise.
C’est ainsi qu’il est apparu comme l’ambassadeur de choix pour accueillir la nouvelle génération d’auteurs africains, essentiellement nigérians et sud-africains, à Brazzaville en février 2013, à l’occasion de l’édition spéciale du Festival Étonnants voyageurs.

Pour vous aider à découvrir cette littérature congolaise, la BULAC vous propose deux sélections bibliographiques :
– les nombreuses œuvres, mais aussi les études critiques, historiques et stylistiques des principaux auteurs congolais
– les principaux écrits d’Alain Mabanckou

Bon voyage littéraire!


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Lal Ji Maurya dit :

    merci bcp pour cette article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *