Oman et les pérégrinations des textes ibadites (fin XIXe-début XXe s.).

Prétexte

En juillet 2015, la BULAC et l’IISMM (EHESS) ont organisé une exposition intitulée TYPOGRAPHIAe ARABICAe, présentant les recherches graphiques contemporaines en matière de typographie arabe, tout en les plaçant dans une perspective historique. Une visite récente de l’Ambassadeur du Sultanat d’Oman à la BULAC a fourni l’occasion de revisiter l’histoire des impressions liées à Oman et l’islam ibadite et de présenter quelques ouvrages patrimoniaux, exposés au rez-de-jardin de la salle de lecture depuis le début du mois d’avril 2016. Cette exposition et le présent billet peuvent être ainsi considérés comme une sorte de prolongement de cette exploration de l’histoire de l’imprimerie arabe1.

Contexte

L’ibadisme est un courant minoritaire de l’Islam, méconnu au regard du chiisme et du sunnisme. Il marque toutefois profondément l’histoire et la culture de différentes communautés du Maghreb (régions du M’zab en Algérie, de Djerba en Tunisie, du Djebel Nefoussa en Libye), de l’Afrique de l’Est (Zanzibar) et surtout du sultanat d’Oman, où il constitue le courant religieux dominant. Les oulémas ibadites comparaient leur doctrine à un oiseau dont l’œuf aurait été pondu à Médine, qui aurait éclos à Bassora puis se serait envolé vers l’Oman2. Les études sur l’ibadisme ont été impulsées en Europe par le contact avec les riches bibliothèques ibadites du Maghreb. Elles se développent actuellement en Europe, aux États-Unis, au Maghreb et en Oman dans le cadre de projets universitaires (Maghribadite), d’initiatives privées (IBADICA) ou de colloques organisés avec le soutien du ministère des Waqfs et des Affaires religieuses d’Oman.

L’islam ibadite a fait l’objet aux XIXe-XXe s. d’un renouveau religieux (ou renaissance, nahḍa) important, stimulé par la présence de plus en plus intrusive des Européens en terre d’Islam. Ce mouvement se traduit par le retour aux fondements de la doctrine ibadite, des tentatives de rapprochement avec le sunnisme et des aspirations à l’unification des différentes communautés ibadites. Même si les contacts n’ont jamais vraiment cessé entre les enclaves ibadites du Maghreb et la communauté omanaise, à la fin du XIXe siècle s’affirme « une sorte de panibadisme », selon l’expression de V. Prevost3, favorisée par l’activité intellectuelle des lettrés ibadites qui prennent soin d’assurer la diffusion de leurs textes dans ces différents foyers. Un double mouvement de croissance du nombre de ces écrits et de diffusion à partir de différents centres de l’impression arabe font de cette histoire du livre ibadite un pan intéressant de l’histoire de l’imprimerie et de la circulation du livre arabe entre le Maghreb, l’Afrique et le Moyen-Orient. Le rayonnement maritime et commercial d’Oman soutient ces échanges. Zanzibar, où règne alors une branche de la dynastie omanaise, et le Caire, avec ses imprimeries et son bouillonnement culturel, deviennent des plaques tournantes de la culture ibadite.

L’exposition présente une sélection de textes théologiques ibadites rédigés au XIXe ou au début du XXe siècle qui soulignent l’originalité de l’interprétation ibadite de l’Islam. Ils couvrent les domaines principaux du ‘ilm ou savoir religieux  : fiqh (droit religieux), ḥadīṯ (recueils des paroles du prophète), tafsīr (commentaire du Coran). La sélection met en avant deux figures de la nahḍa ibadite, le Cheikh Muḥammad ibn Yūsuf Iṭfayyiš (1820-1914), ou Aṭfiyaš, au M’zab et le Cheikh Nūr al-Dīn ‘Abd Allâh al-Sālimī (1869-1914) en Oman.

La volonté d’assurer la diffusion la plus large de la pensée ibadite stimule l’apparition des premiers imprimés sous la double impulsion d’initiatives officielles et privées. L’initiative la plus éclatante est l’ouverture, par Sayyid Barġaš (r. 1870-1888) à Zanzibar, de l’Imprimerie sultanienne (Al-Maṭba‘aẗ al-Sulṭāniyyaẗ) avec une presse à caractères mobiles. L’introduction d’une presse, qui fait partie d’un programme de modernisation matérielle généralisé de l’île (électrification, canalisation, pavement des rues), témoigne de la volonté de Sayyid Barġaš d’assurer la continuité de l’ibadisme à Zanzibar et en Afrique de l’Est, majoritairement sunnites4. Des entreprises éditoriales sont également lancées dans les différents centres de l’impression arabe, au premier chef au Caire. En Inde, les maisons d’édition spécialisées dans l’impression lithographique de livres en arabe et en persan reçoivent également quelques commandes omanaises5. Parallèlement à cet essor de l’imprimerie, la tradition manuscrite reste toutefois vivace, notamment en Oman où il faut attendre l’arrivée au pouvoir du Sultan Qabous en 1970 pour que le premier livre officiellement publié par l’État voie le jour.

Textes

Traité juridique Qāmūs al-šarī‘aẗ de Ğumayyil ibn Ḫamīs al-Sa‘dī /جميّل بن خميس السعدي، قاموس الشريعة

Il s’agit d’un traité juridique encyclopédique composé à Oman entre 1844 et 18636, compilant et commentant des sources antérieures. C’est la référence majeure de la jurisprudence (fiqh) de l’Islam ibadite ; il s’agit d’un des ouvrages les plus copiés en Oman. Le traité complet comporte 90 volumes couvrant tous les domaines du fiqh, mais rares étaient les bibliothèques, privées ou bibliothèques de mosquées, qui possédaient la totalité des volumes. Les volumes semblent avoir été copiés ou achetés selon la nécessité.

La BULAC conserve trois volumes manuscrits qui furent reçus dans le cadre d’un don du Sultan de Zanzibar au consul de France au début du XXe siècle, accompagnés de plusieurs exemplaires imprimés dans l’île.

Manuscrits:

MS.ARA.904 : Vol. 52,  consacré au partage de la propriété. Selon une note inscrite sur l’un des derniers feuillets, le volume a été copié pour le Cheikh Ḥamūd ibn Sayf ibn Muslim al-Far‘ī (m. 1299 h./1882), parti pour Zanzibar sous le règne du Sayyid Barġaš et devenu un de ses secrétaires7. La copie a été effectuée par Sa‘īd ibn Ṯānī ibn Hāšil ibn Māhil al-Buraykī. Ce manuscrit n’est pas daté, mais d’autres copies de sa main commanditées toujours par le Cheikh Ḥamūd al-Far‘ī et conservées en Oman datent de 1273-1275 h. [1856-1859]8.

MS.ARA.905 : Vol. 62, consacré à la dot. Reliure orientale en cuir estampé, typique des manuscrits omanais, dont une partie est manquante. Trois feuillets sont arrachés en tête du volume. Selon le colophon, le manuscrit a été copié par Ṯānī ibn Māhil ibn Hāšil al-Buraykī le 12 rabī‘ al-āḫir 128(0?) h. [12 septembre 1863 (?)] pour le même Cheikh Ḥamūd ibn Sayf ibn Muslim al-Far‘ī.

BULAC MS.ARA. 903

BULAC MS.ARA. 903 : vol. 66. Reliure orientale à recouvrement, en cuir estampé.

MS.ARA.903 : Vol. 66, consacré au divorce. Reliure orientale en cuir estampé, identique, à quelques détails près, à celle de MS.ARA.905. L’incipit et le colophon, en triangles renversés décorés par des traits rouges inclinés, sont typiques de la tradition manuscrite omanaise. La copie a été terminée le 3 rabī‘ al-āḫir 1292 h. [9 mai 1875] par Sā‘id ibn Surūr al-Šabībī. Une note partiellement raturée à la fin du livre nous permet de comprendre que ce manuscrit fait partie des livres copiés pour le Cheikh Ḥamūd ibn Sayf al-Far‘ī. Les volumes copiés par Sā‘id ibn Surūr al-Šabībī pour plusieurs dignitaires omanais, y compris pour le Cheikh Ḥamūd, sont nombreux dans les collections des manuscrits préservés en Oman9.

Les trois volumes sont écrits sur un papier épais et de bonne qualité, probablement italien, à vergeures et pontuseaux, avec des filigranes (croissant dans un écu). 

Ces manuscrits illustrent le processus de formation de bibliothèques privées en Oman et Zanzibar à la veille de l’introduction de l’imprimerie. Ils sont encore méconnus des chercheurs qui étudient la tradition manuscrite omanaise et ne sont pas répertoriés dans les catalogues des manuscrits omanais conservés hors d’Oman10

Imprimés :

L’impression du Qāmūs al-šarī‘aẗ fut initiée par le sultan omanais de Zanzibar, Sayyid Barġaš, en 1879. L’entreprise fut poursuivie jusqu’en 1887, mais seuls les seize premiers volumes de l’encyclopédie furent imprimés par l’imprimerie du Sultanat. Une seconde édition du texte fut entreprise par le ministère de l’Héritage et de la Culture d’Oman à partir de 1983, mais elle s’interrompit au 21e volume. La première édition imprimée exhaustive du texte a été réalisée à Oman en 2015 par la maison d’édition Al-Ğīl al-Wā‘id.

Vol. 1- imprimé à Zanzibar, al-Maṭba‘aẗ al-Sulṭāniyyaẗ, 1297 h. [1879]. Impression typographique. Cote : BULAC RES MON-4-1430

BULAC RES MON-4-1430: Vol. 1 (plat arrière) imprimé à Zanzibar, al-Maṭba‘aẗ al-Sulṭāniyyaẗ, 1297 h. [1880].

Dédicace manuscrite de donation pieuse (waqf) au profit des étudiants sur la page de garde

Dédicace manuscrite de donation pieuse sur la page de garde du vol. 1.

Les imprimés zanzibarites se distinguent par de riches reliures rouges de 29 × 18 cm, avec un décor d’encadrements dorés, de chaînes et d’éléments floraux qui, dans leur ensemble, donnent l’impression d’une géométrie parfaite. Les plats intérieurs sont recouverts de papier marbré.

La page de titre est également décorée par un cadre à décor très développé et comporte tous les attributs du livre imprimé contemporain : titre, nom complet de l’auteur, adresse et date d’édition. Le volume s’ouvre sur une poésie de ‘Alī ibn Ḫamīs al-Barwānī glorifiant le début de l’imprimerie à Zanzibar, des pièces en vers honorant le traité même et une table des matières. Le volume 1 est consacré à l’importance du savoir religieux, de son acquisition et aux sources du droit musulman.

Donner des manuscrits en waqf revenait à les faire sortir de la circulation économique, en désignant des bénéficiaires. C’était une pratique très répandue en Oman et à Zanzibar, qui garantissait l’accès au savoir à ceux qui ne pouvaient pas se permettre l’achat des livres dont le coût était alors très élevé11. Dans la continuité de cette pratique, les premiers livres imprimés publiés par le Sultan Barġaš furent également l’objet de ce type de donations pieuses.

Commentaire du Coran Hīmyān al-zād ilā dār al-ma‘ād par Muḥammad b. Yūsuf Iṭfayyiš (1820-1914) /محمد بن يوسف إطفيش، هيميان الزاد إلى دار المعاد

Tafsīr en 14 volumes rédigé par le théologien ibadite du M’zab algérien Muḥammad ibn Yūsuf Iṭfayyiš (1820-1914) ou Muḥammad ibn Yūsuf al-Yasğanī al-Mus‘abī al-Wahbī d’après le colophon et l’incipit, toujours en triangles renversés. Activiste religieux aux écrits prolifiques, il est très lu et respecté dans les différentes communautés ibadites d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Vol. 1 : BULAC RES-MON-4-1331. Zanzibar, al-Maṭba‘aẗ al-Sulṭāniyyaẗ, 1305 h. [1887]. Impression typographique.

BULAC RES-MON-4-1331: Vol. 1. Zanzibar, al-Maṭba‘aẗ al-Sulṭāniyyaẗ, 1305 h. [1887].

L’édition imprimée de son œuvre fut initiée par les sultans de Zanzibar à partir de 1887. Elle s’est accompagnée d’une abondante correspondance entre le cheikh et les sultans successifs qui poursuivirent l’entreprise éditoriale jusqu’en 189712.

De la même façon que le Qāmūs al-šarī‘aẗ, ce volume a fait l’objet d’un don de la part de Sayyid Barġaš aux étudiants. Le texte de la waqfiyyaẗ (acte écrite de donation), cette fois-ci, est imprimé sur la première page du livre et rédigé par Yaḥyā ibn Ḫalfān ibn Abī Nabhān al-Ḫarūṣī (m. 1905), petit fils d’un autre grand lettré omanais, Ğā‘id ibn Ḫamīs al-Ḫarūṣī, qui supervisait les travaux de l’Imprimerie sultanienne.

Traité juridique Laṭā’if al-ḥikam fī ṣadaqāt al-na‘am par Sa‘īd ibn Ḫalfān al-Ḫalīlī (1820-1870)/ سعيد بن خلفان الخليلي، لطائف الحكم في صدقات النعم

Traité en vers relatif aux taxes religieuses (zakāt) sur le bétail, composé par un théologien ibadite, Sa‘īd ibn Ḫalfān al-Ḫalīlī al-Ḫarūṣī (1820-1870).

Incipit

BULAC RES 8-5994. Incipit

Bombay, 1309 h. [1891-92]. Impression lithographique. BULAC RES 8-5994.

BULAC RES 8-5994. Bombay, Dattprasad, 1309 h. [1891] Page de titre.

Il s’agit d’une impression lithographique, commandée par un dignitaire omanais, Sālim ibn Muḥammad ibn Sālim al-Rawāḥī (1868-1947), à la maison d’édition indienne Dattprasad Press. Le commanditaire était un dignitaire omanais, venu à Zanzibar à la demande du Sultan Barġaš  pour étudier auprès des lettrés ibadites avant de devenir son secrétaire et conseiller. Il entretenait des relations épistolaires solides avec les deux cheikhs, Ifayyiš et al-Sālimī, écrivait lui-même et commandait des copies et des impressions d’ouvrages d’autres lettrés. Il participait à l’édition du journal al-Falaq, jouant ainsi un rôle clé dans ce mouvement intellectuel13. La page de titre se compose d’une citation coranique [73: 20], du titre inscrit dans un médaillon central, des informations sur l’édition et d’un cadre richement décoré. 

Commentaire sur le recueil des ḥadīṯs Ḥāšiyat ‘alā al-Ğāmi‘ al-ṣaḥīḥ, Musnad al-Imām al-Rabī‘ ibn ‘Amr al-Farāhīdī al-Baṣrī par ‘Abd Allāh ibn Ḥumayd al-Sālimī (1869-1914) / عبد الله بن حميد السالمي، حاشية على الجامع الصحيح، مسند الإمام الربيع بن حبيب بن عمرو الفراهيدي البصري

Commentaire du recueil des ḥadīṯs (paroles de Mahomet) d’al-Rabī‘ ibn Ḥabīb (m. vers 180 h./796), leader spirituel de la communauté ibadite à Bassorah (Irak) appartenant à la tribu omanaise al-Farāhīd.

C’est l’une des œuvres majeures écrites par Nūr al-Dīn al-Sālimī dans le cadre du mouvement de la révision des fondements de la doctrine ibadite pour leur donner une nouvelle vie et une nouvelle application dans une réalité toute différente. 

Le Caire, Maṭba‘aẗ al-Azhār al-Bārūniyyaẗ , 1326 h. [1908]. Impression typographique. BIULO ARA.II.595.

BIULO ARA.II.595. Le Caire, Maṭba‘aẗ al-Azhār al-Bārūniyyaẗ , 1326 h. [1908], 2 vol. rassemblés.

La maison d’édition à l’origine de cette publication, Maṭba‘aẗ al-Azhār al-Bārūniyyaẗ, a été fondée au Caire en 1906 par Sulaymān al-Bārūnī, Ibadite d’origine libyenne, partisan du mouvement panislamique et homme de presse. Cette publication est une commande directe du Sultan d’Oman Fayṣal ibn Turkī (r. 1888-1913).

À une quinzaine d’années d’intervalle, la différence de facture avec la lithographie imprimée à Bombay, présentée en regard, est frappante : finesse des glyphes, modernisme des ornementations qui décorent l’ensemble de l’ouvrage.

 

Post-texte

Ces manuscrits et ces premières impressions sont représentatifs de la culture livresque omanaise : commanditaires privés, notes manuscrites, poésies figurant au début et à la fin du livre, waqf omniprésent, circulation du livre… Le processus de transition du manuscrit à l’imprimé et l’adoption des nouvelles pratiques a demandé, selon la remarque d’Anne Bang, quelques décennies sur la côte swahili14. En Oman, si ces premiers imprimés font depuis longtemps partie des bibliothèques des savants, la culture du livre ibadite sous sa forme manuscrite est restée prédominante jusque dans les années 1970. Le ministère de l’Information et de la Culture, puis son successeur le ministère de l’Héritage et de la Culture, ont alors pris en charge la publication des textes ibadites. Depuis, l’édition a fait de grands progrès. En 2016, Mascate a accueilli la 21e édition du Salon du Livre de Mascate (Muscat Book Fair) qui est devenue incontournable pour les maisons d’édition arabes. Actuellement, dans le pays, à côté des ministères, fonctionnent de nombreuses maisons d’édition qui travaillent en collaboration avec des imprimeries libanaises.

Le ministère de l’Héritage et de la Culture et le ministère des Waqfs et des Affaires religieuses du sultanat d’Oman remplissent leur rôle de successeurs des imprimeries de Zanzibar et du Caire dans leur volonté de diffuser le savoir ibadite omanais et maghrébin. Entre les années 1970 et les années 2000, les publications officielles se sont notablement améliorées du point de vue de la qualité du travail d’édition et de la forme matérielle du livre (papier, reliure, typographie). L’édition électronique se développe désormais en parallèle. Le soutien de l’État facilite l’accès aux livres par les chercheurs et les institutions d’enseignement et de recherche.

L’initiative privée reste à l’honneur : les savants transforment leurs bibliothèques privées en bibliothèques publiques à travers l’outil du waqf, les individus donnent de l’argent pour financer de nouvelles publications, les manuscrits, nombreux en Oman, sont numérisés et diffusées. L’omniprésence d’Internet et des smartphones, même dans les coins les plus éloignés du pays, facilitent la circulation de ce savoir.

Les collections de la BULAC reflètent ces progrès éditoriaux et proposent des publications ibadites dans leur continuité historique. Les publications les plus récentes sont visibles dans les salles de lecture et sur le catalogue informatisé, tandis que les ouvrage parus avant 2001 sont encore majoritairement signalés dans les fichiers papiers, même si leur versement dans le catalogue informatisé est en cours.

En complément de la sélection présentée, on peut également citer quelques imprimés ibadites anciens présents dans les collections:

  • Al-Sālimī, Nūr al-Dīn ‘Abd Allāh ibn Ḥumayd al-Sālimī, Madāriğ al-kamāl fī naẓm Muḫtaṣar al-ḫiṣāl. Zanzibar, Al-Maṭba ‘a al-Sulṭāniyya, 1316 h. [1898], cote BIULO RES MON-4-1361.
  • Al-Ḫalīlī, Sa‘īd ibn Ḫalfān, Kitāb al-nawāmīs al-raḥmāniyya fī tashīl al-ṭarīq ilā al-‘ulūm al-nūrāniyyaẗ. Le Caire, Al-Maṭba‘aẗ al-Bārūniyyaẗ, s. d., cote BIULO RES-8-5998.

Sélection bibliographique :

En arabe :

  • [Anonyme], Fihris maḫṭūṭāt Wizāraẗ al-turāṯ wa-al-ṯaqāfaẗ, Al-muğallad al-ṭāsi‘ : Kitāb Qāmūs al-šarī‘aẗ ta’līf al-šayḫ al-‘allāmaẗ Ğumayyil ibn Hamīs ibn Lāfī al-Sa‘dī (t. : 1278 h.). Masqaṭ: Wizārat al-turāt wa-al-taqāfaẗ, 2016, 378 p.*
  • Al-Sālimī, ‘Abd Allāh (dir.), Mi’aẗ kitāb ibāḍī. Masqaṭ : Wizāraẗ al-awqāf wa-al-šu’ūn al-dīniyyaẗ, 2013, 3 vols.
  • Al-Šaybānī, Sulṭān b. Mubārak b. amad, Tārīḫ al-ṭibā‘aẗ wa-al-maṭbū‘āt al-‘umāniyyaẗ ‘abra qarn min al-zaman, 1297-1397 h./1878-1977 m.= History of Omani printing and publishing through a period of century, 1297-1397 AH/1878-1977 AD. Masqaṭ : Ḏākiraẗ ‘Umān, 2015, 239 p.*

*Les ouvrages marqués par une astérisque ne sont pas disponibles à la BULAC.

Pour aller plus loin, on peut également signaler que l’ambassade d’Oman dispose d’une riche bibliothèque qui est désormais accessible aux chercheurs, sur rendez-vous.

Revues spécialisées en accès libre :
  • Arabian Humanities (suite des Chroniques yéménites) : revue internationale d’archéologie et de sciences sociales sur la péninsule Arabique
  • Chroniques du manuscrit au Yémen : traite de l’actualité scientifique et culturelle autour des manuscrits de l’ensemble de la péninsule Arabique.
Autres ressources en ligne :

  1. Remerciements à Benjamin Guichard pour la participation à la rédaction de ce billet ; à Yann Lévenez, Séverine Queune et Émile page pour la sélection des ouvrages et le montage de l’exposition []
  2. Nūr al-Dīn al-Sālimī, Tuḥfaẗ al-a‘yān [disponible en ligne] []
  3. V. Prevost. Les Ibadites : de Djerba à Oman, la troisième voie de l’Islam. Turnhout, Brepols, 2010, p. 129 []
  4. Philip C. Sadgrove, « The Press, Engine of a Mini-renaissance in Zanzibar (1860-1920)», in: Ph. Sadgrove, History of Printing and Publishing in the Languages and Countries of the Middle East. Oxford, Oxford U.P., 2004, p. 151-178 ; pour la circulation du livre dans le milieu sunnite, voir Anne K. Bang, « Authority and piety, writing and print: a preliminary study of the circulation of Islamic texts in late nineteenth- and early twentieth-century Zanzibar », Africa, 81, 2011, p. 89-107. doi:10.1017/S0001972010000057. []
  5. Olimpiada P. Shcheglova, « Litography in India », Encyclopædia iranica, 2009 [en ligne] []
  6. M. H. Custers, Al-Ibāḍiyya: a Bibliography. Maastricht, 2006, vol. 1, p. 348 []
  7. http://www.tourath.org/ar/content/view/810/41/ []
  8. Al-Sa‘dī, Fahd ibn ‘Alī ibn Hāšil, Al-tārīḫ al-siyāsī wa-al-‘ilmī li-l-Suwayq wa-al-Muṣanna‘aẗ, Al-ğuz’ al-rābi‘ : Al-ḥayāẗ al-‘ilmiyyaẗ. Tarğamaẗ al-Šayḫ Ğumayyil ibn Ḫamīs al-Sa‘dī wa-kitābuhu Qāmūs al-šarī‘aẗ. Masqaṭ : Ḏākiraẗ ‘Umān, 2015, p. 438-498 []
  9. Ibidem []
  10. Voir, par exemple, Al-Hāšimī, Sa‘īd ibn Muḥammad, Ba‘ḍ al-maḫṭūṭāt al-‘umāniyyaẗ fī al-maktabāt al-ūrūbiyyaẗ. Masqaṭ : Al-Muntadā al-adabī, 2006, 87 p. []
  11. Voir aussi Anne K. Bang, Localising Islamic knowledge… », in: Maja Kominko (dir.), From Dust to Digital: Ten Years of the Endangered Archives Programme, Cambridge, Open Book Publishers, 2015, p. 145-147 [disponible en ligne] []
  12. Philip Sadgrove, « From Wādī Mīzāb to Unguja: Zanzibar’s scholarly links », in : Scott S. Reese, The Transmission of Learning in Islamic Africa. Leiden, Brill, 2004, p. 185-211. []
  13. Voir Al-Šaybānī, Ṣulṭān ibn Mubārak, Al-tārīḫ al-muṣawwar li-l-Šayḫ Sālim ibn Muḥammad al-Rawāḥī, Masqaṭ, Ḏākiraẗ ‘Umān, 2015 []
  14. Bang, Anne K., « Authority and piety, writing and print: a preliminary study of the circulation of Islamic texts in late nineteenth- and early twentieth-century Zanzibar », Africa, 81, 2011, p. 105 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *