Le fonds géorgien de la BULAC : observations à partir du catalogage rétrospectif réalisé en 2015

Dans le cadre du catalogage rétrospectif1 du fonds géorgien entrepris en 2015, 1 214 titres ont rejoint le catalogue de la BULAC à partir des fichiers papier préexistants. Il s’agit uniquement de documents en langue géorgienne, édités entre 1840 et 1991.

Contours et provenances

Les éditions géorgiennes dominent, avec 92% des adresses de publication. Le pourcentage restant concerne des documents publiés en Europe et aux États-Unis. Parmi ceux-ci, la représentation de documents publiés en France a un poids certain (82%), ce qui s’explique par le fait que nombre de Géorgiens y ont trouvé refuge après l’occupation du pays par l’Armée rouge, en 19212. Enfin, 11% du fonds – soit 130 titres – concerne des éditions du XIXe siècle.

Une étude de l’ancien fichier Matières3 fait apparaître deux spécialités dominantes : la littérature et les sciences sociales. Le reste se repartit majoritairement entre l’histoire et la linguistique. Les thématiques les moins représentées concernent les études géorgiennes sur les peuples du Caucase et les études religieuses (4 titres seulement). Dans une perspective diachronique on constate que, si la littérature est majoritairement représentée par des éditions de la seconde moitié du XIXe siècle et des premières décennies du XXe siècle, les dates d’édition des ouvrages d’histoire et de linguistique couvrent toutes les périodes, tandis que la majorité des études sur les beaux-arts sont éditées après 1960.

Le poids de la littérature reflète les spécificités de l’édition géorgienne. Alors que dans les pays d’Europe occidentale, la littérature représente 10 à 15% de la production éditoriale en 1920, et pour la Russie , seulement 9,3% des livres publiés en 19284, l’histoire de l’édition géorgienne se caractérise par la prééminence de la dimension littéraire du XIXe siècle jusqu’aux premières décennies du XXe siècle. Cette forte représentativité des belles-lettres ne doit pas nous surprendre puisque, pour cette période, c’est précisément la littérature qui, posant le national comme principe mobilisateur de la modernité, s’inscrit dans une démarche d’affirmation d’une identité culturelle spécifique et fonctionne comme une sorte de riposte à la domination russe. Les Géorgiens sont conscients que la préservation de l’identité culturelle passe par la promotion de la littérature nationale et la défense de l’identité linguistique.

Le dépouillement partiel des registres d’inventaires et des calepins noirs (ancien catalogue systématique sur fiches), sans ambition d’établir une chronologie exhaustive des acquisitions et des dons, a permis de repérer quelques provenances. Le registre de dons mentionne l’offre d’ouvrages par la Société géorgienne de Paris (1910), la Bibliothèque géorgienne (1911), le gouvernement soviétique (1943), la Cause géorgienne5(1948), la Bibliothèque Nationale (1958, 1969), le Centre russe (1976), l’Académie des sciences de la République soviétique de Géorgie (1987-1988), la Bibliothèque de la Sorbonne (1993) ainsi qu’un certain nombre de particuliers, pour la pulpart membres de la communauté géorgienne en France. Certains ouvrages de l’ancien fonds ont également été donnés par l’Institut Lazarev6. L’arrivée de documents géorgiens dans l’ancienne Bibliothèque de l’École des langues orientales commence donc bien avant la création d’une chaire à l’Inalco pour Georges Charachidzé, en 19657. En 1938, une cote spécifique est créée pour les documents géorgiens, la cote GEO. Elle rassemble 976 titres, provenant presque exclusivement de dons. Ainsi le gouvernement géorgien en exil a-t-il donné en 1943 une vingtaine d’ouvrages. Quant aux volumes datant des dernières décennies de la période soviétique, ils proviennent le plus souvent de l’Académie des Sciences de Géorgie, fondée en 1941.

Au siècle dernier, il n’était pas aisé de conduire une politique d’achats active en géorgien; pourtant Françoise de Bonnières, responsable des collections d’Europe de l’Est de 1967 à 2002, a pu faire l’acquisition de quelques livres auprès de la Maison du Livre étranger, libraire importateur de livres russes, et recevoir à côté des dons de professeurs. Dans les années 1990 en particulier, les acquisitions des publications géorgiennes ont été affectées par une dépression : d’une part, le contexte politique et économique critique de la Géorgie postsoviétique a provoqué le déclin des éditions scientifiques ou à forte valeur culturelle et fragilisé les structures de distribution; d’autre part, la Russie s’est effacée comme intermédiaire dans l’accès à l’édition géorgienne alors même que les échanges culturels franco-géorgiens restaient encore faibles. Quant aux années 2000, l’atonie dans la réactualisation du fonds s’explique par l’absence de chargé de collections pour le domaine géorgien.

Pour autant, la BULAC représente une bibliothèque de référence dans le domaine géorgien tant au niveau national qu’européen. Les données collectées dans les catalogues de la BnF (seulement 110 entrées pour les éditions en géorgien), du Sudoc (quelques titres spécifiques isolés en géorgien se trouvent dans les différentes bibliothèques de France) et du KVK (Karlsruher Virtuelle Katalog) sont éclairantes à cet égard.

Reflet de l’histoire de l’édition géorgienne

Le catalogage rétrospectif du fonds géorgien de la BIULO a permis de mesurer son importance d’un point de vue qualitatif. Mais pour cela, une présentation du contexte historique de l’édition géorgienne s’impose.

Le premier imprimé en géorgien est publié à Rome, en 1626. Il s’agit d’un dictionnaire italo-géorgien, établi par Etienne Paolini, avec l’aide de Nicephore Irbach, et qui porte le titre suivant : Dittionario Georgiano e Italiano, composto da Stefano Paolini con l’aiuto del M. R. P. D. Niceforo Irbachi Georgiano, Monaco di S. Basilio. À l’origine de cette édition se trouve certainement la nécessité pour les missionnaires catholiques envoyés en Géorgie de s’initier à la langue locale. Selon les historiens entre 848 et 1159 titres géorgiens auraient été édités entre 1629 et 1818.
La production augmente au cours de la première moitié du XIXe siècle, en particulier à Tbilissi, dans les imprimeries du Comité spécial d’édition et de la Chancellerie de la vice-royauté du Caucase, fondées sous la houlette de l’administration tsariste. La BULAC conserve 4 titres (un ouvrage de linguistique et trois ouvrages religieux) édités dans ces imprimeries officielles, la plus ancienne édition datant de 1852. Hors de Géorgie, les principaux centres de l’Empire russe où des textes géorgiens peuvent être imprimés sont Moscou et Saint-Pétersbourg. La BULAC conserve ainsi 4 éditions publiées par la typographie impériale de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg (un dictionnaire, une chrestomathie de la littérature géorgienne, une biographie de Nicolas I et un ouvrage religieux).

Des livres géorgiens sont également publiés jusqu’aux années 1880 hors de l’Empire russe : à Venise, Constantinople et Montauban. L’histoire de ces imprimeries est liée aux activités de la communauté catholique géorgienne, contrainte de quitter le pays suite à l’interdiction des rites et de l’office latins dans les églises catholiques géorgiennes suite à l’annexion de la Géorgie par l’Empire russe en 1800. Les foyers culturels géorgiens fondés dans ces villes ressentent la nécessité de publier des manuels de théologie, de grammaire et de géographie pour l’instruction des enfants catholiques géorgiens10. Il en résulte que leur activité principale se consacre à l’impression de livres dont 15 titres figurent dans le fonds de la BULAC. Parmi eux, on peut mentionner Les Fables d’Ésope publié en 1859 à Venise.

La seconde moitié du XIXe siècle voit le développement de l’éducation et la croissance du lectorat géorgien, rendant impérative l’importation de littérature européenne. En effet, la littérature traduite participe activement au changement du système littéraire en vigueur en Géorgie. Elle est un moyen de remédier à la désynchronisation de la littérature géorgienne à l’égard des mouvements littéraires européens et de compenser les périodes de ralentissement en productions originales. La tendance va s’accentuer au XXe siècle. Les traductions des auteurs européens ou russes conservées par la BULAC sont révélatrices des différents genres littéraires et des divers domaines du savoir auxquels s’ouvre le lecteur géorgien : Le malheur d’avoir trop d’esprit d’Alexandre Griboïedov (1853), Les Fables d’Ésope (1859), Les Fables d’Ivan Krylov (1878), un recueil de récits d’écrivains français (1880), un ouvrage présentant les activités de l’observatoire météorologique de Montsouris de Paris (1883), Le Self-help de Samuel Smiles (1885), les phénomènes naturels expliqués par un savant russe (1886), Rhadamiste et Zénobie de Crébillon (1929), Mithridate de Racine (1934), les Comédies de Molière (1937), La Divine Comédie de Dante (1938), les chroniques militaires de Józef Piłsudski (1931), les Prolégomènes de Kant (1936), etc.

C’est au cours du XIXe siècle, également, que s’opère la construction idéologique de la nation géorgienne par la valorisation de son passé, de sa culture et de sa langue. Les promoteurs de l’idée nationale se regroupent autour de la Société de diffusion de l’alphabétisation des Géorgiens [ქართველთა შორის წერა-კითხვის გამავრცელებელი საზოგადოება], fondée en 1869, et créent un réseau d’écoles et d’étude de la culture traditionnelle qui va alimenter leurs écrits littéraires et ethnographiques. Ces auteurs vont être institutionnalisés et connaîtront une fortune éditoriale non démentie jusqu’à nos jours. Quelques œuvres et travaux de cette intelligentsia réformiste se trouvent à la BULAC : I. Tchavtchavadzé [Ilia T̕aqaišvili ექვთიმე თაყაიშვილი] (12 titres dont 5 éditions originales), A. Tsérétéli [Akaki Ceret̕eli აკაკი წერეთლი] (10 titres dont 5 éditions originales), I. Gogebachvili [Iakob Gogebašvili იაკობ გოგებაშვილი] (9 titres dont 7 éditions originales), D. Bakhradzé [Dimitri Bak̕raje დიმიტრი ბაქრაძე] (8 titres, éditions originales entre 1880 et 1896), E. Takhaichvili [Ek̕vt̕ime T̕aqaišvili ექვთიმე თაყაიშვილი] (10 titres).
Une partie substantielle des publications de la Société de la diffusion de l’alphabétisation parmi les Géorgiens est aussi consacrée aux manuels scolaires et à la littérature récréative. Au total 16 titres de leurs éditions figurent dans notre fonds, dont 3 partitions de musique traditionnelle géorgienne. La Société est à l’origine de la fondation en 1880 d’une bibliothèque publique qui constituera la plus riche collection de livres géorgiens jusqu’aux années 1920. La BULAC possède le catalogue imprimé de cette bibliothèque qui comptait 3875 ouvrages en langue vernaculaire en 1905, année de son édition [Katalogi Kʻartʻveltʻa šoris cera-kitʻxvis gamavrcʻelebelis sazogadoebis cigntʻ-sacʻavisa, კატალოგი ქართველთა შორის წერა-კითხვის გამავრცელებელის საზოგადოების წიგნთ-საცავისა]. Ce catalogue nous permet d’avoir une vision panoramique de l’édition géorgienne de l’époque11.

On commence à la même période à éditer les joyaux du patrimoine littéraire, tels que l’œuvre de Roustavéli [Sota Rustaveli შოთა რუსთაველი], le grand poète médiéval, et celle des auteurs de la période classique ou du courant romantique.

À côté du mouvement réformiste, les dernières décennies du XIXe siècle voient émerger d’autres courants de pensées progressiste et démocratique. Parmi les diffuseurs de ces idées s’illustrent G. Tsreteli [Giorgi Ceret̕eli გიორგი წერეთელი] (13 titres dont 7 éditions originale) et N. Nikoladzé [Niko Nikolaje ნიკო ნიკოლაძე] (5 titres dont 3 éditions originales).

Au début du XXe siècle, la Géorgie, surtout sa partie occidentale, s’affirme, au sein de l’Empire russe, comme l’un des bastions du socialisme et le Parti social-démocrate géorgien devient une organisation particulièrement forte. Quelques représentants de ce mouvement figurent dans le catalogue de la BULAC. En 1918, la Géorgie acquiert son indépendance et son gouvernement est dirigé par le Parti social-démocrate, mais les bolcheviques envahissent le pays en 1921 et une grande partie de la classe politique et de l’intelligentsia est contrainte de s’exiler en France. Celles-ci continuent d’y publier, essentiellement dans le but de sensibiliser la communauté internationale contre l’occupation soviétique et d’entretenir la mémoire de la Géorgie indépendante. Parmi eux s’illustre l’éditeur-imprimeur Davit Kheladzé [დ. ხელაძის], dont les activités éditoriales en France rendent possible la parution des écrits des nombreux Géorgiens en géorgien et en français. Le fonds possède 11 titres publiés chez cet éditeur. La littérature géorgienne d’exil fait apparaître la place essentielle que le fonds géorgien de la BULAC occupe parmi toutes les collections de livres géorgiens conservés dans le monde. Si l’on interroge le catalogue de la Bibliothèque Nationale de Géorgie par auteur en indiquant les noms des représentants de la littérature d’émigration et le lieu d’édition, et si l’on compare le nombre d’entrées avec celui du fonds géorgien de la BULAC, nous serons surpris de constater la quasi complétude de notre fonds en matière.

 

Nom de l’auteur BULAC Bibliothèque Nationale de Géorgie
Al. Manvelichvili [Manvelišvili მანველიშვილი] 9 14
N. Zordania [Žordania ჟორდანია] 7 15
K. Kandelaki [კანდელაკი] 3 4
Al. Asatiani [Asat̕iani ასათიანი] 1 2
G. Gvazava [გვაზავა] 4 7
E. Takaichvili [T̕aqaišvili თაყაიშვილი] 5 5
Z. Avalichvili [Avališvili ავალიშვილი] 3 3
S. Pirtskhalava [P̕ircxalava ფირცხალავა] 5 5
N. Ramichvili [Ramišvili რამიშვილი] 2 2
T. Papava [პაპავა] 2 2
I. Tsreteli [Ceret̕eli წერეთელი] 1 1
Gr. Uratadzé  1 2
V. Mgeladzé  2 2
K. Razmadzé  1 1

La consultation des anciens catalogues papier a permis de découvrir que 113 notices bibliographiques étaient regroupées sous le nom de la Cause géorgienne. Après avoir interrogé des historiens sur cette dénomination, il s’avère que la Cause géorgienne était un cercle d’agents prosoviétiques créé en 1946 sous l’égide de l’URSS. Elle publiait une revue Karthuli sakme (Cause géorgienne) qui appelait les immigrés à retourner en Géorgie soviétique. En 1948 l’association est dissoute suite à l’absence du succès escompté auprès de la communauté géorgienne en France. L’acquisition de sa collection d’éditions datant des années 30 et 40 a lieu à cette occasion. Il s’agit essentiellement d’œuvres classiques et de la jeune littérature géorgienne, ainsi que de quelques travaux des centres de recherche de la Géorgie soviétique dans le domaine de la médecine préventive, de la microbiologie et de la balnéologie. Pendant les premières décennies du XXe siècle, Tbilissi accueille des artistes du monde entier et une vie culturelle bouillonnante s’y développe. En effet, à cette époque, les nouvelles tendances artistiques comme l’impressionnisme, le symbolisme ou le futurisme, défendus par la nouvelle génération, soucieuse à la fois du cosmopolitisme et de l’éducation de la nation, sont marquées par une grande liberté d’expression et de création. Ces artistes désirent ardemment la modernité, qu’ils réussissent à s’approprier grâce aux nouveaux contacts, plus directs et fréquents, avec le monde culturel occidental. La présence dans notre fonds des œuvres, la plupart originales, de V. Gaprindachvili [Valerian Gap̕rindašvili ვალერიან გაფრინდაშვილი], T. Tabidzé [Galak̕tion Tabije გალაკტიონ ტაბიძე], M. Javakhichvili [Mixeil J̌avaxišvili მიხეილ  ჯავახიშვილი], K. Lortkipanidzé [Niko Lortʻkʻipʻanije ნიკო ლორთქიფანიძე], Gr. Robakidzé [Grigol Robak̕ije გრიგოლ რობაქიძე] et d’autres met en relief l’émergence de ces nouvelles valeurs esthétiques et idéologiques dans le champ intellectuel géorgien. Le mouvement ne s’éteindra pas avant les Grandes Purges des années 30.

L’ouverture sur l’international pendant la période évoquée favorise également le développement des sciences humaines et des sciences naturelles qui se professionnalisent et produisent bon nombre d’ouvrages rendant possible d’importantes avancées scientifiques en histoire, philologie, sociologie et psychologie. La recherche scientifique amorce sa véritable expansion en 1918, l’année d’ouverture de l’Université de Tbilissi, ce qui donne lieu à la réalisation et à la diffusion des travaux des historiens I. Javakhichvili [Ivane J̌avakhišvilis ივანე ჯავახიშვილი], N. Berdzénichvili [Niko Berżenišvili ნიკო ბერძენიშვილი] (7 titres) et du linguiste d’A. Chanidzé [Aḳaḳi Šanije აკაკი შანიძე] (9 titres), ainsi que les études sociologiques de S. Khundadzé [Simon Xundaje სიმონ ხუნდაძე] et G. Giorgadzé [Grigol Giorgaje გრიგოლ გიორგაძე] (3 titres d’édition originale) qui font partie des collections de la BULAC.

Concernant les publications géorgiennes durant la Seconde Guerre mondiale, il faut mentionner une collection éditée à Berlin qui comprend les écrits des légionnaires géorgiens enrôlés dans les forces allemandes. En effet, la Wehrmacht, profitant du sentiment nationaliste et anti-bolchévique de certains exilés ou capturés, originaires de l’URSS, recrute parmi eux plusieurs unités. Le fonds possède 4 titres de cette collection éditée entre 1943 et 1944. Il s’agit d’écrits lyriques dédiés à la patrie, la Géorgie.

Après la guerre, en Géorgie soviétique, le matérialisme historique impose les thèmes préférés de cette théorie, ce qui crée des conditions favorables au développement de l’histoire économique et de celle de la culture matérielle. Les résultats de ces recherches ne sont pas négligeables bien qu’elles soient marquées du sceau de l’ethnonationalisme soviétique et coupées des changements qui caractérisent les sciences humaines occidentales de cette période. Si on regarde la rubrique Sciences sociales du catalogue Matières on constatera une prééminence de la sous-catégorie Ethnographie – Folklore, tandis que dans la rubrique Littérature la littérature populaire se taille la part du lion. Ces éditions s’échelonnent entre 1945 et 1991 et font partie des éditions de l’Académie des sciences de Géorgie. Les publications des éditeurs Sakhelgami [Saxelgami სახელგამი] (Édition d’État, 109 titres), Sabchota mtserali [Sabčotʻa mcerali საბჭოთა მწერალი] (Écrivain soviétique, 30 titres), Ganatleba [განათლება] (Éducation, 17 titres), Tsodna [Codna, ცოდნა] (Savoir, 3 titres) offrent aux chercheurs un précieux outil pour explorer la production du champ intellectuel géorgien de le la période soviétique.

On ne peut pas achever ce cheminement autour de la collection géorgienne de la BULAC sans s’arrêter sur les périodiques qui font partie de ce fonds. Parmi eux, il faut notamment mentionner la revue Iveria [ივერია] (Ibérie, 1877-1885) et le journal Kvali [კვალი] (Sillon, 1893-1904). Iveria, dont la bibliothèque dispose 13 numéros de 1879 à 1883, est un périodique de l’intelligentsia réformiste. La caractéristique de cette revue est la volonté de diffuser la littérature géorgienne contemporaine, l’empreinte de l’historicisme, son dessein de vulgarisation scientifique et la place réservée à l’exposition du patrimoine culturel national. Quant à Kvali, à ses débuts, son rédacteur prête sa plume aux jeunes marxistes afin qu’ils puissent s’exprimer dans les pages de son journal, initialement à vocation scientifique et littéraire. En 1898 Kvali passe sous le contrôle des sociaux-démocrates qui en font leur organe et devient ainsi le premier périodique marxiste légal dans tout l’Empire russe. Kvali sera largement diffusé parmi la population laborieuse de la Géorgie et jouera un rôle déterminant dans la vie politique. La collection complète de l’année 1894 de ce journal est présente à la BULAC.

Cet aperçu nous permet ainsi de mettre au jour le fait que les collections en langue géorgienne de la BULAC constituent un reflet des grandes orientations de la production intellectuelle et artistique géorgienne ainsi qu’une clé d’accès à l’édition géorgienne en France.

  1. Dans le jargon bibliothéconomique, on appelle « catalogage rétrospectif » le processus d’informatisation des catalogues papier, dans le cas présent, les fiches papier compilées par l’ancienne Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales. []
  2. Au moment de l’invasion de l’Armée rouge en 1921, la classe politique et l’intelligentsia géorgiennes sont influencées par deux tendances : germanophile et francophile. L’Empire allemand ayant perdu la Première Guerre mondiale en 1918 et la situation intérieure allemande s’étant dégradée, il est hors de question que le gouvernement géorgien de la République indépendante s’exile à Berlin. C’est ainsi que la tendance francophile pèse pour Paris (Leuville-sur-Orge). En 1921-1924, certains Géorgiens réussiront à rejoindre les membres de leurs familles en France. []
  3. Le système de catalogue sur fiches incluait trois types de fiches : les fiches « auteur », classées par nom d’auteur, les fiches « titres », classées par ordre alphabétique des titres d’ouvrages, et les fiches « matières » qui proposaient un classement thématique :généralités, religion, sciences sociales, géographie, histoire, beaux-arts, langue et littérature. []
  4. Na knižnom fronte: bjulleten’ gosudarstvennogo izdatel’stva [Sur le front des livres : le bulletin de l’édition d’État], Moskva, n° 2, 1929. []
  5. Voir plus bas. []
  6. L’Institut Lazarev des langues orientales de Moscou était un établissement d’enseignement spécialisé dans les langues caucasiennes et la culture du Caucase. Fondé en 1815, l’Institut a formé de nombreux spécialistes de la Transcaucasie jusqu’à sa fermeture dans les années 1930. []
  7. Une chaire de géorgien aurait dû être créée en 1935 à l’École des Langues Orientales pour Georges Dumézil qui a été le grand caucasologue français du XXe siècle. Mais Nicolas Troubetskoy fit échouer ce projet et ce n’est finalement que 30 ans plus tard, en 1965, que la chaire fut créé pour Georges Charachidzé. Il n’y a en dehors de la Géorgie et de la Russie, de chaire de langues du Caucase et d’enseignement officiel de langue et littérature géorgiennes qu’à la SOAS à Londres et à l’Inalco. []
  8. D. Karičašvili, K̕art̕uli cignis bečvdis istoria, Tpʻilisi, Saxelgami, 1929. [დ. კარიჭაშვილი, ქართული წიგნის ბეჭდვის ისტორია, ტფილისი, სახელგამი, 1929] []
  9. K. Račvelišvili, K̕art̕uli stambis cigni, Tpʻilisi, Saxelgami, 1934. [ქ. რაჭველიშვილი, ქართული სტამბის წიგნი, ტფილისი, სახელგამი, 1934] []
  10. Ces livres sont non seulement envoyés dans les foyers culturels géorgiens à l’étranger mais aussi en Géorgie, où ils sont contrôlés par le comité de censure, leur publication en pays catholique les rendant suspects. []
  11. Il fait apparaître que, outre les belles-lettres et la littérature religieuse, la bibliothèque renfermait un grand nombre d’ouvrages scientifiques ce qui témoigne de la volonté des intellectuels de l’époque de diffuser des connaissances dans presque tous les domaines de la science. Ces ouvrages sont aussi des outils indispensables dans leur travail d’enseignants. Parmi les rares titres européens qui s’y trouvent, la pensée évolutionniste prédomine. La rubrique Médecine traduit l’oscillation des lettrés géorgiens entre le projet modernisateur, lié au souhait de diffuser les idées progressistes de l’Occident dans le domaine de l’hygiène et de la salubrité, et la valorisation de la tradition authentique. Les livres de la section Agriculture, artisanat et économie portent essentiellement sur les techniques répandues en Europe en viticulture, œnologie et en sériciculture. En effet, celles-ci représentaient des branches non négligeables de l’économie de la région du Caucase pour cette époque. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Le Galcher Baron dit :

    Je souhaiterais offrir mon fonds géorgien. Merci de me dire comment procéder

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *