Données démographiques et fonds documentaire du CEPED à la BULAC

Brève histoire du Centre de documentation du CEPED

Le CEPED (Centre Population et Développement) est actuellement une Unité Mixte de Recherche associant l’Université Paris Descartes et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Il a été créé en 1988 sous forme d’un Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) associant l’EHESS, l’INED, l’INSEE, l’ORSTOM (devenu IRD) et l’Université Paris 6. Il fut très tôt décidé de mettre en place un centre de documentation spécialisé sur les relations entre population et développement dans les pays du Sud pour appuyer les activités de recherche menées en partenariat par ses chercheurs et ses membres institutionnels.

Le fonds documentaire du CEPED, créé ex-nihilo, a d’abord bénéficié de la mise à disposition des nombreux ouvrages et documents que Pierre Cantrelle, un des premiers chercheurs en démographie de l’ORSTOM, avait collecté depuis les années soixante en Afrique. L’INSEE nous a confié également les archives du Groupe de Démographie Africaine, groupement informel de chercheurs démographes ayant beaucoup travaillé sur l’amélioration de la collecte des données démographiques (toutes leurs publications sont maintenant consultables en texte intégral dans la base de données IREDA). Ces archives contenaient de nombreux documents techniques relatifs aux enquêtes démographiques africaines (questionnaires, manuels de terrain, etc.) et cela a abouti au développement d’un fonds spécifique appelé « Collection de formulaires » occupant actuellement 15 mètres linéaires. Tout en continuant à mettre l’accent sur les rapports d’enquêtes et de recensements démographiques, le fonds s’est peu à peu étoffé en couvrant les domaines en relation avec les études sur la population et le développement dans les pays du Sud : démographie, santé de la reproduction, santé, société, éducation, famille et genre, peuplement, migration, urbanisation, mobilités et environnement, méthodologie (collecte et analyse), politiques de population, ainsi que des thématiques connexes. Les premiers chercheurs du CEPED ont également fourni beaucoup de littérature grise collectée lors de leurs travaux ou missions, d’abord en Afrique, puis dans différents pays, notamment au Viêt-nam et en Amérique latine. Il possédait des documents uniques sur la démographie africaine qui sont introuvables dans leur pays d’origine, en particulier en matière de recensements et d’enquêtes démographiques.

Couverture de l'ouvrage : "Innover dans les systèmes de santé" sous la dir. de Joseph Brunet-Jailly

Couverture de l’ouvrage : « Innover dans les systèmes de santé » sous la dir. de Joseph Brunet-Jailly

Pour faciliter l’accès direct des lecteurs aux documents, un classement spécifique aux grandes thématiques de la discipline démographie et des sciences connexes a été mis au point. Les ouvrages étaient prioritairement classés par pays ou grande région chaque fois que possible, avant d’être ventilés par thèmes. Des chapitres d’ouvrages et des articles de revues spécialisées ont été également dépouillés et le fichier de références bibliographiques comportait près de 52 000 notices dont 5 000 fournissaient un lien vers un texte intégral.
Le CEPED a changé plusieurs fois de statut et de localisation et l’alimentation du centre de documentation a été mise en sommeil jusqu’à sa fermeture définitive en 2013, par suite du non-remplacement de sa responsable partant à la retraite.

En même temps, le projet IREDA dont il sera question ci-après montait en puissance et a permis de mettre à disposition sur Internet la grande richesse des opérations démographiques.

Lors de la fermeture du centre de documentation du CEPED, les 52 000 références correspondaient à environ 28 000 documents répertoriés couvrant 250 mètres linéaires : les documents généraux (qui n’étaient pas classés dans un pays) représentaient environ 80 ml, les collections africaines 120 ml et le reste du monde 50 ml, particulièrement le Viêt-nam.

Le devenir des documents du centre de documentation

Il était impensable de détruire ce fonds ; il a donc été réparti entre de nombreuses institutions en France et à l’étranger. Avec l’appui financier du Fonds des Nations Unies pour la Population à Brazzaville (UNFPA) et du Ministère des Affaires Étrangères, les ouvrages démographiques généraux pouvant être retrouvés en grande partie à l’INED et dans les bibliothèques universitaires françaises ont été envoyés au Département des Sciences de la Population et du Développement de l’Université de Kinshasa (DSPD), à l’UNFPA, à l’Institut de Formation et de Recherche Démographiques à Yaoundé (IFORD) et au Bureau Central des Recensements et des Études de Population à Yaoundé (BUCREP). La partie la plus originale du fonds, celle relative aux différents pays du monde, a pu rester à Paris et a été répartie entre la BULAC (10 000 documents) et l’INED (3 000 documents), plus quelques-uns pour le Musée de l’Histoire de l’Immigration.

Couverture de l'ouvrage "Zanzibar aujourd'hui" sous la direction de Colette Le Cour Grandmaison et Ariel Crozon

Couverture de l’ouvrage « Zanzibar aujourd’hui » sous la direction de Colette Le Cour Grandmaison et Ariel Crozon

L’INED s’est surtout intéressé aux aspects démographiques (état de la population, mortalité, santé de la reproduction, migrations) pour compléter ses collections et les documents seront intégrés à la nouvelle bibliothèque du Campus Condorcet. Il a également récupéré la « Collection de formulaires ».

Les documents de la BULAC, d’ores et déjà quasiment tous accessibles, sont plus nombreux et variés. Outre un certain nombre de rapports d’études démographiques classiques, les documents couvrent plutôt le cœur « population-développement » du fonds (comme pression démographique, pauvreté et niveau de vie, population active, population scolaire, relations de genre, politique démographique) mais aussi des études à connotation plus sociologique, anthropologique, médicale ou environnementale, des monographies régionales et des études sur l’économie du développement. La majorité de ces documents concerne l’Afrique francophone à partir des années soixante, beaucoup sont multigraphiés et cette littérature grise est souvent introuvable dans le pays d’origine.

Le projet IREDA (Inventaire des recensements et enquêtes démographiques en Afrique)

Il a été question précédemment de la mise à disposition des ouvrages imprimés, mais un grand effort a été mené pour pouvoir consulter sur Internet des rapports démographiques en texte intégral par le biais du projet IREDA destiné à préserver et valoriser le patrimoine démographique des pays africains. Il a pu être réalisé grâce à la richesse du fonds en matière d’opérations démographiques. C’est un projet conjoint entre le CEPED, coordonné par Françoise Gubry au sein du projet transversal ValDémo et le bureau Francis Gendreau Consultant.

Objectifs

IREDA a pour objectif de produire une description synthétique et documentée de chacune des opérations démographiques africaines (près de 750 enquêtes et recensements de population) passées et présentes, d’informer sur les ressources existantes et d’en favoriser l’accès, en vue de l’utilisation de ces données par le monde de la recherche et par les décideurs ; il vise aussi à favoriser des perspectives comparatives. Les opérations retenues sont essentiellement des opérations nationales ; toutefois, certaines opérations localisées anciennes (des années 1950 et 1960) ont été prises en compte en raison de leur intérêt historique.
IREDA se distingue des autres inventaires existants car il a une complétude meilleure, surtout pour les opérations anciennes et pour les enquêtes ; il inventorie aussi les ressources associées, en valorisant notamment les travaux des utilisateurs des données. En revanche, IREDA ne gère pas les microdonnées (fichiers servant à l’établissement des résultats), mais indique les liens vers les sites les fournissant.

Champs géographique et temporel d’IREDA

L’ensemble du continent africain et des îles qui lui sont habituellement rattachées est pris en compte dans l’inventaire, soit au total 58 pays et territoires. Dans chacun de ces pays, ont été retenues prioritairement les opérations nationales, c’est à dire ayant porté sur l’ensemble du territoire et sur l’ensemble de la population. Dans certains cas, ce caractère « national » est obtenu après agrégation de plusieurs opérations régionales proches dans le temps ; on parle alors « d’opérations complexes ». Comme indiqué précédemment, certaines opérations localisées anciennes ont été aussi prises en compte en raison de leur intérêt historique. Cet inventaire part de la fin de la seconde guerre mondiale. Il est aussi permanent, car tenu à jour de façon continue en fonction des informations recueillies. Les opérations n’y figurent qu’une fois exécutées sur le terrain.1
Parmi ces 58 pays et territoires, les opérations dans 19 d’entre eux ont été entièrement décrites en juin 2016 ; il s’agit essentiellement de pays d’Afrique subsaharienne francophone (cf. liste ci-après).

Couverture de l'ouvrage : "Tropiques : lieux et liens" coordination de l'édition scientifique Florence Pinton

Couverture de l’ouvrage : « Tropiques : lieux et liens » coordination de l’édition scientifique Florence Pinton

Types d’opérations prises en compte

Pour les recensements, il s’agit des recensements de la population (et éventuellement de l’habitat ou des logements). Figurent dans l’inventaire quelques recensements réalisés sur le terrain, mais « annulés » par la suite ou dont l’exploitation a été interrompue, le plus souvent pour des raisons politiques. Figurent aussi quelques « recensements administratifs » dits « améliorés », utilisés dans certains pays avant le premier « recensement statistique ».
Pour les enquêtes, n’ont été retenues que celles auprès des ménages fournissant des données démographiques au sens traditionnel de l’analyse démographique (données d’état et/ou de mouvement).

Les ressources externes

Les ressources d’intérêt pour le projet sont l’ensemble des documents écrits ou numériques disponibles des phases pré- et post-collecte conçus par les producteurs des données comme par les chercheurs ayant utilisé les données. Chacune des opérations démographiques est accompagnée de nombreuses ressources en ligne ou qui seront numérisées dans la mesure du possible et en fonction des autorisations accordées. Ces ressources concernent les rapports officiels et les documents techniques (questionnaires, manuels des enquêteurs, cartes, manuels de codification, documentation des bases de données, etc.), ainsi que les publications de recherche provenant des travaux des chercheurs ou des thèses d’étudiants. L’accent est mis sur les ressources des opérations anciennes, moins connues et moins accessibles.

Partenariats

Dès sa conception, IREDA a été construit comme un projet devant s’intégrer harmonieusement parmi les initiatives prises dans ce domaine, et se situant en complémentarité, et non en concurrence avec elles (dans la mesure où il renvoie par des liens sur les autres sites). Il utilise des normes (DDI pour la description des opérations, Dublin Core pour celle des ressources) le rendant compatible avec la plupart des autres projets.

Couverture de l'ouvrage : "Femmes, famille, société au Maghreb et en émigration" Aline Tauzin, Marie Virolle-Souibès

Couverture de l’ouvrage :
« Femmes, famille, société au Maghreb et en émigration » Aline Tauzin, Marie Virolle-Souibès

C’est pour cette raison qu’IREDA a été lancé en relation avec PARIS21, l’INSEE, et des centres démographiques d’Afrique francophone (IFORD, Yaoundé ; CEFORP, Cotonou ; ENSEA, Abidjan ; ISSP, Ouagadougou ; URD, Lomé). L’alimentation d’IREDA est réalisée en partenariat avec ces centres (notamment dans le cadre d’un projet avec l’IFORD, l’ISSP et l’ODSEF, financé par l’Organisation internationale de la francophonie en 2013), ainsi qu’avec d’autres organismes (les Instituts de statistique, Afristat, IHSN, IPUMS-International, etc.). Un partenariat récent avec le « CESD–Statisticiens pour le développement » a permis d’inventorier et de décrire les opérations anciennes (des années cinquante et soixante), y compris les opérations localisées (en principe non prises en compte par IREDA), dont l’intérêt historique le justifie.
IREDA se veut enfin un projet ouvert puisque les métadonnées, placées sous une licence Creative Commons, sont réutilisables et que la Trousse à enquêtes, outil simple d’archivage des données démographiques mis au point avec un financement IRD ainsi que la méthodologie du projet sont librement téléchargeables sur son site.

IREDA aujourd’hui

Le projet a démarré en 2008. Dix-neuf pays d’Afrique francophone subsaharienne figurent aujourd’hui dans la base IREDA avec 314 opérations décrites : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Congo (R.D.), Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Rwanda, Sénégal, Tchad, Togo. Un autre pays (Guinée Équatoriale) s’y ajoute avec 4 opérations. Les derniers pays francophones du sud du Sahara viendront ensuite, puis d’autres pays si de nouveaux partenariats peuvent être conclus.
Un important travail de numérisation de rapports du fonds et de documents techniques de la « Collection de formulaires » a été mené ainsi que le repérage d’URL utiles, notamment dans la base Horizon de l’IRD, dans le fonds Gregory-Piché de l’ODSEF et sur des sites nationaux de statistique africains. On trouve à ce jour dans IREDA 1 400 notices bibliographiques de rapports officiels d’opérations démographiques, dont 800 en texte intégral, 700 documents techniques, presque tous numérisés, et 1 500 travaux de recherche, dont 250 en texte intégral.

Pour en savoir plus : le site internet d’IREDA.

Image à la une :Densidade populacional do Continente africano / Minzinho. Public domain. Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Africa_densidade_pop.svg

  1. Voir : Liste des recensements et enquêtes démographiques en Afrique (depuis 1946) []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *