La littérature africaine en langues vernaculaires – REAF 2/6

Intervention de Marine Defosse, le mercredi 6 juillet lors de l’atelier : « Circularités et interactivités des productions littéraires » dans le cadre des 4e Rencontres des Études Africaines en France

La littérature constitue un point fort dans les collections africaines de la BULAC. La bibliothèque collecte depuis la fin du XIXème siècle les ouvrages de littérature et sur la littérature : œuvres originales écrites par des auteurs africains, en langues africaines ou en langues occidentales, mais aussi traductions de ces textes, ainsi que les ouvrages portant sur l’histoire, l’analyse et la critique, les études comparées. Ce fonds s’est constitué en une multitude de corpus.

Shafi_2Dans cet ensemble, les littératures en langues africaines sont loin d’être négligeables. Cependant, la carte de ces publications en langues régionales reste très disparate. Elle est le reflet de l’histoire politique et économique de ces pays africains et de leur activité éditoriale, et elle ne peut être dissociée des politiques volontaristes menées par les gouvernements en faveur des différents acteurs de la chaîne du livre et du développement des langues nationales.

Cette présentation n’est en rien exhaustive : elle propose un aperçu des littératures en langues africaines les plus prépondérantes dans nos collections et de celles qui témoignent des évolutions récentes en matière d’édition régionale.

Afrique anglophone et francophone présentent, par exemple, un contexte fort différent. En Afrique anglophone, certaines langues sont uniformisées dès la période coloniale, tels que le haoussa et le swahili. Et l’administration britannique favorise la création de maisons d’édition locales (Gaskiya Corporation, Northern Region Literature Agency (NORLA) puis Northern Nigeria Publishing Company (NNPC) au Nigéria ; East African Literature Bureau, East African Publishing House au Kenya, Tanzania Publishing House Limited) à côté des grands éditeurs anglais qui ont implanté des bureaux sur place (Oxford University Press, Longman, Nelson, Heineman) : toutes vont chercher à enrichir leurs catalogues d’auteurs contemporains. Puis, l’apparition des presses off-set au Nigeria dans les années 1990 favorisera une nouvelle forme de production littéraire haoussa populaire. En Tanzanie et au Kenya surtout, les dernières décennies ont vu l’apparition de nouvelles maisons d’édition privées qui poursuivent ce travail de publication de textes swahili. En Afrique francophone, sous la période coloniale, le monde de l’édition reste contrôlé par le colonisateur français empêchant la création d’entreprises locales. Après les indépendances, ce secteur reste l’attribut de l’État et de ses subventions. De surcroît, la standardisation tardive de ces langues régionales, tels que le peul ou le wolof a constitué un frein à l’émergence d’une création littéraire. Il faut attendre les années 1990 pour voir apparaître des structures privées d’édition, en particulier au Mali (les éditions Jamana) et au Sénégal (ARED, OSAD, Papyrus Afrique) qui mettent en place une véritable politique de production littéraire en langues nationales.EENAS_1

La place de Madagascar est à part : l’adoption d’un alphabet latin en 1823 et d’une langue standardisée favorisent dès cette époque la production d’oeuvres littéraires en malgache et la naissance d’écrivains majeurs au XXe siècle. Ces textes sont produit dans le cadre particulier des imprimeurs-éditeurs, des libraires-éditeurs et des imprimeries confessionnelles et missionnaires.
Dans la Corne de l’Afrique, la littérature à la production la plus abondante reste la littérature amharique. L’implantation d’imprimeries nationales, proches du pouvoir, dès le début du XXe siècle en Éthiopie et la domination de langue amharique sur les autres langues ont favorisé l’essor de cette grande littérature. Le paysage éditorial connaît cependant un changement récent : la reconnaissance par l’État éthiopien d’une égalité des langues a permis l’éclosion d’une littérature en langue oromo. Quant à la littérature somalie, surtout présente à Djibouti, elle étend aussi son champ de création en dehors du continent africain, au Royaume-Uni et en Suède en particulier, en lien avec les diasporas.

Dernier contexte, celui de l’expression de la littérature berbère qui peine à connaître une véritable expansion. Les initiatives éditoriales restent marginales au Niger et en Algérie. C’est essentiellement au Maroc que l’environnement reste le plus favorable grâce à la reconnaissance officielle de l’amazighité et de la création de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *