Les fonds patrimoniaux relatifs à l’Éthiopie – REAF 4/6

Intervention de Marine Defosse, le jeudi 7 juillet lors de l’atelier : « Patrimoine ; identité et mémoire dans la Corne » dans le cadre des 4e Rencontres des Études Africaines en France

Bible GuezeTout comme le domaine malgache, le fonds éthiopien tient une place particulière dans l’histoire des collections de la BULAC. L’enseignement de l’amharique est initié dès la fin du XIXème siècle, en 1898, à l’École des langues orientales et la bibliothèque va, dès lors, se doter de matériaux historiques, linguistiques, et littéraires indispensables aux études et aux recherches. D’autre part, l’Éthiopie jouit d’un statut original sur le continent africain : seule nation restée indépendante face au colon européen, elle est aussi le pays du mythe du Prêtre-Jean et de la Reine de Saba, des sources du Nil. Toutes ces particularités ont contribué à faire de l’Éthiopie le pays d’Afrique noire le plus connu dans les récits de voyage dès l’époque moderne.

Ces fonds patrimoniaux « éthiopiens » se singularisent au sein des collections africaines en deux points. Tout d’abord, les collections recèlent un nombre non négligeable d’imprimés des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles consacrés à la connaissance de ce pays : la bibliothèque possède notamment les recueils historiques et religieux de missionnaires jésuites ou dominicains, témoignant des enjeux autour de la conquête spirituelle et de leur implantation au sein de ce royaume éthiopien. Et l’Historia Aethiopica, ouvrage de l’orientaliste allemand Hiob Ludolf, considéré comme fondamental car abordant tous les sujets ayant trait à l’histoire et à la culture éthiopiennes, côtoie son Lexicon Aethiopico-Latinum (dictionnaire de l’éthiopien ancien), ainsi qu’une Bible en guèze.

D’autre part, la constitution et l’histoire de ces collections sont marquées par la forte implication de grands éthiopisants : Marcel Cohen, mais surtout Joseph Tubiana et Alain RouBR.8.143aud ont ainsi collecté pour la bibliothèque la plus grand part des documents (notamment les ouvrages en amharique, en tigrigna et en guèze)  entrés dans les fonds entre les années 1945 et 1970, période du plus grand faste du régime impérial d’Hailé Sélassié. Le fonds éthiopien de la BULAC peut s’enorgueillir d’être l’un des plus important et remarquable de France, grâce à l’activité de « prospection » de ces enseignants. Les collections, déjà constituées, ont été complétées, de surcroît, par le don de leurs bibliothèques de recherche, à laquelle s’est ajoutée celle de l’Association Française pour le Développement de la Recherche Scientifique en Afrique de l’Est (ARESAE), créée par Joseph Tubiana .


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *