Les études africaines en Union soviétique : sources et ressources – REAF 6/6

Présentation préparée par Benjamin Guichard pour l’atelier : « Étudiants et diplômés africains formés dans les pays socialistes. Réflexions autour de la notion d’ « élites » et de son utilisation sur le terrain », tenu le mercredi 6 juillet 2016 dans le cadre des 4e Rencontres des Études Africaines en France. Ce billet a été préparé et rédigé avec la participation de Marine Defosse.

Валерий Алексеев. Африка еще не открыта... | Valerij Aleskeev. L'Afrique reste à découvrir (1967) imprimé] /

Валерий Алексеев. Африка еще не открыта… | Valerij Aleskeev. L’Afrique reste à découvrir (1967)

L’importance donnée à l’acquisition de collections en langues non-occidentales permet à la BULAC de rassembler de nombreuses sources soviétiques et russes sur l’Afrique. Les collections russes  sont notamment composées, outre les achats courants, des collections héritées de la Bibliothèque inter-universitaire des langues orientales, très riches en histoire, littérature et linguistique, des collections slaves de la Bibliothèque de la Sorbonne, qui ont procédé des années 1950 à la fin des années 1980 à des acquisitions assez systématiques des publications universitaires soviétiques ou, fonds moins connu, de la bibliothèque juridique consacrée à l’Europe centrale et orientale du Centre d’étude sur la coopération juridique internationale qui fut rattaché au CNRS jusqu’en 2006. Ces ressources sont complétées par les titres en langue russe des collections du Centre d’études africaines de l’EHESS (aujourd’hui fondu au sein de l’Imaf) déposées à la BULAC. Ce regroupement couvre ainsi l’ensemble du champs des sciences humaines et sociales avec une très bonne couverture de la seconde moitié du XXe siècle.

On peut identifier 385 références d’ouvrages relatifs à l’Afrique publiés en russe en URSS et dans les pays satellites ou après 1990 – nous nous concentrerons ici sur les publications de la période soviétique. On peut également y ajouter une quarantaine de publications en langues africaines, imprimées en URSS, identifiées par Marine Defosse, responsable des fonds africains.

Ces ressources peuvent nourrir des recherches sur la formation des cadres et étudiants africains dans la Russie soviétique et contemporaine. Elles illustrent la mobilisation des études africaines au profit d’une politique d’influence et d’activisme soviétique sur le terrain africain. Elles documentent la connaissance de l’Afrique chez les cadres soviétiques, qui pouvait nourrir la formation de ces élites africaines. Enfin, ces ressources peuvent servir à identifier les acteurs des échanges entre l’Afrique et l’ URSS.

1. Les publications soviétiques en langues africaines

Traduire et éditer en langues africaines semble étroitement lié à la nature du régime soviétique et à la propagande engagée par l’URSS vers certains pays d’Afrique, entrés dans l’ère du « socialisme à l’africaine » après les indépendances.
Ǧamila / Čengis ʾAytmatovLe répertoire est significatif. C’est d’abord la littérature classique russe qui est traduite : Alexandre Pouchkine, Maxime Gorki, Vera Panova, Yuri Nagibin. L’intérêt est aussi porté sur les œuvres des auteurs soviétiques du XXe siècle, tels l’écrivain kirghiz Tchingiz Aïtmatov, la romancière arménienne Nora Adamyan ou Mikhaïl Cholokhov. Les publications pour la jeunesse puisent dans le corpus d’autres grands auteurs russes ou spécialisés dans la littérature enfantine ; on y trouve aussi des contes populaires et des bandes dessinées. Les publications purement idéologiques portent notamment sur les œuvres et la pensée de Lénine, l’économie politique, les relations entre l’URSS et les pays d’Afrique.
Les langues de traduction ne sont pas choisies au hasard : swahili, amharique, yoruba et haoussa sont toutes des langues parlées par un grand nombre de locuteurs, ont le statut de langue officielle (swahili et amharique) ou de langue nationale (yoruba et haoussa). Le swahili constitue le ciment de l’unité nationale et de la politique socialiste ( Ujamaa) de Julius Nyerere en Tanzanie. En Éthiopie, l’amharique reste la langue principale des publications malgré la politique de multilinguisme menée par Hailé Mariam Mengistu sous son régime marxiste-léniniste. Le yoruba et le haoussa, langues de deux premières communautés linguistiques du Nigeria, sont utilisées et étudiées dans les universités du pays dans les années 1960-1970.
Ces publications paraissent dans des maisons d’édition spécialisées dans les littératures et langues du monde : Département du développement (Idara ya Maendelo), Maison pour l’impression de livres en langues étrangères (Nyumba ya Kuchapia Vitabu kwa Lugha za Kigeni), Éditions du Progrès. Les dates d’édition ne sont pas toujours connues : entrés dans les collections de la bibliothèque entre 1963 et 1974, il est cependant permis d’estimer une parution de ces livres dans les années 1960-1970. Les ouvrages édités aux Éditions du Progrès sont les seuls datés avec certitude des années 1980.

Le professeur Pierre Alexandre a donné une part importante de ces fonds, constitués en majeur partie d’ouvrages en swahili. Il ouvre la chaire de swahili à l’INALCO en 1958 et il est fort probable que ces livres aient servi de matériaux d’étude de la langue à destination de ses étudiants. La question de la traduction, souvent « traduction littérale », a tout son intérêt. L’existence de traducteurs « attitrés » par langue semble une pratique courante : un certain Omar Juma traduit ainsi de très nombreux ouvrages du russe vers le swahili. Il est d’autre part avéré que certaines de ces œuvres ne sont pas directement traduites du russe vers une langue africaine : Jamila de Tchingiz Alimatov et La Quarante-Première de Boris Lavrenev ont été traduit en amharique depuis la version en anglais.

2. Des publications africanistes académiques à la propagande

AfricanaLes collections en langue russe reflètent le développement de la production savante sur l’Afrique, au premier chef au sein de l’Académie des Sciences et de sa maison d’édition Nauka. Les disciplines représentées s’inscrivent dans les traditions de l’orientalisme européen, avec un poids important donné aux travaux de l’Institut de linguistique (15 titres) ou de l’Institut d’ethnographie Mikluho-Makaj (17 titres) avec sa collection  Africana. On peut déceler dans l’évolution des objets d’études une influence des enjeux de la politique extérieure soviétique, avec l’intérêt marqué pour l’Afrique australe à partir de la fin des années 1970.

L’utilisation des études africaines au service des ambitions internationales de l’URSS est toutefois nettement plus marquée dans les travaux de lInstitut d’études orientales ou de l‘Institut de l’Afrique : leurs très nombreuses publications font une large place à partir du milieu des années 1960 à l’étude de la situation politique et économique des États issus de la décolonisation, au développement des mouvements révolutionnaires, au néocolonialisme et à l’histoire du colonialisme européen. Ce sont justement ces établissements qui accueillent une partie des cadres africains lors de leur formation en URSS.

Les travaux africanistes des autres centres de recherche de l’Académie des sciences, comme l’Institut de littérature mondiale M. M. Gorky,  l’Institut d’histoire universelle, ou l‘Institut de géographie et l’université de Leningrad sont plus faiblement représentés.

On peut relever la volonté soviétique d’entamer une politique d’influence envers le mouvement des non-alignés en mettant en avant des zones périphériques de l’Union soviétique comme en témoigne le congrès des écrivains du Tiers-Monde tenu à Tachkent en 1960. Dans cette lutte d’influence, une place est également faite aux démocraties populaires comme le montrent deux publications en russe de l’université de Prague de la fin des années 1970, consacrées au développement du socialisme scientifique africain.

On trouve également dans les collections, des publications de l’Université pour l’Amitié entre les Peuples Patrice Lumumba, établissement créé spécialement pour accueillir et former en URSS les étudiants venus du Tiers-Monde. Les titres concernent en large part la question de l’enseignement de la langue et de la littérature russes.

Африканская действительность в африканской литературе : этнолитературный очерк / Жакоб ОканзаOn peut également noter l’absence quasi-complète d’auteurs africains dans ces publications, mais il faudrait une analyse bibliographique plus poussée pour déterminer s’il s’agit d’une réalité des publications africanistes soviétiques ou d’un effet déformant des politiques d’acquisition. Une exception, toutefois, atteste de l’attention portée par les milieux académiques soviétiques à la recherche africaine qui s’inscrivait dans la sphère marxiste : la traduction en russe de la thèse en littérature du dramaturge guinéen Owi-Okanja, réalisée quelques années après sa soutenance en France en 1979 sous la direction de Robert Escarpit, consacrée à « L’affirmation de l’évolution de la réalité africaine chez les romanciers contemporains de l’Afrique noire d’expression française « . L’exemplaire conservé par la BULAC porte une dédicace à Henri Lopès, homme de lettre congolais engagé au Parti congolais du travail, qui traduit le lien étroit entre cette publication et son implication politique :

Au camarade Henri Lopès, pour une meilleure connaissance de la réalité africaine en vue de sa transformation révolutionnaire.

"Дикие гуси" убивают на рассвете : тайная война против Африки / Борис АсоянÀ partir de la fin des années 1970, la place importante jouée par l’Afrique dans la politique extérieure brejnévienne, dans une phase d’expansionnisme de l’influence soviétique, se reflète nettement dans la production éditoriale. Aux côtés des publications académiques et universitaires qui prennent à bras le corps les questions politiques contemporaines, les titres des éditions de propagande politique  Politizdat ou Mysl’ traduisent une volonté de vulgarisation des questions de géopolitique africaine tandis que les éditions « Relations internationales », proches du ministère des Affaires étrangères, consacrent en 1984 un volume au Choix socialiste et à la lutte idéologique en Afrique. Les compétitions internes au bloc socialiste ne sont pas absentes : plusieurs titres dénoncent l’interventionnisme chinois sur le continent.

Enfin, on trouve dans cette collection des titres en langues étrangères qui témoignent de la volonté de diffuser les recherches africaines soviétiques, notamment vers l’Afrique francophone. Plusieurs répertoires bibliographiques permettent de suivre plus précisément la place des publications africaines dans le paysage soviétique, notamment la traduction littéraire d’œuvres africaines vers le russe. Une telle ressource permet notamment d’aborder, grâce aux index de ces ouvrages, la question de l’identité des traducteurs qui ont participé aux circulations entre l’Afrique et l’URSS.

Pour aller plus loin

À suivre : les travaux du programme de recherches  ELITAF (Étudiants et élites africaines formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique)

À lire : Monique de Saint-Martin (dir.), Étudier à l’Est : expériences de diplômés africains. Paris, Karthala, 2015.

À écouter : émission de Radio France Internationale, La Marche du monde,  du 6 février 2016 consacrée à « l’histoire oubliée des étudiants africains au pays des Soviets ».

Illustration de l’image à la une : couverture de Д.К. Пономарев, Проблемы просвещения и подготовки кадров в Африке (1960-1975) [Les problèmes de l’éducation et de la formation des cadres en Afrique (1960-1975)], Moscou, Nauka, 1980.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *