Le signalement en ligne des manuscrits arabes, persans et turcs de la BULAC

La BULAC rassemble une importante collection de manuscrits arabes, persans et turc-ottomans. Issu des collections patrimoniales de la Bibliothèque inter-universitaires des langues orientales, ce fonds continue de s’enrichir ponctuellement.

Malgré sa richesse et son importance, ce fonds reste difficile d’accès compte tenu du caractère fragmentaire de nombreux documents et de la complexité des instruments de catalogage et de recherche. Francis Richard, directeur scientifique de la BULAC jusqu’en 2014 et spécialiste reconnu des manuscrits du Moyen-Orient, a présenté en 2013 sur ce carnet le fonds de manuscrits arabes d’une part et de manuscrits turcs et persans d’autre part. Il évoquait le travail préparatoire au signalement de ces manuscrits dans Calames, le catalogue des manuscrits de l’enseignement supérieur. Depuis le chantier a considérablement progressé : à ce jour, tous les manuscrits turcs sont signalés ainsi qu’une partie des manuscrits arabes et persans.

MS.TUR.2 : Recueil factice, première moitié du XVIIIe siècle

MS.TUR.2, première moitié du XVIIIe siècle

Ces documents sont, en grande part, hérités de la bibliothèque de l’École des jeunes de langue qui, à Paris et Istanbul, formait du XVIIe au début du XIXe s. les consuls et traducteurs destinés à occuper les postes diplomatiques dans l’Empire ottoman, ou de dons réalisés par les enseignants de l’École des langues orientales vivantes dans le dernier tiers du XIXe siècle. Au début du XXe siècle,  Abraham Danon (1857-1925) en a dressé le premier véritable catalogue1. Son travail a été complété ultérieurement par Georges Vajda (1908-1981) qui produisit quelques notices dactylographiées et manuscrites. Enfin, Francis Richard a travaillé sur l’identification des nombreux fragments contenus dans ces collections et à une synthèse des précédents catalogues.

L’objectif du travail de Francis Richard était donc d’intégrer ces notices dans Calames, le catalogue des manuscrits de l’enseignement supérieur. Maxime Durocher a achevé le travail pour les manuscrits turc ottomans, Jean-Charles Coulon l’a entamé pour les manuscrits arabes, travail désormais assuré par Zouhour Chaabane, tandis qu’Asyeh Ghafourian est chargée des manuscrits persans. Le travail des bibliothécaires consiste principalement en la description précise de chaque manuscrit. Ils établissent également les liens avec les notices des auteurs existant dans le catalogue de la BnF et dans le Sudoc. Les notices reprennent les titres et noms d’auteurs en écriture originale, accompagnés de leur translittération en caractères latins, une estimation de la datation du document et une brève description matérielle. Vous pouvez consulter en ligne les listes des manuscrits signalés et retrouver sur ce carnet, le tableau recensant l’ensemble des cotes de la collection des manuscrits arabes, persans ou turcs.

Ce signalement est une première étape de la valorisation de ces manuscrits qui s’inscrit dans un programme de numérisation systématique, réalisé avec le soutien financier de la région Île-de-France pendant trois années. Ce projet est le premier programme de numérisation de grande ampleur de la BULAC. Après une première phase marquée le travail de reprise du catalogage et la numérisation de premiers documents tests, le chantier prendra de l’ampleur et mobilisera les équipes de la bibliothèque à partir de 2017. Les documents numérisés seront alors progressivement mis en ligne.

Il sera possible d’accéder aux manuscrits depuis la bibliothèque numérique de la BULAC mais également via un grand nombre d’autres bibliothèques numériques. Vous trouvez déjà dans notre bibliothèque numérique 27 manuscrits arabes scientifiques traitant principalement de mathématiques et de médecine.

En attendant de pouvoir y accéder en ligne, vous pouvez consulter les manuscrits sur place, à la bibliothèque. Ces manuscrits n’étant pas intégrés au catalogue général, il est nécessaire de faire une demande en ligne en saisissant la cote du document demandé. Une fois connecté à votre compte depuis la page d’accueil du catalogue, repérez l’onglet à gauche « Demande d’ouvrage depuis le fichier papier » et reportez la cote du manuscrit dans le formulaire. Vous pourrez ensuite consulter les manuscrits dans la salle de la Réserve (ouverte tous les jours entre 14h et 18h30).

Pour aller plus loin :

Deux conférences organisées par la BULAC permettent d’avoir un aperçu de la richesse de ces fonds :

« Pages retrouvées d’un manuscrit à peintures de Kalila wa Dimna » : conférence de Francis Richard et Annie Vernay-Nouri du 19 mai 2015, à écouter en ligne.

« Magie et sciences occultes dans les manuscrits arabes » : conférence de Jean-Charles Coulon et Pierre Lory du 20 janvier 2015, à écouter en ligne.

 

Image à la une : page de titre enluminée d’un recueil manuscrit arabe de la BULAC

  1. A. Danon joua également un rôle central dans le développement du fonds hébreu ancien de la bibliothèque. Voir : Kerner, Samuel. « Les manuscrits hébreux du « Fonds Danon » de la Bibliothèque de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales ». Bulletin des bibliothèques de France, n° 7, 1977, p. 449-460 [disponible en ligne]. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *