De la pierre au papier : Autour d’une publication majeure sur les reliefs rupestres sassanides de Tāq-e Bostān (Kermānshāh, Iran)

Le fonds persan de la Bulac vient de s’enrichir d’un ouvrage majeur en 4 volumes. La Bulac est la seule bibliothèque française à mettre à disposition de ses lecteurs l’intégralité des volumes . Il s’agit d’une publication magistrale sur les reliefs rupestres sassanides de Taq-e Bostan publié entre 1969-1984 par l’université de Tokyo sous la direction de l’historien de l’art Shinji Fukai.

Taq-e Bostan est un site sassanide datant des IVe et VIe siècles après Jésus Christ et contient des chefs-d’œuvre de l’art de cette époque. La délégation japonaise se consacra pendant plusieurs années à l’étude de ce site.

Le rapport complet fut publié en quatre volumes, en japonais et en anglais. Le volume trois, qui rassemble 27 planches de grand format (57cm x 77 cm), fournit des informations essentielles pour les chercheurs puisqu’il reproduit en photogrammétrie des reliefs rupestres du site. Farzaneh Zareie (responsable du fonds iranien).

– Ce billet a été co-rédigé par Samra Azarnouche, maître de conférences à l’EPHE, Delphine Poinsot, doctorante à l’EPHE et Olivia Ramble, étudiante en master à l’EPHE –

Leur armure est faite de la façon suivante : on choisit un homme du vigueur exceptionnelle et on lui couvre la tête d’un casque d’une seule pièce, parfaitement ajusté et qui reproduit l’image exacte d’un visage humain, à la façon d’un masque ; il emboîte entièrement la tête, depuis le sommet jusqu’au cou, sauf les yeux, afin de permettre la vue ; la main droite est armée d’un épieu plus long qu’une lance, la main gauche reste libre pour tenir les rênes ; on suspend un sabre à son côté, et l’on recouvre d’une cuirasse non seulement la poitrine mais tout le reste du corps. […] On munit également le cheval d’une armure semblable ; on entoure ses pattes de jambarts, on garnit entièrement sa tête de plaques protectrices et l’on suspend le long de son dos, jusqu’au ventre, des deux côtés, une sorte de housse tissée de fer pour protéger l’animal.

Cette description qu’Héliodore d’Emèse (3-4e s.) fait du guerrier perse, dans les Éthiopiques VIII.15, correspond dans le moindre détail à une statue équestre de 4 mètres de haut, taillée dans une falaise de granite, au fond de l’une des voûtes du site de Tāq-e Bostān, au pied du Mont Parāv situé au Nord-Est de la ville de Kermānshāh. Sa taille imposante, la qualité exceptionnelle de son exécution en quasi ronde-bosse et la richesse des renseignements qu’elle transmet ne manquent jamais d’éblouir le visiteur qui s’aventure sur l’ancienne route reliant le Khorāsān à la Mésopotamie.

Le cataphractaire, photo d’époque qajare.

Le cataphractaire, photo d’époque qajare.

Ce cataphractaire de pierre repose au cœur d’un monument, entièrement dédié à la gloire du souverain sassanide, sur un site dont le nom devait signifier au 14e siècle « voûtes (du village) de Bastām », puisque tous les bas-reliefs, hormis un seul, sont gravés sur les parois de deux grottes artificielles rappelant les hauts ivân de l’architecture palatiale. Plus tard, le nom du village a laissé place à Bostān « jardin », en référence à la végétation luxuriante ornant l’espace autour des reliefs irrigué par l’eau jaillissant de plusieurs sources situées sous la falaise. Les vestiges d’une enceinte laissent supposer qu’il s’agissait d’un parc royal ou une réserve de chasse, comme on en connaît pour la période sassanide (3e-7e s.). Une grande scène de chasse se déroulant dans un marais est justement l’une des œuvres les plus remarquables de cet ensemble. Avec plusieurs registres successifs de déroulant de gauche à droite, le panneau qui peut se lire comme une bande dessinée met en image l’arrivée des rabatteurs à dos d’éléphants et la fuite d’une harde de sangliers. Au centre un personnage royal entouré de sa suite parvient à abattre plusieurs bêtes, et enfin le gibier est transporté à dos d’éléphants vers un lieu de dépeçage au-delà des remparts.

Scène de chasse au sanglier.

Scène de chasse au sanglier.

Ce chasseur serait-il le même personnage que le cataphractaire et le roi qui figure au centre d’une scène d’investiture dans le tympan de la voûte, entouré de deux autres personnages divins richement vêtus ?

À ces interrogations sur l’identité des héros triomphants ou des divinités, qui occupent encore les spécialistes, la tradition populaire a su offrir une réponse ingénieuse. Le cataphractaire serait le célèbre roi sassanide, Khosrow II (590-628) monté sur son cheval noir, Shabdīz, tandis qu’au registre supérieur se tiennent à sa droite la reine Shīrīn, et à sa gauche, Farhād, sculpteur amoureux de cette dernière et auteur de ces bas-reliefs…

Scène d’investiture dans la grande voûte

Scène d’investiture dans la grande voûte

Comme on peut s’y attendre, les légendes qui relient le Mont Bīsotūn tout proche au destin tragique de Farhād se prolongent jusqu’à ces flancs occidentaux du massif du Mont Parāv.
Si des critères stylistiques et historiques ont amené les chercheurs à penser qu’il pourrait effectivement s’agir de Khosrow II, plutôt que de Pērōz, l’identification des autres personnages de Tāq-e Bostān fait encore débat. Bien reconnaissable à son nimbe rayonné, le dieu Mithra est l’un des rares à faire l’unanimité, mais au 19e siècle il fut confondu avec Zarathushtra et servit dès lors de modèle à l’image canonique du prophète de l’Iran ancien.

 

fig-4a-mithra

Bas-relief de Mithra

Or l’identification des personnages n’est pas le seul point qui occupe encore les chercheurs, car ces derniers sont loin d’avoir atteint un consensus sur tous les aspects relatifs à ces motifs rupestres, et certains en arrivent à se demander si ces images n’étaient pas destinées à se prêter à des lectures diverses.

Zoroastre

Zoroastre

Tout aussi étonnant est le langage iconographique de ce site et la technique de sculpture qui distingue Tāq-e Bostān des autres centres artistiques de l’Iran sassanide. Ici, les sculpteurs innovent. Avec une habileté inégalée dans l’art iranien de l’Antiquité tardive, ils renouvellent le rendu plastique et volumétrique, donnent un poids particulier à la vision de trois-quarts et réinventent totalement l’expression figurative.
Les raisons politiques ou idéologiques qui ont conduit à la fondation d’un nouveau centre artistique à Tāq-e Bostān à partir du 4e siècle nous échappent encore, de même que les causes de l’introduction d’influences étrangères telles que des éléments du répertoire décoratif de l’architecture byzantine et des motifs évoquant l’art indien.

 

 

Page de titre

Page de titre

À partir de 1965, une délégation de l’Université de Tokyo (Tokyo University Iraq-Iran Archaeological Delegation) dirigée par l’historien de l’art Shinji Fukai se consacra pendant plusieurs années à l’examen de ce site.
Le rapport complet de cette investigation fut publié en quatre volumes (en japonais et anglais) : l’un est composé de 102 planches de photographies (1969), le deuxième est dédié aux scènes d’investitures royales (Ardashīr II ?, Shāpūr II et III, Khosrow II) et comporte 92 planches (1972), le troisième rassemble sur 27 planches de grand format (58 cm x 77 cm) les reproductions en photogrammétrie des reliefs, accompagnées d’un livret décrivant la méthode employée (1983), et le dernier donne un rapport descriptif et les analyses des images (1984). En effet, l’équipe japonaise mit au service de l’archéologie ce qui était considéré alors comme la technique la plus moderne pour le relevé tridimensionnel d’un relief. Basée sur une modélisation de la géométrie des images, la photogrammétrie terrestre – ou la photographie stéréoscopique – fournit des informations essentielles, telles que les dimensions précises, permettant de compléter les dessins et d’optimiser l’analyse des photos.

Les chercheurs de Tokyo ne se doutaient sans doute pas que l’œuvre magistrale qu’ils avaient produite tout en ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (entre autres sur les ornements des vêtements et sur les représentations animales et végétales) allait, d’une part, s’imposer comme une référence incontournable pour tout historien de l’Iran tardo-antique, et, d’autre part, s’avérer plus que précieuse pour la postérité. Comme la plupart des vestiges archéologiques de la région de Kermānshāh, les reliefs de Tāq-e Bostān n’échappent pas à une détérioration progressive et irrémédiable, faisant disparaître de nombreux détails des sculptures, due entre autres à la pollution industrielle. Dans l’attente de l’aboutissement du projet de numérisation 3D entrepris par l’Organisation du Patrimoine Culturel (ICHTO) en 2012 et 2013, l’ouvrage Taq-i Bustan représente l’unique « empreinte » systématique et complète – réalisée il y a quarante ans – de ces fragiles reliefs qui nécessitent déjà une restauration.

Outre l’hommage qu’il rend à l’un des plus spectaculaires témoignages de la sculpture rupestre iranienne, cet ouvrage invite archéologues et historiens de l’art à s’interroger sur l’étude et la présentation des objets tridimensionnels et, plus généralement, sur la préservation des monuments en pierre. Ayant eu l’heureuse initiative d’en faire l’acquisition en juin 2016, la BULAC est la seule bibliothèque française à mettre à disposition de ses lecteurs l’intégralité des volumes.

Pour en savoir plus :

  • P. Callieri, Architecture et représentations dans l’Iran sassanide. Cahier de Studia Iranica 50, Paris, 2014.
  • M. Canepa, « Sasanian Rock Reliefs », D.T. Pott (ed.), The Oxford Handbook of Ancient Iran. New York, 2013, 856-877.
  • J. Domela Movassat, The Large Vault at Taq-i Bustan. A Study in Late Sasanian Royal Art. Mellen Studies in Archaeology 3, Lewiston, Queenston, Lampeter, 2005.
  • H. G. Farmer, « The Instruments of Music on Taq-i Bustan Bas-Reliefs », Journal of the Royal Asiatic Society. 1938, 297-312.
  • S. Fukai, J. Sugiyama, K. Kimata, « Photogrammetric Survey of Taq-i Bustan 1976 », Orient. Report of the Society for Near Eastern Studies in Japan 13, 1977, 61-65.
  • G. Hermann, V.S. Curtis, « Sasanian Rock Reliefs », Encyclopædia Iranica. online edition 2002, http://www.iranicaonline.org/articles/sasanian-rock-reliefs
  • E. Herzfeld, « Khusraw Parvēz und der Tāq-i Vastān », Archäologische Mitteilungen aus Iran. 9, 1938, 91-158.
  • H. Luschey, « Zur Datierung des sasanidischen Kapitelle aus Bisutun und des Monuments von Taq-i Bustan », Archäologische Mitteilungen aus Iran. 1, 1968, 129-142.
  • B. Overlaet, « Ardashir II or Shapur II ? Reflections on the Identity of a King in the Smaller Grotto at Taq-i Bustan », Iranica Antiqua. 46, 2011, 235-250.
  • B. Overlaet, « And Man Created God ? Kings, Priests and Gods on Sasanian Investiture Reliefs » », Iranica Antiqua. 48, 2013, 313-354.
  • Archives de l’archéologue Ernst Herzfeld constituées de photographies et relevés topographiques.
Les illustrations de ce billet sont tirées de l’ouvrage : 深井晋司, Fukai Shinji, 堀内清治 et Horiuchi Kiyoharu, ターク・イ・ブスターン, Tak-i Bustan.  Tōkyō : Yamakawa Shuppansha, Shōwa 44-59 [1969-1984]

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *