Édition numérique de manuscrits turcs d’Asie centrale : un atelier d’humanités numériques à la BULAC

Alexandre Papas est historien de l’Asie centrale, chercheur au CNRS/Cetobac. Il co-dirige une équipe internationale de chercheurs dans le cadre d’un projet d’édition numérique de manuscrits turcs d’Asie centrale. Chaque année, il réunit pendant quelques jours des personnalités extérieurs pour discuter du projet avec l’équipe. En 2016, la BULAC accueille cet atelier du 7 au 10 novembre dans la salle de formation RJ.23. Les sessions sont ouvertes aux personnes intéressées dans la limite des places disponibles. Pour en savoir plus sur le programme, cliquez ici. Si vous souhaitez assister à une séance, merci de vous signaler à l’adresse suivante : enseignement-recherche@bulac.fr

[Noëmie Rosemberg]


Financé par la Henry Luce Foundation, ce projet est dirigé par Arienne Dwyer, professeur à l’Université du Kansas et Michael Sperberg-McQueen, dirigeant de Black Mesa Technologies, en partenariat avec la Bibliothèque de l’Université de Lund. Il compte un consultant principal, Alexandre Papas, chargé de recherche au CNRS/Cetobac. Sous notre direction, deux doctorants ouïgours, Gülnar Eziz and Akbar Amat, inscrits en thèse à l’Université du Kansas, participent activement au projet.

Il s’agit d’un programme d’humanités numériques, soucieux de faire usage de toutes les possibilités de la technologie informatique pour mieux exploiter les sources. Notre ambition est de proposer un modèle d’exploitation des manuscrits orientaux qui substitue à la traditionnelle et nécessaire édition critique une édition numérique.

Hagiographie des Sept Rois Muhammad (Tadhkira-yi haft-i Muhammadân-i pâdishâh) MS Prov. 11, Jarring Collection, Lund University Library

Hagiographie des Sept Rois Muhammad (Tadhkira-yi haft Muhammadân pâdishâh)
MS Prov. 11, Jarring Collection, Lund University Library

Depuis le IXe siècle, les populations turcophones ont été culturellement et linguistiquement dominantes dans le basin du Tarim, tout en interagissant avec d’autres sociétés. Certains groupes turcs, comme les Kirghiz et Kazakhs, étaient jusque très récemment nomades ; ils ont certes produit des documents écrits mais dans une moindre mesure que leurs voisins. D’autres, comme les ancêtres des Ouzbeks modernes et des Ouïgours, étaient majoritairement sédentaires. Ces cultivateurs, commerçants et intellectuels ont non seulement composé des œuvres littéraires (poèmes, ballades et récits divers) et de nombreux documents écrits à usage quotidien (par exemple, les contrats, les traités médicaux et religieux), mais ils ont également copié, traduit et adapté de grandes œuvres littéraires eurasiatiques, d’autres relevant de l’historiographie ou bien de l’islam soufi. L’étude des manuscrits ouïgours nous permet de comprendre les interactions longues et complexes à travers l’Eurasie sur les plans historiques et littéraires, religieux et linguistiques. Outre leur relative rareté, ces manuscrits restent largement inaccessibles pour deux raisons essentielles : ils sont écrits dans des langues rares et ne sont ni transcrits, ni traduits, ni numérisés. La meilleure collection actuellement accessible de manuscrits en turc ouïgour (ou chaghatay tardif) dans le monde est la Collection Gunnar Jarring de la Bibliothèque de l’Université de Lund.

Traité des boulangers (Risâle-yi nânwâylïq) MS Prov. 41, Jarring Collection, Lund University Library

Traité des boulangers (Risâle-yi nânwâylïq)
MS Prov. 41, Jarring Collection, Lund University Library

Notre projet vise à éditer des images, des transcriptions et des traductions de manuscrits pour qu’ils soient disponibles en ligne ; pour un petit nombre de textes, nous espérons en outre produire des numérisations annotées, dotées de commentaires détaillés d’ordre culturel, historique et codicologique afin d’assurer un accès scientifique le plus large possible. La Bibliothèque de Lund nous a informés que la Collection Jarring contenait 143 526 folios de manuscrits d’Asie centrale écrits entre le XVIe et le XXe siècle ; 78 % de la collection (111 942 folios) est composé en langue ouïgoure ou turc chaghatay. Seulement 3,9 % de la collection dans son ensemble a été numérisé et mis en ligne ; 96 % de la collection, dont 92,5 % (103 594 folios) des manuscrits ouïgours, restent donc inaccessibles. Nous comptons par conséquent créer une archive en ligne, libre d’accès, à partir de la numérisation annotée des manuscrits turcs, tout en développant des interfaces de requête pour les matériaux.

Gunnar Jarring au Turkestan oriental en 1929

Gunnar Jarring au Turkestan oriental en 1929

Un premier workshop a eu lieu à Lund en Suède en juin 2015, un deuxième à Lawrence au Kansas en octobre de la même année. Un troisième est organisé à Paris du 7 au 10 novembre 2016 à la BULAC (salle RJ23, de 10h à 18h).

Pour en savoir plus : présentation détaillée du projet Annotated Turki Manuscripts from the Jarring Collection Online.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *