« La tradition orale quichua en Équateur » – 9 et 10 décembre 2016 à l’Inalco

À l’occasion des journées sur « La tradition orale quichua en Équateur » qui se dérouleront à l’Inalco les 9 et 10 décembre 2016, Cristina Dutertre, chargée du domaine Amériques, présentera les ressources de la BULAC en quichua.

Manuscrit quechua : Quincenario deprecatorio a la santísima Virgen María de la Merced (1835) copie probable d’un manuscrit du XVIIème siècle - Collections de la BULAC (fonds quechua)

Manuscrit quichua : Quincenario deprecatorio a la santísima Virgen María de la Merced (1835) copie probable d’un manuscrit du XVIIème siècle – Collections de la BULAC (fonds quechua)

Le fonds bibliographique quichua (ou quechua) fait partie des collections Amérique et Groenland de la BULAC. Ces collections concernent les langues amérindiennes, c’est à dire, les langues autochtones du continent américain mais également les langues eskimoaléoutes, dont l’inuktikut parlé dans l’arctique canadien et au Gröenland.

Ce fonds modeste en nombre de volumes (un peu plus de 4,000) est composé de livres, de périodiques et de quelques manuscrits et se caractérise par la rareté des documents rassemblés et la diversité des langues : c’est le seul fonds en France rassemblant les principales langues et cultures autochtones du continent américain.

Le fonds quichua s’est enrichi considérablement grâce au legs Jacqueline Weller, enseignante de quichua à l’INALCO (1971-1993). Ce legs est riche de 1 700 livres et revues. Des documents rares et précieux de la collection personnelle de l’enseignant de quichua César Itier et un manuscrit unique de la bibliothèque amérindienne de Jacqueline Weller singularisent également ce fonds.

Ce qu’on appelle quichua correspond à un ensemble de dialectes assez diversifié, voire à une famille de langues. Le quichua est parlé principalement au Pérou, en Bolivie, en

Runa Shimi (Cartilla du quechua), Instituto Lingüístico de Verano‎ Ministerio de Educación Pública‎, Equateur, 1963

Runa Shimi (Cartilla du quechua), Instituto Lingüístico de Verano‎ Ministerio de Educación Pública‎, Equateur, 1963

Équateur, et de façon plus partielle en Argentine et en Colombie par 10 millions de locuteurs.

 

Les principaux dialectes sont le Quichua 1 et le Quichua 2 (d’après la nomenclature d’Alfredo Torero établie aux années 60) mais il existe aussi des dialectes mixtes. Le quichua parlé en Équateur correspond au Quichua 2.

 

Pour en savoir plus sur ces journées, cliquez ici.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *