Des livres spoliés par les nazis, conservés à la BULAC (1/2)

Les 23 et 24 mars 2017, la BULAC et la Bibliothèque nationale de France accueillent le colloque organisé par le centre Gabriel Naudé (Enssib – Université de Lyon), l’Institut d’Histoire du temps présent et l’Université Paris-Diderot à l’initiative de Martine Poulain : « Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ? Tentatives d’identification et de restitution, un chantier en cours ». À cette occasion, la BULAC a recherché la place que les collections spoliées a pu occupé dans l’histoire de la Bibliothèque de l’École des langues orientales. Jusqu’au 7 avril, une sélection de documents spoliés identifiés à la BULAC est présentée dans la salle de lecture du rez-de-jardin.

Une amnésie institutionnelle

La BULAC, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations, a ouvert ses portes au public en 2011. Sa création est l’aboutissement d’un projet de rassemblement des fonds des bibliothèques universitaires parisiennes en langues du monde non-occidental et d’Europe centrale et orientale autour des collections de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO), née dans le sillage de l’École des langues orientales. En 2003, une analyse approfondie des collections concernées a été menée ; voici ce qu’on peut y lire au sujet des fonds d’Europe centrale de la Bibliohèque inter-universitaire des langues orientales :

À partir de 1953, (…) les registres [d’inventaire] mentionnent des dons massifs inscrits comme « récupération » ou « rattrapage » sans plus de précision.

Extrait du registre d’inventaire des dons de l’année 1954, mentionnant la « Récupération » comme provenance de documents.

Cinquante ans après leur catalogage, les collections spoliées pendant l’Occupation et déposées à la BIULO, car c’est bien d’elles qu’il s’agit, étaient totalement sorties de la mémoire de l’établissement. Des pages entières des registres figurant des « récupérations » avaient ainsi perdu toute signification. La même année, dans le cadre de la restitution des archives trophées spoliées par les nazis et évacuées vers l’URSS, l’établissement se voyait remettre par le ministère français des Affaires étrangères, les notes de cours d’un ancien étudiant du cours de russe de Paul Boyer, Marcel Lévy1.

Ces spoliations, qui ont commencé en 1940 et duré tout au long de la guerre, ont connu une ampleur considérable : au moins cinq millions de documents ont été saisis par différents organismes de l’État nazi, dans une quadruple logique de pillage de guerre, de constitution d’un patrimoine à la gloire du pangermanisme, d’épuration culturelle raciste ou de documentation militaire. À la Libération, une « Commission de la récupération artistique » fut chargée de retrouver et de restituer les œuvres d’art et les bibliothèques à leurs légitimes propriétaires, institutions publiques, privées ou simples particuliers. En 1949, elle fut dissoute et les documents non attribués furent répartis dans différentes institutions, en réparation de pillages ou pour dépôt dans la perspective d’une future restitution par une « Commission de choix des livres »2.

En 2014, Martine Poulain a transmis à la BULAC les informations figurant dans les archives de la Commission de récupération artistique, lui faisant prendre conscience de la présence dans ses collections d’un nombre important d’ouvrages issus des spoliations perpétrées pendant l’Occupation nazie.
Le travail d’identification est donc une opération toute récente qui ouvre un chantier  de documentation et d’informations des institutions et des familles qui peuvent être identifiées comme propriétaires des documents — un sujet qui sera évoqué dans un second billet. Quelle est la nature des documents déposés à la BIULO ? Quelles traces peut-on en trouver au sein des collections actuelles de la BULAC?

La sélection de la Commission de choix à destination de la BIULO

En 1949 et 1950, trois commissions de choix sont réunies par la sous-commission des livres de la Commission de la récupération artistique. La Direction des bibliothèques est ensuite chargée de répartir les ouvrages entre établissements. La Bibliothèque de l’École des langues orientales est choisie pour des ouvrages sélectionnés sur un critère avant tout linguistique (des ouvrages en langues orientales, à savoir des langues d’Europe centrale et orientale aussi bien que des langues d’Afrique et d’Asie) et des documents relatifs à la civilisation, l’histoire ou la littérature de ces pays.

Note de la Commission de choix des livres du 14 décembre 1949. AN: F17/17993, f. 14. (photo: Martine Poulain)

Quinze caisses de livres et une caisse de documents précieux sont attribués en 1949. Trois autres caisses complètent l’ensemble en 1950. Chacune de ces caisses est décrite par une évaluation du nombre de livres et la liste des langues ou, pour les langues occidentales, des thématiques des documents. Seuls quatre titres d’éditions du XVIIe siècle (3 ouvrages polonais, 1 livre français) et la mention de « 12 manuscrits arabes ou persans sur papier, la plupart reliés en maroquin » sont distingués car il s’agit sans aucun doute des pièces les plus précieuses. 19 caisses sont donc attribuées à la bibliothèque, constituant un ensemble de 3 122 volumes3.
L’établissement était chargé, par circulaire, d’inscrire ces ouvrages sur un inventaire provisoire, sans porter aucune marque de propriété, à diffuser largement pour permettre aux propriétaires de réclamer leurs biens. Au bout de trois ans, ces ouvrages pouvaient être intégrés au catalogue de l’établissement. En 1950 la directrice de la bibliothèque, Colette Meuvret, souligne les difficultés que présente l’établissement d’un inventaire dans des délais brefs compte tenu de la diversité linguistique des documents déposés. La réalisation de ce document reste une inconnue, même si un emploi est dégagé pour le mener à bien. Les descriptions sommaires mentionnées dans la correspondance entre la Direction des bibliothèques et l’établissement en 1949 et 1950 restent donc la seule source pour se faire une idée de la nature de ces collections. On peut donner l’estimation en s’appuyant sur la description des caisses :

  • l’orientalisme et l’africanisme représentent seulement 13,5 % de l’ensemble ;
  • les ouvrages sur l’Europe centrale et orientale en langues occidentales 10 % ;
  • les documents en langues d’Europe centrale et orientale constituent les trois quart du dépôt ; le hongrois à lui seul représentant un gros tiers de l’ensemble (36,5%), le polonais, le tchèque et le roumain respectivement entre 10 % et 15 % chacun.

Quelles traces de ces collections spoliées à la BULAC ?

C’est Francis Richard, directeur scientifique de la BULAC jusqu’en 2014 qui, le premier, fit la relation entre les documents transmis par Martine Poulain et les mentions figurant dans les registres de dons. On relève ainsi 1 142 numéros d’inventaire identifiés comme « Récupération », notés entre janvier 1951 et février 1965. 92 % de ces inscriptions au registre sont toutefois réalisées en 1954, entre les mois de mai et le mois d’août. 4 ans après le dépôt de ces collections, l’établissement s’est donc engagé dans une opération de catalogage massif et d’intégration à ses collections des ouvrages déposés par la commission de choix.

Après vérification, dans douze cas au moins cette mention était abusive : pour un cas il s’agit d’un dépôt du ministère de la Guerre provenant d’une saisie réalisée lors de la guerre de Crimée 1856, dans 11 autres cas, les ouvrages déclarés sont postérieurs à 1945. La mention de « Récupération » semble avoir gagné une certaine élasticité et n’a pas été utilisée avec une rigueur absolue. Le recoupement avec le catalogue permet d’aboutir à une liste de 1288 titres et 1413 exemplaires. On est donc loin des 3126 livres déposés à l’origine : c’est environ 44 % des ouvrages spoliés qu’on parvient à identifier aujourd’hui.

Tampon de la sous-commission des livres

On ne peut qu’émettre des hypothèses pour déterminer les raisons de cet écart : Catalogage effectué sans signaler l’origine du dépôt ? Restitution ? Disparition ? La première hypothèse semble la plus probable ; il faut toutefois noter que les quatre éditions polonaises du XVIIe siècles distinctement signalées lors du dépôt de la Commission de choix, n’ont pas été retrouvées dans les registres d’inventaire ou le catalogue4 tandis qu’aucun manuscrit n’est associé à une mention de récupération. Reste qu’il semble très délicat de déterminer quels sont les autres ouvrages spoliés : sur le corpus dépouillé, seuls treize exemplaires portaient un timbre de la Commission de la récupération artistique, figurant le plus souvent sur une marque de propriétaire et toujours accompagnée de la mention « annulé ».

Aujourd’hui, l’ensemble des ouvrages signalés dans le catalogue informatisé est signalé comme un « Ouvrages spoliés pendant la Seconde guerre mondiale, déposés à la BIULO par la Commission de choix de la Récupération artistique (1949-1950) » au niveau de sa notice d’exemplaire, information récapitulée dans une liste disponible pour le public. Il faut préciser que quatorze documents sont manquants ou ont été pilonnés (deux cas). Quarante-neuf ouvrages sont encore absents du catalogue informatisé (documents en arménien, grec, hébreu ou yiddish) ; ils seront prochainement signalés comme des récupérations par une note au crayon portée sur l’exemplaire afin de garder la trace de cette identification.

Profil de la collection

La répartition linguistique et thématique des ouvrages identifiés correspond bien au profil des documents déposés par la Commission de choix.

Ventilation par langue des documents spoliés

Les ouvrages en langues d’Europe centrale et orientale représentant 75 % de l’ensemble (en bleu sur le diagramme), le hongrois pesant à lui seul 40 %, suivi par le tchèque et le polonais (respectivement 12,5%). La place des langues extra-européennes est anecdotique (11 documents, en rouge sur le diagramme), le place de l’hébreu et du yiddish à peine plus importante (19 documents, soit 1,35%). Les ouvrages en langues occidentales (en jaune et orange) se répartissent de façon assez similaire entre documents sur l’Europe centrale et orientale, d’une part, et documents sur les mondes extra-européens.

Ventilation par date de publication: en bistre, les titres relatifs aux mondes extra-européens; en rouge, les titres relatifs à l’Europe centrale et orientales (toutes langues confondues)

Les dates de publications vont de 1617 à 1943 : mais seulement 29 ouvrages sont antérieurs à 1850, soit 2 % de l’ensemble. La moitié des dates d’éditions de la collection est postérieure à 1913, 16 % sont postérieures à 1930 ; 11 % des documents ne sont toutefois pas datés. À première vue, deux types de documents se distinguent nettement.

Des pièces de collectionneurs orientalistes

Un petit ensemble d’ouvrages de collectionneurs amateurs d’orientalisme est constitué des quelques pièces anciennes et éditions rares qui constituaient évidemment des pièces de prix ; les manuscrits arabes et persans mentionnés s’y ajoutaient. Pour l’instant, nos investigations n’ont pas permis d’identifier leur dernier propriétaire. Mais l’histoire de la circulation de certains exemplaires peut être partiellement retracée.

Trois exemples parmi d’autres :

  • les plus anciens documents sont les volumes d’ une bible hébraïque imprimées à Genève en 1617 portant l’ex-libris du séminaire de Saint-Sulpice à Paris, collection dispersée sous la Révolution – ces exemplaires ayant donc probablement échappé à la nationalisation au profit de propriétaires privés.
  • une grammaire russe de la langue mongole, imprimée à Saint-Pétersbourg par l’Église orthodoxe (presses du Saint-Synode), porte le timbre de l’ambassade du tsar à Pékin mais également un cachet du département commercial de la section moscovite des Éditions d’État soviétiques et un prix en rouble – l’ouvrage a donc certainement fait partie des nombreux livres de prix et œuvres d’art vendus à l’Ouest par le pouvoir soviétique à la recherche de devises dans les années 1930.
  • un récit du règne de Pierre le Grand du XVIIIe siècle, porte l’ex-libris de Cyrille Naryshkine, prince de la cour et proche de Nicolas II, mort en captivité en Russie soviétique en 1924 – l’ouvrage a peut-être lui aussi été vendu par le pouvoir soviétique après nationalisation.

Des bibliothèques domestiques, témoins de la vie des diasporas d’Europe centrale et orientale en France dans l’entre-deux guerres

À l’autre bout du spectre, le nombre très important d’ouvrage en langues d’Europe centrale et leurs dates de publications très récentes donnent plutôt l’image de bibliothèques domestiques. L’âge médian des livres relatifs à l’Europe centrale et orientale, toutes langues confondues et en excluant la Hongrie, car nous verrons dans un prochain billet que l’origine de ce fonds est particulière, est 1923. Il s’agit donc pour moitié de livres qui ont moins de vingt ans lors de leur spoliation. La nature des ouvrages corrobore ce constat. Romans, ouvrages de vulgarisation, livres illustrés (une belle collection des œuvres de Karl Čapek par exemple), lexiques pratiques, encyclopédies populaires et savantes ou livres de cuisine donnent le témoignage saisissant de documents arrachés à un foyer : les dates d’achat sont souvent indiquées au crayon, une dédicace mentionnant un simple prénom et l’occasion d’une visite ou d’un anniversaire, des gribouillis d’enfants sur une page de garde. Plusieurs conservent également le timbre de leur libraire, en France ou en Europe de l’Est, donnant des pistes pour reconstituer les axes de circulations de ces livres étrangers en France.


Il faut signaler que ces collections ont été cataloguées à une période de développement accéléré des collections d’Europe balkanique, centrale et et orientale à la Bibliothèque des langues orientales. Si les chaires de polonais, de tchèque, de hongrois sont créées dans le sillage de la Première guerre mondiale, la place de ces collections reste très marginal, à la différence du russe (enseignement inauguré en 1876) qui a connu un développement marqué depuis la fin du XIXe siècle ou du roumain dont la présence est également plus ancienne (1888). Le milieu des années 1950 est une période de structuration du développement de ces fonds avec la mise en place de systèmes d’échanges et dons institutionnels dont les nouvelles démocraties populaires sont prolixes. À cette occasion, des cotes « linguistiques » sont créées pour regrouper ces nouvelles entrées : les collections spoliées occupent ainsi une place de choix à la racine des cotes HON, TCH, POL ou ROU de la bibliothèque, représentant parfois plusieurs travées d’affilée et donnant l’image de l’importance de ces spoliations. Au sein des collections, ces récupérations représentent 30 % des ouvrages hongrois antérieurs à 1945 issus des collections de la BIULO, moins de 6 % pour les autres langues d’Europe centrale. Au sortir de la guerre, la Bibliothèque des langues orientales rassemblait 150 000 volumes ; l’arrivée de ces 3 000 ouvrages constituait donc un accroissement notable du fonds qui a contribué à faire évoluer le profil de la Bibliothèque des langues orientales dans un contexte d’intérêt accru pour les langues d’Europe centrale.

Un chantier en cours

Les trois quarts de ces documents ont été aujourd’hui examinés de visu pour relever des marques de provenance (librairies, institutions) ou de propriétaires individuels. Un sixième des ouvrages porte ainsi un élément d’identification, qu’il s’agisse d’un nom, d’une dédicace, d’une marque de libraire ou d’institution. Un prochain billet fera le point de ce travail d’identification et de relevé des traces de la spoliation.

  1. Pour une mise en contexte du double pillage nazi et soviétique des archives françaises et les opérations de restitution : Sophie Cœuré, La mémoire spoliée: les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique (de 1940 à nos jours), Paris, Payot, 2007. []
  2. Pour en savoir plus : Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard 2008 et « De mémoire de livres. Des livres spoliés durant la Seconde Guerre mondiale déposés dans les bibliothèques: une histoire à connaître et à honorer », Bulletin des bibliothèques de France, 2015, n° 4, p. 176-190 [disponible en ligne]. La base de données sur les restitutions de livres réalisée par l’auteur est consultable sur le site du Mémorial de la Shoah. []
  3. Martine Poulain dans son article cité « De mémoire de livres », p. 186 et 189 cite conjointement les chiffres de de 6 425 et de 3901 documents déposés à la BIULO par la commission de choix ; le premier est une coquille, nous corrigeons le second en reprenant le détail des descriptions des caisses disponibles dans les archives de la commission, transmises par l’auteur. []
  4. Le quatrième ouvrage mentionné distinctement lors du dépôt est La Chine d’Athanase Kircher, récit de voyage in-folio en reliure d’apparat imprimé en 1670 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *