[Journée d’étude] Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques : matériaux éthiopiens

Journée d’étude organisée à la BULAC le mardi 23 mai de 10h à 18h30 dans la salle de formation RJ24, rez-de-jardin de la salle de lecture. Entrée libre dans la limite des places disponibles ;  il est recommandé de s’inscrire en ligne au préalable.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du projet « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa » (EHESS-CéSor, FZG-Universität Erfurt, CFEE, ANR, DFG).

Présentation de la journée par les porteurs du projet ETHIOMAP

Conçu depuis l’Antiquité comme un territoire des confins, selon une représentation du monde centrée sur la Méditerranée, l’Éthiopie a longtemps été une « limite mobilisatrice » pour le développement de la cartographie, relancée à la Renaissance par la découverte de la finitude du monde. Pour les Européens, la quête des sources du Nil motiva des explorations risquées dont les principaux résultats étaient matérialisés et diffusés par des cartes imprimées. Si le jésuite espagnol Pedro Paez fut le premier Européen à avoir observé en 1618 les zones humides qui nourrissent l’amont du Nil bleu, l’Ecossais James Bruce et son assistant italien Luigi Balugani s’y rendirent en 1770 avec des instruments de mesure, inaugurant la première capture de cette région dans les rets de la description trigonométrique du globe. D’autres explorateurs suivront, poussant plus loin les frontières de la connaissance, avec des instruments plus sophistiqués, des armes plus puissantes, des attitudes plus arrogantes, affirmant par la capture cartographique de l’image d’un territoire la capacité à le contrôler. Exercés par la théologie chrétienne à manipuler des outils conceptuels à échelle globale, les interlocuteurs éthiopiens des cartographes ont compris les risques d’assujettissement qui pouvaient se jouer dans ces techniques nouvelles de représentation, et ils ont cherché à s’en saisir pour faire reconnaître leur souveraineté.

Ce sont les divers aspects de l’application des techniques de la cartographie moderne à l’Éthiopie et ses territoires environnants qui font l’objet du projet franco-allemand « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa », financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Fondation allemande pour la recherche (DFG), coordonné par Eloi Ficquet (EHESS-CéSor) et Wolbert Smidt (Mekelle University; Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt).  Relevant des humanités numériques, le projet propose la consultation en ligne d’une sélection des cartes qui illustrent soit des avancées scientifiques, soit des tournants politiques significatifs pour la compréhension des dynamiques territoriales. À travers une base de données, spécifiquement développée pour le projet, chaque carte est indexée, en répertoriant toutes les informations topographiques, en comparant leurs occurrences et leurs transcriptions d’une carte à l’autre. Cet outil d’analyse n’est pas une fin en soi, mais il doit permettre une lecture critique des cartes, des savoirs qu’elles ont transcrits, entre savoirs géographiques locaux et données mesurées scientifiquement.

Cette journée d’étude propose d’exposer les premiers résultats de ce programme et de les mettre en discussion avec d’autres travaux et questionnements qui sortent du cadre de l’Éthiopie.

Programme

Matinée sur les techniques informatiques d’indexation et d’analyse de corpus cartographiques.
Après-midi sur l’analyse de cartes comme sources historiques.

Discutantes: Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS

  • 14h30: Présentation de différents aspects de la carte générale de l’Afrique par Hermann Habenicht (1891):
    • Map-making methods at the Justus Perthes Geographic Institute in Gotha (Iris Schroeder, Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt; Petra Weigel, Universität Erfurt, Forschungsbibliothek Gotha, Sammlung Perthes).
    • Territories of the Horn of Africa as understood in Habenicht’s map (Wolbert Smidt; Haile Muluken, Mekelle University).
    • Commentaires sur des détails frappants révélés par l’analyse minutieuse de la carte Habenicht et son indexation (Stéphane Ancel, Éloi Ficquet)
  • 16h00: Pause
  • 16h30: Présentation des cartes géodésiques d’Antoine d’Abbadie (1860) (Éloi Ficquet).
  • 17h00: Présentation de la carte amharique de Kh. Papazian (1923) (Éloi Ficquet, Stéphane Ancel)
  • 17h30: Discussion, ouverture de perspectives (Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS)

Partenaires du projet:

Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ;
Forschungszentrum Gotha (FZG) der Universität Erfurt ;
Centre français des études éthiopiennes (CFEE), CNRS, Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) ;
Agence Nationale de la Recherche (ANR) ;
Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *