En Russie soviétique : la révolution du livre pour enfants

L’existence d’une petite collection de littérature soviétique illustrée pour la jeunesse dans les collections de la BULAC est un fait souvent méconnu. Sa présence est le fruit d’une politique d’échanges et de dons reçus par l’établissement, d’achats de collections privées ou d’attention portée aux publications à caractère pédagogique.

Parallèlement, les spécialistes de l’histoire du livre russe ignorent parfois l’existence des riches collections soviétiques constituées par achat dans les années 1990 au sein du fonds patrimonial jeunesse de L’Heure Joyeuse, conservé par la médiathèque municipale Françoise-Sagan à Paris. La BULAC et la médiathèque Françoise Sagan ont ainsi choisi de réaliser une exposition croisée en deux volets, entre le 5 septembre et le 15 novembre, pour faire découvrir ces fonds à leurs publics réciproques à l’occasion du centenaire des révolutions russes de 1917.

Illustration de V.P. Kiselev pour le récit de Neverov « Révolution »(détail), s.d.

Les livres pour enfants des années 1920, qui constituent le cœur de la double exposition, reflètent les priorités politiques nées de la révolution, les transformations de la société russe ainsi que les innovations graphiques et littéraires de l’avant-garde.

À la BULAC : quatre regards sur le livre illustré soviétique des années 1920 (5 septembre-6 octobre)

Au rez-de-jardin de la BULAC, accessible du lundi au samedi de 10h à 20h du 5 septembre au 6 octobre, quatre sélections thématiques offrent un aperçu de la diversité de l’illustration soviétique des années 1920. Une large partie de ces documents sera ensuite présentée à la Médiathèque Françoise-Sagan, du 7 octobre au 15 novembre (voir ci-dessous).

Les ouvrages exposés à la BULAC sont présentés ici de façon détaillée.

Innovations graphiques

Les illustrations des ouvrage soviétiques des années 1920 font écho aux expérimentations de l’avant-garde dans les arts plastiques. Des artistes de premier plan contribuent à l’illustration jeunesse, dans un climat où tous les moyens d’un art de masse sont mis au service de la Révolution. Le département jeunesse des éditions d’État (Gosizdat), dirigé par le célèbre illustrateur Vladimir V. Lebedev et l’auteur Samuil Maršak, est un acteur majeur de ces expérimentations graphiques.

Un premier exemple est offert par l’album de Nikolaj Smirnov, La fabrication d’un journal racontée aux enfants (1924), illustré par Galina (1886-1956) et Olʹga D. Čičagova (1891-1966).

Les soeurs Čičagova sont issues d’une famille d’architectes et d’historiens d’art moscovite. Formées au VHUTEMAS, nouvel établissement d’enseignement technique et artistique qui sert de creuset au mouvement constructiviste, elles sont proches d’Alexandre Rodchtenko.

L’ouvrage raconte la fabrication d’un journal, le quotidien Izvestiâ, depuis le travail du reporter jusqu’à sa lecture. Il s’inscrit dans une série de titres “productivistes” consacrés à la célébration de la vie économique et des évolutions techniques, en accord avec le matérialisme et l’idéologie du progrès du nouveau régime. L’innovation s’observe également dans l’association étroite entre le texte et l’image, la typographie participant de façon simultanée au récit et à l’illustration.

L’ouvrage suivant s’éloigne du langage constructiviste et constitue un cas peu connu, celui du travail de l’illustrateur V. P. Kisilev (1895-1984) pour un recueil de récits de Neverov.

Aleksandr Neverov est un écrivain ruraliste qui signe de nombreux ouvrages pour la jeunesse. Il met en scène le regard des enfants sur la nouvelle réalité soviétique, parfois avec noirceur – ce que rendent parfaitement les illustrations sévères et ironiques de V. P. Kiselev, graphiste surtout connu pour son travail de décorateur et de costumier au service de l’avant-garde théâtrale.

Chaque récit est construit sur le même principe: le héros, un jeune garçon, découvre un nouveau mot, issu du vocabulaire contemporain (« révolution », « électricité », « commune », etc.) et part, en compagnie de son père, à la découverte de ce qu’il signifie. Le récit n’hésite pas à introduire des décalages comiques en soulignant les interprétations naïves et erronées du garçonnet.

Contes d’hier et de la révolution

Le conte est un genre privilégié de la littérature enfantine. Après 1917, le folklore et l’iconographie de l’estampe populaire russe (le lubok) sont mis au service de récits didactiques et épiques, fortement marqués par le discours politique soviétique.

Ces trois ouvrages ont été publiés par Raduga (L’Arc-en-ciel). Cette maison d’édition spécialisée dans les publications pour la jeunesse fut créée en 1922 à Petrograd/Leningrad à la faveur de la législation sur l’édition privée mise en place par la NEP. Elle resta active jusqu’en 1930. Son prestige fut tel, que la marque fut ressuscitée en 1982 par les éditions d’État.

Mihajl Andreev, Храбрый лапоть [La courageuse sandale]. Leningrad, Raduga, 1925. Illustrateur : Mstislav S. Paŝenko (1901-1958)

Après des études artistiques, M. Paŝenko entame sa carrière, au début des années 1920, dans l’illustration jeunesse. Au cours des années 1930, il devient une figure majeure, comme réalisateur ou scénariste, du dessin animé soviétique.

La lapot’, sandale tressée en vannerie, est un trait distinctif de la paysannerie, comme le sabot en Europe occidentale. La confrontation comique de personnages en sandales, en bottes et en souliers est une figure traditionnelle du conte folklorique mettant en scène les différents profils sociaux. Ici, le dispositif est mis au service d’une relecture politique : l’aventure urbaine de cette vaillante sandale soucieuse de découvrir la ville est une évocation de l’exode rural massif que connaît le pays dans les année 1920. Le héros campagnard s’y fait détrousser par un soulier bourgeois, avant de se lier d’amitié avec une galoche ouvrière des faubourgs.

E.Schwartz, Война Петрушки и Степки растрепки [La guerre de Pierrot et de Pierre l’ébouriffé]. [Leningrad], Raduga, 1925. Illustrations : Aleksej A. Radakov (1879-1942)

Graphiste de formation, dessinateur de presse et caricaturiste, A. A. Radakov s’engage après 1917 dans les illustrations pour la jeunesse parallèlement à son travail de dessinateur de presse. Il collabore avec plusieurs périodiques destinés à la jeunesse. Il devient dans les années 1930, un des illustrateurs réguliers du journal satirique Krokodil.

Pierre l’ébouriffé (Struwwelpeter en allemand, Степка Растрепка en russe) est un personnage de polisson créé en 1858 par le médecin et pédagogue allemand Heinrich Hoffman pour alimenter des récits didactiques. Ces derniers connaissent de nombreuses adaptations dans toute l’Europe. Ici, il est mis aux prises avec un Pierrot (Петрушка), personnage du folklore russe, qui lui inculque les bonnes manières, au premier rang desquelles, l’hygiène et l’instruction. Si le propos est relativement classique et burlesque, le vocabulaire employé, qui met en avant le travail et l’éducation, fait écho aux slogans soviétiques.

Mihajl Andreev, Аника-воин…[Anika le guerrier…]. [Leningrad], Raduga, 1925. Illustrateur : Vasilij S. Svarog (1883-1956)

Peintre et graphiste de formation, proche de l’école des Ambulants et d’Ilya Repin avant la Révolution, soit de milieux alors plutôt académiques, V. S. Svarog s’engage rapidement aux côtés du nouveau régime et produit de façon intensive une iconographie politique pour l’affiche, les manifestations publiques, le théâtre, etc. Il rejoint l’Association des peintres de la Russie révolutionnaire en 1923.

Le guerrier Anika est une figure de chevalier errant courante dans le folklore russe, empruntée à la tradition byzantine : guerrier féroce et téméraire, il finit par périr en défiant la mort en duel. Ici, le personnage est prisonnier d’un aigle à deux têtes, « tsar des ténèbres » ; il est libéré par un enfant aidé des animaux de la forêt qui font triompher la lumière et découronnent l’aigle bicéphale – allusions transparentes à la chute de la monarchie.

Les enfants errants

Les villes russes des années 1920 sont envahies par des enfants errants, orphelins ou abandonnés, manifestation spectaculaire et tragique des bouleversement issus des années de guerre civil et des violences révolutionnaires1. La littérature jeunesse et les manuels scolaires n’hésitent pas à mettre en scène ce phénomène.

Samuil Maršak, Загадки [Devinettes]. Leningrad, 1925. Illustrateur: Kuz’ma S. Petrov-Vodkin (1878-1939)

Petrov-Vodkin est un peintre de premier plan du courant figuratif, inspiré par le symbolisme. Il est très engagé dans l’organisation de l’enseignement artistique après la révolution. Sa contribution à l’illustration pour enfants est méconnue. Sans que le phénomène des enfants errants soit explicite dans le propos, ce recueil de comptines en forme de devinettes versifié est illustré en couverture par un enfant des rues aux pieds nus.

G. Belyh, L. Panteleev, Республика ШКИД [La République ŠKID]. Moscou, Gosizdat, 1927. Illustrateur : Nikolaj A. Tyrsa (1887-1942)

Illustration intérieure

Formé à l’Académie des Beaux-Arts, enseignant de dessin, Tyrsa collabore étroitement avec les deux directeurs du département jeunesse des éditions d’État, S. Maršak et V.V. Lebedev. Ce récit en autobiographique met en scène un groupe d’orphelins pris en charge dans l’École d’instruction sociale et professionnelle Dostoïevskij (ŠKID, selon le sigle russe), dont le directeur multiplie les expérimentations pédagogiques ; le texte décrit avec humour cette expérience autogestionnaire, sans en cacher les difficultés, à travers les yeux des enfants des rues. La publication de ce texte, qui mettait en scène une institution réelle et des difficultés aiguës de la société soviétique, publié par deux jeunes auteurs de moins de vingt ans, illustre le dynamisme et l’audace du secteur jeunesse des éditions d’État à cette période. Si le texte reçut un très grand écho lors de sa première publication en 1927, il fut occulté pendant la période stalinienne. Il fut réédité lors du dégel des années 1960 et devint alors un classique de la littérature jeunesse, adapté à l’écran en 1966 par Gennadij Poloka.

Aleksandr Serafimovič,, На воле : рассказы для детей [En liberté : récits pour enfants]. Moscou, Gosizdat, 1924. Illustrateur inconnu.

Proche de Gorkij et des bolcheviques avant la révolution, A. Serafimovič est une figure de l’école réaliste dont sera issu le réalisme socialiste. Ces deux nouvelles mettent en scène des enfants fugueurs qui découvrent la complexité du monde environnant avant de revenir dans le giron familial et de tirer de leur expérience la conviction de se mettre au service de la société.

Le livre illustré en campagne

Les campagnes sont une cible importante de la propagande du jeune État soviétique, où le travail d’alphabétisation est mené de front avec des opérations de lutte contre la religion et de collectivisation agraire2. Parallèlement à l’essor de la littérature jeunesse, une littérature illustrée visant le public paysan, empruntant elle aussi au registre du conte et du folklore, est abondamment diffusée. Les exemples donnés ici sont publiés en 1924 par la maison d’édition « Novaâ Derevnâ« , chapeautée Commissariat du peuple à l’agriculture. Les brochures présentées ici datent toutes de 1924. Malgré la présence de monogrammes, les illustrateurs n’ont pas pu être identifiés3.

À la médiathèque François Sagan (5 septembre – 15 novembre)

Le fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse reconstitue une sélection d’ouvrages soviétiques pour la jeunesse à partir de ses collections et de prêts de la BULAC, inspirée par une sélection publiée en 1931, 100 livres pour ton enfant.

L’exposition se déroule en deux temps : un prologue ouvre dès le 5 septembre dans les salles de lecture du 1er étage, prolongé à partir du 7 octobre dans les espaces d’exposition du rez-de-chaussée. Les éditions soviétiques des années 1920 y seront notamment confrontées au travail de l’illustrateur contemporain Blexbolex.

D’autre événements associés sont organisés (conférence, visite guidée) dont vous retrouverez  le détail et les informations pratiques sur la page de l’exposition.

Pour connaître ce fonds jeunesse soviétique, on peut également se tourner vers son catalogue commenté et son catalogue en ligne. Une large sélection d’ouvrages a été numérisée, elle est  consultable en ligne.

Ressources complémentaires


  1. Voir : D. Caroli, L’enfance abandonnée et délinquante dans la Russie soviétique : 1917-1937, Paris, L’Harmattan, 2004 []
  2. Voir : A. Sumpf, Bolcheviks en campagne, paysans et éducation politique dans la Russie des années 1920, Paris, CNRS, 2010 []
  3. Ils sont absents de :Алексей Морозов, Определитель монограмм художников-оформителей произведений печати, Москва : Контакт-Культура, 2008 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *