Sur les traces du Sharafnāma : en quête du texte original

Sacha Alsancakli, doctorant en Histoire à l’Université Sorbonne Nouvelle (UMR Mondes iranien et indien) s’appuie sur l’expérience de la thèse qu’il entreprend sur le  Sharafnāma, chronique dynastique kurde, pour présenter les contraintes inhérentes à la localisation et la consultation des différentes copies manuscrites, étapes indispensables dans le cadre de recherches menées sur la genèse d’un texte. Occasion de présenter un exercice méthodologique dont les exigences documentaires et les difficultés pratiques se posent à tous ceux qui s’attaquent à l’établissement de textes anciens…

Dans le cadre de ma thèse, intitulée « Le Sharafnāma de Mīr Sharaf-Khān Bidlīsī (1005H./1597) : composition, transmission et réception d’une « chronique des dynasties kurdes » entre les Safavides et les Ottomans », effectuée sous la direction de Mme Maria Szuppe, je suis amené à recenser les différentes copies manuscrites du Sharafnāma. Le Sharafnāma est une histoire des dynasties et des familles princières kurdes écrite en persan par Mīr Sharaf-Khān Bidlīsī (949/1543-env. 1010/1601-2), prince de Bidlīs, au début du XIème/fin du XVIème siècle. L’ouvrage couvre une période de cinq siècles environ, allant de la dynastie des Marwānides, à la fin du Vème/Xème siècle, pour se terminer avec des événements de l’année 1005 de l’hégire/1596-7.

Le Sharafnāma de Mīr Sharaf-Khān Bidlīsī

Première chronique connue consacrée aux dynasties kurdes, le Sharafnāma est une source inestimable pour la connaissance de l’histoire politique et sociale des Kurdes, en particulier en contexte ottomano-safavide. Les études précédentes contenaient diverses estimations sur le nombre de manuscrits connus du Sharafnāma. Le nombre de vingt-deux manuscrits, déjà avancé par Storey (Storey 1927-39: vol.1, partie 1, 366-369) et repris dans le catalogue Storey-Bregel (1972: vol. 2, 1097-1100), a également été retenu dans la traduction russe de l’ouvrage par E. I. Vasilyeva1 (Vasilyeva 1967: 17-20). A. Munẓavī propose le chiffre de vingt-quatre manuscrits (Munẓavī 2003: 1007-8).

Dans son ouvrage consacré au sujet, Anwar Soltanî avance, quant à lui, le chiffre de trente-cinq manuscrits ; cependant, il n’a personnellement consulté que quelques-uns de ces manuscrits et base souvent son propos sur des sources de seconde main. En conséquence, une bonne dizaine de ces manuscrits sont inclus sur la base d’informations erronées, soit qu’ils soient mentionnés avec des erreurs de localisation, etc., soit qu’ils n’existent tout simplement pas (Soltanî 1997). Malgré ce manque de rigueur , son statut d’érudit et son réseau de connaissances lui permettent de fournir quelques pistes précieuses pour la localisation de nouveaux manuscrits.

Depuis le début de mon travail de thèse, j’ai pu identifier environ une quarantaine de manuscrits du Sharafnāma. J’écris environ, car la localisation, voire l’existence même, de certains manuscrits, demeure sujette à caution. De cette quarantaine de manuscrits, seuls huit manuscrits ont pour l’instant été étudiés dans le cadre des différentes éditions et traductions du Sharafnāma. L’objectif de ma thèse, consistant à mettre en lumière les processus de « composition, transmission et réception » de l’œuvre, implique de pouvoir consulter et comparer le plus grand nombre possible de ces manuscrits, et ce, afin d’en établir une classification par familles de manuscrits. Dans ce cadre, les divers catalogues de manuscrits représentent un outil indispensable pour parvenir à identifier et localiser les différentes copies de l’ouvrage. Cet article est donc l’occasion de revenir sur les contraintes que posent au chercheur la localisation et la consultation de manuscrits conservés à travers le monde.

De la localisation…

Il existe de nombreux catalogues recensant les manuscrits persans conservés dans les différentes bibliothèques et collections privées. Le premier ouvrage rassemblant les données issues de ces catalogues s’intitule Persian Literature: A Bio-bibliographical Survey, et a été écrit par Charles Ambrose Storey (1888-1968), qui a consacré la majeure partie de sa vie à ce projet. Son objectif était, à l’origine, de produire l’équivalent pour les études persanes du Geschichte der arabischen Litteratur de Carl Brockelmann (Storey 1927-39: v)2. Pour ce faire, C. A. Storey s’est référé à 154 catalogues de manuscrits, n’incluant malheureusement que très peu de manuscrits localisés en Iran (Bregel 2005), pour la simple raison qu’à l’époque, la plupart de ces manuscrits n’avaient pas encore fait l’objet de catalogues imprimés. Ainsi, en ce qui concerne le Sharafnāma, le catalogue de C. A. Storey mentionne principalement les manuscrits conservés dans les bibliothèques européennes et russes, et ne fait aucune mention de manuscrits du Sharafnāma conservés en Iran.

Dans les années 1970, Yuri Bregel, qui travaillait en Asie centrale des travaux de catalogage très importants étaient alors en cours (voir Bregel 1995: vol.2, 968-9), a entrepris de traduire le catalogue en russe. Toutefois, pleinement conscient des lacunes de celui-ci, il n’a pas souhaité le publier en l’état et le projet de traduction s’est transformé en une complète refonte du catalogue, grâce à la prise en compte de 103 nouveaux catalogues et inventaires de manuscrits dont n’avait pu se servir Storey3.

Depuis, le catalogue, publié en 1972 avec pour titre original Persidskaia literatura, mais plus connu sous le nom de « catalogue Storey-Bregel », demeure un outil de référence pour toute recherche bibliographique sur les manuscrits persans. Il ne comble cependant pas tout à fait les lacunes du catalogue original de C. A. Storey, notamment en ce qui concerne les manuscrits conservés dans les bibliothèques extra-européennes. Comme le souligne Y. Bregel lui-même, « de nombreux catalogues de manuscrits ont été publiés en Iran au cours du dernier quart du vingtième siècle » (Bregel 2005), après la publication du catalogue.

Une autre bibliographie de manuscrits est récemment parue en Iran, réalisée par Aḥmad Munẓavī (Munẓavī 2003). Cet outil, œuvre d’un savant appartenant à une lignée de bibliographes chiites, est devenu une référence, notamment pour les manuscrits conservés en Iran sur lesquels il est le plus complet, sans toutefois être exhaustif. Pour localiser d’autres manuscrits, il reste à se tourner vers des catalogues plus spécifiques, par exemple consacrés aux collections conservées dans un pays ou une ville en particulier.

La Turquie où, jusque récemment, comme en Iran, très peu de collections de manuscrits étaient décrites dans des catalogues imprimés, a lancé depuis le milieu des années 1970 une ambitieuse politique de catalogage, manifestée par la publication sous l’égide du Ministère de la culture, depuis 1978, du Türkiye yazmaları toplu kataloğu, dont vingt-quatre volumes ont déjà été publiés. Par ailleurs, un catalogue électronique, réalisé parallèlement, est également disponible. Tirant ses informations de ces sources, et incluant également les données issues de catalogues imprimés de bibliothèques publiés en Turquie dans les années 1970 (cf. Subḥānī 1994: 599-601 pour la liste complète), l’ouvrage de Tawfīq Ḥ. Subḥānī, Fihrist-e nusxahā-ye xaṭṭī-yefārsī-ye ketābxānahā-ye Turkiye, se révèle également utile.

La consultation des catalogues consacrés à une bibliothèque particulière, notamment les plus récents, est également indispensable et permet souvent de découvrir de nouveaux manuscrits. La recherche sur les manuscrits islamiques reste, en effet, un champ en constant développement. De nombreux manuscrits sont encore inconnus et, parmi les manuscrits déjà identifiés, une grande partie, notamment en ce qui concerne les fonds iraniens, turcs, indiens et centrasiatiques, n’a pas encore fait l’objet de catalogue imprimé ni informatique. De nombreuses collections ne sont, par ailleurs, décrites que dans des inventaires internes, simples listes non-critiques et non-informatives, parfois même rédigées à la main et consultables uniquement à la bibliothèque conservant les manuscrits en question. En dépit de ces évolutions, et malgré sa présence à l’ordre du jour des chercheurs iranisants depuis la parution du catalogue Storey-Bregel – qui ne concerne, de plus, que les textes historiques –, la question d’une mise à jour de ce catalogue n’a toujours pas abouti à des résultats concrets (Bregel 2005).

Qui plus est, même pour les manuscrits déjà listés dans les différents méta-catalogues et bibliographies, la consultation des catalogues imprimés de bibliothèques est toujours nécessaire : en effet, les méta-catalogues et bibliographies ne font que lister les différents exemplaires des manuscrits cités et ne contiennent pas d’informations approfondies sur ceux-ci (si le catalogue d’A. Munẓavī contient des informations de base telles que la date et le lieu de copie, le nom du copiste, etc., ce n’est ainsi pas le cas du catalogue Storey-Bregel). Cependant, comme on l’a souligné, la qualité inégale de ces catalogues demeure problématique, tout comme se pose, parfois, l’obstacle de leur langue de rédaction.

Une partie du travail réside également dans la collecte d’informations au cours de lectures, exercice qui relève plus de la chance qu’autre chose. Dans certains cas, on dispose de travaux effectués par des érudits locaux, généralement très inégaux mais offrant parfois des informations intéressantes, voire uniques. C’est ainsi le cas pour le Sharafnāma avec l’ouvrage d’Anwar Soltanî, 35 destnûsî Şerefnamey le kitêbxanekanî cîhan (Soltanî 1997), mentionné plus haut. Par ailleurs, comme nous l’avons dit, de nombreuses collections de manuscrits n’ont pas encore fait l’objet de catalogue publié ou informatique, ou bien sont en cours de catalogage. Dans ce cas, la seule solution est de contacter directement le ou la responsable du fonds manuscrit de la bibliothèque afin d’obtenir des informations.

…à la consultation

La consultation des manuscrits est bien sûr l’étape cruciale de ce travail. Dans ce contexte, la possibilité d’obtenir des reproductions numériques des manuscrits facilite de nos jours grandement la tâche des chercheurs. V. Veliaminov-Zernov, auteur de la première édition du Sharafnāma, en 1860-62, n’avait pu consulter que quatre manuscrits pour réaliser son édition (un manuscrit conservé à la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg, aujourd’hui Bibliothèque Nationale de Russie, un manuscrit propriété du Professeur Khanykov, et deux manuscrits conservés au Musée asiatique de Saint-Pétersbourg, aujourd’hui Institut des Manuscrits Orientaux), bien qu’il ait eu connaissance de quatre manuscrits supplémentaires se trouvant à Paris (Bibliothèque Nationale), à Londres (à la bibliothèque de la Royal Asiatic Society et à la British Library) et à Vienne (manuscrit à l’époque en possession du Dr. H. A. Barb) (Veliaminov-Zernov 1860-62: 22-23). Il se plaignait d’ailleurs d’avoir du « collationner le manuscrit Khanykov avec le manuscrit de la Bibliothèque, à la Bibliothèque même » car, « d’après le règlement, aucun livre de la Bibliothèque ne peut être confié à personne à domicile » (Veliaminov-Zernov 1860-62: 20).

De même, F.-B. Charmoy n’a également pu, pour sa traduction en français du Sharafnāma, consulter que cinq manuscrits. Il avait l’avantage sur V. Veliaminov-Zernov d’avoir vécu à la fois en France et en Russie, ce qui lui permit d’ajouter à deux manuscrits des bibliothèques russes deux manuscrits conservés à la Bibliothèque Nationale à Paris, ainsi qu’un manuscrit à l’époque en possession de Sir Gore Ouseley, président du comité de traductions de la Royal Asiatic Society (Charmoy 1868-75: I.1, 4-8). Quant à M. ‘Alī ‘Awnī, auteur d’une édition cairote en 1930, largement reprise de celle de V. Veliaminov-Zernov mais enrichie cependant de quelques variantes issues de deux manuscrits supplémentaires (manuscrits du Caire et d’Alep), il raconte dans sa préface avoir recopié lui-même, pendant tout un été, le manuscrit se trouvant à Alep afin de pouvoir l’utiliser pour son édition – ce travail énorme l’ayant d’ailleurs forcé à laisser de côté la xātima (conclusion), soit la moitié de l’ouvrage, qui ne figure pas dans l’édition cairote (‘Awnī 1930: Préface).

Cette tension ayant longtemps existé entre les impératifs de conservation des manuscrits et le confort de travail des chercheurs a été largement résolue par l’arrivée d’abord du microfilm, il y a plus d’un demi-siècle, puis des techniques actuelles de reproduction numérique. En effet, il est maintenant possible aux chercheurs d’avoir autant de copies d’un manuscrit donné sur leur ordinateur personnel que nécessaire, et de les comparer entre elles depuis n’importe quel lieu. Tout le travail sur le contenu même du texte peut être réalisé ainsi ; la consultation, toujours nécessaire, se limite alors aux questions d’ordre codicologique et peut être réalisée au cours de séjours bien plus brefs. De plus, dans les cas où la consultation sur place d’un manuscrit se révèle absolument impossible, la consultation numérique fait figure de palliatif.

Cependant, la reproduction numérique des manuscrits souffre des maux inhérents à tout type de technologie encore au premier stade de son exploitation, notamment en termes de coûts et de différences de qualité selon les bibliothèques. Qui plus est, le développement de ces procédés demeure très inégal selon les pays – et selon les manuscrits concernés. Les projets de numérisation conduits par des bibliothèques publiques ou universitaires, tels que celui de l’Université de Cambridge, concernent encore principalement des manuscrits dont la « valeur » est considérée supérieure à la moyenne, selon des critères forcément subjectifs : ancienneté, présence d’enluminures, etc. Quoiqu’il en soit, étant donné le nombre restreint de manuscrits concernés, le gros des manuscrits islamiques et, du même coup, le gros des chercheurs, ne bénéficient pas (encore) de ces projets. Ceci s’explique aussi par le fait qu’en reproduisant ou en autorisant la reproduction d’un texte, la bibliothèque propriétaire perd de fait l’exclusivité de son édition.

Dans ce contexte, la majorité des reproductions numériques de manuscrits sont réalisées à la demande pour le chercheur et, par voie de conséquence, aux frais de celui-ci. Les institutions permettant le financement de ces reproductions sont peu nombreuses. Si des chercheurs confirmés peuvent éventuellement réunir les fonds nécessaires, les doctorants ne disposent généralement pas de telles facilités, ce qui est un frein au développement de ces études, conditionné par les thèses de doctorat qui leur sont consacrées. Au-delà de cette question financière, les bibliothèques sont parfois réticentes à fournir des copies de manuscrits à des inconnus, sans garantie sur leur devenir ni sur les fins de leur utilisation.

Quoiqu’il en soit, toutes les bibliothèques européennes conservant des manuscrits proposent généralement des services de numérisation à la demande. Les prix et la qualité varient grandement, et ne sont pas forcément liés. À la BnF, une reproduction d’un manuscrit de 300 feuillets coûte environ 100 euros. L’image numérique est livrée par e-mail, en un seul fichier .pdf stocké sur un serveur extérieur. Les reproductions sont en noir et blanc et de bonne qualité. De la demande à la livraison, tout le processus se fait donc en ligne et prend environ deux mois.

Les bibliothèques britanniques pratiquent, de manière générale, des prix plus élevés. Pour celles-ci, en effet, les services de reproduction constituent une source de revenus et de financement. La British Library demande environ 150 euros pour 300 feuillets. Les reproductions sont livrées en fichiers .jpg, deux par feuillet (un pour le recto et un pour le verso). La reproduction est faite en noir et blanc et présente une qualité similaire à celle de la BnF. Les fichiers sont obligatoirement livrés sur CD, entraînant des frais de port. Le délai, là encore, est de deux mois environ. À la Bodleian Library d’Oxford, les fichiers sont livrés en images .tiff en noir et blanc, une image par feuillet, contenant le verso d’un feuillet et le recto du feuillet suivant. La qualité est également similaire. Le prix est d’environ 350 euros pour 300 feuillets et les fichiers sont livrés par e-mail.

À la Bibliothèque universitaire de Cambridge, la reproduction est livrée en fichiers .jpg, deux images par feuillet. La bibliothèque ne propose que des reproductions couleur ; la qualité est donc supérieure, mais le prix est très élevé – environ 800 euros pour 300 feuillets. Par comparaison, à la bibliothèque de la Royal Asiatic Society (Londres), 300 feuillets coûtent environ 200 euros, pour une reproduction couleur d’aussi bonne qualité, livrée sur CD contenant des fichiers .jpg, avec un fichier par feuillet. Pour un travail quasiment identique, on a donc une différence de prix allant du simple au quadruple entre deux bibliothèques d’un même pays.

Le point commun entre ces différentes bibliothèques est qu’elles disposent de services de reproduction sur place, ce qui n’est pas forcément le cas de toutes les bibliothèques européennes, a fortiori celles possédant peu de manuscrits. Ainsi, la Bibliothèque nationale et universitaire de Turin fait appel à un prestataire externe, augmentant forcément les coûts de reproduction. Les images sont en couleur, réunies en un seul fichier .pdf de bonne qualité. Le tout est livré par CD. Pour 300 feuillets, le coût est d’environ 250 euros. La bibliothèque de l’Université de Vienne effectue elle-même la numérisation, mais toute transaction s’effectue via le service EOD (e-books on demand) du site http://books2ebooks.eu, qui n’est pas spécifique aux manuscrits mais est plutôt fait pour les livres imprimés. Cependant, la reproduction est de très bonne qualité, en couleur et très peu onéreuse : environ 50 euros pour 300 feuillets. Le fichier est un .pdf et toute la transaction se fait en ligne, ce qui évite de payer des frais de port.

Aux États-Unis, la bibliothèque de l’Université de Princeton envoie les fichiers par « fournées » à un prestataire extérieur chargé de la numérisation, le faible nombre de demandes conduisant à un délai assez important (environ 4 mois). Le prix est d’environ 90 euros pour 300 feuillets. La Bibliothèque nationale de Russie de Saint-Pétersbourg (bibliothèque Saltykov-Schedrin) passe également par des prestataires extérieurs ; la reproduction y est, en revanche, bien plus coûteuse, et ce notamment dans une volonté de protection du copyright de la part de la bibliothèque. Lorsqu’une copie existe déjà sous forme de microfilm, le coût est d’environ 250 euros pour 300 feuillets de basse qualité. Dans le cas contraire, il faut compter environ 1000 euros. Les fichiers sont en couleur et de qualité comparable à celle offerte par la RAS ou les bibliothèques turques, pour des coûts bien moins élevés. Quant à l’Institute of Oriental Manuscripts, le coût de reproduction y est prohibitif – environ 10 euros par feuillet –, ce qui revient dans les faits à réserver la copie des manuscrits aux chercheurs de l’Institut.

En Turquie, le processus de demande de numérisation est normalisé et demeure similaire pour la plupart des bibliothèques, impliquant une politique commune. La demande se fait en remplissant un formulaire spécifique à chaque bibliothèque et disponible en ligne, mais généralement réalisé sur un modèle commun (voir par exemple le formulaire de la Millet Kütüphanesi d’Istanbul, ou encore celui de la Konya Yazma Eserler Bölge Müdürlüğü) et les fichiers sont livrés au format .pdf (sauf pour la Nadir Eserler Kütüphanesi de l’université d’Istanbul, où il s’agit d’une image par feuillet, au format .jpg), en couleur et de bonne qualité. De plus, le coût est peu élevé : 1 TL par feuillet pour les chercheurs étrangers et 0.50 TL pour les chercheurs locaux, ce qui revient à environ 120 euros pour 300 feuillets – 60 euros pour un chercheur sur place. Seules les modalités de livraison des reproductions diffèrent entre les bibliothèques : elle se fait par voie numérique (Suleymaniye Kütüphanesi, Konya Yazma Eserler Bölge Müdürlüğü) ou par CD (Topkapı Sarayı Müzesi Kütüphanesi, Istanbul Üniversitesi Nadir Eserler Kütüphanesi, Millet Kütüphanesi).

En Iran et en Inde, en revanche, les bibliothèques sont plutôt difficiles à contacter et les manuscrits compliqués à obtenir. La meilleure solution reste de recourir à des contacts sur place, ce qui ne garantit cependant pas l’obtention d’une copie numérique. Deux exceptions notables sont la bibliothèque du Parlement iranien, située à Téhéran, et la bibliothèque Mar‘ashī de Qom, plus libérales sur ces questions. En Inde, la bibliothèque Mawlana Azad de la Aligarh Muslim University se distingue en proposant un service de reproduction efficace ; les images numériques sont envoyées par voie électronique au format .jpg – un fichier par feuillet –, elles sont en couleur et de bonne qualité, coûtant 1 dollar par feuillet, soit environ 150 euros pour 300 feuillets.

En résumé, la qualité des reproductions numériques proposées par les différentes bibliothèques est généralement équivalente, avec cependant une différence notoire entre les bibliothèques proposant des reproductions couleur et celles numérisant, pour le même prix, en noir et blanc. En revanche, les formats de fichiers, les modalités de transaction et d’envoi et surtout les coûts de reproduction demeurent très variables. Ceci influe sur la qualité de consultation permise par la reproduction numérique. Une copie de basse qualité deviendra très médiocre, voire illisible, lors d’un zoom nécessité par une difficulté de lecture ou la présence d’un détail spécifique. Une copie noir & blanc ne permettra pas de se faire une idée réelle de la décoration du manuscrit. Elle ne permettra pas non plus de correctement distinguer l’utilisation d’une couleur différente (en général le rouge) pour les titres de chapitre, procédé fréquemment employé dans les manuscrits islamiques. Ceci jouera donc également sur la facilité avec laquelle on pourra parcourir le manuscrit et se réperer dans le texte de celui-ci.

Cette facilité de parcours de la copie numérique est également soumise à l’influence du format de fichier. Sur ce point, les différents formats peuvent être divisés en deux catégories principales : le format .pdf, grâce auquel la totalité de la reproduction figure sur un fichier unique, et les autres formats, le plus souvent .jpg, ou il existe un fichier par prise de vue. La prise de vue peut alors consister en un fichier par feuillet (en fait le verso d’un feuillet et le recto du feuillet suivant, c’est-à-dire la vue que l’on a en ouvrant le manuscrit), ou bien en deux fichiers par feuillet, le verso et le recto étant photographiés séparément.

Cette seconde option est sans conteste plus fastidieuse lorsque l’on souhaite faire, par exemple, le sommaire d’un manuscrit donné et que l’on a besoin de passer rapidement d’une page à l’autre afin de parcourir les chapitres. Dans ce cas, en effet, « tourner une page » revient à fermer un fichier et à en ouvrir un autre, avec les temps de chargement inhérents à l’opération. Cet inconvénient est minimisé lorsque l’on passe un temps plus conséquent sur chaque feuillet. Cependant, le risque de « perdre » un feuillet, au milieu d’innombrables fichiers (600 fichiers pour un manuscrit de 300 feuillets avec deux images par feuillet) est réel, et peut se produire à la source même de la reproduction, c’est-à-dire de la part de la bibliothèque. Il faut donc vérifier attentivement que l’ensemble des feuillets ont bien été photographiés et envoyés avant d’accuser réception de la reproduction du manuscrit.

Les modalités de livraison – sur CD ou par voie électronique – présentent également des avantages et des inconvénients. Si la livraison sur CD permet d’avoir une copie « solide » de la reproduction, qui peut servir de sauvegarde en cas de problème informatique, elle se révèle en revanche coûteuse en temps et en frais de port. En comparaison, la livraison électronique paraît bien plus avantageuse ; cependant, elle nécessite de faire soi-même une copie de la reproduction en question, sous peine de risquer la perdre en cas de problème technique. En ce qui concerne le paiement, seules quelques bibliothèques (la British Library, la bibliothèque de l’université de Vienne via EOD, la bibliothèque de Princeton) proposent le paiement en ligne, ce qui signifie que pour les autres, à moins d’être sur place, les frais de virement s’ajoutent aux coûts de reproduction.

Tout ceci étant dit, il faut également garder en mémoire que la consultation de reproductions numériques, si elle facilite grandement le travail, ne dispense pas de la consultation en bibliothèque et des coûts inhérents à celle-ci. À une époque où, en France, la plupart des doctorants en sciences humaines et sociales financent eux-mêmes leur thèse, les progrès effectués en terme de catalogage et de reproduction numérique des manuscrits islamiques ne profitent donc pas encore pleinement aux étudiants travaillant dans ce domaine, et ce, en raison des coûts induits4.

Tableau comparatif

Bibliothèque

Format

N&B/Couleur

Livraison

Prix pour 300 ff. (en euros)

BnF (Paris)

.pdf (fichier unique)

N&B

Electronique

100

British Library (Londres)

.jpg (2 img/f.)

N&B

CD

150

Bodleian Library (Oxford)

.tiff (1 img./f.)

N&B

Electronique

350

BU Cambridge

.jpg (2 img./f.)

Couleur

Electronique

800

Royal Asiatic Society (Londres)

.jpg (1 img./f.)

Couleur

CD

200

BNU Turin

.pdf

Couleur

CD

250

BU Vienne

.pdf

Couleur

Electronique

50

BU Princeton

.pdf

couleur

Electronique

90

BN Russie (St.-Pétersbourg)

 

couleur

Electronique

1000

Institut des Manuscrits Orientaux (St.-Pétersbourg)

Réservé aux chercheurs de l’Institut.

Konya Yazma Eserler Bölge Müdürlüğü

.pdf

couleur

Electronique

60 / 120

Suleymaniye Kütüphanesi (Istanbul)

.pdf

couleur

Electronique

60 / 120

Millet Kütüphanesi (Istanbul)

.pdf

couleur

CD

60 / 120

Topkapı Sarayı Müzesi Kütüphanesi

.pdf

couleur

CD

60 / 120

BU Istanbul

.jpg (1 img./f.)

couleur

CD

60 / 120

Mawlana Azad Library (Aligarh Muslim University)

.jpg (1 img./f.)

couleur

Electronique

150

Références

‘Awnī, M. ‘A. (1930). Sharafnāma. Le Caire: Al-Azhar.

‘Awnī, M. ‘A. ; Haššāb Y. (1958-61). Sharafnāma. [Traduction arabe.] Le Caire: Dar Iḥya’ al-Kutub al-‘Arabiya.

Bozarslan, M. E. (1971). Şerefname: Kürt tarihi. Istanbul: Ant Yayinlari.

Bregel, Y. (1995). Bibliography of Islamic Central Asia. Bloomington: Indiana University.

Bregel, Y. (2005). Charles Ambrose Storey. Encyclopaedia Iranica. Consulté à http://www.iranicaonline.org/articles/storey-charles-ambrose [le 08/01/2014]

Charmoy, F.-B. (1868-75). Chèref-nâmeh ou Fastes de la nation kourde. Saint-Pétersbourg: Académie impériale des sciences.

Hejar (1972).  Sharafnâmayî Sharafkhânî Bidlîsî. Najaf: Korî Zanyarî Kurd.

Izady, M.R. (2000). The Sharafnâma, Or the History of the Kurdish Nation, 1597. Costa Mesa : Mazda. [Ed. 2005 disponible à la BULAC]

Malcolm, J. (1815). The History of Persia, from the most early period to the present time, (…). Londres: John Murray.

Munẓavī, A. (2003). Fihristvāra-ye kitābhā-ye fārsī. Téhéran: Markaz-e Dāʼiratu’l-Maʻārif-e Buzurg-e Islāmī.

Soltanî, A. (1997). 35 destnûsî Şerefnamey le kitêbxanekanîcîhan. Jönköping: Kitab-iArzan.

Storey, C.A. (1927-39). Persian literature. A bio-bibliographical survey. Bath: Royal Asiatic Society. [Liste des éditions disponibles à la BULAC]

Storey, C.A., Bregel, Y. (1972). Persidskaia literatura, bio-bibliografičeskij obzor.  Moscou: Nauka.

Subḥānī, T.H. (1994). Fihrist-e nusxahā-yexaṭṭī-yefārsī-yeketābxānahā-yeturkīa, Téhéran: Markaz-e našr-e dānišgāh-e Tehrān.

Vasilyeva, E.I. (1967-76). Šaraf-nāme. Moscou: Nauka. [vol. 1 et vol. 2 disponibles à la BULAC]

Veliaminov-Zernov, V. (1860-62). Scheref-nameh ou Histoire des Kourdes. Saint-Pétersbourg: Académie impériale des sciences.

Je remercie Francis Richard pour les conseils prodigués à l’occasion de la rédaction de cet article.

1La traduction en kurde soranî de Hejar (Hejar 1972) reprend, en la traduisant, la préface d’E. I. Vasilyeva. La traduction turque de M. Emin Bozarslan (Bozarslan 1971), effectuée à partir de la traduction arabe de Muhammad ‘Alī ‘Awnī (‘Awnī 1958-61), n’aborde pas en détail le sujet des manuscrits, ce qui est également le cas de la traduction anglaise de Mehrdad Izady, arrêtée après la publication du premier livre (Izady 2000).

2Se référant à des « lacunes indépendantes de sa volonté » et principalement dues à la « qualité inégale de ses sources », mais aussi à des « défauts résultant de son approche même du matériel à traiter », Yuri Bregel semble affirmer que cet objectif n’a pas été rempli. (Bregel 2005).

3« Pour cette révision (…), 103 nouveaux catalogues et inventaires de manuscrits dont n’avait pu se servir Storey ont été utilisés. De nouvelles biographies et bio-bibliographies ont également été employées (par exemple le Fehrest et le Moʾallefin de Moshār) (…), les nouvelles publications d’œuvres en persan non-incluses par Storey et les nouvelles éditions d’œuvres en persan déjà incluses par lui ont été ajoutées, ainsi que toutes les nouvelles publications scientifiques concernant les ouvrages en persan décrits dans le catalogue. En conséquence, le Catalogue original a été augmenté d’environ 850 œuvres en persan et pas moins de 5 000 manuscrits supplémentaires, le volume total du matériel nouvellement inclus en venant à dépasser celui du texte original. » (Bregel 2005)

4Il faut préciser que cet état de fait n’est pas spécifique aux manuscrits islamiques et se retrouve dans le domaine des manuscrits occidentaux (grecs, latins, etc.). Derrière ces questions, se pose en effet le débat plus global de la conservation, de la mise à disposition et de la propriété des manuscrits.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *