Retour sur le colloque « Le froid : adaptation, production, représentations, effets »

[Veille]

L’université de Versailles Saint Quentin en Yvelines a accueilli en décembre dernier le 9e colloque consacré au froid. Sous l’intitulé “Le froid : adaptation, production, représentations, effets”, l’évènement a réuni des contributions mêlant habilement sciences “dures” et sciences humaines, pour aborder le froid dans tous ses états : depuis ses aspects les plus techniques jusqu’à ses dimensions sociales et ses représentations littéraires ou historiques.

Cette rencontre internationale était organisée par le laboratoire de recherche CEARC1 (Cultures, Environnements, Arctique, Représentations, Climat) de l’Observatoire de Versailles Saint-Quentin (OVSQ) et le laboratoire Imaginaire-Nord, laboratoire international d’études multidisciplinaires comparées des représentations du Nord de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM).

Bien que marqué par la coopération universitaire franco-québécoise, cette rencontre a également attiré des intervenants venus du Groënland et de divers pays d’Europe, dont la Finlande, la Roumanie et la Russie, représentée par une forte délégation d’enseignants-chercheurs venus principalement d’Irkoutsk, de Moscou et de Yakoutsk.

Les interventions, généralement réparties en trois sessions simultanées, se sont succédé du 12 au 14 décembre 2013. Les thèmes de l’exploitation de la glace et de la neige, de leur recyclage et de l’aménagement urbain, des extrêmes et des variations climatiques, du rapport de l’information avec le climat (médiatisation d’un événement climatique extrême), de la place du froid dans la littérature et les arts de la scène, de l’hiver dans la peinture, ont été présentés dans une ambiance conviviale et stimulante.

Daniel Suchet, polytechnicien, a donné une démonstration didactique et remarquée des applications de l’azote liquide et évoqué la quête des atomes froids, prélude à une intervention sur l’étude des ultra-basses températures et leur potentiel dans le développement d’énergies durables, peu coûteuses et moins polluantes.

Deux communications ont concerné les systèmes de chauffage, antique ou traditionnel, le premier à propos de la Gaule romaine, l’autre de la Corée classique. Deux autres interventions ont été consacrées, sous des aspects différents, à un appareil électro-ménager de consommation courante devenu omniprésent dans nos intérieurs : le réfrigérateur. L’exploitation de la glace et de la neige, principalement en Europe, afin de constituer une « glace à rafraîchir », ses techniques d’exploitation, et les glacières traditionnelles, ont également été présentées.

On notera la richesse des contributions, sur des thématiques aussi variées que l’histoire du climat (analyse du minimum de Spörer – 1450-1550 – et ses conséquences en termes de gel et de famine) ; la gestion des routes en Sibérie et au Canada; l’analyse du froid et de l’imaginaire arctique en littérature et dans les récits de voyage ; les problèmes d’hivernage chez les premiers explorateurs du Canada (1534-1627) ; la poétique du froid et sa mise en scène au théâtre ou au cinéma.

Le concept de « nordicité », se référant à ce qui est géographiquement nordique, et caractérisant plus généralement les zones froides de l’hémisphère nord, tels que le Canada et les pays scandinaves, était bien sûr mis à l’honneur. Le terme, créé au Québec au début des années 1960 par le géographe et linguiste Louis-Edmond Hamelin, fut inventé afin de se démarquer, en tant que Québécois, du qualificatif de nordique, encore employé de nos jours pour parler des pays d’Europe du Nord. Louis-Edmond Hamelin proposa, en 1976, un système de dix indices complémentaires, appelés « valeurs polaires » ou « vapos », pour mesurer la nordicité de différents points au nord du 50e parallèle, en termes de latitude, de précipitations annuelles, d’activité économique, de végétation, de moyenne annuelle des températures. Est considéré comme nordique une région qui dépasse les 200 points selon ce mode de calcul : sont donc concernés  les États-Unis (Alaska), le Canada, le Japon, la Russie, la Scandinavie, le Groënland et la Finlande.

L’imaginaire du Nord et la « nordicité », bien que limités stricto-sensu aux régions les plus boréales, montrent cependant que le Nord est une notion à la fois scientifique et relative. La notion de « Nord » n’évoque pas les mêmes images pour un Français (qui parlera alors de Grand Nord pour la Scandinavie et le Canada), pour un Africain, pour un Coréen du Sud.

En outre, des étudiants du Master d’études Arctiques (Master Arctic Studies) de l’UVSQ ont présenté leur propre vision du froid et du Nord. Ce Master, dont l’enseignement est donné en anglais, accueille cette année des étudiants français, groenlandais et sibériens, principalement yakoutes et bouriates. Ceux-ci ont présenté des micro-exposés relatifs à leur propre expérience du froid, à travers le vêtement, nourriture, les rapports sociaux ou les loisirs.

Ce type de colloque généraliste et spécialisé à la fois offre des perspectives très stimulantes pour déterminer de nouveaux champs de recherche et d’établir, autour des thèmes et de régions communs, des réseaux de chercheurs issus de différentes traditions disciplinaires.

(Crédit photographique : SantaCruz-LosGlaciares, Marianocecowski. Source : Wikimédia Commons)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *