Plus de 20 000 volumes japonais disponibles en ligne!

[Veille]

Le mois de janvier a vu l’intégration de plusieurs milliers de volumes japonais dans la plateforme HathiTrust. Numérisés puis versés sur la plateforme par l’Université Keio, il s’agit pour une grande part d’ouvrages rares, dont une partie, tombée dans le domaine public (20 065 volumes), est accessible en intégralité sur le web. La liste des volumes concernés est consultable ICI.

Attention toutefois, pour des raisons techniques, les ouvrages tombés dans le domaine public ne sont pas encore accessibles en texte intégral depuis la plateforme. Cela devrait être résolu à terme.

En attendant, HathiTrust a au moins l’avantage de permettre un repérage aisé de ces ouvrages. Étant donné qu’ils ont tous été numérisés dans le cadre d’un partenariat entre l’Université Keio et Google Books, si l’un d’entre eux vous intéresse, vous pouvez le rechercher dans le moteur de recherche de Google Books. En saisissant le titre en japonais et la date de publication, vous tomberez directement sur l’ouvrage numérisé et pourrez le consulter en intégralité.

Attention à bien vérifier que vous vous intéressez à un volume disponible en texte intégral (liste Only full view dans HathiTrust).

Par exemple :

Si vous souhaitez consulter le deuxième volume de la liste : 帝室論 全 福澤諭吉立案 ; 中上川彦次郎筆記, recherchez le titre, accompagné de la date de publication, dans Google Books, comme ci-dessous:

Cliquer ensuite sur « Afficher la publication en entier » et vous obtiendrez ça :

Voilà une petite gymnastique dont on se passerait bien, mais qui permet, au bout du compte, d’accéder à tout un trésor de la littérature japonaise. Bonne lecture, et si vous souhaitez en savoir plus sur la plateforme HathiTrust, consultez ce billet.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 mars 2014

    […] HathiTrust est rapidement devenue une gigantesque bibliothèque numérique offrant l’accès aux ouvrages numérisés par les universités nord-américaines, en interne aussi bien qu’en partenariat avec les projets  Google Books,  Internet Archive et Microsoft. Plusieurs initiatives de bibliothèques non partenaires ont également rejoint le projet (comme, tout récemment, les ouvrages japonais numérisés par l’Université Keio, dont nous parlons dans un autre billet). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *