À propos

Bienvenue sur le Carreau de la BULAC!

Ce nom a été choisi pour sa qualité polysémique. En effet, le carreau était une place où s’effectuaient autrefois les échanges commerciaux, ce qui en faisait une sorte de point nodal, d’intersection incontournable. Que ce soit l’ancien Carreau de la Halle aux cuirs du Ve (borné par les rues Censier, de la Clef, de Santeuil et du Fer-à-Moulin) ou le Carreau du Temple du IIIe arrondissement de Paris (dévolu à la vente de vêtements et devenu l’actuel marché du Temple), ces lieux ont été en leurs temps des sites très populaires au coeur de la vie locale. C’est la destinée espérée pour le carnet de de la BULAC, que celui-ci devienne un lieu d’échanges riches d’informations pour les chercheurs, enseignants, doctorants, étudiants et bibliothécaires travaillant sur les langues et civilisations non occidentales.

Le Carreau de la BULAC se veut, en effet, une tribune proposant les regards croisés de bibliothécaires et de chercheurs sur les multiples facettes et ressources des sciences humaines et sociales d’Europe centrale et orientale, d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie, d’Océanie ou autour des cultures amérindiennes.

Le dictionnaire d’Émile Littré (1801-1881) liste d’autres acceptions. C’est ainsi que si l’on considère de nouveau le terme « carreau » sous l’angle du labeur, celui-ci désigne le lieu où sont entreposés les produits extraits d’une mine ou d’une carrière. Produits auxquels peut être assimilée la « matière intellectuelle » extraite des travaux de recherche dont ce carnet pourra se faire l’écho à travers les articles et contributions diverses d’internautes volontaires qui y seront publiés. 

Plus familièrement, ce terme désignait également le monocle que l’on faisait tenir en contractant le sourcil. Une allusion en forme de clin d’œil ! En espérant que ce carnet puisse être une fenêtre ouverte sur certaines réalités, certains champs d’études, ou objets de recherche.

Le carreau désigne enfin le pavé ou la plaque de terre cuite servant à faire certains pavages. Cette plaque de terre cuite peut symboliser chez ceux qui le connaissent les façades du Pôle des langues et civilisations dans lequel se trouve la BULAC, celles-ci étant habillées de briques. Et si l’on considère la parcelle sur laquelle a été érigé ce bâtiment, sa forme triangulaire rappelle le contour fuselé d’une flèche pouvant évoquer le carreau d’arbalète.

Clotilde Monteiro