À la découverte du Journal tamoul d’Ananda Ranga Pillai : le tapuscrit de Jean Lepetit

M. Gobalakichenane est le président de l’association Cercle Culturel des Pondichériens, lieu d’échange entre les Pondichériens d’Île-de-France et de transmission de l’histoire et de la culture de Pondichéry. Il nous livre ici le fruit de ses recherches autour du tapuscrit de Jean Lepetit document inédit du fonds tamoul de la BULAC -, et nous emmène à la découverte du Journal d’Ananda Ranga Pillai, courtier tamoul de la Compagnie des Indes dans le second tiers du XVIIIe siècle.


Jean Lepetit, Introduction à la lecture du Journal d’Ananda Ranga Pillai, [s.l n.d], collections de la BULAC, cote BIULO GEN.I.1141.

En 2001, Sundari Gobalakichenane, chargée du fonds tamoul à la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO), exhume parmi des documents à cataloguer un tapuscrit signé Jean Lepetit, intitulé Introduction à la lecture du Journal d’Ananda Ranga Pillai. Ce tapuscrit sonne comme une invitation à une immersion dans le passé de l’Inde coloniale du XVIIIe siècle, vécu et raconté par un contemporain tamoul…

Ananda Ranga Pillai, figure de passeur au temps de la colonisation française en Inde

Carte de Madras (BIULO GEN.I.1141).

Né à Madras et établi à Pondichéry, Ananda Ranga Pillai (1709-1761) exerça la fonction de courtier de la Compagnie française des Indes auprès des gouverneurs de Pondichéry. Il eut notamment le rôle d’homme de confiance, de secrétaire et d’agent commercial (dubash) du célèbre gouverneur Dupleix.

Héritier d’une famille de marchands fortunés, Ananda Ranga Pillai fut tout à la fois commerçant, financier, diplomate et interprète. Sa pratique de quatre langues (tamoul, français, telugu et persan) et sa connaissance des usages en vigueur au sein des cours européennes firent de lui un intermédiaire majeur entre les Français et les sociétés indiennes au XVIIIe siècle.

Les destins du Journal d’Ananda Ranga Pillai (1736-1761)

Ananda Ranga Pillai est connu pour le journal personnel qu’il a rédigé en tamoul durant 25 années, de septembre 1736 à septembre 17601. Véritable chronique de la vie à Pondichéry au milieu du XVIIIe siècle, ce journal de 5 000 pages couvre « la période qui vit la montée, l’apogée et la ruine de la puissance Française en Inde2 ». Ce type d’écrit, à l’époque sans précédent en Inde du Sud, figure parmi les premières œuvres tamoules en prose conservées3.

Au cours du XIXe siècle, le Journal d’Ananda Ranga Pillai fut partiellement porté à la connaissance du public français. La première mention française du Journal d’Ananda Ranga Pillai apparut en 1849 sous la plume d’A. Gallois-Montbrun, conseiller au Conseil Supérieur de Pondichéry, qui en fit une copie et rédigea une notice sur l’œuvre et la vie du diariste. Un peu plus tard, François Laude, procureur général à Pondichéry, s’appuya sur la traduction d’un court extrait du Journal, relatant le siège de Pondichéry en 1748 dans une courte notice à la gloire du gouverneur Dupleix4. À la fin du XIXe siècle, Julien Vinson, professeur de tamoul et d’hindoustani à l’École des langues orientales vivantes, traduisit et publia quelques extraits du Journal en français5.

D’autres publications liées à Ananda Ranga Pillai sont parues au XXe siècle. Ainsi, la Société de l’histoire de l’Inde française édita en 1930 un livre de compte d’Ananda Ranga Pillai6 et le professeur tamoul C. S. Srinivasachari publia en 1940 une biographie du diariste7.

Mais c’est véritablement la publication, entre 1904 et 1928, de la traduction anglaise du Journal en douze volumes8, qui permit au monde entier de comprendre l’importance de cette œuvre pour l’époque de Dupleix, correspondant à la période critique de passage de l’occupation française à l’occupation britannique du Dekkan indien. Ces douze volumes sont disponibles à la BULAC ; ils peuvent également être consultés en ligne sur Internet Archive9.

À partir de 1948, on vit ensuite paraître à Pondichéry l’édition tamoule des huit premiers volumes, complétée en 2005 par l’édition des quatre volumes suivants, l’ensemble correspondant aux douze volumes de la version anglaise.

Introduction à la lecture du Journal d’Ananda Ranga Pillai : le tapuscrit de Jean Lepetit

Carte de Pondichéry (BIULO GEN.I.1141).

Au milieu du XXe siècle, le Journal d’Ananda Ranga Pillai n’a été traduit que partiellement en français ; aucune étude approfondie ne semble par ailleurs avoir été entreprise par les orientalistes et les linguistes français, depuis le XVIIIe  siècle jusqu’au transfert de jure des Comptoirs français en août 1962.

C’est fort de ce constat qu’un certain Jean Lepetit, érudit à l’identité énigmatique, se lance dans une entreprise visant à montrer aux intéressés francophones toute l’importance historique et sociale de ce Journal. Son Introduction à la lecture du Journal d’Ananda Ranga Pillai, dont le tapuscrit est entré dans les collections de la BULAC par voie de don (inventorié en octobre 1997),  constitue un apport précieux pour appréhender l’œuvre du courtier tamoul.

Dans son propos introductif, Jean Lepetit explique la démarche qui a été la sienne :

Après avoir lu ou parcouru tant de livres français, il nous a semblé intéressant de nous pencher longuement sur les 5 000 pages du Journal d’un Indien qui avait lié son destin à celui des Français installés à Pondichéry : ANANDA RANGA PILLAI. (p.2)

Ce mémoire voudrait être un « Essai de Psychologie historique sur les rapports entre les Indiens des environs de Pondichéry et les Français de la Compagnie des Indes entre 1736 et 1761, d’après le Journal d’Ananda Ranga Pillai ». (p.5)

L’auteur précise son angle d’approche :

La seule originalité qui pourrait être revendiquée, c’est d’avoir essayé de se placer d’un point de vue Tamoul. [Car] Il semble que les Historiens de l’Inde Française ont surtout voulu raconter une Histoire qui fut une page d’épopée française et une tragédie où les Français évoluaient au premier plan. (p.8)

Jean Lepetit, Introduction à la lecture du Journal d’Ananda Ranga Pillai, [s.l n.d], collections de la BULAC, cote BIULO GEN.I.1141.

Texte dactylographié de 157 pages, le mémoire de Jean Lepetit est découpé en trois cahiers.

Premier cahier

  • Avant-Propos
  • Chapitre I – Perspectives de recherches [p.5-9]
  • Chapitre II – Vocabulaire et Orthographe [p.9 à 11]
  • Chapitres non numérotés : Contexte historique [page 11 A à 11 F] ; Les Sources du Journal d’Ananda Ranga Pillai [p.12 à 21]
  • Chapitre III – Biographie de l’Auteur [p.22 à 60]
    • 1) L’origine d’Ananda Ranga Pillai
    • 2) a) Le Dobachi ; b) Une affaire qui marqua l’enfance d’Ananda
    • 3) La formation de Dobachi
    • 4) Les débuts d’une carrière
    • 5) Le Gouvernorat de Dupleix
    • 6) Le départ de Dupleix
    • 7) La guerre de Sept ans aux Indes
    • 8) L’année Terrible 1760

Deuxième cahier

  • Chapitre IV – Caractère d’Ananda Ranga Pillai [p.60 à 98]
    • 1) Un homme ambitieux
    • 2) Un Hindou orthodoxe
    • 3) Un marchand et un Courtier
    • 4) Un esprit curieux de tout
    • 5) Un juge sévère de ses contemporains
    • 6) Fût-il un homme intègre ?
    • 7) Son adhésion à la politique française
  • Chapitre V – Un Journal en Tamoul au XVIIIe siècle [p.98 à 112]
    • 1) Un journal en Tamoul au XVIIIe siècle
    • 2) Une Chronique de Pondichéry
    • 3) Les Intentions du Chroniqueur
  • Note complémentaire [p.112 A à 112 C]

Troisième cahier

  • Chapitre VI – Valeur historique du journal [p.113-127]
    • 1) Ce n’est pas une Histoire
    • 2) Véracité de cette Chronique
    • 3) Vérité humaine du Journal
  • Conclusion
  • Annexes [p.128 à 157]

La lecture du tapuscrit de Jean Lepetit atteste que l’auteur a lu en entier la version anglaise en douze volumes. Elle porte le témoignage d’un véritable effort de documentation – comme en témoignent les annexes, dont on trouve un aperçu ci-dessus – et rend compte d’un travail approfondi sur les sources à disposition de l’érudit.

Jean Lepetit, mystérieux érudit

L’identité de Jean Lepetit reste quelque peu mystérieuse. Dans son introduction, l’auteur se présente comme un « Français qui vit en Inde » (p.1), seul indice livré au lecteur. Les efforts entrepris il y a plusieurs années pour retrouver les traces de l’auteur10 – dont il existe plusieurs homonymes – ont toutefois permis de rassembler quelques renseignements.

Ayant travaillé à l’Alliance française de Madras au début des années 1960, Jean Lepetit aurait eu alors l’occasion de lire entièrement l’édition anglaise et de rédiger cette étude analytique en français durant les années 1965-66, probablement dans le but de soutenir une thèse en France. Nous ignorons s’il a pu mener à bien cette tâche, mais nous avons pu apprendre qu’après son retour en France, il a été enseignant quelques années au lycée de Madrid, avant d’aller enseigner au Maroc.

Si l’on retrouvait l’auteur ou ses héritiers, on pourrait alors envisager la publication du tapuscrit de Jean Lepetit, ceci dans le but de mieux faire connaître au monde scientifique francophone le Journal d’Ananda Ranga Pillai et la période française de Dupleix en Inde péninsulaire.


Récemment, une haute autorité française répondait à un vieil historien : « Pourquoi traduire le Journal d’Ananda en Français ? Le texte anglais nous suffit bien ! On voudrait espérer qu’un jour ce vieux texte puisse être accessible à des lecteurs français puisqu’ils y découvriraient vingt cinq ans de vie coloniale française vue par un Indien du XVIIIe siècle. »

Jean Lepetit, Introduction à la lecture du Journal d’Ananda Ranga Pillai, [s.l n.d], p.2, collections de la BULAC, cote BIULO GEN.I.1141.


Pour aller plus loin :

Citer ce billet : M. Gobalakichenane, "À la découverte du Journal tamoul d’Ananda Ranga Pillai : le tapuscrit de Jean Lepetit," dans Le Carreau de la BULAC, 14 décembre 2018, https://bulac.hypotheses.org/12690. Consulté le 21 avril 2019
  1. C’est son neveu Appavou (nom intime de Tirouvengada Pillai ou mieux Tirouvengada Pillai III) qui a continué à rédiger ce Journal jusqu’en janvier 1761. Ananda Ranga Pillai tombé malade, meurt le 12 janvier 1761, soit quelques jours avant la capitulation de Pondichéry. []
  2. Sir J. Frederick Price, « General Introduction », dans The private diary of Ananda Ranga Pillai : dubash to Joseph François Dupleix, a record of matters political, historical, social, and personal, from 1736 to 1761, vol.1, 1904, p.xii. []
  3. Les intentions du chroniqueur sont étudiées par Jean Lepetit dans le chapitre 5 de son Introduction au Journal d’Ananda Ranga Pillai. L’auteur relève le souhait d’Ananda Ranga Pillai de conserver dans sa famille le souvenir des événements de son temps ; il repère une volonté de constituer des archives de la Compagnie des Indes ; enfin il distingue une fonction de défoulement vis-à-vis de certaines personnalités de son époque. []
  4. A. Gallois-Montbrun, François Laude, Extraits des mémoires inédits de Rangappoullé, Divan de la Compagnie des Indes, 1870. []
  5. Les français dans l’Inde, Dupleix et Labourdonnais : extraits du journal d’Anandarangappoullé, courtier de la Compagnie française des Indes (1736-1748), traduits du tamoul par Julien Vinson, Paris, 1894. []
  6. Un livre de compte de Ananda Ranga Poullé, courtier de la Compagnie des Indes, Société de l’histoire de l’Inde française, Pondichéry, Paris, 1930. []
  7. C. S. Srinivasachari, Ananda Ranga Pillai, The Pepys of French India, Madras, 1940. []
  8. The private diary of Ananda Ranga Pillai : dubash to Joseph François Dupleix, a record of matters political, historical, social, and personal, from 1736 to 1761, translated from the Tamil and edited by Sir J. Frederick Price, assisted by K. Rangachari [Vols 1-3]; H. Dodwell [Vols 4-12]: Vol 6 Oct 1748-March 1750, 12 vol., Madras, 1904-1928. []
  9. Les douze volumes du Journal sont disponibles sur Internet Archive :  vol.1vol.2vol.3vol.4vol.5vol.6vol.7vol.8vol.9vol.10vol.11vol.12. []
  10. M. Gobalakichenane, « Jean Lepetit chercheur-historien inconnu : sa redécouverte du Journal d’Anandarangapillai ignorée par les Français ! », Lettre du Cercle Culturel des Pondichériens, n°88, juin 2015, p.4. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.