Émile Picot, bibliographe et premier professeur de roumain aux Langues Orientales

Cécile Folschweiller est enseignant-chercheur en langue, littérature et civilisation roumaines à l’Inalco.


Portrait d’Émile Picot par Karel Svoboda.

À l’occasion de la Saison France-Roumanie 2019, l’Inalco s’associe à la BULAC pour rendre hommage à Émile Picot, décédé il y a tout juste cent ans, en remettant en lumière l’œuvre et l’activité de ce savant qui fonda les études roumaines en France en ouvrant le premier cours de roumain à Paris en 1875 et qui comptait parmi les plus grands spécialistes de son époque en matière de bibliophilie et de bibliographie. C’est donc à double titre qu’il mérite d’être l’objet d’attention de la bibliothèque héritière des fonds des Langues O’. Bien que la majeure partie de la riche bibliothèque d’Émile Picot ait été léguée à la BnF1, l’ancien professeur de l’École des Langues Orientales avait donné à la bibliothèque de l’établissement des exemplaires de ses travaux concernant les Balkans et particulièrement les pays roumains, parmi lesquels quelques volumes remarquables.

C’est une conjonction de circonstances historiques et personnelles qui a amené ce jeune juriste, né à Paris le 23 septembre 1844 dans une famille d’origine normande, à l’étude de la langue, des textes et de la culture des peuples de cette région d’Europe orientale. Alors qu’il termine sa licence de droit à Paris, en 1866, à l’autre bout de l’Europe le prince A. I. Cuza qui régnait sur les Principautés moldo-valaques unifiées sous son sceptre en 1859 est renversé. Les Roumains, qui se trouvent toujours sous suzeraineté ottomane, songent à un prince issu d’une famille régnante européenne. Leur choix se porte finalement sur Charles de Hohenzollern, solution qui a l’avantage de convenir aussi bien aux Prussiens qu’aux Français (le jeune prince est à moitié français par ses aïeux), qui ont des intérêts dans la région. Cependant elle n’est pas agréée par la conférence de Paris regroupant les grandes Puissances, et c’est en secret et de manière rocambolesque que l’affaire est menée à bien, côté français, par Hortense Cornu, très proche conseillère de Napoléon III. C’est encore elle qui propose ensuite Émile Picot au jeune prince pour lui servir de secrétaire français, par l’intermédiaire du géographe et archéologue Ernest Desjardins, beau-frère d’Émile, qui fréquente son cercle de savants. La correspondance envoyée à Paris par le jeune secrétaire2 constitue un véritable journal de mission : il y raconte son périple à travers l’Europe et sur le Danube, sa découverte de la capitale roumaine, ses premiers contacts avec le prince Charles et l’élite bucarestoise, ses travaux quotidiens au sein du palais, sa frustration de ne pouvoir apprendre le roumain comme il le souhaiterait dans un environnement où tous parlent français ou allemand, ses excursions et la vie culturelle de Bucarest, mais aussi les conflits politiques dans lesquels il est vite plongé.

Lettre envoyée par Émile Picot du Palais de Bucarest le 17/29 décembre 1866, reproduite avec l’aimable autorisation de Marine Picot et Catherine Picot-Bonneau.

La mission de Picot auprès du prince, dans le contexte d’un début de règne chaotique, se révèle en effet délicate : le jeune Français se retrouve pris dans la lutte d’influence franco-prussienne qui fait rage à Bucarest. Sa situation finit par devenir intenable et il rentre à Paris en décembre 1867 après 13 mois passés à Bucarest3. Il a néanmoins mis son séjour à profit pour apprendre la langue et s’informer sur une culture qui l’intéresse à plusieurs titres. Ses études classiques, des voyages en Italie pour seconder son beau-frère dans des travaux d’épigraphie, une passion pour la bibliophilie et les vieux textes, un intérêt général pour les questions d’histoire et de philologie, tout cela trouve à s’épanouir dans ce pays pétri de latinité qui travaille à la redécouverte de son histoire et de sa culture dans un contexte d’affirmation nationale. Une seconde mission diplomatique, officielle cette fois, comme vice-consul à Temesvár (actuelle Timişoara, alors dans l’empire austro-hongrois) entre 1869 et 1872 lui permet d’approfondir sa connaissance du roumain, de découvrir les dialectes du Banat et les autres populations de cette région multiculturelle, Serbes et Hongrois en particulier, et l’on sent bien que le goût du savoir et de la recherche l’emporte déjà sur ses velléités de carrière diplomatique4.

En 1875, c’est sans doute Louis Léger, qui vient d’y ouvrir un cours de russe, qui introduit Picot à l’École spéciale des langues orientales vivantes. Dans cette institution déjà vénérable, où l’on apprenait alors le turc, l’arabe, le persan, l’arménien, l’hindoustani, le malais, le chinois et le grec moderne, le roumain est la deuxième langue européenne à être enseignée de façon continue et cet enseignement est définitivement pérennisé par la création d’une chaire magistrale en 1888. À partir de l’année 1893-94, qui voit une forte augmentation des effectifs, un jeune Roumain qui avait suivi son cours comme auditeur vient seconder Picot comme répétiteur de langue. Les registres de l’École montrent effectivement une moyenne de 40 à 50 inscrits par an autour des années 19005, que l’on regarde avec envie aujourd’hui ! Parmi ces élèves, Mario Roques, qui valide son diplôme en 1900 et succédera à Picot en 1909. Il est à noter que ce public étudiant était déjà très diversifié, constitué de Roumains, de Français et de nombreux étrangers dont quelques uns venaient d’Outre-Atlantique.

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.69 (12).

Dans le très vaste corpus d’ouvrages et d’articles publiés par Émile Picot, les écrits consacrés à la Roumanie restent nettement minoritaires. Le public cible était restreint et leur auteur menait de front bien d’autres travaux, plus immédiatement reconnus dans la communauté savante française, notamment ceux consacrés au théâtre médiéval, domaine dans lequel il est considéré comme une autorité. Par ailleurs, aux dires de ses amis savants, c’est en matière de bibliographie qu’il a atteint des sommets d’érudition et de perfection dans la rédaction de monumentaux catalogues de bibliothèques6. Dans le domaine roumain7 et plus généralement est-européen, ses premiers articles, au retour de sa mission bucarestoise, portent sur l’orthographe roumaine mais aussi sur une question politique alors brûlante à laquelle il s’est directement trouvé confronté et qu’il éclaire de ses compétences juridiques : La question des Israélites roumains au point de vue du droit (1868).

Collections de la BULAC, cote BIULO GH.II.23.

De son séjour diplomatique à Temesvár il ramène des Documents pour servir à l’étude des dialectes roumains (1873) ainsi qu’une vaste documentation dont il tire un gros volume, Les Serbes de Hongrie, leur histoire, leurs privilèges, leur église, leur état politique et social (Prague, 1873), publié anonymement étant donné la question politique brûlante des nationalités dans l’empire austro-hongrois. Le parti pris anti-hongrois y est clair, mais du moins se combine-t-il avec un scrupule scientifique remarquable pour l’époque (bibliographie en plusieurs langues, note sur la transcription des noms étrangers…). L’ouvrage eut, semble-t-il, un certain retentissement à un moment où la documentation sérieuse sur ces régions était encore mince en français. Après la situation des Serbes de Hongrie, ce sont les Chants populaires des Roumains de Serbie que Picot met en lumière dans un travail cette fois de nature philologique offrant un corpus de textes bilingues.

Plusieurs articles spécialisés s’insèrent dans les travaux de la communauté savante des « orientalistes » et les publications de l’École des langues orientales, où Picot applique aux confins orientaux de l’Europe ses recherches sur deux de ses domaines de prédilection : la bibliographie et l’histoire de la typographie. Sont ainsi publiés une « Notice biographique et bibliographique sur Nicolas Spatar Milescu » (1883), une « Notice biographique et bibliographique sur l’imprimeur Antim d’Ivir, métropolitain de Valachie » (1886), et le beau fascicule Coup d’œil sur l’histoire de la typographie dans les pays roumains au XVIe siècle illustré de fac-similés de textes anciens, tiré-à-part extrait de l’ouvrage Centenaire de l’École des Langues orientales vivantes 1795-1895.

En 1881, le cours de langue roumaine de l’École s’était complété d’un enseignement « d’histoire roumaine », également assuré par Émile Picot, qui y donne libre cours à sa passion pour l’époque médiévale. Ce cours devait servir également de travail préparatoire à un gros ouvrage sur le sujet, réalisé en collaboration avec Georges Bengesco. Seul le premier chapitre, sous une forme condensée, voit le jour sous la forme d’un petit livre sur Alexandre le Bon (prince moldave du début du XVe siècle), publié en 1882. On trouve cependant la trame de l’ouvrage en grande partie rédigée dans les notes manuscrites conservées au département des manuscrits de la Bibliothèque Nationale dans trois gros volumes intitulés Histoire des Roumains8. Les dates insérées régulièrement dans le tome II (« leçon du 10 février 1883, leçon du 17 février 1883… ») montrent qu’il s’agissait bien de ses cours et l’on constate ainsi que les élèves de l’époque suivaient semaine après semaine la chronologie détaillée des règnes des princes médiévaux de Moldavie.

Collections de la BULAC, cote BIULO HD.VIII.

Cette passion pour l’histoire médiévale se combine avec celle de la bibliophilie pour susciter la traduction française et la publication d’un texte considéré comme fondamental dans le corpus restreint des vieux textes roumains : la Chronique de Moldavie de Grigore Ureche, texte que le professeur utilisait comme support de cours (il date des années 1640 !).

Le volume9 qui appartient à la série des publications de l’École des langues orientales, est un chef d’œuvre d’édition pour l’époque : bilingue, le texte est imprimé en caractères cyrilliques pour la partie roumaine, par souci de fidélité au texte original, quitte à froisser les Roumains10 qui ont officialisé récemment l’alphabet latin, et il est enrichi d’un appareil de notes considérable, de tableaux généalogiques, d’un glossaire et d’une bibliographie, témoignant de l’érudition et du scrupule scientifique propres à Picot.

L’ouvrage est une mine, « une manne céleste » pour les historiens roumains, écrit Nicolae Iorga dans sa nécrologie, mesurant avec regrets ce que Picot aurait fourni à la culture roumaine s’il ne s’était pas intéressé aussi à l’Italie ou aux bibliothèques françaises11, et en Roumanie l’ouvrage servait de support et de modèle aux travaux pratiques des étudiants en histoire12.

140 ans se sont écoulés depuis la publication de ce bel ouvrage, exemplaire des productions de l’École des langues orientales où la passion de savants et d’étudiants trouvait à s’exercer librement dans une institution à la solide tradition linguistique, philologique et historique. Cette institution a changé, comme ont changé la recherche scientifique, les méthodes pédagogiques et le public étudiant, comme ont changé aussi la France et la Roumanie, mais la curiosité réciproque et l’intérêt intellectuel sont les mêmes, et les études roumaines13 continuent de se développer avec dynamisme à l’Inalco.


Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Cécile Folschweiller, "Émile Picot, bibliographe et premier professeur de roumain aux Langues Orientales," dans Le Carreau de la BULAC, 14 janvier 2019, https://bulac.hypotheses.org/14627. Consulté le 26 juin 2019
  1. Voir la liste des ouvrages offerts à la Bibliothèque Nationale par Émile Picot dans le Bulletin mensuel des Publications étrangères reçues par le département des imprimés de la Bibliothèque nationale, [1913], pp. 567-580 et l’étude de Monica Breazu, « La bibliothèque d’un Européen, Émile Picot (1844-1918) », Bulletin du bibliophile, 2004, n°2, pp. 313-338. []
  2. Correspondance partiellement publiée par N. Georgescu-Tistu : « Correspondance d’un secrétaire princier en Roumanie », Mélanges de l’École roumaine en France, Paris : Gamber, 1926, 1re partie, pp. 101-215. Une édition critique de cette correspondance, enrichie de nombreuses lettres inédites, est en préparation. []
  3. Sur tout cet épisode, voir Marcel Emerit, Madame Cornu et Napoléon III. D’après les lettres de l’Empereur et d’autres documents inédits, Paris : Les Presses modernes, 1937 ; Idem,  « Une ingérence française dans la politique intérieure roumaine au début du règne de Charles Ier  », Revue historique du Sud-Est européen, XVI, n° 1-3, 1939, p. 53-73. []
  4. Sur ces deux missions d’Émile Picot en pays roumains, plus de détails dans Cécile Folschweiller, « L’œuvre et l’activité d’Émile Picot entre France et Roumanie », dans Antoine Marès (dir.), La France et l’Europe médiane. Médiateurs et médiations, Institut d’études slaves, 2016, pp. 97-111. []
  5. Archives nationales, École nationale des langues orientales vivantes 1764-1944, cotes 62AJ/18, /19, /20, /21, /30. []
  6. Sur ces deux domaines de spécialité d’Émile Picot, voir notamment Marie Bouhaïk-Gironès, « Le Recueil général des sotties d’Émile Picot ou la construction d’un genre dramatique », dans Véronique Dominguez, Marie Bouhaïk-Gironès et Jelle Koopmans (dir.), Les pères du théâtre médiéval. Examen critique de la constitution d’un savoir académique, Presses universitaires de Rennes, 2010, pp. 121-137. []
  7. Le relevé des travaux à thématique roumaine de Picot a été fait par N. Georgescu-Tistu dans « Émile Picot et ses travaux relatifs aux Roumains », Mélanges de l’École roumaine en France, 1925, 1re partie, p. 201-258. []
  8. Les 5 volumes de manuscrits de Picot consacrés à la Roumanie sont conservés sous les cotes NAF 12658 à 12662. []
  9. Grigore Ureche, Chronique de Moldavie depuis le milieu du XIVsiècle jusqu’à l’an 1594Texte roumain avec traduction française, notes historiques, tableaux généalogiques, glossaire et table par Émile Picot, E. Leroux, 1878 (XXXVII-662 p.). []
  10. Nicolae Iorga, « † Émile Picot », op. cit., p. 63. []
  11. Ibidem. []
  12. Selon le témoignage d’un professeur de l’Université de Iaşi en 1918. Cf. Monica Breazu, « La bibliothèque d’un Européen… », op. cit., p. 314. []
  13. Sur l’histoire (partielle) de l’enseignement du roumain à l’École des langues orientales, voir Cécile Folschweiller, « Les études roumaines à l’École des langues orientales, des débuts (1875) à l’entre-deux-guerres », Institut d’Etudes slaves, à paraître. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.