MédiHAL : la recherche au-delà des textes

Photo by Julius Drost on Unsplash

La recherche scientifique permet de produire des textes, bien entendu (articles, thèses, ouvrages, etc.) – mais pas seulement… Songez à toutes ces données visuelles ou sonores qu’un travail de recherche génère : photographies, cartes, archives scannées, entretiens enregistrés, vidéos, images de synthèse, graphiques, etc.

Toute cette documentation viendra enrichir la recherche et quelquefois illustrer une publication. Et ensuite ? … elle finit souvent oubliée sur un disque dur, périmée ou simplement effacée en raison de l’espace souvent conséquent qu’elle occupe.

Et pourtant, ces données gardent une valeur, tant pour leurs auteurs que pour l’ensemble de la communauté scientifique, puisque intégrées à d’autres travaux de recherche, elles pourront se révéler utiles bien au-delà du contexte dans lequel elles ont été produites. À condition, évidemment, d’être décrites et stockées de façon fiable et pérenne.

MédiHAL kezaco ?

C’est à ces besoins que vient répondre MédiHAL. Créé par le CCSD (Centre pour la communication scientifique directe), qui administre et développe HAL, cette plateforme est dédiée à tous types de médias, et à une large gamme de formats de fichiers. Selon le principe des archives ouvertes (petit rappel ici), les documents qui y sont déposés sont clairement documentés, ce qui permet à tous les utilisateurs de les retrouver, les consulter, et, si l’auteur d’origine en accorde le droit, les ré-utiliser. MédiHAL garantit également la conservation à long terme des documents, sur les serveurs sécurisés du CINES, et assure l’évolution des formats, afin que les documents déposés restent consultables quelles que soient les évolutions techniques.

Comment déposer ?

Comme sur HAL, ce sont les chercheurs eux-mêmes qui déposent leurs documents après s’être créés un compte (si vous disposez déjà d’identifiants HAL, vous utiliserez les mêmes sur MediHAL).

Il faudra ensuite compléter un bref formulaire pour indiquer le titre et l’auteur du document, la date de sa création et sa localisation. Cette description, qui précise le contexte de production des données, est d’une importance capitale, particulièrement dans le cas d’images : seules ces métadonnées permettront d’identifier les documents. En outre, ces éléments de description fournissent les précisions qui permettront à d’autres chercheurs de les intégrer à leur réflexion, en étant certains de leur origine et de leur valeur scientifique.

Pourquoi partager ?

Le partage assure aux auteurs une meilleure diffusion et une plus grande visibilité : les métadonnées dans HAL sont créées dans des formats standardisés et peuvent donc être échangées avec des plateformes dans le monde entier. On retrouvera les notices décrivant les documents par exemple dans Isidore, OpenAIR ou BASE : des milliers de chercheurs y auront accès et pourront consulter ces documents et les citer dans leurs bibliographies.

MédiHAL garantit aux auteurs le respect de leurs droits. Ils peuvent ainsi préciser les conditions de ré-utilisation des documents déposés en leur attribuant une “licence creative commons” : cette licence précise l’usage qu’il sera possible de faire du document, usages qui vont de la simple consultation à des autorisations plus étendues, comme le droit de modification.

Trouver, conserver

Sur MediHAL, les documents seront facilement repérés par les utilisateurs, qui peuvent lancer leur recherche en mode simple ou avancé parmi les 40700 documents actuellement sur la plateforme. Après s’être identifié, ils pourront pourront également :

  • constituer une “bibliothèque” qui conserve toutes les notices utiles
  • s’abonner à des alertes qui envoient directement un message aux utilisateurs dès qu’un nouveau document susceptible de les intéresser apparait sur la base.
  • exporter les références dans un format compatible avec les logiciels de gestion bibliographique (EndNote ou Zotero, par exemple).

À découvrir sur MédiHAL

Parmi les nombreuses collections à visionner librement sur la plateforme, on peut citer les 577 cours, conférences, interviews de chercheurs et manifestations culturelles enregistrées par l’INALCO.

À parcourir également : les milliers de paysages présentés par  la Photothèque du centre de documentation REGARDS,  ou les fonds photographiques anciens de l’UMR PRODIG, collection constituée grâce aux dons et dépôts de géographes français et couvrant le monde entier.

Madagascar : Chutes d’eau de la rivière Lily 1976-12-01 par Odile Chapuis

Le Carreau vous en parlait aussi le mois dernier : MédiHAL garde également la trace de patrimoines en péril. Ainsi, 9000 photographies prises pour la plupart dans la cité antique de Palmyre ont été numérisées et mises en ligne par l’IFPO, dans le cadre du projet projet valorisation et redocumentarisation collaborative des fonds photographiques de la Syrie (1920-1977).

Citer ce billet : Gilles d'Eggis, "MédiHAL : la recherche au-delà des textes," dans Le Carreau de la BULAC, 20 février 2019, https://bulac.hypotheses.org/16812. Consulté le 26 juin 2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.