Gelem, gelem, voyage en langue rromani

Ce billet prolonge l’exposition présentée au rez-de-jardin de la BULAC du 18 février au 28 mars 2019 à l’occasion du millénaire rrom. Il mène le lecteur à la découverte de la langue rromani, patrimoine de 15 millions de Rroms dans le monde.


Des origines indiennes : histoire du peuple et de la langue rromani

Le rromani est une langue de la famille linguistique indo-européenne, le proto-rromani formant un rameau de la branche indo-aryenne.

Minna Sundberg, A Language Family Tree, illustration tirée du webcomic Stand Still. Stay Silent, 2013 (www.sssscomic.com).
Collections de la BULAC, cote BIULO IJ.VII.25.

Originaire du nord de l’Inde, il s’est développé à partir d’une langue populaire parlée dans la vallée de l’Indus, dont la forme savante était le sanskrit. Ses langues sœurs sont le hindi, le pendjabi et le rajasthani. Le Vocabulaire comparatif des langues indienne et bohemienne atteste de la parenté de la langue rromani et des langues indiennes.

Le Baro Telǎripen

Au début du XIe siècle, les ancêtres du peuple rrom ont quitté le nord de l’Inde, « n’emportant pour tout livre, à en croire le proverbe, que leur langue : le rromani ». C’est le Baro Telǎripen, « le grand départ », qui a pour origine la conquête de l’Hindustan par le sultan afghan Mahmud de Ghazni.

Cette conquête est documentée par le Kitab Al-Yamini, une chronique rédigée en arabe en 1021 par le secrétaire personnel du sultan, présentée ci-dessous dans sa version originale en arabe et dans une traduction anglaise. Le Kitab Al-Yamini mentionne la destruction de la ville de Kannauj, capitale culturelle et spirituelle du nord de l’Inde au Xe siècle et berceau du peuple rrom.

De l’Inde vers l’Europe

Le peuple rrom est arrivé en Europe en traversant l’Eurasie. Il a séjourné en Anatolie, avant de gagner les Balkans. Une partie de la population s’est alors dispersée vers l’Europe centrale, orientale et occidentale. Tandis que des groupes se sont détachés en direction des aires carpatique, slave, balte et scandinave de l’est, d’autres ont progressé vers les pays germaniques et le nord de l’Italie (où ils se désignent comme Sinte) et vers la France ; d’autres encore se sont dirigés vers la péninsule ibérique (où on les nomme Kale).

D’où viennent les mots « Rrom », « Tsigane », « Gitan » ?
  • Le mot « Rrom » est issu du sanscrit tardif ड़ोम्ब [ḍomba] ou [ṛomba], « musicien » puis plus généralement « artiste ». Le passage du sens d’identité artistique au nom d’ethnie serait peut-être lié au nombre important d’artistes au sein de la population partie de Kannauj en 1018. À l’exception de quelques groupes (surtout en Espagne, France, Royaume-Uni et Allemagne), c’est par ce terme que les Rroms se réfèrent à leur propre ethnie.
  • Le mot « Tsigane » (du grec Αθίγγανος « non touché ») désignait initialement les membres d’une secte dualiste de l’Empire byzantin, composée surtout d’Arméniens, et aurait été utilisé par les Grecs comme insulte religieuse vis-à-vis de ces communautés. Lorsque les ancêtres des Rroms arrivèrent dans l’est de l’Anatolie, ils créèrent un lien fort avec les Arméniens, d’où l’extension aux Rroms du terme péjoratif « Atsingane » (évolution de Αθίγγανος), qui prit plus tard une valeur socio-ethnique. Ce mot a donné Zigeuner en allemand, Zingari en italien, Cikan en tchèque, Cigany en hongrois, Tsigani en moldave et valaque.
  • Le mot « Gitan » serait dérivé du mot « Égyptien ». Son origine la plus plausible est liée à un événement survenu lors de la première croisade. Quand les croisés s’emparèrent de Jérusalem en juillet 1099, ils nommèrent « Égyptiens », par extension, toutes les victimes massacrées. Le terme s’étendit ensuite à tous les autres Rroms présents dans le Moyen-Orient et l’Asie mineure. Ce nom a donné Gypsies en anglais et Gitanos en espagnol.

Tsiganes et tsiganologie

L’exposition en vitrines porte un éclairage sur le regard porté sur les tsiganes, qui oscille entre fascination et rejet. Le XVIIIe siècle marque le début de la « tsiganologie » – l’ensemble des discours se rapportant aux Tsiganes -, qu’inaugure en 1783 la publication de l’essai historique sur les Tsiganes du philologue et statisticien allemand Heinrich Moritz Gottlieb Grellman. Cet ouvrage résume le savoir et les opinions en cours sur une population perçue comme une « horde de fainéants, de voleurs, d’assassins ou d’incendiaires ». L’ouvrage est rapidement traduit et diffusé à travers l’Europe.

Au XIXe siècle, le courant romantique contribue à mettre en lumière et en mouvement l’imaginaire de la société à l’égard des Tsiganes qui incarnent tantôt la liberté, tantôt la déchéance. Cette vision romantique est notamment véhiculée par l’écrivain anglais George Borrow, auteur de The Zincali, or An account of the Gypsies of Spain, et par la Gypsy Lore Society, association internationale fondée en Grande Bretagne en 1888 dans le but de rassembler les personnes intéressées par la culture tsigane. La BULAC conserve une centaine de volumes du Journal of the Gypsy Lore Society, publié de 1888 à 1999, et devenu en 2000 Romani studies (Études tsiganes).

Une langue nomade et plurielle : composition et structure de la langue rromani

Au cours de la migration de ses locuteurs depuis l’Inde jusqu’à l’Europe puis vers d’autres continents, le rromani s’est enrichi de nombreux apports, surtout lexicaux, d’origine persane, caucasienne et balkanique, puis, plus localement, des diverses langues européennes en contact.

Des mots-voyageurs

La partie asiatique du vocabulaire rromani ainsi que ses structures grammaticales de base viennent en majorité des langues indiennes (plus de 70 %). S’y ajoutent les éléments intégrés en Asie Mineure, issus du persan (6 %), de l’arménien (3 %) et du grec (17 %).

Une fois arrivé en Europe, le rromani a encore emprunté quelques mots aux langues des Balkans mais les emprunts plus tardifs ne sont plus communs à toutes les variétés de rromani. Le rromani des Balkans a intégré des dizaines de mots turcs, des mots d’autres langues slaves, ainsi que du roumain, du hongrois ou des langues baltes.

Langue d’origine-> exemple> rromani> français
sanskrit pānīyapani eau
persanparvardanparvarelnourrir
kurderrezrezvigne
arménient’mbuk thumbuktambour
géorgienk’liavikhilǎvprune
mongolmöngönmangintrésor
turcbakımbagimattention
grecdrómoscirostemps
russegrexgrèxopéché
ukrainienbatʹkobàtopère
slavesvetsvètosmonde
serbo-croatenebonèbosciel
polonaisizbaizbachambre
slovènecelceloentier
slovaquepokojnýpokoňocalme
bulgaredragdràgocher
tchèquekomorakòmorachambre
macédonienpernicapernicaécureuil
roumaingroapăgruòpatombe
hongroisezerzèromille
allemandBergbèrgamontagne
Les deux superdialectes de la langue rromani

La langue rromani se divise en deux superdialectes, dits respectivement en « O » et en « E ». La recherche dialectologique en rromani a permis d’identifier, parmi les différents parlers vernaculaires, une ligne de partage séparant deux traits linguistiques distincts. Cette isoglosse distingue les parlers présentant la voyelle o (superdialecte « O ») et les parlers présentant la voyelle e (superdialecte « E »), et ceci dans un certain nombre de traits dialectaux, principalement :

  • le présent de la copule (par exemple, « je suis », som dans le superdialecte « O », sem dans le superdialecte « E ») ;
  • la terminaison de la première personne du singulier du passé des verbes (par exemple, « j’ai marché », phirdom dans un cas et phirde dans l’autre ; « j’ai vu », dikhlom et dikhlem) ;
  • le pluriel de l’article défini (par exemple, « les Rroms », o Rroma  et [l]e Rrom[a]).
Dialectologie et diversité linguistique

On distingue, au sein des deux superdialectes, différentes strates :

  • la strate balkano-carpato-baltique (exemples : yerli d’İstanbul, « slovaque de l’est », zargàri d’Iran), d’où s’est détachée une strate hongroise ainsi que les parlers para-rromani (exemples : caló espagnol, kaalo de Finlande) et les parlers sintés (exemple : sinto piémontais) ;
  • la strate Gurbet-Ćergar (exemple : gurbet de Serbie centrale) ;
  • la strate Kelderaś-Lovari-Drizar (exemples : kelderaś de Pologne, lovàri de Pologne).

L’exposition présente un dictionnaire du rromani parlé en Finlande et un dictionnaire du dialecte des tsiganes demeurant à Zakopane qui illustrent cette diversité linguistique, découlant d’une très forte variété dialectale.

Derrière cette grande variété apparente de formes, des observateurs reconnaissent toutefois dès le XIXe siècle le principe profond d’unité de la langue. En 1882, le polonais Antoine Kalina décrit ainsi la langue rromani, dans la préface de son étude sur La langue des Tziganes slovaques, « comme une, homogène et ayant les mêmes droits que toutes les autres ».

Un patrimoine vivant : la langue rromani aux XXe et XXIe siècles

Il faut attendre les années 1920-1930 pour qu’un mouvement littéraire rromani émerge, en Union soviétique. Lénine insiste à ce moment sur l’importance de doter d’un alphabet les langues qui n’en ont pas. Quatre cents livres sont traduits en rromani, dont Carmen, de Mérimée, ou Tsiganes, de Pouchkine. Le premier livre écrit en rromani, Le Rrom cherche une place sous le soleil, de Rajko Đurić, paraît en 1969 en Yougoslavie. Le désir d’une écriture commune s’intensifie alors.

La standardisation et l’enseignement de la langue rromani

En 1926-1927, Nina Doudarova et Nicolae Pankov, célèbres militants rroms, sont chargés d’élaborer un alphabet pour la langue rromani, basé sur l’alphabet cyrillique. Ces derniers donnent des cours de rromani et assurent la formation des premiers enseignants.

L’exposition présente un manuel de langue tsigane à destination des russophones, rédigé par les deux pédagogues, et un abécédaire rromani de Nicolae Pankov.

En 1971, le premier congrès mondial rrom donne le jour à la commission linguistique de l’Union rromani internationale. Celle-ci travaille à la production d’un alphabet commun, officialisé sous le patronage de l’UNESCO en avril 1990, à la veille du 4e congrès mondial rrom. La décision de Varsovie présente un système d’écriture facile à lire et à écrire pour les locuteurs natifs de rromani, indépendamment de leur origine dialectale.

Le rromani à l’Inalco et à la BULAC

Aujourd’hui, l’Inalco est, avec l’université de Bucarest, le seul établissement d’enseignement supérieur au monde à offrir un cursus en rromani. Le cours de licence de langue et civilisation rromani est complété par un enseignement en ligne, R.E.D.-Rrom (Restoring the European Dimension of Rromani Language and Culture).

Le domaine rrom de la BULAC compte environ 480 ouvrages dont une centaine en langue rromani ainsi que 4 revues. Les disciplines les mieux représentées sont les sciences humaines et sociales et la linguistique. Côté littérature, les œuvres de l’écrivain serbe d’origine rrom Rajko Đurić (Sans maison, sans tombe) côtoient celles de la poétesse polonaise Papùśa (Routes d’antan) et du français Alexandre Romanès (Un peuple de promeneurs).

Pour aller plus loin :

Remerciements

La programmation « Gelem, gelem, voyage en langue rromani » a été conçue sur une idée originale de Marcel Courthiade, enseignant de langue et civilisation rromani à l’Inalco, qui a fourni la matière initiale ayant permis son élaboration.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.