Oman, invité spécial du Salon du Livre 2019 : coup de projecteur sur les collections ibadites de la BULAC

Le Sultanat d’Oman est l’invité spécial du Salon du livre 2019. Retrouvez le programme complet de cet événement, qui constitue une occasion de découvrir les nouveaux titres entrés dans les collections de la BULAC grâce à un don récent de l’association Ibadica.

Oman est le principal foyer d’un courant original de l’Islam, l’ibadisme. L’histoire du livre et l’activité éditoriale du sultanat lui sont étroitement liées.

L’ibadisme, un courant méconnu de l’islam

L’ibadisme est un courant minoritaire de l’Islam, méconnu au regard du chiisme et du sunnisme. Il marque toutefois profondément l’histoire et la culture de différentes communautés du Maghreb (régions du M’zab en Algérie, de Djerba en Tunisie, du Djebel Nefoussa en Libye), de l’Afrique de l’Est (Zanzibar) et surtout du sultanat d’Oman, où il constitue le courant religieux dominant. Le nom de l’école dérive du nom d’Abdullah ibn Ibad (mort en 708 apr. J.-C.), fondateur du courant islamique des Ibadites, qui faisait partie de la tribu des Banu Tamim. Les ibadites, durant toute leur histoire, ont développé les études islamiques et celles de la langue arabe.

Les études sur l’ibadisme se sont développées en Europe par le contact avec les riches bibliothèques ibadites du Maghreb à la période coloniale1. Elles se développent actuellement en Europe, aux États-Unis, au Maghreb et en Oman dans le cadre de projets universitaires (Maghribadite), d’initiatives privées (Ibadica) ou de colloques organisés avec le soutien du ministère des Waqfs et des Affaires religieuses d’Oman.

L’islam ibadite a fait l’objet aux XIXe-XXe s. d’un renouveau religieux (ou renaissance, nahḍa) important. Ce mouvement se traduit par le retour aux fondements de la doctrine ibadite, des tentatives de rapprochement avec le sunnisme et des aspirations à l’unification des différentes communautés ibadites. Même si les contacts n’ont jamais vraiment cessé entre les enclaves ibadites du Maghreb et la communauté omanaise, à la fin du XIXe siècle s’affirme « une sorte de panibadisme », selon l’expression de V. Prevost3, favorisée par l’activité intellectuelle des lettrés ibadites qui prennent soin d’assurer la diffusion de leurs textes dans ces différents foyers. Un double mouvement de croissance du nombre de ces écrits et de diffusion à partir de différents centres de l’impression arabe font de cette histoire du livre ibadite un pan intéressant de l’histoire de l’imprimerie et de la circulation du livre arabe entre le Maghreb, l’Afrique et le Moyen-Orient. Le rayonnement maritime et commercial d’Oman soutient ces échanges. Zanzibar, où règne alors une branche de la dynastie omanaise, et le Caire, avec ses imprimeries et son bouillonnement culturel, deviennent des plaques tournantes de la culture ibadite.

Les collections ibadites de la BULAC s’enrichissent d’un nouveau don

Le ministère des Affaires religieuses du Sultanat d’Oman a récemment fait don à trois bibliothèques françaises (la BULAC, la BIMA, bibliothèque de l’Institut du monde arabe, et le Collège de France) d’une quarantaine d’ouvrages par le biais de l’association Ibadica (centre d’études et de recherches ibadites), qui a joué le rôle d’intermédiaire entre le Bureau du Grand Mufti et les bibliothèques.

Ce don a été livré en avril 2018 à la BULAC et traité en janvier et février 2019 ; les ouvrages sont désormais tous accessibles par le biais du catalogue.

Certains d’entre eux sont exposés depuis le 11 mars 2019 à la BULAC : vous pouvez les retrouver sur les étagères Actualités du rez-de-chaussée de la bibliothèque.

Tous les ouvrages issus du don d’Oman sont écrits en anglais et en arabe et ont été publiés entre 1999 et 2018 ; ils sont consacrés au Sultanat d’Oman, à son histoire, à sa poésie, aux personnalités religieuses et ibadites, à la langue arabe, au Coran, au droit islamique, ainsi qu’à l’ibadisme en général.

Environ 40% d’entre eux sont édités par deux maisons d’édition institutionnelles : Wizaraẗ al-Awqāf wa-al-Šuʾūn al-Dīniyyaẗ (Ministère des Awqaf et des Affaires Religieuses), et celle de Wizāraẗ al-Turāṯ al-Qawmī wa-al-Ṯaqāfaẗ (Ministère du patrimoine national et de la culture). Les autres maisons d’éditions sont  omanaises et privées. Trois des ouvrages sont édités au Maroc, en Algérie et au Liban.

Manuscrits et imprimés ibadites de la BULAC : un reflet de la culture livresque omanaise

La BULAC conserve par ailleurs trois volumes manuscrits qui furent reçus dans le cadre d’un don du Sultan de Zanzibar au consul de France au début du XXe siècle, accompagnés de plusieurs exemplaires imprimés dans l’île, mais également des imprimés anciens.

Ces manuscrits et ces premières impressions sont représentatifs de la culture livresque omanaise : commanditaires privés, notes manuscrites, poésies figurant au début et à la fin du livre, waqf omniprésent, circulation du livre…

Les collections de la BULAC reflètent plus particulièrement les progrès éditoriaux omanais et proposent des publications ibadites dans une continuité historique prolongée encore aujourd’hui. Les publications les plus récentes sont visibles dans les salles de lecture et sur le catalogue, tandis que les ouvrages parus avant 2001 sont encore majoritairement signalés dans les fichiers papiers, même si leur versement dans le catalogue informatisé est en cours.

Retrouvez dans le billet que le Carreau vous proposait en 2016 une analyse approfondie de ces impressions et manuscrits remarquables.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin dans la connaissance de l’ibadisme et d’Oman, retrouvez des revues spécialisées en libre accès :

  • Arabian Humanities (suite des Chroniques yéménites) : revue internationale d’archéologie et de sciences sociales sur la péninsule Arabique
  • Chroniques du manuscrit au Yémen : traite de l’actualité scientifique et culturelle autour des manuscrits de l’ensemble de la péninsule Arabique.

et d’autres ressources en ligne :

ainsi que les ouvrages en libre-accès de la BULAC d’auteurs présents au Salon du livre, et la bibliographie sélective élaborée par la BnF à l’occasion de ce Salon du livre 2019 :

Accédez également aux manuscrits arabes de la BULAC sur la BiNA, la Bibliothèque Numérique Aréale (collections numériques en cours d’enrichissement).

Sources : « Oman et les pérégrinations des textes ibadites (fin XIXe-début XXe s.) », Olga ANDRIYANOVA, 18 avril 2016, Le Carreau de la BULAC ; article « Abdullah ibn Ibad », Wikipedia.

Citer ce billet : Fatna Ziani, "Oman, invité spécial du Salon du Livre 2019 : coup de projecteur sur les collections ibadites de la BULAC," dans Le Carreau de la BULAC, 14 mars 2019, https://bulac.hypotheses.org/17153. Consulté le 22 avril 2019
  1. Voir sur l’ibadisme maghrébin en contexte colonial l’article d’Augustin Jomier, « Iṣlâḥ ibâḍite et intégration nationale : vers une communauté mozabite ? (1925-1964) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.