Pouchkiniana parisienne

Remerciement au Comité Jean Cocteau

Ce billet prolonge l’exposition présentée au rez-de-jardin de la BULAC du 13 mai au 20 juin 2019, à l’occasion du 220e anniversaire de la naissance d’Alexandre Pouchkine (1799-1837). Elle met en perspective le rayonnement et la postérité du célèbre poète, romancier et dramaturge russe et donne à voir un échantillon des collections pouchkiniennes de la BULAC, témoins d’un culte vivace et d’une fervente pratique de bibliophilie autour de ce monument littéraire.


Alexandre Onéguine, « le pontife du culte pouchkinien »

C’est la diaspora russe qui implante le culte de Pouchkine sur les berges de la Seine dès les années 1860. Alexandre Onéguine, né Otto (1845-1925), est un adorateur du poète si ardent qu’il adopte le nom d’un de ses héros. Au sein de son appartement de la rue de Marignan, il donne à voir au public les manuscrits, objets et livres qu’il a rassemblés, sous la forme d’un musée privé consacré à Pouchkine – la Pouchkiniana, comme il se plaisait à désigner sa collection.

A. Onéguine possédait plus de 600 volumes issus de la bibliothèque de Vassili Joukovsky (1783-1852), poète et mentor d’A. Pouchkine, celui qui avait salué ses premiers succès et lui avait fermé les yeux après sa mort. Dans les années 1880, Onéguine reçut en effet de son fils, Pavel Joukovsky (1845-1912), ses archives et sa bibliothèque, parmi lesquelles un lot important de manuscrits de Pouchkine, ainsi que des documents sur ses derniers jours. Quelques unes de ces pièces se trouvent aujourd’hui conservées à la BULAC.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 6363.

Le visiteur de l’exposition peut ainsi découvrir une Bible ayant appartenu à V. Joukovsky. L’ouvrage porte les marques d’une pratique pieuse régulière : les angles découpés des pages constituent des repères pour la lecture du jour.

Collections de la BULAC, cote BIULO OH.VI.16.

A. Onéguine apportait un soin tout particulier aux ouvrages de sa collection, en les dotant de reliures soignées, de tranches dorées, de monogrammes ciselés A.F.O. (Alexandre Fiodorovitch Onéguine) sur la couverture ou d’ex-libris manuscrits, indiquant « Puchkiniana d’A. Onéguine ». Les reliures sont signées « Franz », relieur de luxe actif à Paris de 1872 à 1938.

L’exposition présente la première édition scientifique des Œuvres complètes d’A. Pouchkine, publiée pour le centenaire de la naissance du poète en 1899, et richement reliée. A. Onéguine a participé à cette entreprise, en corrigeant les textes à partir des manuscrits de sa collection personnelle.

À la suite de ce projet, l’Académie des sciences russe entame des négociations, afin d’acquérir le musée d’Onéguine. Après la mort de ce dernier en 1925, 3 420 volumes sont légués à la Russie soviétique, sans compter les archives, les objets d’art et d’ameublement… Ils prennent place à Leningrad, dans la Maison de Pouchkine (Institut de la littérature russe, institution désignée pour conserver les manuscrits du poète).

Environ un millier d’autres ouvrages, probablement des doubles, arrivent à la Bibliothèque des langues orientales vivantes en qualité de « don Onéguine » en 1928. Ils sont accompagnés de volumes provenant de la bibliothèque de Modeste Hoffman (1887-1959), auteur de l’inventaire du musée Onéguine en 1922, et intermédiaire probable pour ce don entre les autorités françaises et soviétiques.

Collections de la BULAC, cote BIULO OH.IV.1.

En hommage au collectionneur, la Bibliothèque des langues orientales attribue aux livres issus de sa collection la cote « OH » qui évoquerait la forme cyrillique du nom Onéguine – Онегин. En 1937, s’y ajoutent des ouvrages présentés dans le pavillon soviétique de l’Exposition universelle de Paris, offerts par le gouvernement de l’URSS. Ce corpus comprend des œuvres du poète traduites dans les langues des républiques soviétiques et des éditions parues à l’occasion du centenaire de sa mort, célébré la même année.

Œuvres originales

La première poésie de Pouchkine, À un ami poète, est publiée en 1814 dans la revue Le Messager de l’Europe. De son vivant, il voit paraître 37 de ses livres. La dernière œuvre que le poète a préparée et a vu imprimée est l’Eugène Onéguine de 1837, une édition de petit format, réputée ne comporter aucune coquille après la relecture attentive de l’auteur. Les droits d’auteur au profit de la famille du poète sont prolongés exceptionnellement au-delà des 25 ans après son décès prévus par la législation, empêchant la parution d’éditions abordables. La transmission des textes pouchkiniens se fait ainsi également oralement ou grâce à des copies manuscrites jusqu’en 1887. Une première édition scientifique voit le jour en 1899, pour le centenaire de sa naissance.

Photo : Maxime Ruscio / BULAC.
Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 5821.

La deuxième édition du poème Rouslan et Ludmila est accompagnée du fameux prologue « Un chêne vert au creux de l’anse », qui devient un classique de la littérature pour la jeunesse. Plusieurs écrivains russes le citent comme leur premier souvenir littéraire de l’enfance. L’ouvrage est agrémenté d’un portrait de Pouchkine gravé par N. Outkine, d’après la peinture originale d’O. Kiprensky réalisée en 1827. Un premier tirage avait été inséré dans l’almanach Les fleurs du Nord, édité par A. Delvig, un des plus proches amis de Pouchkine. Le poète avait racheté le portrait à la veuve du peintre avec une partie des honoraires reçus pour la publication de Boris Godunov.

Collections de la BULAC, cote BIULO PER.20574.

Créé en 1825, le drame Boris Godounov est censuré par le tsar Nicolas Ier, qui demande de le réécrire « à la manière de Walter Scott ». En 1827, seule la première scène voit le jour dans la revue Moskovskij vestnik. En 1831, peu avant son mariage, le poète obtient l’autorisation d’imprimer la pièce « dans sa beauté primitive ». En 1874, enfin, l’opéra homonyme de Moussorgsky est créé à Saint-Pétersbourg. Le public parisien le découvre en 1908 lors des Saisons russes à Paris, applaudissant le célèbre Fedor Chapliapine (1873-1938) dans le rôle de Boris.

Collections de la BULAC, cote BIULO PER.6624.

Pouchkine déploie une activité de publiciste en créant la revue Le Contemporain en 1836. Devenir éditeur signifie conquérir une tribune pour lui et ses compagnons littéraires. Il y publie Le Nègre de Pierre le Grand, La Fille du capitaine et d’autres œuvres qui, éditées séparément, auraient pu lui assurer des revenus plus stables et réduire ses dettes. Mais la revue voit son tirage diminuer de moitié entre la première et la quatrième livraison. Le cinquième numéro est édité par ses amis après le décès du poète.

Traductions

Si les vers d’A. Pouchkine sont réputés intraduisibles, sa prose est en revanche traduite dans de nombreuses langues. La première traduction d’A. Pouchkine en français, parue en 1823, est due à son oncle, Serge Pouchkine, un poète alors assez célèbre. L’auteur est également traduit de son vivant en français, en allemand et en ukrainien.

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.864(6).

Le nom du traducteur du poème Poltava, Eugène Grebenka (1812-1848), Yevhen Hrebinka en ukrainien, est beaucoup moins connu qu’une de ses poésies, devenue une romance en 1884, Otchi tchiornye… (Les yeux noirs). La traduction des vers de Pouchkine en ukrainien paraît d’abord sous forme d’extraits dans des journaux à partir de 1831, avant d’être publiée intégralement en 1836. Pouchkine possédait cet ouvrage dans sa bibliothèque. Deux poésies de Grebenka sont publiées dans les parutions posthumes de la revue Sovremennik.

Collections de la BULAC, cote 43JP 843.8 RIP 37.

Le Japon découvre la littérature russe en 1883 grâce à l’adaptation de la nouvelle de Pouchkine La Fille du capitaine par Takasu Jisuke, sous le titre surprenant Les réflexions d’une fleur et les rêves du papillon : les nouvelles étonnantes de Russie (露国奇聞 : 花心蝶思録). Les illustrations de Yoshitoshi (1839-1892) marient les codes de la gravure japonaise avec une vision approximative des costumes européens contemporains, le traitement du costume de pope étant le plus remarquable. Quant à E. Pougatchev, il est représenté sous des traits africains et imberbe. Un exemplaire de cette édition rare était conservé dans le musée pouchkinien du Lycée Alexandrovsky de Saint-Pétersbourg, le premier musée officiel consacré au poète, créé en 1879.

Collections de la BULAC, cote BIULO PER.839.

Pouchkine et l’opéra

Les liens proposés dans le texte pointent vers des exemplaires du catalogue de la BULAC et vers des extraits musicaux des œuvres citées.

Pour le public étranger, le premier contact avec l’univers du poète russe passe souvent par l’opéra. Une longue suite d’œuvres musicales véhicule des sujets pouchkiniens : Rouslan et Ludmila de M. Glinka (1842), Boris Godounov de M. Moussorgski (1872), Eugène Onéguine (1878) et La Dame de pique (1890) de P. Tchaïkovski, Le Conte du tsar Saltan (1899) et Le Coq d’or (1907) de N. Rimski-Korsakov, enfin, Mavra (1922) d’I. Stravinsky… L’ouverture et le premier acte de Rouslan et Ludmila lancent les concerts historiques des Saisons russes de Serge Diaghilev en 1907 au Théâtre du Châtelet à Paris.

Première œuvre majeure d’A. Pouchkine, le poème Rouslan et Ludmila est publié en 1820. Il inspire l’année suivante le premier ballet d’après une œuvre littéraire russe, sur une musique de F. Scholtz. Peu avant la mort de Pouchkine, le compositeur russe Mikhaïl Glinka avait souhaité qu’il soit l’auteur d’un livret d’opéra tiré du même poème, dont la création n’a lieu qu’en 1842.

Le livret d’Eugène Onéguine est largement dû à P. Tchaïkovski lui-même. C’est le premier opéra du compositeur mettant en scène des personnages de son siècle. Dès sa première représentation, il connaît un large succès. Le rôle de Lensky est depuis l’un des plus convoités par les ténors dans le domaine lyrique russe.

L’opéra La Dame de pique abonde de références françaises : Pouchkine choisit en premier lieu comme prototype de la vieille Comtesse la princesse Nathalie Galitzine (1744-1838) qui avait vécu en France à la fin du XVIIIe siècle et qui a d’ailleurs laissé ses mémoires. Le sujet de l’opéra tourne ensuite autour du secret des trois cartes que la Comtesse, surnommée « la Vénus moscovite » avait obtenu du comte de Saint-Germain au prix d’un rendez-vous, « après avoir perdu au Jeu de la Reine à Versailles ». Enfin, révélant sa passion pour la musique française ancienne, P. Tchaïkovsky cite l’air en français Je crains de lui parler la nuit, tiré de l’opéra d’A. Grétry Richard Cœur-de-Lion, créé en 1784, dont se souvient la vieille dame.

Le centenaire de la mort de Pouchkine en 1937

Le 6 juin, jour de la naissance d’Alexandre Pouchkine, est devenu depuis les années 1920 une fête de la culture russe pour la diaspora, soucieuse de sauvegarder les traditions nationales. Le centenaire de la mort du poète en 1937 correspond aussi à l’anniversaire des 20 ans de la Révolution soviétique, rendant de plus en plus illusoires, pour les émigrés russes, les espoirs d’un retour dans leur patrie.

En 1937, les deux Russies – celle de l’émigration et l’Union soviétique – commémorent le centenaire de la mort du génie national. La France devient l’arène des rivalités des « Russes blancs » et des « soviétiques » autour de la mémoire du poète. Dès 1934, le Comité central Pouchkine à Paris mobilise les meilleures forces en exil. En février 1937, 166 Comités locaux organisent des manifestations à la mémoire du poète dans 231 villes de 42 pays. À Paris, les solennités sont inaugurées le 17 mars 1936 par une soirée consacrée à Pouchkine dans la salle Pleyel, en présence de plusieurs personnalités.

Le 26 janvier 1937, en Sorbonne, une soirée commémorative en présence de l’ambassadeur de l’Union Soviétique est organisée d’urgence. Lors de l’apparition de l’ambassadeur, une mélodie de l’opéra Rouslan et Ludmila retentit. Les connaisseurs sourient : c’est la marche de Tchernomor, le méchant nain magicien à la barbe interminable qui a ravi et séquestré dans son château la belle Ludmila. L’allusion au sort de la Russie sous le pouvoir des Soviets est plus que transparente. Cette organisation précipitée a pour but de devancer le concert organisé par la diaspora russe le 7 février, salle Pleyel, pour marquer le jour anniversaire du décès. Les recettes de ce dernier événement permettent de financer une édition commémorative des Œuvres d’Alexandre Pouchkine en russe, préparée par le Comité parisien avec l’objectif de proposer une version au prix abordable pour le lectorat de la diaspora. Une autre cérémonie commémorative se déroule le 11 février dans la salle d’Iéna. Le 21 février, est donné un concert, organisé avec le concours de l’Union des artistes russes. Enfin, le 28 février, un colloque est proposé à l’Institut théologique Saint-Serge.

Photo : Maxime Ruscio / BULAC.

Mais la manifestation principale de cette année Pouchkine doit se tenir à la Bibliothèque Nationale, avec l’exposition Pouchkine préparée par le danseur étoile de l’Opéra de Paris, Serge Lifar (1905-1986). Ce dernier envisage de présenter des objets issus de sa collection personnelle et de collections privées de l’émigration russe. Or, l’URSS exige que l’événement soit placé sous le haut patronage de son ambassadeur. Cette proposition, évidemment, n’est pas acceptable pour la diaspora et l’exposition est finalement annulée. S. Lifar loue le foyer de la salle Pleyel, afin d’y installer l’exposition Pouchkine et son époque.

Collections de la BULAC, cote CESLA R 26661.

Après un montage réalisé en 16 jours seulement, le succès est évident : l’inauguration a lieu le 16 mars 1937 en présence du fils d’A. Pouchkine, 30 000 visiteurs s’y pressent pendant un mois, sans compter, en coulisses, la réconciliation symbolique des descendants d’Alexandre Pouchkine et de Georges d’Anthès, son beau-frère et assassin. Le catalogue de l’exposition est édité par S. Lifar (les péripéties de son organisation sont décrits dans son ouvrage Moâ zarubežnaâ Puškiniana). La couverture d’A.Benois (1870-1960) est un clin d’œil à l’édition originale du premier chapitre d’Eugène Onéguine en 1825, dont elle reprend le cadre ornementé.

Avec l’aide du pouchkiniste Modeste Hofmann, Lifar édite les 11 lettres manuscrites de Pouchkine à sa fiancée, qu’il a héritées de S. Diaghilev. La jaquette de l’ouvrage est scellée par le cachet personnel du poète, apposé sur la cire rouge.

Une des sections de son exposition présentait même des éditions soviétiques parues à l’occasion de l’anniversaire en URSS.

À l’occasion de l’Exposition universelle de Paris de 1937, l’ambassade offre un lot d’éditions de Pouchkine dans les langues des « minorités nationales ». Une quarantaine de ces ouvrages est conservée à la BULAC à ce jour, dont cet exemplaire de La Dame de pique.

Collections de la BULAC, cote BIULO MEI.IV.21.

Rayonnement (Exegi Monumentum)

Malgré l’instrumentalisation du culte du poète, son œuvre jouit d’un sincère amour. Pouchkine espérait dans sa poésie de 1836, une des plus connues peut-être, Le Monument, traduction libre en russe de l’Exegi monumentum d’Horace :

Et je vivrai longtemps dans la nation entière
Car ma lyre éveillait l’amour de la vertu,
Chantait la liberté dans l’âge sanguinaire,
Plaidait la grâce des vaincus.

Traduction d’A. Markowicz dans : Mon Pouchkine de Marina Tsvetaïeva
Collections de la BULAC, cote BIULO PER.5418.

La poésie est imprimée pour la première fois en 1841. Quelques corrections faites par Joukovsky censurent le texte : alors que dans la première version, le monument que prétend ériger le poète est supérieur par sa taille à la colonne d’Alexandre Ier sur la place du Palais d’Hiver à Saint-Pétersbourg, Joukovsky remplace cette mention par celle de la colonne de Napoléon sur la place Vendôme à Paris. Ainsi, la première publication complète dans la revue Les Archives russes ne transmet fidèlement le texte originel qu’en 1881.

Collections de la BULAC, cote 14RU 947.3 GUL R.

Après les célébrations officielles d’un Pouchkine soviétique et du héraut de la culture russe défendu par la diaspora, une troisième Russie, celle des camps, s’approprie à son tour le poète. Loin du discours officiel, l’Exegi monumentum ressurgit sur les pages du journal intime d’une détenue du Goulag, Olga Ranitskaya qui écrit, acte strictement interdit dans les camps, un journal pour son fils. Elle combine le titre horacien Les travaux et les jours et le genre de la bande dessinée. Le personnage-clef, « le petit diable de la météo » foule aux pieds les tomes des archives et triomphe sous la citation d’Horace Exegi monumentum aeri perenius dans la traduction d’A. Pouchkine : Я памятник себе воздвиг нерукотворный.


Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Aglaé Achechova, "Pouchkiniana parisienne," dans Le Carreau de la BULAC, 5 juin 2019, https://bulac.hypotheses.org/17668. Consulté le 26 juin 2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.