Portrait de chercheur : Alisa Dumikyan, historienne

Questions à… Alisa DUMIKYAN, chercheuse arménienne (senior researcher) à l’Institut d’histoire de l’Académie nationale des sciences de la République d’Arménie.

Un séjour d’étude à Paris rendu possible grâce à l’aide à la mobilité de la FMSH

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), avec laquelle la BULAC a établi un partenariat dans l’accueil des chercheurs étrangers, propose des aides à la mobilité pour des séjours en France de 3 mois aux chercheurs post-doctorants ayant soutenu leur thèse depuis 2013. Cette aide à la mobilité est destinée à réaliser des travaux de recherche : enquêtes de terrain, travail en bibliothèques et en archives.

Début 2019, ma candidature soumise à l’appel, qui s’inscrit dans le cadre du programme Atlas par la FMSH, a été retenue. Mon institut d’accueil est l’université Paris Nanterre, équipe Du village à l’État au Proche et Moyen-Orient (VEPMON, UMR 7041 ARSCAN) de la Maison Archéologie & Ethnologie René Ginouvès. Plusieurs membres de cette équipe travaillent sur l’étude de l’histoire du Proche et Moyen-Orient en général et de l’Arménie en particulier, dont Stéphane Deschamps, responsable des fouilles programmées du site d’Erébuni, forteresse royale ourartéenne (VIIIe-VIe siècles av. J.-C.). et co-responsable de la fouille programmée du site de Beniamin (province du Chirak, Arménie, 2017).

Quel est votre parcours ?

En 2013 j’ai soutenu ma thèse de doctorat en histoire sur le sujet  «Les problèmes d’histoire ancienne et médiévale de l’Arménie dans l’arménologie française du XIXe siècle». A l’heure actuelle, mon thème de recherche est : « Les approches conceptuelles de l’étude de l’histoire et de la géographie historique du royaume de Van (Ourartou/Ararat) dans l’historiographie française».

Quelles sont les raisons qui vous ont amenée à venir effectuer des recherches à Paris ?

La plus grande partie du territoire du royaume de Van se trouve actuellement en Turquie et, pour les chercheurs arméniens, il existe des difficultés d’accès aux résultats de recherches archéologiques ainsi qu’aux publications sur les textes cunéiformes qui y ont été découverts pendant les dernières décennies. Ma participation au programme Atlas de la FMSH a ainsi été motivée par la nécessité de mener des recherches sur la littérature contemporaine et de mieux la connaître. Toutes les bibliothèques où j’ai eu l’opportunité de travailler proposent les meilleures conditions pour la recherche. Sur le plan professionnel, les livres dont j’ai besoin sont dispersés et je dois travailler dans différentes bibliothèques. Mais je dois noter que je trouve parfois à BULAC des ouvrages très rares, voire uniques comme par exemple tous les volumes du Corpus Inscriptionum Iranicum.

Comment expliqueriez-vous vos recherches actuelles aux lecteurs du Carreau de la BULAC ?

Le domaine de mes recherches est l’historiographie. Les études sur le royaume de Van (Biainili/Ourartou/ Ararat) (XIXe-VIe siècles av. J.-C.), qui ont débuté réellement à la fin du XIXe siècle en Europe, ont toujours été un centre d’intérêt des archéologues et des orientalistes. Les discussions déployées autour des problèmes de la géographie historique et des entités politiques Nairi – Ourouatri – Ourartou, ainsi que de la question de la langue des inscriptions cunéiformes dans le contexte de la classification des langues et du déclin du royaume ont donné lieux à de nombreux points de vue divergents parmi les chercheurs. Dans le cadre de mes recherches, j’étudie les problèmes posés par l’histoire du royaume de Van grâce à une méthode comparative des sources épigraphiques et des recherches historiographiques, en présentant de manière complète les approches conceptuelles, méthodologiques et terminologiques des chercheurs européens et particulièrement français.

Urartu ou royaume de Van
L’Urartu ou Ourartou (Ararat/en arménien Ուրարտու-Արարատ) est un royaume constitué vers le IXe siècle av. J.C. sur le haute terre arménienne. À son apogée, au milieu du VIIIe siècle, cet État s’étendait sur un territoire aujourd’hui réparti entre la Turquie, la République d’Arménie et le nord de l’Iran. Le royaume était appelé Biai ou Biainili par ses habitants, Ouruatri et Ourartou dans les sources Assyriennes. Le royaume disparaît dans le courant de la première moitié du VIe siècle av. J.-C. (source : Wikipédia, modifié par l’auteur)

Quelles sont les événements ou les personnalités scientifiques qui vous ont inspirée récemment ?

J’ai découvert ici les ouvrages de nombreux chercheurs contemporains qui mènent des recherches fondamentales véritablement très importantes. Je ne voudrais pas en distinguer une seule, mais certaines études (par exemple l’ouvrage de Nicole Chevalier La recherche archéologique française au Moyen-Orient 1842-1947, Centre de recherche d’Archéologie Orientale Université de Paris I, N 14, Éditions Recherche sur les Civilisations, Paris, 2002) sont très impressionnantes. Le programme Atlas m’a donné la possibilité de participer aux séminaires organisés par la MAE, l’INALCO et I’Institut d’Art et d’Archéologie, ce qui m’a permis de connaître les approches méthodologiques des chercheurs français. Était particulièrement important pour mon sujet le séminaire organisé par l’INALCO le 17 avril 2019 sur « Les liens entre l’Ourartou et l’Arménie ».

Quelles sont les bibliothèques où vous envisagez d’aller travailler à Paris ? 

J’ai déjà travaillé à la bibliothèque de la MAE (Maison de l’Archéologie et d’ethnologie), de la FMSH, du Collège de France, à la BULAC et à la BnF.
Mon séjour à Paris a atteint sa fin, mais je voudrais également consulter certains ouvrages à la bibliothèque de l’Institut d’Art et d’Archéologie (INHA), ce que je n’ai pas encore réussi à faire.

Quelques-unes de vos publications ?

Une monographie :
Les problèmes de l’histoire ancienne et médiévale de l’Arménie dans l’historiographie française du XIXe siècle, Erévan, 2014, 236 pages (en arménien).

Quelques-uns de mes articles publiés :
1. « Autour du problème des approches conceptuelles des arménologues et orientalistes français de l’histoire du royaume de Van », Conférence internationale, Le rôle des arménologues étrangers dans l’étude de l’histoire ancienne et médiévale de l’Arménie, Institut d’histoire de l’ANS RA (Académie Nationale des Sciences de la République d’Arménie), Erévan, 2017, p.118-132 (en arménien).
2. « La perception historique et spirituelle de l’Arménie sur les cartes des chercheurs français du XVIIe au XIXe siècle », Conférence consacrée au 100e anniversaire de T. Hakobyan, Erévan, 2017, p. 44-52 (en arménien).
3. « L’interprétation des renseignements sur le roi arménien Abgar par les arménologues français du XIXe siècle », Conférence internationale « Aurore du christianisme » (Արշալույս քրիստոնեության), Erévan, 2017, p 121-125 (en arménien).
4. « The reliability of the 19th century french and modern armenological interpretations of the biblical information about Mt. Ararat in the light of the Qumran manuscripts », Fundamental Armenology, Electronic journal, Issue 1, 2017, pp. 33-38.

 

Image : Haldi, le dieu suprême du panthéon urartéen. Cliché de l’auteur

Image de Une : Forteresse de Van. Wikipédia, CC BY SA 3.0

Citer ce billet : Elsa Ferracci, "Portrait de chercheur : Alisa Dumikyan, historienne," dans Le Carreau de la BULAC, 12 juin 2019, https://bulac.hypotheses.org/17976. Consulté le 23 septembre 2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.