Des rives du Danube aux Grands Moulins : les échanges entre la Bibliothèque de la Matica srpska et la BULAC

Le jeudi 15 novembre 2018, dans le cadre des Jeudis de formation de la BULAC, Sonja Ivanovic – bibliothécaire au département d’acquisitions et d’échanges de la Bibliothèque de la Matica srpska à Novi Sad (Serbie) – et Sonja Simicevic – chargée de collections pour le domaine ex/post-yougoslave de la BULAC – proposaient une découverte virtuelle de la Bibliothèque de la Matica srpska et présentaient la pratique d’échanges documentaires entre leurs institutions. Regards croisés des deux bibliothécaires.


Novi Sad, pont sur le Danube.

Parce que l’homme est l’être de liaison qui doit toujours séparer, et qui ne peut relier sans avoir séparé – il nous faut d’abord concevoir en esprit comme une séparation l’existence indifférente de deux rives, pour les relier par un pont. Et l’homme est tout autant l’être-frontière qui n’a pas de frontière.

Georg Simmel, « Pont et Porte », traduit de l’allemand par Sabine Cornille, dans Georg Simmel, La Tragédie de la culture, Paris, Rivages, 1988.

La Bibliothèque de la Matica srpska présentée par Sonja Ivanovic

Le 15/11/2018 à la BULAC, Sonja Ivanovic présente la Bibliothèque de la Matica srpska de Novi Sad. Maxime Ruscio / BULAC.

La Bibliothèque de la Matica srpska est la plus ancienne bibliothèque serbe à intérêt national. Elle est aussi la première bibliothèque de recherche. Elle a été fondée à Budapest en 1826 en même temps que la société Matica srpska, institution culturelle, éducative et scientifique qui œuvre sans interruption depuis près de deux siècles. Les buts de ses fondateurs étaient d’initier le peuple serbe aux courants européens modernes tout en préservant son identité culturelle. Pour mener à bonne fin cette mission, la société a développé une activité d’édition particulièrement riche à partir de la revue Letopis Matice srpske, célèbres annales qui ont vu le jour en 1824. Cette revue est considérée comme la plus ancienne revue littéraire au monde publiée en continu jusqu’à aujourd’hui. La BULAC possède un exemplaire original de son premier numéro.

Premier numéro du journal serbe Letopis Matice srpske, 1824, collections de la BULAC, cote BIULO PER.20604.

Grâce aux dons généreux du peuple serbe, la société Matica srpska a été, à un moment donné de son histoire, la fondation la plus riche de Hongrie. Elle s’est chargée de financer l’éducation d’élèves et d’étudiants doués, amorçant ainsi la formation d’une future élite intellectuelle serbe. De nombreux autres peuples ont suivi l’exemple de la Matica srpska. C’est ainsi qu’ont été fondées la Matica tchèque (1831), la Matica croate (1842), la Matica slovaque (1863), la Matica polonaise (1882), etc. La société Matica srpska a également fondé une galerie qui possède une riche collection de peintures serbes des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Elle abrite environ 7000 œuvres d’art.

Le 15/11/2018 à la BULAC, Sonja Ivanovic présente la Bibliothèque de la Matica srpska de Novi Sad. Maxime Ruscio / BULAC.

En 1864, le siège de la Matica srpska est passé du Tekelijanum à Budapest au Platoneum à Novi Sad1, la capitale de la Voïvodine, province septentrionale de la Serbie. Cette ville est connue depuis lors sous le nom d’« Athènes serbe ». Fondée en 1694, Novi Sad est un important centre culturel, économique et financier du pays. Par sa population (341 625 habitants), elle est la deuxième plus grande ville de Serbie après Belgrade. Véritable carrefour de peuples et de cultures, la Voïvodine est une région constituée de 25 groupes ethniques, avec pas moins de six langues reconnues comme officielles.

Le 15/11/2018 à la BULAC, Sonja Ivanovic présente la Bibliothèque de la Matica srpska de Novi Sad. Maxime Ruscio / BULAC.
Bibliothèque de la Matica srpska

La Bibliothèque de la Matica srpska (BMS) a ouvert ses portes au public en 1838. Aujourd’hui elle a pour mission de collecter, cataloguer, conserver, enrichir et communiquer le patrimoine documentaire national. En 1948, la BMS est devenue la bibliothèque centrale de la Voïvodine, bénéficiant du dépôt légal de tout ouvrage imprimé en Serbie. En 1958, elle est devenue une institution indépendante de la société Matica srpska. La BMS se trouve sous la tutelle directe du ministère de la culture et de la communication.

Ses premières collections ont été constituées à partir des bibliothèques personnelles des fondateurs et mécènes Platon Atanackovic, Atanasije Stojkovic2 et Sava Tekelija3. Une collection de manuscrits portant un témoignage sur l’histoire de la nation serbe complète ce premier fonds.

La BMS dispose aujourd’hui de plus de 4 millions d’ouvrages. Le département des Livres anciens et rares (la Réserve) possède des collections d’une grande valeur, datant du XIIIe au XIXe siècle, parmi lesquels 660 manuscrits. Le manuscrit le plus ancien est le Maticin apostol (L’Apostolos de la Matica). La BMS conduit une politique active d’acquisition et d’enrichissement de ses fonds par des dons et legs. La BMS est cofondatrice du Serbian Libraries Consortium for United Database Acquisition (KoBSON) qui s’occupe de l’acquisition des journaux imprimés et électroniques. La bibliothèque numérique de la BMS permet l’accès gratuit à 15 695 documents, consultables à distance (1 349 151 de pages numériques).

Le 15/11/2018 à la BULAC, Sonja Ivanovic présente la Bibliothèque de la Matica srpska de Novi Sad. Maxime Ruscio / BULAC.

Les échanges documentaires entre la Bibliothèque de la Matica srpska et la BULAC

Quelle est la politique d’échanges en vigueur dans vos bibliothèques ?

Sonja Ivanovic. Maxime Ruscio / BULAC.

Sonja Ivanovic (Matica srpska)

La Bibliothèque de la Matica srpska accorde une grande importance aux échanges internationaux avec d’autres bibliothèques et instituts de recherche. En 1830, elle a envoyé les premiers numéros des Annales et quelques autres publications à des bibliothèques à Budapest, Vienne, Prague et Saint-Pétersbourg. Par ailleurs, elle a reçu le premier don de la Bibliothèque impériale de Russie. Ce don peut être considéré comme le début des échanges internationaux. Aujourd’hui nous avons une coopération avec environ 320 institutions parmi lesquelles se trouvent les grandes bibliothèques nationales comme la Bibliothèque nationale de France, la British Library, la Library of Congress, la Российская национальная библиотека (bibliothèque nationale de Russie). Dans ce cadre nous avons aussi une coopération fructueuse avec la BULAC.

Sonja Simicevic (BULAC)

La BULAC dispose d’un budget proprement destiné aux échanges. Pour l’instant, celui-ci est surtout utilisé pour les domaines coréen et ex/post-yougoslave. Ces dernières années, les échanges avec à la fois la Bibliothèque de la Matica srpska de Novi Sad et la bibliothèque nationale de Serbie sont devenus systématiques.

Comment mettez-vous en œuvre les échanges dans votre pratique quotidienne ?

Sonja Ivanovic (Matica srpska)

Plusieurs fois par an, nous envoyons nos listes de propositions d’ouvrages en langue serbe à la BULAC. Il s’agit d’ouvrages du domaine de la littérature, des sciences humaines, de l’histoire, de la philosophie, des beaux-arts, etc. On choisit les publications que l’on considère comme intéressantes pour nos partenaires et lecteurs étrangers. Étant donné que la BULAC est une bibliothèque universitaire, on essaie de proposer des titres utiles pour les étudiants, la littérature de référence, les dictionnaires, les encyclopédies, ainsi que les titres de la littérature contemporaine serbe. En revanche, nous choisissons librement les titres que nous aimerions recevoir de la BULAC dans le cadre de nos échanges. En tant que bibliothécaire chargée des échanges internationaux au sein du département d’acquisitions et d’échanges, je consulte plusieurs sites Internet pour faire un choix propice à nos besoins. Parfois je m’adresse aux spécialistes de différents domaines, aux professeurs d’université, pour demander de l’aide.

Sonja Simicevic. Maxime Ruscio / BULAC.

Sonja Simicevic (BULAC)

Nous recevons une liste de propositions trois fois par an. Les titres recouvrent la quasi-totalité des catégories thématiques. Ensuite, j’effectue un tri, en retenant entre 30 et 40 titres en moyenne chaque fois ; ainsi entre 100 et 120 ouvrages viennent enrichir nos collections chaque année. Ce travail de sélection est nécessaire, aussi bien pour repérer les ouvrages conformes à notre politique documentaire, que pour respecter le critère de réciprocité dans nos échanges avec notre partenaire à Novi Sad, en ce sens que pour des raisons d’équité, je veille à ce que le coût global des ouvrages que je sélectionne soit plus ou moins équivalent à celui des documents que nous avons les moyens de leur procurer. Dans la plupart des cas, le transfert des colis ainsi constitués se déroule plutôt de manière satisfaisante. Néanmoins, ces derniers temps, nous avons été confrontés à certaines difficultés au niveau de la douane : des colis à destination de la bibliothèque de Novi Sad ont été arrêtés et nous ont été retournés avec certains ouvrages abîmés, ce qui nous a obligés à les commander de nouveau.

Quel est d’après vous l’intérêt de cette pratique pour les collections ?

Sonja Ivanovic. Maxime Ruscio / BULAC.

Sonja Ivanovic (Matica srpska)

Nous sommes très heureux d’avoir l’opportunité de faire des échanges avec d’autres bibliothèques car pour nous c’est le seul mode d’acquisition d’ouvrages en langues étrangères, y compris le français. Nous avons un petit budget pour l’achat des livres en langues étrangères et c’est pourquoi cette pratique est tellement précieuse pour l’enrichissement de nos collections. On tisse les liens avec nos partenaires et on est très contents de cette collaboration. Cela nous aide à approfondir nos relations institutionnelles, mais aussi les relations entre nos deux pays.

Sonja Simicevic (BULAC)

Pour moi aussi, cette procédure constitue un moyen permettant d’enrichir les collections de notre bibliothèque dans le domaine serbe. Grâce à la pratique d’échanges, j’ai l’occasion d’intégrer dans ce fonds de belles éditions, notamment sous format d’albums ou de publications illustrées qui sont parfois particulièrement onéreuses et que j’hésite à acquérir par le circuit traditionnel. Et cela d’autant plus que je dois veiller à répartir le budget du domaine ex/post-yougoslave que je gère, entre les six pays issus de l’ex-Yougoslavie !

Y a-t-il des aspects que vous souhaiteriez voir évoluer ?

Sonja Simicevic. Maxime Ruscio / BULAC.

Sonja Simicevic (BULAC)

De mon côté, j’aimerais voir cette pratique se pérenniser entre nos deux établissements et se systématiser davantage, de manière à ce qu’elle puisse être maintenue après mon départ à la retraite. Par ailleurs, nous pourrions également envisager de développer des échanges d’informations sur l’actualité de chaque bibliothèque, en relatant par exemple sur nos deux portails respectifs les manifestations/activités culturelles prévues ou en cours au sein de chaque établissement.

Propos recueillis par Nicolas Pitsos, chef de l’équipe Europe balkanique, centrale et orientale de la BULAC.


Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Nicolas Pitsos, "Des rives du Danube aux Grands Moulins : les échanges entre la Bibliothèque de la Matica srpska et la BULAC," dans Le Carreau de la BULAC, 12 juin 2019, https://bulac.hypotheses.org/18010. Consulté le 23 juillet 2019
  1. La ville de Novi Sad a été désignée capitale culturelle de l’Europe en 2021. Sur l’histoire et l’héritage culturel de cette ville, voir Донка Станчић, Милош Арсић, Слободанка Бабић, Бранко Бешлин, Јасмина Јакшић, Предраг Медовић, Олга Микић, Уметничка топографија Новог Сада, Нови Сад : Матица српска, 2014 / Donka Stančić, Miloš Arsić, Slobodanka Babić, Branko Bešlin, Jasmina Jakšić, Predrag Medović, Olga Mikić, Umetnička topografija Novog Sada, Novi Sad : Matica srpska, 2014, cote BULAC : 16RS 700 UME. []
  2. Voir Драгана Грбић, Атанасије Стојковић, Нови Сад : Издавачки центар Матице српске, 2015 / Dragana Grbić, Atanasije Stojković, Novi Sad : Izdavački centar Matice srpske, 2015, cote BULAC : BULAC MON 8 24698). []
  3. Voir Владимир Симић, Снежана Мишић, Сава Текелија : велики српски добротвор, Нови Сад : Галерија Матице српске, 2011 / Vladimir Simić, Snežana Mišić, Sava Tekelija : veliki srpski dobrotvor, Novi Sad : Galerija Matice srpske, 2011, cote BULAC : 16RS 948.7 SAV. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.