Au nom des peuples ! Paris, carrefour des revendications nationales pendant la Conférence de la Paix de 1919

Ce billet prolonge l’exposition présentée au rez-de-jardin de la BULAC du 24 juin au 9 août 2019 à l’occasion du centenaire de la Conférence de la Paix de Paris, destinée à régler diplomatiquement la fin de la guerre qui avait éclaté en 1914. Reflet du caractère mondial de ce conflit, la conférence fut un des premiers sommets internationaux à rassembler des délégations venues de pays aussi nombreux et de continents aussi divers. Les stratégies médiatiques déployées par les peuples pour défendre des souverainetés émergentes face aux intérêts des vainqueurs et faire entendre leurs voix dans les négociations entre grandes puissances ont laissé de nombreux témoignages écrits qui sont ici mis en valeur. Ce billet et cette exposition ont été préparés conjointement par Juliette Pinçon et Benjamin Guichard.

William Orpen, « The Signing of Peace in the Hall of Mirrors, Versailles, 28th June 1919 », 1919.

Peace conference. George Grantham Bain Collection / Library of Congress

Le temps n’est plus où les diplomates pouvaient se réunir pour refaire d’autorité, sur un coin de table, la carte des empires. Si vous avez à remanier la carte du monde, c’est au nom des peuples et à la condition de traduire fidèlement leurs pensées ; de respecter le droit des nations, petites et grandes, à disposer d’elles-mêmes et de le concilier avec le droit, également sacré, des minorités ethniques et religieuses.

Raymond Poincaré, discours d’ouverture de la Conférence de la Paix, 18 janvier 1919

La Conférence de la Paix s’ouvre à Paris le 18 janvier 1919. Vingt-sept États y participent et cherchent, au-delà du règlement de la sortie de guerre, à mettre en place une paix durable en instaurant de nouvelles règles internationales et à déterminer des principes communs de définition des souverainetés nationales. La Conférence s’attelle notamment à redécouper les territoires des empires vaincus (allemand, austro-hongrois et ottoman) et de l’ancien Empire russe, aux prises avec la guerre civile qui a suivi les révolutions de 1917.

Dès l’ouverture de la Conférence, de nombreuses délégations étrangères arrivent à Paris pour exprimer leurs revendications. Très peu de nations sont toutefois réellement admises à la table des négociations. De fait, dès les premiers jours de la Conférence, Clemenceau fait une distinction entre les grandes puissances dites « à intérêts généraux » et les petites nations, « à intérêts limités » ou « particuliers ».

The Big Four. Edward N.Jackson / US Army Signal Corps.

À partir du 24 mars 1919, le cadre des délibérations se réduit au périmètre du Conseil des Quatre, qui réunit la France, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Italie, auxquels s’adjoint parfois le Japon. Au final, Clemenceau, Wilson et Lloyd George prennent les principales décisions. Les « petites nations­ » doivent se contenter de présenter aux décideurs leurs revendications et de participer aux commissions techniques.

En cet instant de profondes transformations des relations internationales, un véritable phénomène d’effervescence éditoriale se fait jour. Avec plus de 300 documents directement associés à cet événement diplomatique majeur, les collections de la BULAC reflètent ces efforts exprimés par les porte-voix de différentes revendications nationales ou territoriales.

Des souverainetés émergentes qui cherchent à se faire entendre

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.4.303(2).

Absents de la table des négociations, des mouvements nationalistes émergents tentent de se faire entendre de la Conférence de la paix et de l’opinion publique internationale. L’activité diplomatique qui se concentre alors à Paris produit une floraison d’initiatives médiatiques pour faire entendre la cause de ces nouveaux acteurs. Pétitions, interpellations, avalanche de communiqués de presse, bulletins, banquets ou conférences publiques relaient l’action des mouvements nationaux locaux et ébauchent un statut diplomatique. L’exposition présente une sélection autour de trois causes – les questions balte, grecque et coréenne – qui contrecarrent les intérêts de trois puissances alliées avec l’Entente, fragilisées par le principe d’autodétermination des peuples, la Russie, l’Italie et le Japon.

Collections de la BULAC, cote BIULO PER.5565.

Les délégations baltes, tout comme les autres groupements de l’ancien Empire russe, ne participent pas aux négociations de la Conférence, mais elles réclament des vainqueurs le droit de se constituer en États souverains et indépendants1. La publication d’un organe de presse, le Bulletin de l’Esthonie, contribue à formaliser les revendications et asseoir leur légitimité en mettant en scène le drapeau et le nom vernaculaire de l’État estonien.

Collections de la BULAC, cote BIULO PER.1043.

Le Bureau de presse russe « Union » est dirigé par Boris Savinkov (1879-1925), un ancien socialiste-révolutionnaire et fervent anti-bolchevique travaillant en liaison étroite avec le personnel de l’ambassade de l’ancien Gouvernement provisoire russe à Paris2. Alors que la guerre civile fait rage en Russie, il relaie les efforts des armées blanches de Denikine et Koltchak pour se faire reconnaître comme autorité russe légitime auprès de l’Entente. Cette ligne politique devient délicate quand il s’agit de justifier leur impérialisme virulent. Les revendications estoniennes sont ainsi dénoncées comme un mirage au profit d’une « large autonomie » au sein de la Russie – « l’union fait la force et […] l’avenir est aux alliances, non seulement entre les petites, mais aussi, et surtout, entre les grandes nations » peut-on lire en conclusion de l’article « L’indépendance de l’Esthonie », paru dans le Bulletin n°18 du 13 novembre 1919, publié par le Bureau de presse russe.

Collections de la BULAC, cote BIULO
MEL.8.645(4)
.

Si l’État grec parvient à défendre ses revendications en Asie mineure aux dépens de la Turquie qui succède à l’Empire ottoman, il se heurte à un arbitrage en faveur de la Bulgarie en ce qui concerne la Thrace et à la résistance italienne qui contrôle l’archipel du Dodécanèse depuis 1912. L’Italie est soutenue ici par les autres vainqueurs, qui lui imposent par ailleurs des concessions douloureuses en Dalmatie. La mise en scène de plébiscites et les proclamations permettent de dénoncer les contradictions entre les décisions des grandes puissances et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Le mémoire adressé par la délégation venue plaider la cause du Dodécanèse devant la Conférence et La Protestation et le Réquisitoire d’un hellène en portent le témoignage. Les frontières gréco-turques négociées à Paris en 1919 seront par ailleurs totalement bouleversées trois ans plus tard, à la suite d’un affrontement armé entre les deux pays se soldant par un échange massif et conflictuel de populations.

Collection de circulaires publiées du 26 avril au 29 novembre 1919, cote BULAC RES MON 4 2645.

L’ouverture de la Conférence de la Paix suscite en Corée un important mouvement de contestation de la colonisation japonaise, marqué par une première manifestation d’ampleur à Séoul le 1er mars, imitée à travers le pays et violemment réprimée, et la constitution d’un gouvernement provisoire en exil, formé à Shanghai en avril 1919. Ce dernier envoie une délégation officielle à Paris, qui mène une campagne d’opinion très structurée, tout en mettant en place les organes d’une véritable diplomatie émergente. Les collections de la BULAC conservent ainsi de nombreux documents issus de cette période parisienne du mouvement indépendantiste coréen :

  • une collection de circulaires, dactylographiées ou imprimées, diffusée par le Bureau de presse coréen d’avril à juin 1919
  • de nombreux numéros de la revue La Corée libre, qui parut de 1920 à 1921
  • des brochures éditées par la délégation coréenne
Exécution, par les soldats japonais, des manifestants pacifiques coréens. Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.656(29).

Cet épisode reste apprécié dans l’histoire coréenne comme un moment majeur d’affirmation d’un État coréen indépendant qui n’aboutira qu’après 1945. Là encore, des revendications qui se réclament du droit international et de la liberté des peuples se heurtent au fait que le Japon compte au rang des puissances alliées.

Parmi les différents documents produits par la délégation coréenne se trouve une pétition présentée devant la Conférence en avril 1919. La signature figurant sur le document est celle de Kim Kyu-sik (1881-1950), chef de la délégation coréenne à Paris et ministre des Affaires étrangères du gouvernement provisoire coréen en exil.

Des territoires disputés à coups de cartes

L’outil cartographique joue un rôle clé dans la Conférence de la Paix, les débats mobilisant l’expertise de géographes, ethnographes et cartographes pour appuyer les décisions diplomatiques et politiques de tracé des frontières des nouveaux États appelés à respecter le principe d’autodétermination des peuples et, donc, la répartition territoriale des nationalités. L’argument cartographique est également utilisé par les porte-paroles des différentes revendications à la souveraineté nationale comme moyen d’influencer le cours des négociations3. L’exposition présente une sélection de cartes mobilisées par les différents acteurs comme instrument d’expertise et comme forme d’argumentation. 

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.644(7).
Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.644(7).

Cette carte de la Lituanie, éditée par le Bureau d’informations lituanien, développe un argument d’autorité en faisant la démonstration de l’ancienneté et de l’importance territoriale de l’ancien État lituanien dont la jeune république reprend le blason. La Lituanie sera finalement reconnue en décembre 1922 mais sans que l’ensemble de ses revendications soient satisfaites – la ville de Vilnius, notamment, étant intégrée aux frontières polonaises4.

Collections de la BULAC, cote CESLA G 640.

La carte ci-contre provient de l’ouvrage Albania, past and present, publié par l’Albanais Constantin Chekrezi à New-York en 19195. Elle met en regard la frontière du territoire albanais délimité par le Traité de Londres de 1913 et la frontière proposée par le gouvernement provisoire albanais, basée sur le critère ethnographique. Historien renommé, installé aux États-Unis en 1914, Constantin Chekrezi publie cette étude en langue anglaise sur l’Albanie dans le but de faire connaître son pays aux Américains. En avril 1919, il contribue à influencer l’intervention de la délégation américaine en faveur de son pays d’origine qui peinait à faire entendre sa voix face aux prétentions italiennes. La souveraineté de l’Albanie sera reconnue le 17 décembre 1920, date de son admission à la SDN6 .

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.641(17).

Dès 1912, la Syrie suscite les convoitises des Français et des Britanniques, à l’origine de nombreux projets cartographiques redessinant les frontières d’une « Grande Syrie » négociée en secret par les deux puissances lors des fameux accords Sykes-Picot, signés en mai 1916 pour partager en zones d’influences respectives les territoires arabes de l’Empire ottoman7 . L’exposition présente deux brochures émanant du Comité de l’Orient et du Comité central syrien, structures proches du parti colonial français, mises en place par Georges Samné et Chekri Ganem8. Le Comité central syrien est créé en 1917, un an après les accords Sykes-Picot, pour veiller aux intérêts français en Syrie. Les travaux de ces comités, illustrés par des cartes célébrant les liens entre la France et le Levant, ne font qu’irriter les Britanniques, hostiles au projet français prônant l’unité historique de la Syrie9.

L’expertise ethnographique et linguistique mise en cartes

Afin d’évaluer la légitimité des prétentions territoriales et dans l’optique de déterminer les nouvelles frontières, les experts mobilisés dans la Conférence s’attellent à démêler les écheveaux ethnographique et linguistique des territoires disputés. Parmi les critères fondamentaux, le principe des nationalités prôné en 1919 s’appuie sur l’adéquation entre langue et nationalité. L’exposition donne l’exemple de deux régions transfrontalières d’Europe médiane qui ont constitué de vifs points de tension lors de la Conférence, le Banat et la Silésie.

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.818(6).

Le Banat est une région d’une grande complexité ethnique et linguistique, réunissant pas moins de quatre nationalités (Roumains, Serbes, Allemands, Hongrois). Il fait l’objet d’un contentieux territorial entre la Roumanie et la Serbie, qui se soldera par un partage nord/est – sud/ouest entre les deux pays, confirmé par le Traité de Trianon de 1920. Cette carte du Banat est l’œuvre du géographe serbe Jovan Cvijić. En tant qu’expert principal de la délégation serbe à la Conférence, il contribue fortement à la définition des frontières du nouvel état yougoslave10.

Collections de la BULAC, cote TURCO 8-5658.

La Silésie est à l’origine d’un contentieux polono-tchèque, cristallisant les débats autour de l’argument ethnographique et linguistique d’une part et l’enjeu économique lié à ses ressources minières d’autre part. Henri Grappin (1881-1959), professeur de polonais à l’École nationale des langues orientales vivantes, met en avant l’argument linguistique à travers une carte s’appuyant sur les recensements selon la langue usuelle. Il signale une manipulation statistique des données, résultat d’une intervention délibérée de la nation tchèque et allemande pour minimiser la part polonaise de la population11.

Le partage disputé des colonies des empires vaincus

Conciliation paradoxale du principe de l’autodétermination des peuples et des intérêts des grandes puissances alliées, les possessions ottomanes et coloniales allemandes font l’objet des appétits des différents vainqueurs. Le pacte de la Société des Nations (28 juin 1919) prévoit ainsi un système de mandats : ces territoires sont placés sous tutelle internationale mais leur gestion est confiée de fait aux différentes puissances alliées, en garantissant des degrés variables d’autonomie aux administrations locales12.

Collections de l’EHESS (CEAFR) déposées à la BULAC, cote CEAFR A 15.322.

L’historien G.L. Beer (1872-1920) est le chef de la section coloniale de la délégation américaine à la Conférence de la Paix. L’ouvrage est une édition posthume des mémoires, notes et travaux réalisés par Beer dans le cadre de la commission. La zone Pacifique regroupe des mandats de la SDN de classe « C » qui autorisent l’intégration de fait du territoire considéré par la puissance mandataire. Les États-Unis y prennent leur part des dépouilles coloniales, alors que les 14 points du président Wilson pouvaient être lus comme un rejet de l’impérialisme pratiqué par les puissances européennes.

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.4.265(19).

La concession allemande de Kiautschou (Jiāo Zhōu, péninsule du Shandong) est réclamée par la jeune république chinoise qui tente de contrer, sans succès, les revendications territoriales du Japon. L’arbitrage défavorable est vécu comme un outrage qui viole des promesses de guerre et est à l’origine du mouvement nationaliste d’ampleur du 4 mai 1919. La Chine quitte la conférence ; une médiation négociée par les États-Unis sur la question du Shandong aboutit seulement en 192213.

Les contestations de l’impérialisme japonais par les délégations coréennes et chinoises jouent sur le parallèle avec l’impérialisme prussien pour se faire entendre des vainqueurs. Leurs positions sont relayées en France par la Ligue des droits de l’Homme qui englobe leur argumentaire dans une dénonciation générale du colonialisme – une position radicale qui ne pouvait être vue qu’avec méfiance par les grandes puissances.

L’appel à une opinion publique internationale musulmane

Le Traité de Sèvres, relatif à l’Empire ottoman, signé le 10 août 1920, est aussitôt contesté dans le contexte de chute du Sultan et de révolution kémaliste ; il n’est ratifié par aucun État, sauf la Grèce. La campagne d’opinion sur le sort de l’État turc se prolonge donc jusqu’à la signature du Traité de Lausanne le 24 juillet 1923.

L’argument de la défense des minorités turcophones est alors fortement mobilisé pour défendre la représentation nationale des différentes populations turcophones, des Balkans au Caucase. Parallèlement, un argumentaire pan-islamiste émerge, contestant de façon plus large la tutelle des puissances européennes. Ce dernier est notamment relayé au sein de l’Inde colonisée, par le « Mouvement musulman pour le califat ». Organisé par des intellectuels du Bengale comme Maulânâ Mohamed Ali (1878-1931), ce courant nationaliste prend la défense des intérêts turcs au nom de la communauté musulmane, cela en dépit du caractère laïc de la révolution kémaliste, ce qui lui permet de développer un mouvement anti-colonial distinct du mouvement du Congrès animé par Gandhi14.

Collections de la BULAC, cote BIULO PER.20196.

L’exemplaire de la publication L’Islam, les Turcs et la Société des Nations présenté dans l’exposition est dédicacé par Rechid Sefvet, chef de la délégation turque à la Conférence de la Paix, à Gustave Brocher (1850-1931), militant anarchiste et défenseur des petites nations, alors interprète à la SDN pour les délégations d’Ukraine et d’Azerbaïdjan.

Une paix instable

La Conférence de la Paix de 1919 ne parvient pas à concilier deux objectifs concurrents : une négociation de sortie de guerre soucieuse de défendre les intérêts des principaux vainqueurs et l’organisation d’un nouveau système international. La mise en place difficile de la Société des Nations, la poursuite des conflits à l’Est de l’Europe pendant la durée de la Conférence et la multiplication de crises localisées au début des années 1920, directement liées à la contestation des arbitrages de 1919, soulignent les limites de la Conférence.

Ces quelques mois de tractations diplomatiques intenses ont toutefois laissé un héritage éditorial singulier, majoritairement exprimé en langue française qui était alors utilisée pour les négociations et alerter l’opinion. Ces publications font apparaître des acteurs méconnus des relations internationales : délégations auto-proclamées qui cherchent à affirmer leur souveraineté, relais d’opinion politiques et médiatiques au sein des puissances occidentales et experts issus de l’université qui collaborent activement avec les négociateurs.


Pour aller plus loin :

  • Plus de 300 titres dans le catalogue de la BULAC liés à la Conférence de la Paix
  • Une sélection d’ouvrages empruntables, à retrouver à l’entrée de la BULAC pendant l’exposition
  • Le catalogue et la playlist YouTube de l’exposition « À l’Est, la guerre sans fin, 1918-1923 » présentée au musée de l’Armée du 5 octobre 2018 au 20 janvier 2019
  • Un dossier réalisé par les Archives diplomatiques à l’occasion du centenaire de la Conférence de la Paix
Citer ce billet : Juliette Pinçon, "Au nom des peuples ! Paris, carrefour des revendications nationales pendant la Conférence de la Paix de 1919," dans Le Carreau de la BULAC, 24 juin 2019, https://bulac.hypotheses.org/18248. Consulté le 23 septembre 2019
  1. Julien Gueslin, « La France face aux indépendances baltes. De Brest-Litovsk à la conférence de la Paix (1918-1919) », Relations internationales, n°93, 1998 [Disponible en ligne]. []
  2. Les archives personnelles de B. Savinkov et de l’agence de presse « Union », conservées à l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, sont consultables en ligne. []
  3. Daniel Foliard, « Cartes et contre-cartes à la conférence de paix de Paris (1919) : débats cartographiques au sein de la délégation britannique », Cartes & Géomatique, n°228, juin 2016 [Disponible en ligne]. []
  4. Julien Gueslin, « Entre illusion et aveuglement : la France face à la question lituanienne 1920-1923 », Cahiers lituaniens, n°2, 2001 [Disponible en ligne]. []
  5. Ce document est disponible en ligne sur archive.org. []
  6. Sur la France et l’Albanie durant la Conférence de la Paix : Ştefan Popescu, « L’Albanie dans la politique étrangère de la France (1919-juin 1940) », thèse de l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, 2013 [Disponible en ligne]. []
  7. Au sein d’une bibliographie abondante, on peut signaler deux publications récentes : Christopher Simon Sykes, The man who created the Middle East : a story of empire, conflict and the Sykes-Picot agreement, Londres, William Collins, 2016 ; James Barr, Une ligne dans le sable : le conflit franco-britannique qui façonna le Moyen-Orient, Paris, Perrin, 2017 (édition originale: 2011). []
  8. La Syrie devant la Conférence est disponible en ligne dans la bibliothèque numérique Gallica. []
  9. Daniel Foliard, « Cartes et contre-cartes à la conférence de paix de Paris (1919) : débats cartographiques au sein de la délégation britannique », op.cit. ; Julie d’Andurain, « La “Grande-Syrie”, diachronie d’une construction géographique (1912-1923) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n°141, juin 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017 [Disponible en ligne]. []
  10. Sur les frontières roumaines et la question du Banat : Emmanuelle Boulineau, « Un géographe traceur de frontières : Emmanuel de Martonne et la Roumanie », L’Espace géographique, 2001/4 (tome 30), p. 358-369 [Disponible en ligne]. []
  11. Ronan Desrues, La Silésie de Teschen et les territoires de Spisz et d’Orawa dans les relations polono-tchécoslovaques 1919-1924, 2007-2008, p. 12-29 [Disponible en ligne]. []
  12. James E. Kitchen, « Colonial Empires after the War/Decolonization », in: 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War, Berlin, Freie Universität Berlin, 10 août 2014 [Disponible en ligne]. []
  13. Jean-José Ségéric, La Chine et le traité de Versailles, 1919 : une trahison occidentale, Paris, L’Harmattan, 2014. []
  14. Gail Minault, « Khilafat Movement », in: Ute Daniel, Peter Gatrell, Oliver Janz, Heather Jones, Jennifer Keene, Alan Kramer, Bill Nasson (éd.), 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War, Berlin Freie Universität Berlin, 26 mai 2015 [Disponible en ligne] ; Mahmud Shah Qureshi, Étude sur l’évolution intellectuelle chez les musulmans du Bengale, 1857-1947, Paris-La Haye, Mouton, 1971, p. 25 sq. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.